Comment les Soviétiques ont cherché à détruire Noël

La campagne soviétique pour remplacer les symboles de Noël est un chapitre culturel intéressant dans l’histoire de ce que Ronald Reagan nommait l’empire du mal.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment les Soviétiques ont cherché à détruire Noël

Publié le 10 décembre 2021
- A +

Par Michael de Sapio.
Un article de The Foundation for Economic Education

Lorsque les régimes totalitaires (en particulier ceux de gauche) arrivent au pouvoir, une des premières choses qu’ils font généralement est de détruire les symboles culturels sacrés, afin de mieux reconstruire la société depuis la base. La campagne soviétique pour remplacer les symboles de Noël est un chapitre culturel intéressant dans l’histoire de ce que Ronald Reagan nommait « l’empire du mal ».

À la suite de la Révolution russe, le nouveau gouvernement athée commença une campagne antireligieuse. Tous les symboles jugés religieux ou bourgeois furent éradiqués et remplacés par de nouvelles versions laïques. Ainsi Noël (qui dans le calendrier orthodoxe russe est le 7 janvier) fût aboli en faveur du Nouvel An, et plusieurs coutumes et traditions de Noël reçurent de nouvelles identités.

Nouveau père Noël et nouvelle nativité

Saint-Nicolas et le père Noël cédèrent leur place à Ded Moroz ou « Grand-père gel » (une figure populaire provenant des temps païens), et la nouvelle « nativité » le présentait avec sa petite-fille la Vierge des neiges au lieu de Joseph et Marie, parfois avec le « garçon du Nouvel An » à la place de Jésus. Les cartes de Noël représentaient souvent Ded Moroz chevauchant aux côtés d’un cosmonaute soviétique dans un vaisseau spatial blasonné avec un marteau et une faucille.

De telles images semblent ridicules de nos jours, mais la volonté de détruire les traditions fait partie intégrante des mouvements sociaux radicaux à travers l’histoire. Pensez aux révolutionnaires français qui ont remplacé le calendrier chrétien, allant jusqu’à renommer les mois et les jours de la semaine afin d’éviter toute référence possible au christianisme.

Et les Soviétiques n’étaient pas les seuls à avoir un problème avec Noël. Les puritains de Boston au XVIIe siècle s’y opposèrent avec véhémence. Un « avis public » de l’époque proclamait :

La célébration de Noël étant considérée comme un sacrilège, l’échange de cadeaux et de salutations, vêtir de beaux vêtements, l’organisation de festins et autres pratiques similaires sataniques sont par la présente interdits avec le délinquant, passible d’une amende de cinq shillings.

Un groupe détestait Noël parce qu’il était religieux, et l’autre le détestait parce qu’il était irreligieux. L’histoire et la nature humaine sont pleines de paradoxes.

Quant aux Soviétiques, ils ont fini par adoucir leur position. En 1935, Pavel Postyshev, le dirigeant du Parti communiste, écrivit un éditorial dans la Pravda qui se moquait de la faction extrémiste anti-Noël. Il déclarait que les coutumes de Noël devraient être ramenées pour le plaisir et le bénéfice des enfants. Il va sans dire que pour les enfants l’objectif était toujours de les rendre serviteurs obéissants de l’État. Après la chute de l’Union soviétique en 1991, Noël devint populaire à nouveau.

Tout cela montre que si vous pouvez lutter contre les traditions, vous ne pouvez pas les détruire complètement. Elles peuvent être cachées, en sommeil, mais une fois les restrictions levées, elles jailliront de nouveau. Et tout régime qui tente de remplacer le monde familier par un monde synthétique est fondamentalement en guerre avec l’esprit humain.

Article paru initialement en 2016

Sur le web

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • On ne peut que constater que les partis d’extrême-gauche en Europe poursuivent dans cette voie là…. Ah ! Les crêches de Noël leur sont horripilantes ! (Cf. nos fameux « Libres Penseurs » français…)

  • Cela n’a jamais gêné tous les extrémistes, vu qu’en France ils cherchent à éliminer les crèches, voir la fête de Noël elle même! Et ils osent se prétendre libres penseurs alors qu’ils sont gangrenés par une idéologie!

  • « Lorsque les régimes totalitaires (en particulier ceux de gauche) arrivent au pouvoir, une des premières choses qu’ils font généralement est de détruire les symboles culturels sacrés »

    Remarque, dans les systèmes capitalistes, la fête de Noël n’a plus grand chose de sacré non plus. Et ça devient limite saoulant !

    • « la fête de Noël n’a plus grand chose de sacré non plus. » Peut-être, effectivement. Et alors?

       » Et ça devient limite saoulant ! »
      Dans les systèmes capitalistes, chacun est libre de fêter ou de ne pas fêter Noël. Et chacun est libre de le fêter à sa manière.
      Dans les régimes totalitaires (de gauche), tout le monde est obligé de ne pas le fêter.
      La liberté des autres est parfois soûlante effectivement… mais c’est le prix de notre propre liberté!

      • traditions importées des USA…. culture US importée en grande partie via les GI’s

        En fait disons meme que la prédominance US est du à une volonté étatique.

        Il n’y a pas un domaine où l’Etat n’a pas eu une influence, meme dans ce qu’on croit etre « naturel » avec de grandes guillemets.

        • Je ne vois pas où se trouvait la volonté étatique, c’est la culture américaine qui était séduisante dans l’après guerre et qui s’est imposée au monde entier!

        • Ce qui est américain, c’et Santa Claus, mais en soi, il est l’adaptation de Saint Nicolas (Sint Niklaas), importé d’europe.
          Et la fête de Noël, le sapin, la fête de la naissance du Christ, c’est bel et bien une tradition européenne, remontant à l’époque pré-chrétienne.
          Et où est cette volonté étatique ici???? Vous croyez que le fait culturel est planifié par l’Etat ?

      • Vous confondez capitalisme et libéralisme.

    • mais qui vous empêche de fêter le père gel? ou ne pas fêter du tout..

      une tradition « s’impose » par le souci de faire comme les autres pour être accepté…mais on peut s’en affranchir si on a quelque peu de courage.. au point de les changer..
      Noel s’impose mais n’est point imposé;

      nul ne vous FORCE à consommer.. on peut déplorer ce que d’aucuns qualifient de consumérisme qui n’ets d’ailleurs PAS une idéologie. au contraire des collectivismes..

  • Oui la liberté n’est pas bisousnours land!
    C’est pourquoi d’aucuns cherchent la servitude rassurante…

  • Question subsidiaire : comment l’Empire romain a imposé Noel ?

    Et comment la religion catholique s’est imposée ?

    😉
    Ce ne fut pas mieux.

    Que chacun fete Noel ou pas….par contre si on peut juste arreter de rendre ce jour férié pour voir si les gens sont vraiment attachés à cette fete… 🙂

    • Comment l’empire romain a imposé Noël ? En changeant simplement le nom d’une fête païenne; comme les soviétique on changé Noël en Ded Moroz

      • Pas que le nom, le contenu aussi. Tout, quoi. Puisque décision était prise de célébrer la naissance de Jésus, autant valait le faire à une date qui convenait. C’était le cas pour des raisons astronomiques.

    • Le christianisme s’est-il imposé parce que l’Etat a fait interdire le paganisme ou l’Etat a-t-il fait interdire le paganisme devenu marginal parce que le christianisme s’est imposé et par intolérance ?

      • Je crois que le pouvoir romain a fait un calcul politique. Le christianisme était une puissance spirituelle en progression. Pourquoi le combattre alors quon peut en faire un allié, un partenaire ? C’est plus facile de faire alliance avec un seul système religieux. L’empereur a proposé un deal à l’évêque local. Tu deviens le chef du christianisme et j’ouvre tout l’Empire à l’évangélisation. C’est votre but à vous , les chrétiens ? Allez – y la voie est libre ! Les chaussées romaines vous sont ouvertes avec ma protection ! En prime, je liquide toutes les autres religions et vous récupérez les lieux de culte. En échange… vous dites à vos fidèles que Moi, l’Empereur je suis adoubé par votre Dieu, quil faut aller à la guerre et payer ses impôts quand je le décide car Dieu le veut !
        Alors je vais envoyer Hélène, ma maman, à Jérusalem pour récupérer quelques hochets et on va se faire le buzz: je me fais baptiser en public ! Comme on dira plus tard, Paris vaut bien une messe… Ça colle ? – Bingo. On fait comme ça ! A répondu l’évêque, promu souverain pontife, titre réservé autrefois au gardien des ponts chargé d’empêcher les esprits mauvais de pénétrer dans la cité. Bienvenue à l’Eglise Catholique Romaine.

  • le socialo-communisme est délétère par essence et ce, sur tous les plans.

  • C’est pour bientôt en France, pays de plus en plus liberticide et….idiot!
    Merci à « Dieu est parmi nous »!

    • Notre prochain Président, j’ai nommé Merluchon la truelle, remplacera Noël par une fête de la merguez pied-noir à la sauce goulag.

    • @Austrasie. Pas d’accord Noël sera remplacée par la fête de l’arrivée au pouvoir du petit père des peuples ; c’est à dire Staline. Le nouveau Messie qui a fait tant de bien à l’humanité (seulement 15 millions de morts en URSS). Et il y aura une deuxième célébration : celle de Mao : luis aussi 15 millions de morts.
      Chouette, on va avoir 2 fêtes au lieu d’une

  • C’est pour bientôt en France.

  • les soviétiques n’ont rien inventé ; les chrétiens ont fait de même envers les rites dits païens en les remplaçant ( pas toujours pacifiquement ) par les rites chrétiens !!!

  • si on supprime noel on supprimera aussi la prime de noel

  • Noël est une fête païenne qui a été récupérée par l’église qui n’arrivait pas à l’éradiquer : la naissance de Jésus n’a pas eu lieu le 25 décembre.
    Donc supprimer Noël parce-que c’est une fête religieuse n’a de sens que pour des incultes ignares.
    Seul l’islam à réussi à l’éradiquer auprès des peuples chrétiens convertis à cette religion. C’était plus facile que de lui retirer sa connotation judéo-chrétienne.

  • « Lorsque les régimes totalitaires (en particulier ceux de gauche) arrivent au pouvoir, une des premières choses qu’ils font généralement est de détruire les symboles culturels sacrés, afin de mieux reconstruire la société depuis la base. »
    On ne peut qu’être inquiet aujourd’hui quand on voit le lent grignotage des traditions européennes par des minorités wokistes infiltrées jusqu’à la commission européenne.
    https://www.marianne.net/agora/les-signatures-de-marianne/au-secours-la-commission-de-bruxelles-veut-faire-la-police-verbale
    On comprend mieux quand on voit le pedigree de Héléne Dali,
    la commissaire initiatrice de cette proposition : « … Elle est également critiquée pour avoir reçu l’association Femyso, constituée de jeunes Européens proches de la galaxie des Frères musulmans, à l’origine de la récente campagne de vidéos « la Liberté est dans le hijab », présentant les femmes voilées comme un modèle de liberté » https://fr.wikipedia.org/wiki/Helena_Dalli.
    Aussi chers lecteurs de Contrepoints, pour ne pas vous froisser, je ne vous souhaite pas « Joyeux Noël » mais , au choix, « Joyeuses fêtes » ou « joyeux décembre » ou encore mieux « joyeux solstice d’hiver » …

  • « Comment le commuvisme … »
    « Comment le Stalinisme… »
    Le Pére Noel est evdement un enemmi pour « le petit pére des peuples »
    Un peu de rigueur ne fait pas de mal.

  • le régime soviétique a disparu mais les imbéciles sont restés en particulier en France où les vacances de Noël sont devenues d’hiver , celles de Pâques de printemps …. Conclusion notre soviétisation est bien en marche !!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions. Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme ?

J’ai déjà eu l’occasion, ici-même, de commenter quelques grands romans d’Ayn Rand, qui trouveraient toute leur place dans cette série. Je vais donc prolonger avec d’autres réalisation... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de la Foundation for Economic Education

 

1984 de George Orwell est largement considéré comme l'un des plus grands romans du XXe siècle.

Le critique littéraire britannique V. S. Pritchett aurait pu parler au nom de beaucoup dans sa critique pour le New Statesman.

Après la publication de 1984, il écrit :

"Je ne pense pas avoir jamais lu un roman plus effrayant et déprimant. Et pourtant, l'originalité, le suspense, la rapidité d'écriture et l'indignation féroce sont ... Poursuivre la lecture

https://www.youtube.com/watch?v=YvpXn-Iki8o&t=439s

 

Jordan Peterson est un psychologue, conférencier et intellectuel canadien qui a l'avantage de faire enrager les élites de la gauche et de l'establishment. C'est un trait de caractère précieux en soi, mais les contributions plus sérieuses de Peterson à la vie culturelle et intellectuelle des années 2010 et 2020 résident dans ses conférences sur YouTube, ses livres (principalement 12 règles pour une vie et le récent Beyond Order) et ses conférences publiques qui ont att... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles