« Maison commune » rassemble la macronie pour les législatives

« Ensemble citoyens ! » sera officiellement lancé le 29 novembre avec un meeting à la Maison de la Mutualité à Paris, 5 mois avant l’élection présidentielle, selon France info confirmant une information de BFM TV.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Edouard Philippe 3 by Jacques Paquier On Flickr (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Maison commune » rassemble la macronie pour les législatives

Publié le 25 novembre 2021
- A +

Par Laurent Sailly.

« Ensemble citoyens ! » sera officiellement lancé le 29 novembre avec un meeting à la Maison de la Mutualité à Paris, cinq mois avant l’élection présidentielle de 2022, selon une source parlementaire rapportée par Franceinfo mardi 23 novembre, confirmant une information de BFM TV.

C’est à l’hôtel de Lassay, résidence parisienne du président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, qu’une dizaine de dirigeants des principaux courants qui composent la majorité avait rendez-vous pour diner, mercredi 17 novembre dernier.

Autour de l’hôte de la soirée, on pouvait trouver l’ancien Premier ministre Édouard Philippe (Horizon), François Bayrou président du MoDem, le chef de file des députés LaREM Christophe Castaner, François Patriat le président du groupe macroniste au Sénat, ou encore Olivier Becht qui dirige le groupe Agir au Palais-Bourbon.

Après plusieurs semaines de réunion, il s’agissait de valider le nom du mouvement qui les réunira en vue des proches échéances électorales, présidentielles et législatives.

Il faudra plus de 4 heures de discussion pour que les dirigeants de la majorité présidentielle s’entendent pour lancer un nouveau mouvement, « Ensemble citoyens », avec un objectif en tête : afficher un seul candidat par circonscription pour les prochaines législatives. Mais cet accord ne doit pas cacher les réticences d’Édouard Philippe.

Un objectif commun : les législatives de 2022

Pour les dirigeants de la majorité présidentielle, il ne fait aucun doute d’une part qu’Emmanuel Macron sera candidat à sa propre succession et, d’autre part qu’il sera réélu.

Les différentes composantes de la majorité – LREM, MoDem, Horizons, Agir, Terres de progrès, En Commun – ont trouvé un terrain d’entente autour de trois accords fondamentaux. Le premier paraît une évidence : le soutien entier à Emmanuel Macron pour l’élection présidentielle de 2022. Les deux autres laissent entrevoir la faiblesse du mouvement et des inquiétudes évidentes au sujet des résultats des législatives.

D’abord, la « maison commune » n’est pas un nouveau parti.

Un participant au diner du 17 novembre résume :

C’est plus qu’une bannière commune, mais ce n’est pas non plus un parti unique dans lequel chacun se fondrait.

Selon un ministre proche d’Édouard Philippe :

C’est une bannière, juste une bannière, et chacun restera chez soi.

Aussi est-il laissé la possibilité aux différents partis qui composeront « Ensemble citoyens ! » de mettre en place des coopérations renforcées (ce qui semblerait devoir être le cas entre LREM et MoDem) voire des fusions (Horizons et Agir seraient sur cette voie).

Il ne faut pas être un analyste politique expérimenté pour imaginer en 2022 une réélection massive des députés LaREM sortants. Même avec la dynamique d’une éventuelle réélection d’Emmanuel Macron liée à l’inversion du calendrier électoral, les projections semblent, au mieux, donner une majorité relative à la majorité présidentielle au Palais Bourbon.

Aussi, afin d’éviter les combats fraternels, l’accord prévoit un candidat commun dans toutes les circonscriptions pour les élections législatives, avec une instance chargée d’harmoniser les choix des uns et des autres.

Le combat des chefs d’Ensemble Citoyens

La maison commune sera-t-elle capable de résister aux egos ? Un quadriumvirat –  Richard Ferrand, François Bayrou, Édouard Philippe et Jean Castex – dirigera la nouvelle structure de façon collégiale. Pourtant, et depuis Philippe I le torchon brûle entre le Havrais et le Béarnais.

D’un côté, François Bayrou craint que son parti ne soit lésé lors de l’attribution de circonscriptions gagnables au profit de l’ancien Premier ministre. Le maire de Pau estime « avoir été très loyal au président pendant tout le quinquennat », confiait un député centriste auprès de BFMTV.com en octobre dernier.

De l’autre, le maire du Havre « se voit comme celui qui va peser dans le prochain quinquennat par le biais d’un futur groupe à l’Assemblée. Il fait très attention à ce que Bayrou ne récolte pas trop d’attention… et de députés à la fin », expliquait à BFMTV.com un député de l’aile droite de la majorité.

Et déjà un couac chez Ensemble Citoyens

La soirée lors de laquelle ces partis jetteront les bases de cette association se tiendra à la Maison de la Mutualité à Paris, le lundi 29 novembre.

Pourtant, initialement, le bureau exécutif de LaREM avait fixé la date du 28 novembre, et d’ailleurs, la Maison de la Mutualité avait retenu cette date. Mais il semblerait qu’Édouard Philippe (dont c’est la date anniversaire) n’a pas été consulté.

Or l’ancien Premier ministre a longtemps été réticent à la création de cette maison commune tout en rappelant son soutien indéfectible au président de la République.

Mais pour les cadres LaREM, le temps presse. En effet, la cinquième vague de l’épidémie de la Covid-19 semble reprendre et côté politique, la droite républicaine occupe le terrain avec ses primaires.

Afin de ne pas froisser les susceptibilités et face à ce timing serré, on apprend ce mardi matin que la cérémonie officielle était reportée d’une journée, soit au 29 novembre.

Après des mois de tractations, Emmanuel Macron a désormais une majorité formellement réunie derrière lui. Il ne reste donc plus qu’une seule inconnue : la date de son entrée en campagne officielle.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Macron est déjà en campagne, ce filou. On attend qu’un des conseils inutiles ou corrompus donne signe de vie en protestant.

  • Nous avons donc Richard Ferrand, qui fait financer son patrimoine immobilier par la mutuelle qu’il préside, Edouard Philippe, qui use de toute son influence pour trouver (avec succès) un poste de commissaire européen au président d’Atos contre un poste au conseil d’administration de cette même société, François Bayrou, Haut commissaire au Plan fantôme et ministre pendant 15 jours et pour terminer Castex, haut fonctionnaire moyennement intelligent rond de cuir tristement typique qui n’a pour qualité que d’exécuter bêtement et sans états d’âme tout ce que l’on demande de faire.
    Quelle déchéance…
    Bon appétit, Messieurs, ô ministres intègres, conseillers vertueux…

  • Tous ces gens qui veulent se fabriquer un rôle de faiseur de roi…
    Ils se feront avoir comme Bayrou en 2017 qui s’est fait sortir après usage comme un mal propre. Après ça l’a pas empêché de revenir à la soupe, mais bon dans un rôle secondaire…

  • Est-ce que Don Macreone présidera la séance ?

  • « la date de son entrée en campagne officielle. » Mais il est déjà en campagne et depuis longtemps !

  • « Maison commune » représente en réalité le parti des énarques. Ce parti dont les médias ne parlent jamais. Bien au centre pour pencher à gauche ou à droite selon l’humeur de l’opinion mais surtout pour ne rien changer qui remettrait en cause le pouvoir des hauts fonctionnaires. L’actuel président en est le champion évident.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après avoir été mis en examen en juillet 2021 pour des faits de « prise illégale d’intérêts » commis dans l’exercice de ses fonctions, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti a été avisé avant-hier (lundi 3 octobre 2022) qu’il était renvoyé en procès devant la Cour de Justice de la République.

Le même jour, on apprenait qu’Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée depuis 2017 et très proche conseiller d’Emmanuel Macron depuis plusieurs années, avait été mis en examen le 23 septembre, également pour « prise illégale d’intérêts... Poursuivre la lecture

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles