« Votez libéral, donnez à Contrepoints ! » Le mot du président

Alors que 2022 sera, au pays de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, une année électorale sans libéraux, faites quand même entendre votre voix : « Votez libéral, donnez à Contrepoints ! »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Statue de la liberté (Crédits : benonrtherun, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Votez libéral, donnez à Contrepoints ! » Le mot du président

Publié le 22 octobre 2021
- A +

Par Arnaud Le Vaillant de Charny.

Contrepoints don

Chers lecteurs, chers amis,

2021 approche de sa conclusion et c’est l’occasion pour nous de revenir sur une année au goût amer. Après une année 2020 marquée par les privations de liberté et la perte du confort de vie afférent suite aux mesures prises par l’administration pour tenter d’endiguer l’épidémie de covid, force est de constater que 2021 n’a pas été le rapide retour à la normale qu’on nous avait promis.

Quand bien même le virus semble avoir perdu en virulence demeurent état d’urgence, obligation vaccinale, laissez-passer sanitaire, fermetures administratives…

Avec les nouvelles mesures écologiques ou encore la loi de sécurité globale, ce sont toutes les libertés qui ont souffert. La liste est encore longue et déprimante.

L’année qui vient, année électorale majeure avec la présidentielle et les législatives ne s’annonce guère réjouissante.

Si 2017 fut l’occasion d’une campagne au ton libéral, 2022 sera placée sous le sceau de l’étatisme. La sortie de l’état d’urgence sanitaire, qui a fait suite à de longues années d’état d’urgence terroriste, est absente des débats.

Sur le front économique, l’état déjà déplorable des finances publiques, aggravé par le quoi qu’il en coûte du duo Macron-Le Maire, est la certitude d’un important matraquage fiscal postélectoral qui nous fera probablement regretter François Hollande. Et l’inflation revient.

Les intentions de vote abyssales en faveur des candidats écologistes et socialistes ne doivent pas nous faire oublier que leurs idées ont conquis la totalité de la classe politique et journalistique.

C’est dans ce contexte que Contrepoints a besoin de votre aide. Contrepoints est, grâce à vous et à nos auteurs, la voix de référence des libéraux français.

C’est grâce à vous que nous pouvons rappeler chaque jour à des milliers de Français que l’État n’est pas la solution à tous les problèmes, qu’il y a une autre voie que les privations toujours plus grandes qu’il nous impose, qu’un autre avenir est possible pour nous et nos enfants.

Alors que 2022 sera, au pays de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen, une année électorale sans libéraux, faites quand même entendre votre voix : votez libéral, donnez à Contrepoints !

Contrepoints don

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Il y a Denis Payre candidat à la primaire des Républicains qui a un programme volontairement libéral, certes avec aucune chance de passer le filtre. Oui je sais ce n’est pas la panacée, mais la France étant ce qu’elle est, il est difficile d’avoir mieux pour l’instant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Le vote Mélenchon est révélateur d’un symptôme propre à la France : l’extrême gauche est plus forte dans notre pays que dans les autres.

Pourquoi ? Il existe plusieurs réponses.

La première est conjoncturelle : Mélenchon a du talent, c’est un politicien cultivé qui s’exprime avec conviction et éloquence, il entraîne les foules et son islamo-gauchisme lui a attiré les suffrages du monde musulman, en particulier ceux des musulmans en rupture avec la civilisation française. Le vote utile a aussi joué pour lui.

Mais ce sont l... Poursuivre la lecture

Aymeric Caron et Jean-Luc Mélenchon n’ont pas toujours été les meilleurs amis du monde. En 2014, quand il était chroniqueur dans l’émission On n’est pas couché, le premier reprochait au second de passer son temps à glander sur les bancs du Parlement européen et le second l’accusait en retour d’être un « branleur » agitant n’importe quelle rumeur pour faire son show.

Aymeric Caron candidat à la nouvelle union de la gauche

En 2017, timide rapprochement. Le patron de la France insoumise ayant reconnu le caractère « révolutionnaire » du vé... Poursuivre la lecture

Bien qu'il ne se situe que peu de temps après la survenue inattendue de la pandémie de la Covid-19, qui habilla 2020 d'une aura d’étrangeté maudite, le cru 2022 entrera dans les annales de l'histoire, mondiales et françaises, comme ayant été l'année de toutes les nouveautés.

Des prismes inédits de lecture de notre monde commun ont fait leur apparition. La Nouvelle guerre froide, qui s'est déclenchée le 24 février par l'invasion russe de l'Ukraine, servira de plus en plus comme paradigme explicatif d'événements internationaux sans rappo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles