Faut-il revenir à un accord de Bretton-Woods ?

100 US dollar banknotes — by Pepi Stojanovski on Unsplash, CC0

Ce qu’on doit désirer, ce n’est pas de lier entre elles les politiques monétaires grâce à un accord semblable à celui de Bretton-Woods, mais de supprimer les politiques monétaires.

Par Pascal Salin.

Il est probable que nous allions entrer dans une nouvelle phase d’inflation, en France et dans d’autres pays. En effet, beaucoup de politiciens et de banquiers centraux considèrent qu’il faut créer de la monnaie pour relancer des économies qui ont souffert de la crise sanitaire. Or ceci est fort discutable.

Cela relève en fait du préjugé de type keynésien selon lequel la relance économique implique une augmentation de la demande globale et l’on considère que ceci peut résulter de la création monétaire. Mais la faiblesse des activités économiques récentes résulte évidemment des difficultés dues aux problèmes sanitaires pour les productions.

Il s’agit d’un problème d’offre et non de demande. Par ailleurs aux États-Unis comme dans la zone euro on considère en général que les banques centrales doivent avoir pour objectif d’obtenir un taux d’inflation égal à 2 %, ce qui est absurde. Cela relève sans doute d’un préjugé traditionnel erroné selon lequel il existe une relation positive entre croissance économique et inflation.

Revenir à Bretton-Woods

Mais on peut se demander s’il serait utile de ce point de vue de restaurer un système semblable à l’accord de Bretton-Woods. Celui-ci a été créé en 1944 entre les États-Unis et d’autres pays, en particulier les pays européens.

John Maynard Keynes, en tant que représentant du Royaume-Uni a joué un rôle important dans la mise en œuvre de cet accord international qui a d’ailleurs conduit à la création de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement – la BIRD – et à la création du Fonds Monétaire International, le FMI.

Cet accord avait été décidé pour mettre fin à l’évolution des systèmes monétaires au cours des années précédentes. En effet, pendant longtemps les monnaies de la plupart des pays étaient convertibles en or. Mais cette convertibilité a été supprimée dans beaucoup de pays à partir de la Première Guerre mondiale et de la crise économique de 1929.

L’accord de Bretton-Woods a eu pour rôle d’instaurer des taux de change fixes entre les États-Unis et beaucoup d’autres pays, tandis que les États-Unis assuraient la convertibilité à taux fixe entre le dollar et l’or. Ainsi, la Banque centrale française promettait d’échanger les francs contre des dollars à un taux fixe ce qui impliquait que le franc était indirectement défini par rapport à l’or.

Mais il a été mis fin définitivement au fonctionnement de cet accord de Bretton-Woods le 15 août 1971 – c’est-à-dire il y a cinquante ans – lorsque les États-Unis ont supprimé la convertibilité du dollar en or.

Le problème du taux de change fixe

On suggère parfois maintenant qu’il serait souhaitable de restaurer un accord semblable à l’accord de Bretton-Woods. Comme nous l’avons vu, l’accord de Bretton-Woods a consisté à mettre en œuvre la définition du dollar en or et des taux de change fixes entre les monnaies de différents pays et le dollar. Or il n’y a aucune raison de considérer que l’existence d’un taux de change fixe, par exemple entre l’euro et le dollar, serait souhaitable et aurait des effets positifs.

En effet, cela impliquerait que les politiques monétaires en Europe soient déterminées par les décisions de politique monétaire américaine et il n’y a aucune raison de penser que les politiques monétaires sont meilleures aux États-Unis qu’en Europe.

En réalité il est frappant qu’il y ait eu au cours des années passées des politiques monétaires semblables dans presque tous les pays du monde parce qu’on partageait des idées semblables (par exemple en ce qui concerne les taux d’intérêt des banques centrales).

De ce point de vue un nouveau Bretton-Woods ne changerait pas grand-chose. Mais ce qui serait souhaitable d’ailleurs ce n’est pas l’équivalence des politiques monétaires, mais une situation de concurrence monétaire qui inciterait les banques centrales à améliorer leurs politiques monétaires. Ceci serait possible, en particulier, si, par exemple, on n’était pas obligé d’utiliser l’euro dans les échanges en Europe, mais que les échangistes pouvaient utiliser n’importe quelle autre monnaie.

Supprimer les politiques monétaires

En réalité ce que l’on devrait surtout souhaiter c’est la suppression des politiques monétaires. Les politiques monétaires sont généralement considérées comme souhaitables d’un part parce qu’on prétend que cela augmente la demande globale et d’autre part– selon la théorie keynésienne – que l’augmentation de la demande globale accroit la production, ce qui est faux : la production dépend des conditions de l’offre, en particulier des incitations productives, qui sont réduites par la fiscalité et les règlementations.

Par ailleurs les États apprécient la politique monétaire dans la mesure où elle favorise le financement de leurs déficits publics. Mais imaginons qu’il n’y ait pas de politique monétaire et que la quantité de monnaie reste constante dans un pays ou un ensemble de pays, comme l’Europe.

Dans ce cas il y a déflation. Généralement on considère que la déflation est nuisible car elle est liée à la dépression, de même qu’on pense symétriquement que l’inflation augmente la croissance économique. Mais ces préjugés sont faux. S’il y a déflation cela implique seulement que les prix monétaires baissent, c’est-à-dire que la valeur réelle (en termes de biens) d’une unité monétaire augmente. Cela est souhaitable et implique bien qu’il n’est absolument pas nécessaire de créer de la monnaie.

Ce qu’on doit donc désirer ce n’est pas de lier entre elles les politiques monétaires grâce à un accord semblable à celui de Bretton-Woods, mais de supprimer les politiques monétaires. Et ceci serait particulièrement le cas si les monnaies n’étaient pas produites par les banques centrales, dépendantes des États. Tel serait le cas s’il y avait une totale concurrence entre des monnaies privées et éventuellement une concurrence de ces monnaies privées avec des monnaies publiques si celles-ci existent tout de même.

Cela impliquerait qu’il n’y a pas d’obligation de payer les biens dans un pays uniquement avec la monnaie nationale, mais avec n’importe quelle monnaie. Dans ce cas, bien évidemment, les producteurs de monnaie ne seraient pas incités à en produire trop car cela diminuerait la valeur de leurs unités monétaires et la concurrence inciterait les individus à utiliser d’autres monnaies.

Le fait que les monnaies internet se soient développées au cours des années récentes implique bien une augmentation de la liberté monétaire et le développement de la concurrence entre monnaies, ce qui est souhaitable. Cependant, dans la plupart des pays les gouvernements essaient d’empêcher le développement de cette concurrence, ce qui est regrettable.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.