Économie : connaissez-vous l’École autrichienne ?

hayeksplosives credits KAZ Vorpal (CC BY-SA 2.0)

Hayek, Menger, Mises : qu’est-ce que l’école autrichienne en économie ?

Par Vladimir Vodarevski.

hayeksplosives credits KAZ Vorpal (CC BY-SA 2.0)
hayeksplosives credits KAZ Vorpal (CC BY-SA 2.0)

Aujourd’hui, la science économique est dominée par la macro-économie et ce depuis les années 1930. Elle est mathématisée depuis encore plus longtemps, depuis la fin du XIXe siècle. Les économistes utilisent les mêmes techniques mathématiques. On distingue la macro-économie keynésienne, et la non keynésienne, ou nouvelle macro-économie classique.

Il existe cependant un courant minoritaire qui défend l’économie de marché et qui refuse la mathématisation de l’économie. C’est l’École autrichienne. Il faut le reconnaître, elle est très minoritaire. Cependant, paradoxalement, un des économistes les plus connus du XXe siècle appartient à ce courant. Il s’agit de Friedrich August Hayek.

L’École autrichienne présente une vision de l’économie possédant une dynamique interne. Elle a développé une théorie des cycles économiques particulièrement d’actualité avec la crise actuelle.

Le marginalisme

L’École autrichienne prend naissance avec le marginalisme.

Trois auteurs développent séparément le concept d’utilité marginale pour expliquer la valeur d’un produit : William Stanley Jevons et Carl Menger en 1871, et Léon Walras en 1874.

Jevons et Walras vont utiliser ce concept pour mathématiser l’économie, ce qui donnera le courant néoclassique et le raisonnement en termes d’équilibre général ou partiel.

Carl Menger refusera la mathématisation, et le courant qui se développera à sa suite sera nommé le courant autrichien. Selon Ludwig von Mises, cette appellation a permis de distinguer Menger des économistes allemands auxquels il s’est opposé sur la question de la méthode à appliquer pour l’étude de l’économie.

Le marginalisme explique la valeur par l’utilité marginale.

Cette théorie explique pourquoi l’eau, indispensable à la vie, coûte moins cher que le diamant. Elle peut satisfaire plusieurs besoins classés chacun par ordre d’importance. Par exemple : boire, se laver, entretenir la maison, remplir le pistolet à eau du petit dernier. Si la quantité disponible d’eau est à peine suffisante pour satisfaire le premier besoin, sa valeur sera très élevée. S’il y en a suffisamment pour même remplir le pistolet à eau, sa valeur sera faible, car elle correspondra à l’importance du dernier besoin satisfait.

Dès le départ, Carl Menger se distingue de ses collègues Jevons et Walras. Ces derniers utilisent le concept d’utilité marginale pour établir un prix de marché, qui sera considéré comme la valeur du bien ou du service dans leurs théories. Pour Carl Menger, il n’y a pas de prix de marché, dans le sens où la valeur est subjective. Chaque individu a ses préférences, son classement dans l’utilité d’un produit. Par conséquent, la valeur qui lui sera donnée diffère selon chacun. Le subjectivisme est ainsi une caractéristique de l’École autrichienne.

Une autre caractéristique apparaît également avec Carl Menger. C’est l’insistance sur le fait que la monnaie ne repose pas sur des lois imposées par un gouvernement, mais qu’elle s’est développée à travers le comportement des individus. Ceux-ci ont d’abord choisi un bien intermédiaire avant de développer des outils monétaires.

L’explication de Carl Menger sera développée ensuite par Ludwig von Mises. C’est une caractéristique du courant autrichien, qui s’oppose à la monnaie fiat, la monnaie décrétée par l’État.

La praxéologie

ecole autrichienne rené le honzecAprès Menger, l’une des figures les plus importantes du courant autrichien est Ludwig von Mises. Il y aurait beaucoup à dire sur Mises, mais ce n’est pas l’objet de ce texte. Je le cite ici pour son concept de praxéologie.

Mises inclut l’économie dans une notion qu’il nomme praxéologie, c’est-à-dire l’action humaine. Tout individu agit, met en œuvre des moyens pour atteindre des fins, déterminées par lui. La praxéologie étudie l’action, pas les fins. L’économie, c’est aussi l’individu agissant. Elle fait donc partie de la praxéologie. Et l’économie de marché est la science des échanges ou catallaxie.

Le concept de praxéologie souligne l’approche autrichienne de l’économie en tant que science humaine. L’économie n’est pas l’égalisation de quantités, d’une offre et d’une demande, mais la coordination des actions d’individus agissant chacun séparément, incluant les actions collectives comme par exemple dans une société commerciale, car celle-ci fonctionne à partir des actions des individus qui la composent.

Une dynamique interne

Dans le livre L’école autrichienne, marché et créativité entrepreneuriale, Jesus Huerta de Soto souligne l’approche dynamique de l’économie de l’École autrichienne.

Les théories courantes ont une approche statique, déterminent un équilibre qui n’existe pas dans la théorie autrichienne. L’économie est toujours en mouvement. Et le moteur de ce mouvement, c’est l’entrepreneur.

Huerta de Soto écrit :

Pour les autrichiens, la fonction d’entrepreneur, au sens large, coïncide avec l’action humaine elle-même. En ce sens, on pourrait affirmer qu’exerce la fonction d’entrepreneur toute personne agissant en vue de modifier le présent et d’atteindre ses objectifs dans le futur.

Selon Carl Menger, l’activité de l’entrepreneur comprend :

  • la collecte d’informations sur la situation économique,
  • le calcul économique,
  • l’acte de volonté par lequel les biens sont affectés à un processus particulier de production,
  • la supervision de l’exécution du plan de production.

Dès Carl Menger, l’entrepreneur est donc l’élément moteur de l’économie. Selon lui, dans les grandes firmes, la fonction d’entrepreneur peut être décomposée, il s’agit d’une fonction, d’un concept, pas forcément rattaché à un seul individu.

Il ne faut pas confondre entrepreneur autrichien et schumpetérien. L’entrepreneur schumpetérien s’inscrit dans la théorie de l’équilibre général. Joseph Alois Schumpeter effectue une fusion, une synthèse de la théorie autrichienne et de la théorie de l’équilibre. Cette dernière est statique. Schumpeter part donc d’une situation où l’économie se reproduit à l’identique à chaque cycle. Il introduit l’entrepreneur, financé par le crédit, pour modifier le cycle.

Tandis que dans la théorie autrichienne, l’entrepreneur est toujours présent. Comme l’écrit Huerta de Soto, cette notion se rapporte au fait que l’individu agit et qu’en agissant il peut changer le cours des choses.

La théorie autrichienne des cycles économiques

L’un des apports à la fois principaux et exclusifs de l’École autrichienne à l’économie est la théorie autrichienne des cycles, connue sous l’acronyme TAC en français, et ABCT en anglais, pour austrian business cycles theory.

Selon l’école autrichienne, les cycles économiques, succession de prospérité et de crise, s’expliquent par la création monétaire. Murray Rothbard, auteur d’une histoire de la pensée économique sous l’angle autrichien, souligne que ce n’est pas le courant autrichien qui a déterminé que la création monétaire pouvait causer des crises. Il fait remonter l’idée à David Hume et à David Ricardo. L’École autrichienne a ensuite pleinement développé cette théorie, avec notamment Ludwig von Mises.

La création monétaire excessive perturbe la structure de production. La production d’un bien ou d’un service se fait en plusieurs étapes au cours du temps. Ce que l’école autrichienne appelle le détour de production pouvant comporter plus ou moins d’étapes. Une épargne élevée va favoriser un détour plus long. Il y a davantage d’argent disponible pour l’investissement. La création monétaire va allonger artificiellement le détour de production. Elle crée d’abord une croissance, mais ensuite une dépression. Car les entrepreneurs, trompés par la création monétaire, ont fait des malinvestissements. Pour que la crise s’estompe, il n’y a pas d’autres solutions que de laisser l’économie résorber les malinvestissements.

Dans une version modernisée, François Facchini parle d’une théorie de la récurrence des erreurs collectives d’anticipation. Il reprend sous une forme plus élaborée les problématiques monétaires et d’anticipation. Ce qu’il faut retenir, c’est que la création monétaire excessive, dans le but de stimuler la croissance, perturbe les anticipations des entrepreneurs. Il en résulte une structure de production qui ne correspond pas à l’économie réelle. La création monétaire excessive entraîne d’abord la croissance, mais finit par une dépression.

Cette théorie des cycles a permis à Friedrich August Hayek de prédire la crise de 1929. Mais il ne pouvait pas donner une date. On parle de pattern prediction en anglais, la prédiction de tendances de l’économie. Cette théorie des cycles est également particulièrement d’actualité avec la crise de 2007-2008. En effet, celle-ci a été précédée d’une relance par la création de monnaie, dans le but de créer une bulle immobilière, pour relancer la croissance après le dégonflement de la bulle internet en 2001 (cf Paul Krugman ici).

L’École autrichienne présente des variantes et des débats entre ses membres. Il y a par exemple une différence méthodologique entre Ludwig von Mises et son élève Friedrich August Hayek. Ce qui est décrit ici est le corpus de base qui fait à peu près l’unanimité. C’est une école centrée sur la coordination des actions des individus, avec une vision dynamique et une importance donnée aux effets néfastes des manipulations monétaires.

 

Lire sur Contrepoints notre rubrique école autrichienne

Un article publié initialement le 20 janvier 2016

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.