Nationalisme, colonialisme et autodétermination selon Mises

CC-BY

Le nationalisme et l’immigration sont les questions politiques les plus controversées aujourd’hui, et les perspectives de Mises restent remarquablement fraîches et pertinentes.

Par Joseph T. Salerno.
Un article de Mises.org

Pour Mises, le libéralisme s’est affirmé au XIXe siècle en tant que mouvement politique sous la forme d’un « nationalisme pacifique ». Ses deux principes fondamentaux étaient la liberté ou, plus concrètement, le « droit à l’autodétermination des peuples » et l’unité nationale ou le « principe des nationalités ». Les deux principes étaient indissolublement liés.

L’objectif principal des mouvements nationalistes libéraux (italien, polonais, grec, allemand, serbe, etc.) était de libérer leur peuple du règne despotique des rois et des princes. La révolution libérale contre le despotisme a pris un caractère nationaliste pour deux raisons.

Premièrement, de nombreux despotes royaux étaient étrangers, par exemple les Habsbourg autrichiens et les Bourbons français régnaient sur les Italiens1, le roi prussien et le tsar russe subjuguaient les Polonais.

Deuxièmement, le plus important, le réalisme politique dictait « la nécessité d’opposer l’alliance des opprimés à l’alliance des oppresseurs pour parvenir à la liberté à tous, mais aussi la nécessité de tenir ensemble afin de trouver dans l’unité la force de préserver la liberté ».

Cette alliance des opprimés était basée sur l’unité nationale fondée sur une langue, une culture et des modes de pensée et d’action communs.

Un nationalisme pacifique et cosmopolite

Bien que forgé dans les guerres de libération, le nationalisme libéral était pour Mises à la fois pacifique et cosmopolite. Non seulement les différents mouvements de libération nationale se considéraient comme des frères dans leur lutte commune contre le despotisme royal, mais ils embrassaient les principes du libéralisme économique, « qui proclame la solidarité des intérêts entre tous les peuples ». Mises souligne la compatibilité du nationalisme, du cosmopolitisme et de la paix :

« Le principe des nationalités rejette toute suzeraineté ; il exige l’autodétermination, l’autonomie. Mais cependant, son contenu est plus large ; son mot d’ordre est non seulement la liberté mais aussi l’unité. Mais ce désir d’unité nationale est avant tout profondément pacifique… »

Le nationalisme n’entre pas en conflit avec le cosmopolitisme, car la nation unifiée ne souhaite pas les conflits avec les peuples voisins, mais la paix et l’amitié2.

Libéral classique, Mises prend soin de préciser que le droit à l’autodétermination n’est pas un droit collectif mais un droit individuel :

« Ce n’est pas le droit à l’autodétermination d’une unité nationale délimitée, mais plutôt le droit des habitants de chaque territoire de décider de l’État auquel ils souhaitent appartenir. »

Il indique clairement que l’autodétermination est un droit individuel qui devrait être accordé à « chaque personne… si possible de quelque manière que ce soit. » Il convient également de noter à cet égard que Mises parle rarement du droit de sécession, peut-être en raison de sa connotation historique de droit d’un gouvernement d’une unité politique subordonnée à se retirer d’une unité supérieure.

La nation est indépendante de l’État

Tout en défendant l’autodétermination en tant que droit individuel, Mises voit la nation comme un être fondamental et relativement permanent indépendant de l’État (ou des États) transitoire qui peut la gouverner à un moment donné.

Ainsi, il se réfère à la nation comme « une entité organique (qui) ne peut être ni augmentée ni réduite par des changements étatiques ». En conséquence, Mises caractérise les « compatriotes » d’un homme comme « ceux de ses semblables avec qui il partage une terre et une langue communes et avec qui il forme souvent une communauté ethnique et spirituelle également ».

Dans la même veine, Mises cite l’auteur allemand J. Grimm, qui se réfère à la loi naturelle :

« Ni les fleuves ni les montagnes ne forment les frontières des peuples et pour un peuple qui s’est déplacé par-delà les montagnes et les fleuves, sa langue seule peut fixer la frontière. »

Le principe des nationalités implique donc que les États-nations libéraux englobent un peuple parlant la même langue habitant des régions, des provinces et même des villages géographiquement non contigus.

Mises soutient que le nationalisme est le résultat naturel et harmonieux des droits individuels :

La formation d’États (libéraux démocratiques) comprenant tous les membres d’un groupe national était le le résultat de l’exercice du droit à l’autodétermination, et non son objectif 3.

Pour Mises, les individus ne sont pas des atomes

Il convient de noter ici que contrairement à de nombreux libertariens modernes qui considèrent les individus comme des êtres atomisés sans affinités émotionnelles ni liens spirituels avec des frères humains sélectionnés, Mises affirme la réalité de la nation comme « une entité organique ».

Pour lui, la nation comprend des humains qui se perçoivent et agissent les uns envers les autres d’une manière qui les sépare des autres groupes de personnes en fonction du sens et de l’importance que les compatriotes attachent à des facteurs objectifs tels que la langue partagée, les traditions, l’ascendance, etc.

L’appartenance à une nation, tout autant qu’à une famille, implique des actes concrets de volonté fondés sur des perceptions et des préférences subjectives par rapport à un ensemble de circonstances historiques objectives. Selon Murray Rothbard, qui partage le point de vue de Mises sur la réalité de la nation séparée de l’appareil d’État :

« Les libertariens contemporains supposent souvent, à tort, que les individus ne sont liés les uns aux autres que par le lien des échanges marchands. Ils oublient que chacun naît nécessairement dans une famille, une langue et une culture. Chaque personne est née dans l’une des nombreuses communautés qui se chevauchent, comprenant généralement un groupe ethnique, avec des valeurs, des cultures, des croyances religieuses et des traditions spécifiques… »

La nation ne peut pas être définie avec précision, c’est une constellation complexe et variable de différentes formes de communautés, de langues, de groupes ethniques ou de religions… La question de la nationalité est rendue plus complexe par le jeu de la réalité objectivement existante et des perceptions subjectives.

Le colonialisme comme déni du droit à l’autodétermination

Contrairement à de nombreux libéraux de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, Mises était un anticolonialiste passionné. En tant que libéral radical, il a reconnu l’universalité du droit à l’autodétermination et le principe de la nationalité pour tous les peuples et toutes les races.

Il a dénoncé, en termes puissants et cinglants, l’assujettissement et les mauvais traitements européens des peuples africains et asiatiques et exigé un démantèlement rapide et complet des régimes coloniaux.

Il vaut la peine de citer longuement Mises à ce sujet :

« L’idée de base de la politique coloniale était de profiter de la supériorité militaire de la race blanche sur les membres des autres races. Les Européens se mirent en route, munis de toutes les armes et de tous les artifices que leur civilisation mettait à leur disposition, pour asservir les peuples les plus faibles, leur ravir leurs biens et les asservir. Des tentatives ont été faites pour atténuer et occulter le véritable motif de la politique coloniale sous prétexte que son seul objet était de permettre aux peuples primitifs de partager les bienfaits de la civilisation européenne […] Pourrait-il y avoir une preuve plus triste de la stérilité de la civilisation européenne que celle de ne pouvoir se répandre que par le feu et l’épée ?

[…]

Aucun chapitre de l’histoire n’est plus sanglant que l’histoire du colonialisme. Le sang a été versé inutilement et sans raison. Des terres florissantes ont été dévastées ; des peuples entiers détruits et exterminés. Tout cela ne peut en aucun cas être atténué ou justifié. La domination des Européens en Afrique et dans des parties importantes de l’Asie est absolue. Il contraste le plus fortement avec tous les principes du libéralisme et de la démocratie, et il ne fait aucun doute que nous devons lutter pour son abolition.

[…]

Les conquérants européens ont utilisé des armes et des engins de destruction de toutes sortes aux colonies ; ils ont envoyé leurs pires et plus brutaux individus comme fonctionnaires et officiers ; à la pointe de l’épée, ils ont mis en place une domination coloniale qui, dans sa cruauté sanglante, rivalise avec le système despotique des bolcheviks. Les Européens ne doivent pas s’étonner si le mauvais exemple qu’ils ont eux-mêmes donné à leurs colonies porte désormais de mauvais fruits. En tout cas, ils n’ont pas le droit de se plaindre hypocritement du piteux état de la morale publique chez les indigènes. Ils n’auraient pas non plus le droit de soutenir que les indigènes ne sont pas encore assez mûrs pour la liberté et qu’ils ont encore besoin d’au moins plusieurs années d’études supplémentaires sous le fouet des dirigeants étrangers avant d’être capables d’être livrés à eux-mêmes. »

Nul n’a le droit de s’immiscer dans les affaires des autres

Dans les régions où les peuples autochtones étaient assez forts pour monter une résistance armée au despotisme colonial, Mises a soutenu et encouragé avec enthousiasme ces mouvements de libération nationale :

« En Abyssinie, au Mexique, dans le Caucase, en Perse, en Chine, partout nous voyons les agresseurs en retraite, ou du moins déjà en grande difficulté. »

Pour éliminer complètement le colonialisme, Mises proposait l’établissement d’un protectorat temporaire sous l’égide de la Société des Nations. Mais il précisait qu’une telle situation devait « être considérée uniquement comme une étape de transition » et que le but ultime devait être « la libération complète des colonies du régime despotique sous lequel elles vivent ».

Il a fondé sa demande de reconnaissance du droit à l’autodétermination et de respect du principe de nationalité chez les peuples colonisés sur le fondement des droits individuels :

« Nul n’a le droit de s’immiscer dans les affaires des autres pour servir leurs intérêts, et nul ne doit, lorsqu’il a ses propres intérêts en vue, prétendre qu’il agit de manière altruiste uniquement dans l’intérêt des autres. »

L’effondrement du nationalisme libéral : la règle de la majorité et les conflits de nationalité

Cela nous amène au point-clé de Mises sur le « conflit de nationalités » inconciliable engendré par la règle de la majorité, même sous les constitutions démocratiques libérales. En tant qu’observateur attentif des États polyglottes d’Europe centrale et orientale avant et après la Grande Guerre, Mises notait que « les luttes nationales ne peuvent survenir que sur le sol de la liberté ». Ainsi, alors que l’Autriche d’avant-guerre se rapprochait de la liberté, « la violence de la lutte entre les nationalités grandissait ».

Avec l’effondrement de l’ancienne monarchie, ces luttes n’ont été « que plus âpres dans les nouveaux États, où les majorités dirigeantes affrontent les minorités nationales sans la médiation de l’État autoritaire, qui en adoucissait beaucoup les rigueurs ».

Mises attribue un résultat aussi contre-intuitif au fait que le principe de nationalité n’a pas été respecté lors de la création des nouveaux États4.

Deux nations ne peuvent coexister dans une démocratie unitaire

Mises assure que deux ou plusieurs « nations » ne peuvent coexister pacifiquement sous un gouvernement démocratique unitaire. Les minorités nationales dans une démocratie sont « complètement impuissantes politiquement » car elles n’ont aucune chance d’influencer pacifiquement le groupe linguistique majoritaire. Ce dernier représente « un cercle culturel fermé » aux nationalités minoritaires et dont les idées politiques sont « pensées, parlées et écrites dans une langue qu’elles ne comprennent pas ».

Même lorsque la représentation proportionnelle prévaut, la minorité nationale « reste toujours exclue de la collaboration à la vie politique ». Selon Mises, parce que la minorité n’a aucune perspective d’accéder un jour au pouvoir, l’activité de ses représentants « reste limitée dès le départ à des critiques vaines […] cela […] ne peut mener à aucun objectif politique. »

Ainsi, conclut Mises, même si le membre de la nation minoritaire, « selon la lettre de la loi, est un citoyen de plein droit […] en vérité, il est politiquement sans droits, un citoyen de deuxième classe, un paria. »

Mises définit la règle majoritaire comme une forme de colonialisme du point de vue de la nation minoritaire dans un territoire polyglotte :

« (Cela) signifie quelque chose de tout à fait différent ici que dans les territoires nationalement uniformes ; ici, pour une partie du peuple, ce n’est pas une domination populaire mais une domination étrangère. Le nationalisme libéral pacifique est donc inévitablement étouffé dans des territoires polyglottes gouvernés par un État unitaire, car la démocratie semble être une oppression pour la minorité. Là où seul le choix est ouvert à soi-même de supprimer ou d’être supprimé, on décide facilement pour le premier. »

Ainsi, pour Mises, la démocratie signifie la même chose pour la minorité que « l’assujettissement sous la domination des autres », et cela « est vrai partout et, jusqu’à présent, pour tous les temps. »

Mises rejette le contre-exemple « souvent cité » de la Suisse comme non pertinent car l’autonomie locale n’a pas été perturbée par des « migrations internes » entre les différentes nationalités. Si des migrations importantes avaient établi la présence d’importantes minorités nationales dans certains cantons, « la paix nationale de la Suisse se serait évanouie depuis longtemps ».

Confusion polyglotte et oppression des nationalités

En ce qui concerne les régions habitées par différentes nationalités, Mises conclut donc que « le droit à l’autodétermination ne profite qu’à ceux qui constituent la majorité ». C’est particulièrement vrai, par exemple, dans les États interventionnistes où l’éducation est obligatoire et où « des peuples parlant des langues différentes vivent côte à côte et entremêlés dans une confusion polyglotte ».

Dans ces conditions, la scolarisation formelle est une source de « coercition spirituelle » et « un moyen d’opprimer les nationalités ». Le choix même de la langue d’enseignement peut « aliéner les enfants de la nationalité à laquelle appartiennent leurs parents » et « au fil des ans, déterminer la nationalité de tout un territoire ». L’école devient ainsi la source d’un conflit national irréconciliable et « un enjeu politique de la plus haute importance. »

L’enseignement obligatoire n’est qu’un exemple extrême de la façon dont l’interventionnisme exacerbe le conflit inévitable entre différentes nationalités qui vivent ensemble sous la juridiction d’un même État.

Dans une telle situation, Mises affirme :

« Toute ingérence de la part du gouvernement dans la vie économique peut devenir un moyen de persécuter les membres de nationalités parlant une langue différente de celle du groupe dirigeant. »

Cependant, son idée la plus importante est peut-être que même dans un système de laissez-faire, où le gouvernement est rigoureusement limité à « protéger et préserver la vie, la liberté, la propriété et la santé du citoyen individuel », l’arène politique dégénérera toujours en un champ de bataille entre des nationalités disparates résidant dans sa souveraineté géographique 5 seront les panneaux de signalisation, les annuaires téléphoniques, les procédures judiciaires ou les classes scolaires de la région ? »].

Chacun pense dans sa langue

Cela est particulièrement vrai dans les États où « des différences de religion, de nationalité ou autres ont divisé la population en groupes séparés par un gouffre si profond qu’il exclut toute velléité d’équité ou d’humanité et ne laisse place qu’à la haine ». Mises donne l’exemple d’un juge « qui agit consciemment, ou encore plus souvent inconsciemment, de manière partiale » parce qu’il estime « qu’il remplit un devoir plus élevé lorsqu’il use des pouvoirs et prérogatives de sa charge au service de sa propre groupe. »

Non seulement le membre d’une minorité nationale est soumis à des préjugés enracinés et routiniers dans la sphère politique, mais il est incapable de saisir la pensée et l’idéologie qui façonnent les affaires politiques. Sa vision du monde social et politique ainsi que ses attitudes culturelles et religieuses reflètent des idées formulées et discutées dans la littérature nationale d’une langue étrangère, et ces idées divergent peut-être radicalement de celles du groupe linguistique majoritaire.

Selon Mises, même si les idées politiques et culturelles sont transmises et partagées entre toutes les nations, « chaque nation développe des courants d’idées à sa manière et les assimile différemment. »

Dans chaque peuple, ils rencontrent un autre caractère national et une autre constellation de conditions. Mises donne l’exemple de la façon dont l’idéal politique du socialisme différait entre l’Allemagne et la France, puis entre ces deux pays et la Russie.

Le membre d’une minorité nationale est un citoyen de seconde classe

Le résultat de cette « nationalisation » naturelle et de cette différenciation d’idées et de tendances intellectuelles, même similaires, est que le membre de la nation minoritaire est confronté à une barrière linguistique et intellectuelle qui l’empêche de participer de manière significative à la discussion politique qui façonne les lois sous lesquelles il vit.

Comme l’explique Mises :

« Moulé sous forme de loi écrite, le résultat des discussions politiques [de la majorité] acquiert une signification directe pour le citoyen qui parle une langue étrangère, puisqu’il doit obéir à la loi ; pourtant il a le sentiment qu’il est exclu de la participation effective à la formation de la volonté du pouvoir législatif ou du moins qu’il n’est pas autorisé à coopérer à sa formation dans la même mesure que ceux dont la langue maternelle est celle de la majorité au pouvoir. Et lorsqu’il se présente devant un magistrat ou tout fonctionnaire administratif comme partie à un procès ou à une pétition, il se présente devant des hommes dont la pensée politique lui est étrangère parce qu’elle s’est développée sous différentes influences idéologiques […] À chaque instant, le membre d’une minorité nationale est amené à sentir qu’il vit parmi des étrangers et qu’il est, même si la lettre de la loi le nie, un citoyen de seconde classe. »

Le résultat de l’impuissance politique de la minorité nationale dans une démocratie majoritaire est qu’elle se perçoit comme un peuple conquis ou colonisé.

Car comme le souligne Mises :

« La situation de devoir appartenir à un État auquel on ne souhaite pas appartenir n’est pas moins onéreuse si elle est le résultat d’une élection que si on doit la subir comme la conséquence d’une conquête militaire… »

La ségrégation, un asujettissement démocratique

Dans les années 1920, Mises avait déjà identifié le phénomène de ce que l’on appelle aujourd’hui à tort le « racisme institutionnel » – parce que le problème ne réside pas dans toutes les institutions, seulement les institutions politiques – mais est mieux décrit comme « l’assujettissement démocratique ». Dans les années 1960, Malcolm X (1963) a donné une expression poignante au désir d’autodétermination de la part des nationalités africaines minoritaires aux États-Unis, aux prises avec un État interventionniste contrôlé par des peuples d’origine européenne :

« Ce nouveau type de Noir ne veut pas d’intégration ; il veut la séparation. Pas la ségrégation, la séparation. Pour lui, la ségrégation […] signifie ce qui est imposé aux inférieurs par les supérieurs […] Dans la communauté blanche, l’homme blanc contrôle l’économie, sa propre économie, sa propre politique, son propre tout. C’est sa communauté. Mais en même temps, alors que le Noir vit dans une communauté séparée, c’est une communauté ségréguée. Ce qui signifie qu’il est réglementé de l’extérieur par des étrangers. L’homme blanc a toutes les entreprises de la communauté noire. Il dirige la politique de la communauté noire. Il contrôle toutes les organisations civiques de la communauté noire. Il s’agit d’une communauté séparée […]

Nous ne prônons pas la ségrégation. Nous prônons la séparation. La séparation, c’est quand vous êtes vous. Vous contrôlez votre propre économie ; vous contrôlez votre propre politique ; vous contrôlez votre propre société ; vous contrôlez tout vous-même. C’est à vous et c’est vous qui contrôlez ; nous avons nos institutions et nous les contrôlons. »

Pour Mises, le nationalisme militant a succédé au nationalisme libéral

En analysant les conflits de nationalité, Mises a créé les termes de nationalisme « militant » ou « agressif », qu’il a opposé au nationalisme « libéral » ou « pacifique ». Ainsi, pour lui, le choix n’a jamais été entre le nationalisme et un « globalisme » fade et atomiste ; le vrai choix était soit un nationalisme cosmopolite et embrassant les droits individuels universels et le libre-échange, soit un nationalisme militant résolu à subjuguer et à opprimer les autres nations.

Il a attribué la montée du nationalisme antilibéral à l’impossibilité d’appliquer le droit à l’autodétermination et le principe de nationalité de manière cohérente et dans la mesure du possible dans la formation de nouvelles entités politiques à la suite du renversement du despotisme monarchique par la guerre ou révolution.

La conséquence en a été l’union artificielle et arbitraire de peuples différents par la langue, l’héritage, la religion, etc. Les résultats inévitables de ces États-nations polyglottes et mixtes furent l’oppression des minorités par la nationalité majoritaire, une lutte acharnée pour le contrôle de l’appareil d’État et la création d’une méfiance et d’une haine mutuelles et profondément enracinées6.

Cette situation a souvent abouti à des violences physiques cautionnées par l’État, de l’expropriation et de l’expulsion au massacre des populations minoritaires.

Lectures complémentaires

Ludwig von Mises :

1983 – Nation, State, and Economy: Contributions to the Politics and History of Our Time. Trans. Leland B. Yeager. New York: New York University Press.

1985 – Liberalism in the Classical Tradition. Trans. Ralph Raico. 3rd ed. Irvington-on-Hudson, NY and San Fancisco: The Foundation for Economic Education, Inc. and Cobden Press (co-publishers)

1996 – Critique of Interventionism. Trans. Hans F. Sennholz. 2nd ed. Irvington-on-Hudson, NY: The Foundation for Economic Education, Inc.

1998 – Human Action: A Treatise on Economics. Scholar’s Edition. Auburn, AL: The Ludwig von Mises Institute.

Murray Rothbard :

1993 – “Hands Off the Serbs.” RRR: Rothbard-Rockwell Report. Pp. 1-5.

1994 – “Nations by Consent: Decomposing the Nation-State.” Journal of Libertarian Studies 11:1 (Fall): 1-10.

[Cet essai est extrait de Mises on Nationalism, the Right of Self-Determination, and the Problem of Immigration publié pour la première fois en 2017.]

 

Traduction G.M. Thermeau pour Contrepoints

Sur le web

  1. C’était en fait une branche des Bourbons d’Espagne qui régnait sur Naples et la Sicile. NDT
  2. Mises -1983, p. 34- donne l’exemple touchant des nationalistes italiens qui criaient aux soldats autrichiens : « Retraversez les Alpes et nous redeviendrons frères. »
  3. Cependant, Mises -1983, p. 37- concède que dans de rares cas, « où la liberté et l’autonomie prévalent déjà et semblent assurés sans elle comme en Suisse, le droit à l’autodétermination peut ne pas aboutir à un État unifié au niveau national.»
  4. Sur les conflits ethnico-religieux dans l’ex-Yougoslavie, voir Rothbard, 1993-1994.
  5. Rothbard,1994, pp. 5-6, fait une remarque similaire sur les conflits politiques inévitables qui surviennent dans une situation où différentes nationalités sont liées entre elles sous la juridiction d’un seul gouvernement libéral de laissez-faire : « Mais même sous l’État minimal, les frontières nationales feraient toujours une différence, souvent importante, pour les habitants de la région. Car dans quelle langue […
  6. Un terme plus euphonique que « États-nations mixtes » pour ces entités politiques serait « États multinationaux », mais compte tenu de son sens actuel, ce dernier terme est susceptible d’être trompeur.
Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.