Commercial society : comprendre les rouages de la société libérale

Au croisement de l’économie, du droit et de l’éthique, Commercial Society se présente comme un manuel qui plonge l’étudiant dans des questionnements économiques en partant d’une vision éthique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Commercial society : comprendre les rouages de la société libérale

Publié le 7 juin 2021
- A +

Par Emmanuel Martin.

Consommation à outrance, profits immédiats, la société du commerce aurait-elle oublié l’éthique ? C’est la critique souvent adressée aux libéraux qui défendent la société du commerce. Pourtant les réflexions éthiques dans le camp libéral sont nombreuses, et sans doute d’abord parce que le libéralisme est avant tout une philosophie.

L’éthique de la responsabilité individuelle est au cœur du projet libéral. Il est cependant rare d’en entendre parler en cours d’économie de premier cycle et notamment en cours d’introduction à l’économie. C’est sans doute là une lacune importante.

Un manuel essentiel

Pour s’attaquer à cette question de l’éthique et en même temps introduire l’étude de l’économie David Schmidtz et Cathleen Johnson ont rédigé leur ouvrage Commercial Society (dont la traduction sera bientôt disponible en français, sous le titre La société du commerce). Au croisement de l’économie, du droit et de l’éthique, ce travail propose un manuel qui plonge l’étudiant dans des questionnements économiques en partant d’une vision éthique.

Éthique de l’échange, de l’effort, de l’épargne, tout cela est inséré dans une analyse des concepts économiques fondamentaux qui permettent de comprendre à la fois le fonctionnement des économies de marché, leur soubassement institutionnel mais aussi pourquoi elles ont réussi à générer un progrès sans précédent pour l’humanité.

L’ouvrage se découpe en 70 chapitres classés en 7 parties sur les concepts clés, la notion de progrès, les bases de l’échange, relations d’agence, institutions & structures de marché, grands problèmes économiques, finance personnelle et d’entreprise, innovation et entrepreneuriat.

Les étudiants peuvent assimiler facilement les grands concepts et comprendre les grands mécanismes qui président au fonctionnement de l’économie. La démarche se fait toujours avec des exemples de la vie de quotidienne, et avec un indéniable côté pratique (finances du ménage etc.) et… éthique.

David Schmidtz et Cathleen Johnson seront à Aix-en-Provence du 8 au 10 juillet pour un atelier à la Faculté de Droit (Site Schuman) incluant des sessions d’économie expérimentale. Les participants sont logés gratuitement (avec repas et cocktails). N’hésitez pas et saisissez l’opportunité de candidater à cet évènement avant le 12 juillet. Des « socials » sympathiques seront en outre organisés dans la magnifique ville d’Aix-en-Provence. Vous avez jusqu’au 12 juin pour candidater grâce au lien fourni sur cette page !

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • c’est assez simple, si tu n’en veux pas tu n’es pas forcé de l’acheter..

    il est frappant de constater que dans l’alternative , on doit obliger les gens à agir comme ils le souhaitent..

    le grand mystère des gens qui vont au supermarché en dépit de leur plein gré : j’y suis obligé car c’est moins cher, je préférerais aller ailleurs..en général ça cache l’idée que leur niveau de revenu est « injuste »..

    je préfèrerais avoir une voiture électrique..

  • Remettre des valeurs morales dans l’économie et le commerce. Vaste chantier… ceci dit il est peut-être temps de l’entreprendre…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’industrie vidéoludique est devenue de nos jours bien plus rentable que celle du cinéma ou de la musique (passant du milliard de dollars de revenus mondiaux en 1971 à 190 milliards en 2021). Elle a fait entrer des œuvres dans la culture générationnelle qui sont considérées de nos jours comme des classiques, que ce soit Pong, Space Invaders, Tetris, Pac-Man, Super Mario Bros., Sonic, Populous, Prince of Persia, Doom, GTA etc. C’est pourquoi il est judicieux de s’y intéresser sous le prisme de la diffusion culturelle, et notamment par les vale... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Être libéral est un style de vie, fait de symboles et d’éléments culturels. Notre chroniqueur Olivier Palettu vous en fournit les clefs pour vivre votre libéralisme au quotidien.

Remis au goût du jour par Édouard Balladur, un maître en matière de style français, le mocassin à pampilles (ou à glands), fit florès dans les années 1980 quand, au milieu du mitterrandisme triomphant, les libéraux espéraient renverser la vapeur et se montraient volontiers plus Thatcher que Bérégovoy. Si certaines illusions furent dissipées, le mocassin à pam... Poursuivre la lecture

Être libéral est un style de vie, fait de symboles et d’éléments culturels. Notre chroniqueur Olivier Palettu vous en fournit les clefs pour vivre votre libéralisme au quotidien.

Rendue célèbre par la chanson de Metallica, Dont’t tread on me (« ne me marche pas dessus », « ne me foule pas aux pieds »), l’expression est devenue la devise du mouvement libertarien.

Il s’agit du fameux Gadsgen Flag, avec le serpent à sonnette, qui trouve ses origines dans la Révolution américaine.

Ce serpent est dessiné par Benjamin ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles