Macron s’offre un petit safari dans les territoires

Macron part en campagne, fier comme un cuistre avec le pire passif possible et une attitude d’administrateur colonial.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron s’offre un petit safari dans les territoires

Publié le 4 juin 2021
- A +

par h16

Pour ceux qui n’auraient pas encore compris, l’élection présidentielle française est maintenant à moins d’un an. C’est donc tout naturellement que les frémissements agitent déjà toute la classe politique.

Et parmi ces frémissements, difficile de passer à côté de la dernière opération de campagne communicationnelle du président de la République lui-même : afin de marquer le début des hostilités pré-électorales, Macron a en effet décidé de se rendre dans le Lot pendant quelques heures. Pour le chef de l’État, il s’agit d’aller au contact direct des Français. Rassurez-vous cependant : prudence et pandémie imposent qu’il s’agisse d’un contact tenant compte des distances de sécurité pour éviter les germes et les pavés. Contact oui, full-contact non, sachons rester civils n’est-ce pas.

Quoi qu’il en soit, l’idée pour le frétillant Marcheur est donc de renouer avec ce qui lui a valu son élection triomphale en allant voir tous les Français qui attendent le renouveau et une impulsion fraîche dans la politique hexagonale : finie la politique politicienne, finis les bisbilles partisanes et les petits jeux d’appareil, place à la reconquête des cœurs citoyens avec le vrai discours du battant qui a su ♩ penser tralala ♪ printemps et insuffler ♫ un nouvel espoir pour les forces vives de la naâationtsointsoin ♬ …

Eh oui, on ne change pas les recettes qui marchent, voire qui trottinent et parcourent les chemins provinciaux afin de récolter ces précieuses voix : comme Macron l’explique lui-même,

« Je veux reprendre mon bâton de pèlerin, aller dans les territoires pour prendre le pouls du pays. »

Après une année 2020 durant laquelle le Président n’a pas pu céder à la gourmandise du bain de foule millimétré pour cause de méchante pandémie, la situation sanitaire actuelle semble offrir comme un répit salvateur afin – comme le détaille une Élysée friande de détails présidentiels – d’« échanger avec les Français, savoir comment ils ont traversé la crise, quelles sont leurs craintes, leurs désirs, comment ils voient l’avenir ».

Et c’est vrai qu’il en faut, du courage et une profondeur d’analyse remarquables pour tenter d’esquisser les craintes, les désirs et la vision d’avenir du peuple français ! Quelles interrogations parcourent ce fier peuple gaulois après ces terribles épreuves ? Veulent-ils que la République s’occupe plus d’inclusivité, de pronoms adaptés à tous et d’intersectionnalité militante ou penchent-ils plus pour des efforts supplémentaires en matière de mobilité douce et de champs d’éoliennes Gaïa-compatibles ? Se sentent-ils davantage responsables des terribles discriminations que subissent chaque jour les trans, les gays et les roux comme en témoigne la poignante campagne actuelle du gouvernement ou sont-ils davantage concernés par le racisme patriarcal blanc dégoulinant qui s’empare de certains Français pas trop vivrensemblistes après le déconfinement ? C’est vrai, ça, ces Français d’outre-périphérique parisien, que voudraient-ils vraiment utiliser comme pronoms ? Veulent-ils continuer à interdire les pailles en plastique ou les publicités pour les voitures à essence, ou les deux ? De quelle discrimination sont-ils au mieux victimes, au pire coupables ?

Autant d’interrogations poignantes que ne manquera pas de rapporter ce peuple à son Président dont tous les sondages des médias subventionnés n’hésitent pas à rapporter qu’ils sont frétillants d’allégresse, notamment les jeunes.

Les questions portant sur l’économie catastrophique, l’insécurité et la violence galopantes dans le pays et les problèmes communautaires seront peut-être abordées dans un second temps, auprès des aides de camp du Président et gérées par toute sa fine équipe dont on a déjà pu mesurer la capacité au succès ces années précédentes. La confiance est donc de mise.

Pas de doute, ce nouveau tour de France de la Présidence se place sous les mêmes auspices et les mêmes habitudes que les précédents déplacements du chef de l’État : à l’approche des élections, celui qui est redevenu le candidat Macron redécouvre qu’il existe quelque chose au-delà du périphérique, ces fameux territoires dont il entend parfois parler par ses amis et les médias, souvent vierges de sa bonne parole et de ses mannes intellectuelles puissantes, et qu’il va donc entreprendre de pacifier et civiliser avec la condescendance qu’on lui connaît ; on se rappellera à profit de ses intéressantes saillies sur l’alcoolisme du nord, les salariées illettrées, de ceux qui pourraient se payer un costume à condition de travailler, ceux qui ne sont rien et les autres ou d’autres petites phrases qui donnent à ce Président un indéniable côté OSS-117 dont l’arrogance ou la suffisance se disputent souvent à une forme d’inculture provoquant des réflexions hors sol, savoureuse dans une comédie et consternante à la tête d’une République qui fut jadis puissante.

En attendant la boulette qui ne manquera pas d’advenir dans les prochaines semaines à l’occasion d’un de ces safaris présidentiels dans les territoires de la République, on ne pourra s’empêcher de noter l’intéressante collision de cette communication avec l’actuelle campagne électorale des régionales dont tout indique qu’absolument personne n’a rien à carrer, à tel point que la pauvre Pécresse, qui a déjà bien du mal à exister en temps normal, s’en est récemment offusquée (en pure perte, soyons honnête).

C’est logique : les Français ont tous compris que leur avenir et celui du pays était largement dépendant non des changements de noms aux têtes des baronnies locales mais bien du prochain scrutin présidentiel et législatif qui suivra. Les enjeux sont énormes et décisifs tant la société française, ses libertés fondamentales, son économie et le fondement même de l’art de vivre français ont été écrabouillés par cette présidence de Gribouille.

En face de ce peuple dont les tensions internes indiquent qu’il est de plus en plus prêt à en découdre physiquement, le gouvernement et l’équipe présidentielle se sont lancés sans hésiter dans une campagne électorale, montrant que Macron ne doute d’absolument rien dans son petit costard, et qu’il entend bien mener la danse.

Cependant, le problème de l’actuel locataire de l’Élysée reste son passif.

Celui de François Hollande était extrêmement médiocre avec sa multiplication de bricolages sociétaux qui avaient bousculé la société française. Son bilan économique était si minable qu’il avait finalement lui-même jeté l’éponge.

En pratique, le bilan de Macron est incomparablement pire (et vu le niveau du prédécesseur, la performance est épique). La dette qui n’a jamais cessé de croître sur les quarante dernières années a cette fois-ci explosé à des niveaux réellement insoutenables. Les tensions sociales du pays, la violence de certains quartiers sont à leur point haut et les problèmes récurrents (chômage, éducation, sécurité) se sont amplement aggravés pendant que les problèmes spécifiques advenus dans le quinquennat n’ont bénéficié d’aucune gestion raisonnable à porter au crédit de l’actuel Président : minimisation, répression et récupération de la crise des Gilets jaunes sans aucun traitement de fond, improvisation complète et gesticulations grotesques et contre-productives pendant la pandémie…

En somme, Macron part en campagne, fier comme un cuistre avec le pire passif possible et une attitude d’administrateur colonial en visite dans les territoires sous occupation de l’administration française qui a démontré, ces 18 derniers mois, son caractère ubuesque, rigide voire cadavérique, et son appétit pour les formulaires idiots et les procédures débilissimes.

On ne peut que souhaiter que tout se passe comme d’habitude avec Macron, ce qui nous réservera de belles tranches de rigolade.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (52)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (52)
  • Un couvre-feu depuis décembre, à 20h, 18h, 19h, 21h et bientôt 23h (on a échappé aux 22h!). Ca fait de nous le seul pays d’Europe avec ce truc stupide. Mais comme c’est pour notre bien…

  • Le pire de ce quinquennat restera le mépris total de Macron pour la démocratie. Du référendum sur Notre Dame des landes au CCC (comité contre les chats, pardon non, convention citoyenne sur le climat), à la Pompili qui annonce que 80 % des français sont pour l’éolien, le foutage de gueule vis-à-vis du peuple français a pris une telle ampleur qu’on voit mal comment quelques pavés ne ressortiraient pas de terre prochainement…

    • Les exemples ne sont franchement pas bons. Ni la consultation sur Nddl, ni le comité contre le climat n’ont de légitimité. Ils ne sont représentatifs de rien. Mais il est vrai qu’il y a eu un certain nombre d’abus de pouvoirs puisque sur beaucoup de sujets l’assemblée nationale ou les partenaires sociaux n’ont pas été impliqués.

    • vous avez oublié le vote pour ou contre le pass sanitaire..Macron est un dictateur et ce pays est foutu.

      • Pour être un bon aventurier ou réussir en politique, il faut avoir une certaine hypertrophie des parties. Pour être dictateur, il faut également bénéficier d’une hypertrophie certaine du melon.

        Chez Macron l’hypertrophie est surtout supérieure : un pas en avant, un pas en arrière (et en même temps, bravo l’artiste). Comme les chats : têtus, toujours une mauvaise idée en tête, mais craintifs. Et moins intelligent qu’un brave toutou.

        J’attends toujours qu’on m’explique l’affaire Benalla. C’était quoi le projet ?

  • Oyez, oyez, gueux de France et de Navarre, la royale caravane du monarque va passer sur nos terres, c’est un grand jour pour les gaulois en manque d’acculturation scientifique que nous sommes, quelle chance nous avons !
    Quel bonheur d’habiter le pays du grand pharaon Koikilankoutte !

    • Bientôt il va guérir les écrouelles en touchant les gueux de sa sainte main, et rendre la justice sous un chêne… il est toujours à la recherche de symboles pour cajoler les âmes simples, et vous verrez, ça marchera encore ce coup ci ( ça fait que 50 ans que ça marche après tout…)

    • et dire qu’une ribambelle de glands va lui sourire, faire des selfies et un petit check …les français sont des poissons rouges, un tour de bocal et hop on oublie tout..

  • La dernière fois qu’il a fait le tour de la France il nous a pondu une assemblée citoyenne tirée au sort dans le chapeau d’un magicien. Que va t il nous inventer à son retour ?

  • L’homme au passif pas Cif ammoniacal est allé faire son petit cirque safarien (ça fait pas rien aux locaux semble-t-il) à Saint-Cirq Lapopie.
    Bien choisi comme endroit 😉

  • Le pire est que ceux qui ont voté Macron en 2017 pour « éviter le chaos » n’hésiteront pas à remettre ça en 2022, malgré leurs gémissements actuels

    • Pourquoi voudriez-vous que des castors ayant fait barrage en 2017 à la « N » ne soient plus des castors en 2022?

      • « des castors en 2022 » une évidence.
        Et, après la reconstruction de Notre Dame de Paris, qui sait si tout cela ne se terminerait pas par un sacre…

    • Pas certain, beaucoup de personnes dans mon entourage avaient voté au second tour pour Macron mais ne comptent pas recommencer, le premier quinquennat les a vaccin (c’est le cas de le dire).

      Quoi qu’il en soit peu importe, il n’y a plus une seule personnalité politique en France qui porte encore des valeurs libérales, alors Macron ou un autre …

      • Ils revoteront pour lui. Il refera le coup avec Le Pen et ça fonctionnera. C’est très con un électeur. Georges Freche approuve ce message.

  • « Administrateur colonial », c’est très exactement ça.
    Les élites socialistes n’aiment ni le peuple, ni son patrimoine, ni son histoire.

    • manque juste la chaise à porteurs…

    • Correction : Dire que les socialistes font partie de l’élite me paraît un énorme contresens. Ils représentent « la lie de » la société.

    • Je souscris à la critique de M. Macron mais je désapprouve totalement la référence à l’ « Administrateur colonial » qui trahit une intoxication conformiste à l’idéologie anticolonialiste gaucharde fondée sur une ignorance complète de l’histoire de la colonisation.

      NB : il ne s’agit pas de soutenir que la colonisation était sans défaut, ce qui serait « raisonner » aussi sottement que les anticolonialistes primaires.
      La colonisation est un fait historique relevant de l’analyse historique la plus objective possible (un très bel exemple étant la somme de Jacques Marseille « Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce », Seuil, Points Histoire, 1989) en évitant le « péché irrémissible » (Lucien Febvre) de l’anachronisme.

  • Si on veut bien y réfléchir un peu et reprendre le fil de ses décisions, comportements, discours et actions, un bon nombre des actes de ce triste personnage relève d’une extrême déloyauté envers le pays qu’il préside. La définition même de la haute trahison.

  • Attendons au moins de savoir quels sont les candidats pour 2022.

    • Espérer autre chose qu’un candidat collectiviste en 2022, c’est du même niveau que « Jésus revient ! », je ne suis pas contre mais je reste sceptique.

  • Macron tente de réutiliser la nouvelle science politique qu’il a inventée, qui a réussi en 2012, et qui consiste, à partir des sondages, à promettre à chaque tendance politique ce qu’elle veut entendre. Cette nouvelle science politique est d’ailleurs couramment et justement dénommée « le en même temps ».

    Problème, sa principale opposante politique a compris la recette, et fait maintenant la même chose : sécurité et immigration pour les droites, et open-bar pour les gauches.

    Cette Démocratie Est Foutue.

  • Toujours en forme H16 ! Articles reconnaissables entre mille dès le titre . Mais j aurais aimé un Macron – Brice de Nice attendant S̶o̶n̶ ̶t̶s̶u̶n̶a̶m̶i̶ sa vague …..

  • Oui, c’est ça, il fait sa campagne aux frais de l’état et avec un no mans land de 400 mètres autour de sa personne, bien blindée de FdO pour éviter d’entendre les gueux. On sent bien le gros doigt…

  • le pire n’est jamais sur et le futur reste imprévisible.

  • Il faut aller à sa rencontre, peut-être qu’il distribue des pass sanitaires dédicacés pour pas cher ?

  • Je trouve que la dernière photo fait très  » Orange Mécanique » – pas vraiment rassurant

  • Pour un « parangon «  de la start up nation renouer avec les préaux de la IIIème c’est impressionnant et tout cela pour prendre le pouls de la nation alors qu’il est censé être en permanence branché au tensiomètre de celle-ci et le tout dans le cadre d’un abus de pouvoir.
    Bravo!!!

  • Macron restera dans les annales de la Vème République comme le grand fossoyeur de la France.
    Il a fait passer la France de la démocratie à la démocrature en attendant prochainement l’instauration de la dictature grâce aux médias lèche-bottes qui le soutiennent.
    Il a toutes les caractéristiques de la définition du « loser ». En effet, tout ce qu’il touche merdoie.
    Mais, comme le disent certains commentateurs, les français sont capables de le reconduire à leur tête. Ils ont bien été capables de donner les rênes du pouvoir à un scootériste !!!

    • Attention à ne pas trop personnifier l’évolution de la société pendant le quinquennat de Macron, il n’est tout au plus que le symbole du déclin de la société française.

      Puisqu’on parle d’élection, penser qu’avec un autre candidat élu président les choses auraient été différentes relève de la naïveté la plus totale. On aurait peut être évité quelques unes des ses meilleures catch lines mais c’est tout.

    • Le scooter est apparu après l’élection. Les Français ont élu un mou, un indécis, pas un scootériste.

  • Macron et son gouvernement sont les pires incompétents de la V république. Ceci dit espérer un changement est utopique
    Que ce soit lui ou un autre rien ne changera.
    Ce ne sont pas eux qui dirigent l appareil mais la haute administration qui dirige le politique
    Le politique pavane l administratif travaille souvent en nous sortant tout et n importe quoi et le politique qui est inculte et illettré signe tout et n importe quoi
    C est pour ça que la démocratie est en danger

    • la démocratie? quelle démocratie? vous vous croyez encore en démocratie? ça fait bien longtemps qu’elle n’existe plus en France , bien avant Macron.

      • @dekkard
        « ça fait bien longtemps qu’elle n’existe plus en France , bien avant Macron. »
        Clair et net !

        • juste pour préciser, quand on aura un représentant élu avec 50,1% des votes exprimés par rapport au nombre inscrits là on pourra parler de démocratie ….mais en France ce simple principe a été cadenassé par le pouvoir politique depuis longtemps et oublié par les électeurs.

    • Il n’y a effectivement plus de démocratie en France. Le but est l’Europe, tous les pays doivent s’y plier. Après, chaque pays défend ses intérêts du mieux qu’il est possible en fonction de son président. Et le nôtre veut donner l’exemple, être le plus européen de tous, et tant pis pour les intérêts des Français. C’est pour cela qu’il faut pouvoir choisir un président pas trop pro-Europe.

    • La liberté est plus en danger que la démocratie.

  • Vous trouvez vraiment que la situation est fondamentalement différente en Italie, en Espagne, au Royaume -Uni, aux États -Unis, en Allemagne, …
    L’écume est différente, l’essentiel pas
    Des démagogues incompétents au pouvoir faisant face à d’autres démagogues

  • « Celui de François Hollande était extrêmement médiocre avec sa multiplication de bricolages sociétaux qui avaient bousculé la société française. Son bilan économique était si minable qu’il avait finalement lui-même jeté l’éponge. »

    Je vous trouve bien modeste. Même « carrément nul » est trop complaisant.
    En dehors du mariage homo, promesse de campagne, et point d’orgue de la fin du harcèlement étatique des homosexuels (cf libéralisme et homosexualité), Hollande n’a fait que laisser les lieux plus sales que quand il est monté sur le trône !

  • avec lui l’incompétence n’a plus de limites

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Depuis sa réélection en avril dernier, le président Macron porte une attention privilégiée quasi exclusive à la politique internationale au détriment des affaires nationales.

 

Un constat alarmant d’effacement volontaire de la France et de soumission à de nouveaux maitres

Des formidables atouts et acquis de la France, qu’il dénigre volontiers comme étant  «des oripeaux du passé », Emmanuel Macron n’a de cesse d’en accélérer l’abandon par reniement et le transfert de souveraineté, de rayonnement et d’autorité, vers d’autres ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles