La hiérarchie des libertés selon Milton Friedman

Quelle est la relation entre liberté politique et économique ? Un plongeon dans la réflexion stimulante de Milton Friedman.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Panorama de Hong Kong

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La hiérarchie des libertés selon Milton Friedman

Publié le 19 mai 2021
- A +

Par Adrien Faure.

Dans Capitalisme et liberté (1962), Milton Friedman propose une hiérarchisation entre deux types de libertés : la liberté économique et la liberté politique. En effet, selon lui :

La liberté économique est elle-même une composante de la liberté au sens large, si bien qu’elle est une fin en soi. D’autre part, la liberté économique est indispensable comme moyen d’obtenir la liberté politique.

Dans cet article, nous allons d’abord nous pencher sur la thèse selon laquelle l’accroissement de la liberté économique implique l’accroissement de la liberté politique et civile. Puis nous aborderons la thèse selon laquelle l’accroissement de la liberté politique n’implique pas nécessairement un accroissement de la liberté économique et civile.

La théorie friedmanienne de la balance des pouvoirs

Milton Friedman affirme que « l’accroissement de la liberté économique va de pair avec l’accroissement des libertés civiles et politiques. » Pour argumenter en faveur de cette thèse, il développe une théorie du pouvoir et de la balance des pouvoirs. Cette théorie prend la forme suivante :

La menace fondamentale contre la liberté est le pouvoir de contraindre, qu’il soit entre les mains d’un monarque, d’un dictateur, d’une oligarchie ou d’une majorité momentanée. La préservation de la liberté requiert l’élimination la plus complète possible d’une telle concentration du pouvoir, en même temps que la dispersion et le partage de ce qui, du pouvoir, ne peut être éliminé : elle exige donc un système de contrôle et de contrepoids. En ôtant à l’autorité politique le droit de regard sur l’organisation de l’activité économique, le marché supprime cette source de pouvoir coercitif ; il permet que la puissance économique serve de frein plutôt que de renfort au pouvoir politique.

Autrement dit, il existe un pouvoir politique et un pouvoir économique qu’il s’agit de séparer et d’opposer plutôt que de concentrer, comme c’était le cas dans le totalitarisme soviétique où pouvoir économique et pouvoir politique étaient concentrés entre les mêmes mains d’une bureaucratie dirigeante.

Le problème de la définition du pouvoir

Cette théorie de l’équilibre des pouvoirs semble faire sens, même si Milton Friedman ne définit pas de manière très rigoureuse ce qu’il entend par pouvoir.

Il semblerait qu’il entende par ce concept de pouvoir la capacité de x à prendre des décisions sans être contraint par y, la contrainte désignant ici non seulement l’usage de la force pour contraindre, mais aussi les incitations économiques pouvant servir à contraindre autrui.

La liberté économique permettrait donc d’équilibrer le pouvoir politique avec le pouvoir économique, ce qui renforcerait la liberté politique puisque les individus seraient davantage libres par rapport à l’autorité politique.

Milton Friedman illustre cet argument par l’exemple de la liberté d’expression : dans une société où le pouvoir politique ne contrôle pas l’économie, les agents économiques sont prêts à vendre, publier et diffuser des propos tenus par des opposants au pouvoir politique, tandis que dans une société où le pouvoir politique contrôle l’économie, par exemple où l’État est propriétaire des moyens de production, les opposants au pouvoir politique ne peuvent s’adresser à personne pour diffuser leurs propos.

Liberté économique et liberté individuelle

À la lumière de cette argumentation, il semble que Milton Friedman ait raison de penser que l’accroissement de la liberté économique renforce la liberté politique des individus.

Si on conçoit aisément que pour favoriser la liberté politique il convient de fragmenter le pouvoir politique en de multiples centres de pouvoir en concurrence, on pourrait néanmoins se demander si la liberté économique ne va pas aboutir à une concentration du pouvoir économique entre quelques mains.

C’est d’ailleurs là une des critiques récurrentes émises par une partie de la gauche à l’encontre d’une économie de marché libre. Milton Friedman répond à cette critique que :

Le pouvoir économique peut être largement dispersé. Aucune loi de conservation ne veut que la croissance de nouveaux centres de pouvoir économique se fasse aux dépens des centres déjà existants.

En fait, la liberté économique signifie la mise en concurrence entre les individus. Or, celle-ci signifie que chaque individu jouit d’une sphère d’autonomie et d’absence de contrainte.

En effet, Milton Friedman argumente que :

Aussi longtemps que l’on maintient une liberté d’échange effective, le trait central du mécanisme du marché est qu’il empêche une personne de s’immiscer dans les affaires d’une autre en ce qui concerne la plupart des activités de cette dernière. Du fait de la présence d’autres vendeurs avec lesquels il peut traiter, le consommateur est protégé contre la coercition que pourrait exercer sur lui un vendeur ; le vendeur est protégé contre la coercition du consommateur par l’existence d’autres consommateurs auxquels il peut vendre ; l’employé est protégé contre la coercition du patron parce qu’il y a d’autres employeurs pour lesquels il peut travailler, etc. 

C’est donc par la concurrence même que chaque individu peut ne pas dépendre d’un autre individu en particulier, et c’est pourquoi la liberté économique est une force de décentralisation du pouvoir économique et non de concentration de ce pouvoir.

Un argument historique

Milton Friedman propose aussi un argument historique en faveur de sa thèse. Il pense possible d’induire de l’observation de l’histoire une corroboration en faveur de sa thèse selon laquelle l’accroissement de la liberté économique implique l’accroissement de la liberté politique et civile :

L’histoire témoigne sans équivoque de la relation qui unit liberté politique et marché libre. Je ne connais, dans le temps ou dans l’espace, aucun exemple de société qui, caractérisée par une large mesure de liberté politique, n’ait pas aussi recouru, pour organiser son activité économique, à quelque chose de comparable au marché libre.

Mais cette induction historique pose le même problème que toute induction de ce type : elle est aisée à infirmer. Ainsi, Milton Friedman affirme ensuite que « [la liberté politique a évidemment accompagné le marché libre] pendant l’âge d’or de la Grèce et aux premiers temps de l’époque romaine ».

Le modèle grec ?

Or, il semble erroné de parler de liberté politique dans une société comme celle de la Grèce antique où l’esclavage a toujours existé, où les inégalités en droits entre hommes et femmes n’ont jamais pris fin et où, de manière générale, un système d’inégalités en droits stratifiait la société.

C’est pourquoi, même en admettant que la Grèce a incarné un marché libre à un moment de son histoire antique, ce qui me semble aussi matière à controverse, elle ne peut pas avoir incarné un modèle de liberté politique ; bien que remise dans son contexte elle puisse avoir incarné un modèle de liberté politique relativement aux autres modèles de société existant.

L’argumentation historique de Milton Friedman n’est donc pas très convaincante.

Toutefois, il se peut que ce soit simplement l’exemple historique de Milton Friedman qui soit mal choisi. On peut en effet observer que dans plusieurs pays européens une augmentation immense du niveau de vie de la population succédant aux révolutions agricole, industrielle et technologique semble avoir été suivie d’une augmentation des libertés politiques. Il y a donc aussi des observations historiques en faveur de sa thèse.

L’accroissement de la liberté politique implique-t-il l’accroissement de la liberté économique et civile ?

Milton Friedman a ajouté dans sa préface de 2002 à Capitalisme et liberté un élément important à sa conception de la liberté qui n’apparaissait pas dans la version de 1962 :

Alors que j’achevais la rédaction de ce livre, l’exemple de Hong-Kong, avant sa restitution à la Chine, m’a persuadé que, si la liberté économique est la condition nécessaire à la liberté civile et politique, et aussi désirable que puisse être cette dernière, la réciproque n’est pas vraie. […] La liberté politique, […] dans certaines circonstances joue en faveur des libertés économiques et civiques, mais […] dans d’autres les entrave.

Non seulement il pense que la liberté économique implique la liberté politique et civile, mais en outre il pense donc que la liberté politique n’implique pas nécessairement la liberté économique et civile. Par conséquent, il établit ainsi une hiérarchie entre les libertés, la liberté économique l’emportant en importance sur la liberté politique puisque cette dernière peut parfois avoir des conséquences nuisibles pour les individus.

L’exemple de Hong Kong

La liberté politique peut-elle vraiment ne pas impliquer la liberté économique et civile, voire, peut-elle lui nuire ? Milton Friedman mentionne l’exemple de Hong-Kong qui était jusqu’en 1997 un territoire britannique, puis un territoire chinois.

Ce que Milton Friedman semble ici avoir observé est que la liberté politique de Hong-Kong jusqu’en 1997 n’a pas amené d’accroissement de la liberté économique et civile.

En fait ce qu’a probablement observé Milton Friedman est que lorsque des individus gagnent en liberté politique, par exemple lorsqu’un régime autoritaire se démocratise, il peut employer ses nouvelles libertés politiques pour élire des dirigeants qui prendront des mesures contre la liberté économique et la liberté civile.

Un exemple criant de ce phénomène peut s’observer avec l’Allemagne dans la première moitié du XXe siècle : d’abord régime autoritaire, puis démocratie, c’est une majorité démocratique jouissant de libertés politiques qui permet l’accession au pouvoir du parti nazi, tandis que par la suite, le régime nazi réduit drastiquement les libertés civiles et économiques.

Il semble donc vrai de dire que, dans certains cas, les libertés politiques peuvent nuire aux libertés civiles et économiques.

Dans la prochaine partie de cette réflexion, nous tâcherons de voir si la liberté économique est réellement plus importante que la liberté politique et civile.

Un article initialement publié le 19 août 2017.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • L’article est intéressant et je n’ai rien à dire à son sujet, mais je reste dubitatif quant à cette hiérarchisation des libertés.

    On peut défendre la liberté en économie déjà pour un soucis d’efficacité. On a une relation interne.
    Liberté économique efficacité économique.

    Mais la liberté économique a t’elle réellement des effets sur la liberté politique ? On pouvait le penser mais l’exemple de la Chine demande au moins à temporiser.
    La liberté économique a t’elle entrainé l’augmentation des libertés politiques ou simplement accompagné un mouvement autonome ?

    •  » Mais la liberté économique a t’elle réellement des effets sur la liberté politique ? On pouvait le penser mais l’exemple de la Chine demande au moins à temporiser.  »

      Classement mondial par pays des libertés économiques en 2016: Chine 113ème

      • Certes mais depuis l’époque de Mao du chemin a été effectué, des entreprises chinoises privées commencent a ce faire des noms au niveau mondiale. Les libertés économiques (en production comme en consommation) se développent sous le regard du pouvoir, tandis que que le gouvernement donne un coup de vis au niveau des libertés politiques.

        • La Chine est un cas particulier, il y règne un consensus quasi-unanime pour séparer liberté économique de liberté politique et admettre — dans un pragmatisme un peu désabusé, si vous en discutez avec de jeunes Chinois — que les désirs de liberté politique peuvent être reportés à plus tard si les progrès sont significatifs en ce qui concerne les libertés économiques. C’est exactement à l’opposé de l’opinion française, et d’ailleurs la Chine est le pays où le pourcentage de jeunes qui souhaitent créer leur entreprise est le plus élevé au monde, dans les 75% je crois, tandis que la France est celui où il est le plus élevé pour ceux qui souhaitent devenir fonctionnaires.

  • C’est bien ce qui se passait en Europe de l’est. Walesa se retrouva licencié et dans l’impossibilité de retrouver un travail puisque le patron c’était l’état.
    C’est la raison pour laquelle tout régime socialiste supprime le secteur privé, livrant ainsi tout citoyen pieds et poings liés à la volonté de l’état, qui peut lui ôter son emploi s’il proteste!

  • Quid de la globalisation à l’échelle du monde , des multinationales et de leurs

    stratégies subséquentes qu’elles élaborent dans le cadre de l’ ouverture des

    frontières à la libre circulation des biens et des personnes ? Le concept d’une

    sorte de mixité marché-état , ou de liberté-absence de liberté qu’elle soit politique

    ou économique , avec possibilité d’investissement public ou non , et rôle ou non de

    l ‘état régulateur, ne peut il correspondre à une vision réductrice , voire obsolète du

    libéralisme si elle ne prend pas en considération l’interdépendance de tous les faits

    économiques et sociaux internationaux , en vue d’analyses macro-économiques qui

    puissent par exemple répondre à la question de l’objectif du plein emploi et si oui

    quelle est la nature des emplois?

  • Milton Friedman aurait du lire, s’il l’avait pu, l’excellent et fort documenté livre de Daron Acemoglu [Why nations fall…] dont Contrepoints a parlé sous la plume du Minarchiste [L’importance des institutions pour le développement économiques]
    Hélas il est mort 6 ans trop tôt.
    Il aurait compris que c’est la liberté politique, les institutions politiques inclusives pour reprendre le qualificatif de Acemoglu, qui permettent la liberté économique, donc la croissance économique, donc la prospérité. Et non l’inverse.

    • Très juste.
      La liberté politique, c’est l’État de droit ; il nous libère des réseaux mafieux liberticides quand l’Etat remplit ses fonctions régaliennes. Sans État de droit, pas de liberté économique, pas de développement, pas de paix et pas de prospérité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
inflation
3
Sauvegarder cet article

Par Alexander William Salter.

Si la décomposition de l'inflation en ses éléments constitutifs est empiriquement délicate, son essence est simple. L'inflation est le résultat de trop d'argent pour trop peu de biens. Milton Friedman a popularisé cette règle empirique. La combinaison de son intelligibilité et de son pouvoir explicatif explique pourquoi elle est encore largement utilisée.

Mais tout le monde n'a pas reçu le mémo. Les politiciens, les bureaucrates, les journalistes et les universitaires de Very Online cherchent âpreme... Poursuivre la lecture

Par Cécile Philippe.

Alors que la liberté d’expression et plus généralement les libertés civiles sont plébiscitées par les Français, le libéralisme économique, quant à lui, continue de susciter la suspicion voire le rejet chez la plupart des gens, y compris à droite. Ce terme est en effet connecté à des questions difficiles comme la mondialisation, le profit, les délocalisations, la loi du plus fort, etc., et génère des sentiments négatifs comme la peur ou l’envie.

 

Pour pallier les défauts d’un libéralisme « débrid... Poursuivre la lecture

inflation dette
2
Sauvegarder cet article

Paraphrasons : personne ne sait comment fabriquer un comprimé de Doliprane…

Hier, le grand Milton Friedman prenait l’exemple du crayon jaune, afin d’exposer sa vision du libéralisme.

https://www.youtube.com/watch?v=SDUB4Pw39sg

 

Hélas, je ne dispose ni de son talent, ni de sa vision. Je ne suis qu’un chirurgien de province mais cela m’offre un minime avantage : les inconvénients, je les vis. J’ai même le nez dans les diverses ruptures de stock dont souffrent plus cruellement les patients qui comptent sur un sy... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles