Tout comprendre des métaux rares : la géopolitique des métaux (2/3)

La géopolitique des métaux rares. Études de cas sur les moteurs, les batteries et l’électronique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Magnus Engø on Unsplash - https://unsplash.com/photos/W4lcqyH9r8c

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tout comprendre des métaux rares : la géopolitique des métaux (2/3)

Publié le 21 avril 2021
- A +

Par François Jolain.

La réalité des métaux rares est loin des idées reçues ! Ils sont d’une étonnante complexité dans notre société. Or on assiste plus à une simplification voire une confusion dans la presse. Nous allons donc tenter d’y remettre de l’ordre avec ce dossier en trois parties :

Les métaux rares sont devenus indispensables à notre industrie. À mesure que l’on embrasse le numérique et l’électrique, on accroît notre besoin en ces métaux. Ils sont présents dans nos batteries, nos éoliennes, nos voitures, nos smartphones ou notre télé. Leur approvisionnement est maintenant au centre d’un combat géopolitique mondial.

On aimerait tout simplifier comme on l’entend souvent : « La Chine détient tous les métaux rares. Ils sont méchants et très chanceux. » C’est beau, simple, ça a le mérite de créer une sensation d’injustice et de peur dans la population.

Il n’en est rien. Chaque métal a sa géopolitique, car il a sa répartition géographique, sa rareté, ses usages, son industrie. La Chine n’a pas la main sur tous les métaux rares. Elle est certes partie en bonne position grâce à ses ressources naturelles, mais sa domination actuelle est le fait de patience.

Nous allons donc analyser trois marchés différents pour comprendre la stratégie chinoise.

Métaux rares et moteur électrique

Les moteurs électriques sont composés de cuivre et de fer, mais surtout de néodyme, une terre rare permettant la fabrication de super-aimants. Ce métal peut être vu comme un monopole chinois injuste : 80 % des réserves et de la production sont chinois. Dans ce cas, la Chine n’a pas eu besoin d’aller très loin. Elle a réalisé un coup à trois bandes parfaitement exécuté pour s’accaparer le marché et la valeur ajoutée.

Première étape : on casse les prix

La Chine a bradé sa production en réalisant un dumping économique et écologique pour extraire n’importe comment le minerai le moins cher possible. En 2002, le métal était tombé à 6,67 dollars/kg.

Deuxième étape : remonter la chaîne de valeur

Une fois les mines étrangères coulées par une concurrence déloyale. La Chine a freiné drastiquement l’exportation, le prix a atteint 467 dollars/kg en juillet 2011. Les industries qui veulent résister vont devoir délocaliser leurs usines en Chine. Il faut rendre cette délocalisation agréable en continuant le dumping sur le marché interne, conserver un marché du travail à bas coût et favoriser les joint-venture entre entreprises chinoises et étrangères.

Troisième étape : pillage

Une fois que l’entreprise chinoise a pillé les propriétés intellectuelles de l’étrangère, on fait émerger une entreprise concurrente 100 % chinoise.

C’est ainsi que les Américains, producteurs de néodyme et d’aimants ont détruit leur industrie. En 2002 la mine Moutain Pass, principal gisement américain de néodyme, ferme. Puis en 2006, l’usine du fleuron des aimants américains Magnecquench est délocalisée en Chine. C’est ainsi qu’en 2012, Lockheed Martin a dû reconnaître qu’il avait des super-aimants chinois dans son F-351.Les aimants provenaient de ChengDu Magnetics en Chine.

Métaux rares et batteries

Une batterie repose essentiellement sur le lithium, et dans un second temps sur le cobalt et le nickel. Tous ont quasiment la même abondance. Le nickel est bien reparti, la Chine détient 4 % de la production. Le lithium est concentré en Amérique latine (Argentine, Chili, Bolivie, Brésil), en Australie, la Chine dispose de 6 % des réserves. Actuellement l’Australie s’accapare la production avec 55 % de l’extraction. Le principal problème est donc le cobalt. La République Démocratique du Congo détient 72 % de la production et 50 % des ressources.

Dans ce cas, il faut aussi jouer des partenariats et remonter la chaîne de valeur. La Chine, par l’entreprise China Molybdenum, détient par exemple 80 % de Tenke Fungurume, principale mine de cobalt en RDC. Ensuite, elle est devenue leader dans le raffinage du cobalt avec 63 % de parts de marché (à noter que l’Europe à 19 %).

La Chine qui détenait déjà des ressources en lithium et nickel a ainsi récupéré une place stratégique sur le cobalt. Avec tous les métaux prêts à l’usage chez elle, il suffit de favoriser la délocalisation des industries par le dumping puis les restrictions d’exportations et enfin les partenariats. Et ainsi nous voyons des entreprises chinoises arriver sur le marché des batteries avec le meilleur de la technologie telle CATL en 2011 ou sVOLT.

Les circuits électroniques

Le silicium, métal semi-conducteur, à la base de toute l’électronique et l’informatique, est le matériau le plus abondant sur Terre après l’oxygène, il constitue 25 % de la croûte terrestre. Envisager une captation du marché est impossible.

Comme avec le cobalt, la Chine a récupéré le polluant raffinage que l’Occident ne souhaite pas avoir chez lui. Mais détenir du silicium raffiné ne vaut rien dans la chaîne de valeur. Entre le silicium pur et votre microprocesseur, il y a une technicité colossale détenue uniquement par quelques acteurs tels que Samsung, Qualcomm, Intel et le leader TSMC. Tous sont asiatiques à l’exception de Intel (qui envisage d’utiliser les usines de TSMC). Ces entreprises sont les seules capables de fabriquer des concentrés de technologies comme les microprocesseurs, les antennes 5G ou les écrans.

En plus de nécessiter une expertise technique rare en Europe, cette industrie consomme beaucoup de capitaux. Les composants sortent de méga-usines qui ne sont rentables qu’avec de grandes économies d’échelle. Comme l’usine de Samsung à Pyeongtaek en Corée du Sud pour un investissement de 14 milliards de dollars.

Un pays revient souvent : Taïwan. Cette petite île est d’une importance vitale pour le reste du monde. Elle dispose des entreprises les plus qualifiées telles que TSMC, mais aussi les usines les plus perfectionnées à Hsinchu, Tainan et Taichung. Devant cette place stratégique, la Chine compte bien agir et se l’accaparer. Elle s’entraîne au débarquement depuis des années pour récupérer Taïwan et son savoir-faire.

En attendant l’action militaire, comme toujours la Chine s’est gentiment dévouée comme usine de monde pour Samsung, Sony ou TSMC. Puis des concurrents 100 % chinois sont arrivés comme Huawei, Xiaomi ou ZTE.

Bonus patriotique : le Hafnium

La France a son pré carré : le Hafnium. C’est une terre rare utilisée pour réguler les réactions physiques dans les centrales nucléaires. Elle est le premier producteur.

L’arrogance occidentale

L’Occident a préparé sa chute. Depuis la découverte du Nouveau Monde et ses mines de cuivre et d’argent, nous aimons chercher les ressources à bas prix chez les autres, puis réaliser la grosse valeur ajoutée de retour chez nous, avant de revendre nos produits au reste du monde. Nous avons transformé le coton en vêtement, les diamants en bijoux, l’uranium en électricité, le cacao en chocolat, le pétrole en essence et plastique.

Nous laissons aux autres le soin de polluer en minant, raffinant et fabriquant à bas coût. Nous nous concentrons sur la haute valeur ajoutée et la vente, ainsi résumé par Apple : Designed in California. Made in China. C’est un modèle qui a fonctionné parfaitement en Amérique du Sud, en Afrique et au Moyen-Orient. Nous pensions l’exporter en Asie, mais la Chine vient de sonner la fin.

Elle a vu dans notre mondialisation notre plus grande faiblesse. La haute technologie, joyau de l’Occident, nous rend vulnérables à la pénurie des métaux rares. La Chine vient de trouver le talon d’Achille de l’Occident, elle vient de nous faire passer de prédateur économique à proie.

À nous de contrecarrer dans le chapitre suivant.

Article mis à jour le 24/04/21 à 15h36

  1. La guerre des métaux rares, Guillaume Pitron. Chap. La course aux missiles intelligents. Sect. Déni d’accès en mer de Chine Méridionale.
Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Passionnant article . Vous concluez par le chapitre « arrogance occidentale » . Pourquoi ce jugement de valeur déplacé ? Un besoin de haine de soi à assouvir si fréquent en occident ? Allons, il ne s’agit ici que de stratégie de guerre économique et de rien d’autre . Les Chinois utilisent toutes les feintes à leur portée , quant à nous , nous sommes paralysés par la défaillante europe que nous avons construite . A nous de nous en libérer .

    • L’Occident propre sur lui a délocalisé les tâches salissantes et se prend le retour de boomerang dans la figure. A nous d’apprendre à mieux viser.

    • Excellent article. Il y a quand même de « l’arrogance » dans la mesure où nous avons cru qu’on pouvait faire fabriquer à l’autre bout du monde en Asie et garder pour nous les « tâches nobles » de conception. Or comme le dit Loïk Le Floch-Prigent, c’est celui « qui fait » qui a la vraie connaissance de « comment on fait », et chaque fois qu’on met les sièges sociaux loin des usines, ils deviennent inopérants. On a cru que la désindustrialisation (on est passé de 26% à 22% du PIB en Allemagne, et de 22% à 12% en France, en quelques décennies), ce n’était pas grave, ce serait remplacé par les « services », en oubliant le lien fort qui existe entre industrie et développement économique. Perdre une industrie, c’est perdre tous les services qui lui sont liés, perdre l’emploi et surtout perdre les qualifications et compétences, et aboutir à des déserts industriels, au déclassement et au désespoir des populations. L’Europe en général est coupable et la France encore plus, avec la priorité « Climat » qui entraine le gaspillage des ressources que nous avons encore. On va par ex tuer notre industrie automobile dont l’atout numéro 1 était le moteur thermique, lequel a connu des progrès gigantesques en matière de consommation et de dépollution, en voulant passer à l’électrique, et qui croyez-vous va fournir les batteries : la Chine. Croire qu’on va rattraper la Chine pour les batteries, ou Taiwan pour les semi-conducteurs, en investissant à partir de zéro en Europe est une illusion : dans 20 ans on sera à leur niveau actuel, et eux entretemps auront repris 10 ans d’avance. La seule bonne stratégie est de bien sauvegarder les pépites que nous avons encore en Europe et de s’associer avec ceux qui ont le know-how, et quand on aura recréé un écosystème nous pourrons fabriquer nous-mêmes. C’est ce qui s’était passé au début du nucléaire en France avec Westinghouse.

  • Merci, j’ai lu votre article comme un roman policier, une belle leçon d’économie politique. Le désastre annoncé à commencé, les semi conducteurs viennent a manquer au niveau mondial seule la chine en possède Peugeot a du revenir aux compteurs a aiguille, a quand la lampe à pétrole pour remplacer les lead. L’occident et principalement l’Europe a renoncé, je comprend mieux Trump.

  • Hufrium : je suppose que l’article devait être initialement publié un premier avril ?

  • Le coltran est oublié – mais c’est bien la réalité. Piller des pays pauvres mais riches en métaux rares, raffiner, traiter, retraiter en Chine au mépris de l’environnement, (qui irait vérifier les installations dans ce pays « démocratique » ?) et nous refourguer les produits transformés que nous apprécions tant ! Téléviseurs intelligents, smarphones, éoliennes, panneaux solaires, voitures autonomes, batteries au lithium… Peu importe qu’il faille dévaster ailleurs, loin des yeux de nos chers écolos-bobos, chez nous toutes ces technologies deviennent, comme par magie, vertes, propres, d’avenir etc.
    Et nous dormons tranquilles, satisfaits et fiers d’agir correctement pour le meilleur des monde à venir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Surprise ces derniers jours : l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont le but semble de se mêler de plus en plus de politique, a clairement pris position contre l'actuelle stratégie zéro covid actuellement déployée en Chine, rejoignant en cela les critiques déjà nombreuses de l'opinion internationale vis-à-vis de la politique interne de la Chine.

Eh oui : même pour une organisation ayant nettement tendance à préférer la centralisation et les mesures fortes (voire dictatoriales), ce qui est actuellement mis en place par les autor... Poursuivre la lecture

Il y a moins d’un an, en juillet 2021, le Secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) et président de la République populaire de Chine Xi Jinping avait toutes les raisons d’être heureux : non seulement c’est à lui qu’est revenu l’honneur de célébrer le centième anniversaire du PCC, mais surtout, c’est lui et aucun autre de ses prédécesseurs depuis Deng Xiaoping qui a réussi à impulser et incarner la troisième ère du glorieux socialisme chinois. Un socialisme « moderne », inspiré de Mao et de Deng malgré leurs contradictions et leurs ... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

Les chiffres macro-économiques les plus récents montrent que le ralentissement chinois est beaucoup plus sévère que prévu et qu'il n'est pas seulement imputable aux confinements liés au Covid-19.

Les confinements ont un impact énorme. 26 des 31 provinces de Chine continentale connaissent une augmentation des cas de covid et la crainte d'un confinement de type shanghaien est énorme. Les informations en provenance de Shanghai prouvent que ces fermetures drastiques causent d'énormes dommages à la population. Des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles