Joe Biden veut augmenter le nombre de fusillades aux États-Unis

Les démocrates veulent immédiatement faire quelque chose pour prévenir les prochaines fusillades. Or, quelle loi aurait pu stopper celle de Boulder ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by steve woods on Unsplash - https://unsplash.com/photos/cD2eM-TkE68

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Joe Biden veut augmenter le nombre de fusillades aux États-Unis

Publié le 30 mars 2021
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

« Ne laissez jamais passer une occasion en or » est sans aucun doute le slogan du parti démocrate. À quasiment chaque fusillade, il tombe à bras raccourcis sur tous les propriétaires d’armes et/ou les Blancs.

Mais quand on observe de près les fusillades récentes à Atlanta et Boulder, on se rend compte que la plupart des arguments à mettre en avant ne tiennent pas devant les faits.

Tout d’abord, l’argument du suprématisme blanc ne tient pas la route. Le tireur d’Atlanta qui affirmait souffrir de dépendance sexuelle, n’aurait pas commis son crime ignoble à cause de l’origine asiatique des masseuses. Même le FBI doute d’une telle hypothèse.

Quand la nouvelle d’une fusillade à Boulder est apparue, les liberals n’ont pas tardé à d’incriminer immédiatement l’émergence de la suprématie blanche. Mais quand ils ont su que le tireur était Syrien – pour les woke, Blanc = Européen – ils se sont vite tournés vers les prières et le deuil des victimes, ou à complètement banaliser les origines du tireur.

Et au lieu de savoir pourquoi le tireur de Boulder a été arrêté et pas neutralisé – ce qui amenait les woke à conclure à sa blancheur, réelle ou « par extension » – on tente de nous présenter cette image pour démontrer le racisme des policiers.

Or, elle prouve plutôt que les policiers n’ont pas la gâchette aussi facile quand ils savent qu’ils peuvent mettre leur vie en danger. Car les Blancs aussi peuvent se faire descendre.

Quelle loi aurait stoppé les fusillades ?

Par ailleurs, à l’instar des républicains confrontés au moindre crime commis par un migrant, les démocrates veulent immédiatement faire quelque chose pour prévenir la prochaine fusillade. Or, quelle loi aurait pu stopper celle de Boulder ?

  • les antécédents du tireur avaient été contrôlés,
  • la détention de l’arme était parfaitement légale,
  • les lois dites red flag interdisant la possession d’arme à cause de problèmes mentaux n’ont pas été utilisées,
  • l’annulation reprochée d’une loi sur les armes dites d’assaut sur la fusillade. Or, le tireur ne venait même pas de Boulder.

Joe Biden a récemment promis d’interdire les armes d’assaut… même si aucune définition objective du mot n’existe, à en croire les statistiques du FBI. En fait, le terme n’existait même pas avant 1989.

Mais généralement, pour les hoplophobes une arme d’assaut est une arme semi-automatique ou avec une capacité de plus de 15 ou 30 balles, telle l’Armalite Rifle (AR)-15.

Si tel est le cas, alors une interdiction complète n’aura aucune incidence statistique significative, selon une étude de la période 1994-2004 où ce type d’arme était interdit. D’autres études abondent dans ce sens, à savoir qu’une interdiction n’a aucune incidence sur les homicides.

Par contre, les démocrates et les partisans de l’interdiction des fusils refusent d’admettre un fait dérangeant : si la solution aux fusillades est simplement de bannir les armes, pourquoi tant de fusillades se produisent là où la détention et l’usage de fusils sont fortement restreints, voire interdits, comme les écoles, les lieux publics ou à Chicago ? Avec sa législation plus souple sur les armes, l’Indiana et le Wisconsin déplorent moins de crimes.

Bref, si les démocrates réussissent à faire passer leurs anticonstitutionnelles lois anti-armes, l’effet sera au mieux tellement négligeable qu’il sera impossible de le percevoir.

Mais au pire, il aura le même effet qu’en Europe : des centaines de personnes qui meurent, comme au Bataclan, parce que personne ne peut lutter contre des criminels qui n’ont que faire des lois anti-armes.

Si jamais vous rêvez d’une société où les civils ne possèdent aucune arme, j’ai le film idéal pour vous : La Liste de Schindler. N’oublions jamais qu’Hitler a utilisé les registres de Weimar pour désarmer ses adversaires.

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • Un autre point intéressant: le nombre d’armes civiles légales a explosé aux USA depuis 40 ans et les homicides ont eu une tres nette tendance à la baisse sur cette meme periode.
    Ca ne signifie pas qu’il y a causalité entre armes disponibles et baisse de la violence. Par contre cela infirme de maniere tres nette l’idée selon laquelle les sociétés désarmées sont pacifique. Le lien de causalité entre désarmement de la population et baisse de la criminalité ne tient pas.

  • Les démocrates ressortent à chaque fusillade la vieille marotte du ban des fusil semi auto comme l’avait Clinton en 95, ce qui ne servira effectivement à rien…
    Le taré prendra alors un glock avec chargeur de 33 coups, quand les chargeurs de plus de 10 cartouches seront plus dispos (!), tout comme le PA, bah il se bidouillera un fusil semi auto ou prendra un poids-lourd pour foncer dans la foule.

    Ce combat de woke alacon est ridicule et perdu d’avance avec les nouvelles techniques d’impression 3D metal, c’est très bien comme ça.

    Dans un pays où les armes sont interdites, seuls les truands et l’état en possèdent.

    • Fabriquer un chargeur est de surcroît d’une simplicité hallucinante. Je tiens à rappeler qu’un chargeur c’est une boite avec un ressort.

    • si les caméras sont braquées sur un joli point de vue du paysage ou que le préposé (seul) va boire des cafés toutes les 5 minutes ou ne signale pas les pannes rien d’étonnant à ce que ces horreurs se produises, il n’existe pas de bénévoles pour aider à la surveillance et expédier un drone armé (ou semblant de l’être ) pour dissuader le malade ? Il n’en reste pas moins vrai, que pour vivre libres vivons armés (les armureries d’Isher, SF, van Vogt)

  • Loi anticonstitutionnelle certes, mais voter au tout début de la jeune démocratie pour que les colons puissent se défendre lors de leur périple vers l’ouest, aujourd’hui il n’y a plus de justification. les armes à feu c’est 30.000 morts, pays a périmètre comparable aucun n’égale ce massacre. politiciens démocrates et républicains y vont de leurs larmes de crocodile a chaque tuerie, mais ce n’est pas eux qui perdent leurs enfants.

    • « Il n’y a plus de justification. »

      Mais ça, c’est à tout un chacun de l’estimer. Ce n’est pas à l’État de décider pour tous.

      Si je veux m’armer, j’ai probablement mes raisons, qui ne vous regardent pas. Si je vis dans un quartier où l’État n’arrive manifestement plus à faire respecter l’ordre ? Si j’ai des raisons de penser que mon pays s’approche de troubles civils graves, qui pourraient mettre ma famille en danger, pourquoi ne pourrais-je pas prendre les mesures qui je juge appropriées, à partir du moment où je n’empiète sur le terrain de personne ?

    • L’interdiction ou non des armes à feux n’est pas corrélée avec le nombre de morts par arme à feux. Que ce soit aux États-Unis ou ailleurs.
      Les armes à feux sont interdites au Mexique par exemple mais autorisées en Suisse.

      • Ah mais non, vous n’avez pas compris? Il parle de « périmètre comparable ». Vos comparaisons ne sont pas bonne pour lui. Vous n’avez pas pris le bon périmètre. Qu’est ce que le bon périmètre? C’est simple: Les pays avec un périmètre comparable à celui des USA sont les pays qui ont prohibé les armes et qui ont un taux d’homicide plus faible que les USA. « Périmètre comparable » c’est la piroutee intellectuelle de bas étage qui permet aux anti armes de choisir uniquement les comparaison qui vont dans le sens de leur thèse en excluant les autres: Suisse, Finlande, Luxembourg, etc… Mais de garder ceux qui leur plaisent: France métropolitaine (parce qu’on ne va quand même pas regarder les DOM TOM) Grande Bretagne (sauf dans les caraïbes ou à St Kitts et Nevis par exemple avec les mêmes lois anti armes qu’à Londres la criminalité atteint des records mondiaux en faisant ainsi un des pires coup gorge du monde).
        Non, on regarde ce qui arrange ces messieurs et uniquement ça. Et si vous n’êtes pas d’accord c’est sûrement que vous êtes un méchant red neck qui rêve de faire une tuerie de masse.

      • Faux la détention et le port d’armes en Suisse nécessite un permis, et ils sont plus sévères que nous. les armes que détiennent chez eux les citoyens sont celles de leur service militaire et qu’ils rendent lorsque la limite d’âge est effective. ces armes en grande majorité sont des fusils d’assauts , et le pays ne connaît pas de massacre de masse.

        • La legislation Suisse est différente. Plus permissive sur certains points moins sur d’autre. En revanche il y a beaucoup d’armes légales là bas.
          Ils ne sont par ailleurs pas obligés de rendre leur arme de service. Ils peuvent la garder avec une procédure très simple.
          Et effectivement le pays ne connait pas de massacre de masse (ou disons connait PEU ce phénomène puisque selon la definition américaine il y en a en Suisse) malgré une prolifération d’arme supérieure à certains etats des USA. C’est un bon contre exemple pour infirmer la coorélation entre prolifération des armes et criminalité. D’ailleurs, je ne pense pas qu’il soit raisonnable de penser que les Suisses se mettraient à se tirer dessus si on réduisait les tracas administratifs pour acheter des armes ou si on leur permettait de la porter à la ceinture.
          De même la plupart des américains sont des profondément pacifiques et peu agressifs. La majorité des meurtres est le fait de règlements de comptes sur fond de trafic de drogue dans les quartiers défavorisés. On parle de meurtres crapuleux de gangsters qui se rient des lois comme les traficants de marseille. Les tireurs fous qui dégomment leurs congénères pour le « sport » sont des tragédies choquantes mais pas du tout représentatives de la violence générale aux USA. Si on arrivait a avoir toute une année sans un seul de ces évènements tragiques, les stats des homicides volontaires n’en seraient que très marginalement changées. Le taux d’homicide serait en fait stable. Le Colorado (massacre de Columbine, et de Boulder) qui a vu plus de ces évènements tragiques que les autres a un taux d’homicide inférieur à la moyenne nationale.
          C’est pas un sujet aussi évident que les anti armes le montrent. Les évidences sont souvent des sophismes.

          • Avec votre nom on sent de suite l’influence du cow boy, la clope au bec. je n’ai jamais dis si j’étais pour ou contre les armes dans mes propos, tout simplement je déplore le nombre ahurissant d’enfants tués chaque année. citez moi un seul pays où l’on y retrouve ces tueries de masse. et puis puisque je fais du « machin de bas étage » et n’est agressé nulle personne dans mes propos contrairement à vous, je vous suggère de passer plus de temps avec un Bescherelle que de lire Wikipédia. bonne journée

            • Mon nom est ce qu’il est, qu’il vous plaise ou non. Ce qui m’intéresse sont les conclusions auxquelles vous parvenez à sa simple lecture. C’est assez représentatif du reste de votre oeuvre: Des conclusions hâtives et péremptoires fondées sur pas grand chose.
              « je n’ai jamais dis si j’étais pour ou contre les armes dans mes propos, tout simplement je déplore le nombre ahurissant d’enfants tués chaque année. »
              Donc vous faites clairement un lien entre les « enfants tués » (ce serait moins grave si c’était des vieux?) et la législation sur les armes autant que leur prolifération, mais vous n’êtes pas contre les armes… Je me permets de douter de votre sincérité ou de votre logique. Si vous tenez ce lien de cause à effet pour vrai et que vous n’êtes pas contre les armes, alors que dire de votre position morale? Je ne voudrai pas avoir à la soutenir.
              Je vous présente mes excuses pour la typo, je parlais de « pirouette de bas étage ». Mais je maintiens: Votre notion de « périmètre comparable » est vague et vous permet juste d’éliminer les comparaisons qui vous gênent. Des pays avec des tueries de masse régulières il y en plein (et c’est bien triste) et ils n’ont pas tous des lois aussi permissives que le New Hampshire, loin de là.

              Le Nigeria: On parle des filles enlevées mais on oublie que quand Aqmi débarque dans un pensionnat de garçon, ceux cis sont massacrés jusqu’au dernier. Dans une bonne partie de l’Afrique les meurtres de masse sont monnaie courante. C’est le cas au Congo par exemple sur fond de guerilla.
              Le Bresil: Les armes sont interdites de port, Taux d’homicide explosif pour un pays en paix, les tueries de masse y sont monnaie courante mais pas pour les mêmes motifs. Une fois de plus c’est en général des tueries crapuleuses/politiques/économiques, mais les morts sont bien là.

              Par opposition on peut parler des pays très libéraux sur les armes et où ces tueries qu’elles soient de masse ou pas, ne se produisent que très peu:
              République Tchèque: Pays où les armes pullulent et où avoir un permis de PORT d’ARME, pas de détention, je parle bien de PORT d’arme, est largement possible: Taux d’homicide=0.6 parmi les plus bas du monde.
              Les Etats Baltes ont des lois plutôt permissives également. Ca ne pose pas de problème.
              L’Idée selon laquelle les USA ont un problème de grande violence n’est pas infondée. Ils ont effectivement une grande violence endémique dans certains quartier défavorisés. D’ailleurs dans ces quartiers, pas de mass shooting dans le sens d’un élève qui débarque et tue indistinctement. Des violences ciblées entre gangs, en revanche sont très fréquentes. La violence ne fascine que ceux qui n’y sont pas confrontés souvent. Les mass shooting dans les environnements ruraux ou les petites villes font la une mais sont statistiquement insignifiants malgré leur gravité. Et de surcroît ils se produisent justement dans des endroits et dans des milieux sociaux très calmes habituellement. C’est pour ça qu’ils choquent. Ils ne sont pas banals contrairement à ce que l’on veut nous faire croire. Ils sont banals dans la presse mais fort heureusement, pas dans la vie.
              Les statistiques tendraient à faire croire que ces tragédies sont monnaie courante, mais ça vient de la définition du mass murder: 3 victimes ou plus à l’exception du/ des tireurs. Une altercation sanglante entre gangs rentre parfaitement dans les clous de la définition mais ne correspond pas à l’idée que l’on se fait du mass shooting. Un braquage qui tourne mal (pléonasme? Est il possible qu’un braquage tourne bien?)c’est la même chose. Or ces deux derniers types d’évènements sont insensibles à une législation défavorable aux armes.
              Le problème est loin d’être aussi simple que les anti armes ne l’entendent. Du coup, les solutions simplistes comme « ben y a qu’a interdire les armes. » ne fonctionneront pas. Et comme souvent elles risquent même d’être contre productives.

    • Sur ces 30.000 morts, la plupart sont le fait d’armes détenues illégalement (trafic de drogue, entre autres) et de suicides (ne pas confondre le moyen et la cause, ceux qui passent à l’acte le feraient quand même mais autrement sans la disponibilité d’une arme à feu).

      • Je ne sais pas s’ils passeraient à l’acte d’office. En se jetant d’une hauteur ? Il faut se déplacer jusque là, la chute en elle-même peut faire peur. En se tailladant les veines ? Ça doit être atrocement douloureux.

        Tandis qu’avec l’arme à feu, pas besoin de temporiser ni de craindre quoi que ce soit : si sur un coup de tête, vous décidez de vous descendre, vous n’avez qu’à attraper l’arme dans le buffet, vous la fourrer dans la bouche et tout est fini en un millième de seconde. Je peux croire que beaucoup de suicidaires se tueraient quand même… mais l’arme doit faciliter grandement les choses et je suis sûr que sans elle, des gens n’auraient pas eu le cran.

        Après ça, on peut débattre pour voir s’il faut oui ou non empêcher les suicidaires de passer à l’acte. Après tout, chacun a le droit de disposer de sa propre vie…

        • Il faut déjà avoir avoir un très gros problème pour se pointer une arme dans la bouche ou sur la tempe…

          • Et puis perso, si mon voisin décide d’en finir, je préfère qu’il se fasse tranquillement sauter le caisson plutôt qu’il décide d’ouvrir le gaz et d’en faire profiter tout l’immeuble…

    • « mais voter au tout début de la jeune démocratie pour que les colons puissent se défendre lors de leur périple vers l’ouest »
      Ceci est un mensonge. Une contre vérité absolument lamentable. Le second amendement a été voté pour garantir aux citoyens américains une véritable capacité de se rebeller contre un gouvernement tyrannique, qu’il soit domestique ou étranger. Il s’agissait bien dans l’idée des fondateurs de garantir aux citoyens la possibilité aux individus de garder des armes afin qu’ils puissent s’organiser en milices pour lutter contre la tyrannie quand celle ci viendrait.
      Par ailleurs, votre « aujourd’hui il n’y a plus de justification. » est assez révélateur de votre perception de la liberté. La liberté de s’armer c’est la situation par défaut comme toute liberté. Avant qu’un politicien ne vienne interdire de s’armer c’est une liberté comme un autre. Or selon vous on devrait justifier les libertés pour les garder? Je suis plutôt dans l’optique de demander aux politiciens de justifier leurs interdictions. Le second amendement fait partie de la constitution. Celle ci a pour objet de déterminer ce que le gouvernement peut et ne peut pas faire. Or il est clair que pour les pères fondateurs légiférer sur le droit des citoyens de s’armer était quelque chose de négatif. Vous nous parlez du far west mais des endroits comme Boston New York et Philadelphie étaient des endroits parfaitement urbanisés et pas du tout « far west ». S’il s’était agi d’interdire les armes sauf dans la situations d’isolement, ils n’auraient pas inscrit ça dans la constitution. Vous prenez sans doute les pères fondateurs pour des débiles profonds mais ils n’ont pas rédigé la constitution pour QUE pour les trappeurs perdus au fin fond de la pampa. Le second amendement n’est pas un texte de loi pour garantir la préservation contre les indiens ou les bêtes sauvages. Des document clairs datés précis et signés sont formels.
      https://www.massar.org/2013/03/29/second-amendment/
      Il s’agit de ne pas désarmer les citoyens contre les gouvernements tyranniques. C’est ça l’objet du débat.

      Les 30 000 morts par ans sont pour près des deux tiers des SUICIDES!!!!! Effectivement quand on a une arme chez sois et qu’on veut se suicider on ne va pas se jeter sous un train. On se sert de l’outil le plus efficace qu’on a sous la main. Sur ce total de morts par armes à feu, moins de 12 000 sont des homicides. Ca inclue les morts tués par la police (1000), les cas de légitime défense (250 cas), les accidents de tir (de mémoire dans les 400 cas mais je ne suis plus très sûr)
      La criminalité baisse aux USA de manière tendancielle depuis 50 ans (je parle de tendance longue, j sais que 2020 et une année d’un triste record) alors que les armes sont de plus en plus nombreuses.

      Et puis vous nous dites « pays a périmètre comparable aucun n’égale ce massacre. »
      Mais rien n’est comparable aux USA… Cet argument est fallacieux. C’est un truisme de bas étage. C’est juste une manière de rendre votre argument infalsifiable de nous parler de « périmètre comparable ». La combine est simple : Ce qui est comparable c’est ce qui vous arrange. Et puis cette notion de « périmètre » complètement vague et imprécise et en fait l’image crachée des arguments des anti armes : De l’approximation grossière assénée comme parole d’évangile par des ignorants pédants. On compare avec le Brésil ? Ah ben non c’est pas le bon périmètre la population n’est pas aussi riche qu’aux USA… On compare avec la Suisse qui a plein d’armes et qui est riche ? Ah ben non c’est pas un pays comparable. On compare avec quoi ? Vous nous dites qu’aucun pays ne tient la comparaison et quand on fait la comparaison vos semblables trouvent toujours un pirouette pour rendre la comparaison caduque si elle ne sied pas leur thèse. Ca porte un nom : La mauvaise foi.

      Si on compare entre divers états des USA et leur législation ou leur taux de possession d’arme, aucun shéma ne soutient ni lien de causalité ni même de corrélation entre criminalité violente et armes à feu disponible/autorisée. Si on prend les taux d’homicides, les taux de blessure par arme, etc… on n’arrive jamais à faire émerger la moindre tendance statistique démontrant un quelconque lien. Tout ce que nous sortent les anti arme c’est de la flûte. Systématiquement. Ils mentent sur les stats, ils mentent sur l’histoire, ils mentent sur leur bonne foi. C’est d’une bassesse effarante.

      • Personnellement je comprends le 2ème amendement non pas comme le droit à un port d’arme personnel mais le droit d’avoir un stock quelque part pour former des milices de défenses, ce qui implique une action de groupe. Ca peut très bien être géré par le shérif ou le maire du coin.
        Après des armes sans entrainement, ça fait penser à la police française et son très beau score contre un sanglier à Toulouse .

        • Le second amendement est le fruit d’une reflexion mûre et documentée. Les intentions dans lesquelles il a été rédigé sont claires. Apres bien sûr on peut diverger. Mais l’interprétation du second amendement tel qu’il a été pensé par ceux qui l’ont inventé rédigé et ratifié est très claire: des individus armés sans restriction pour qu’aucun gouvernement ne piusse facilement appliquer la tyrannie contre le peuple ou une minorité de ce peuple.
          Les Mormons savent a quel point cet amendement leur a sauvé la vie quand ils etaient persécutés aux USA.

        • Au US comme dans la plupart des autres pays, les possesseurs d’armes « privés » tirent en moyenne 2 ou 3 fois plus par mois que les policiers et les militaires ne le font… par an. Ils sont donc mieux entrainés. Par ailleurs si l’idée est (et c’est clairement visible dans les « federalist papers ») que la population puisse se défendre en milice auto-organisées contre une autorité devenue tyrannique, laisser les stocks d’armes sous le contrôle des autorités « compétentes » est complètement contradictoire.

    • Si justement cet événement montre qu’il y a bien une justification, celle de se défendre contre les tarés! Curieux que ce phénomène n’arrive qu’aux USA, alors que d’autres pays ont une population possédant autant d’armes!

  • criminels qui n’ont que faire des lois anti-armes.

    Vite, des camps de rééducation.

  • Suivant ses bonnes habitudes la gauche est toujours et encore démagogique et fait croire qu’il suffit d’une loi et intervention de l’état pour supprimer un problème!

  • Entre la réaction épidermique « il faut supprimer les armes à feu » et le « je m’en fous, c’est pas la faute des armes », la vraie question, qui est celle de la violence dans la société américaine, est rarement abordée. Sauf cette fois, par la vice-présidente : « This speaks to a larger issue, which is the issue of violence in our country and what we must do to never tolerate it and to always speak out against it », qui, toutefois, ne propose rien de concret.

    • Parler ça la gauche sait faire, et prendre des décisions idiotes encore plus!

    • Le problème de la « violence » américaine est un double problème.
      – Les tueries de masse dont les médias se repaissent sont statistiquement à peine significatives et leur éradication ne changerait pas grand chose (sinon chez les journalistes qui manqueraient souvent de choses à raconter). Ces tueries sont le plus souvent menées dans des « gun free zones », avec des armes illégales, et surtout sont quasi exclusivement le fait de gens élevés sans père, avec des soucis psychiatriques lourds traités uniquement par voie médicamenteuse.
      – la violence « de gangs » ou de crime organisé. Représente une très très large part de la « sur violence » aux US. Elle est le fait, très majoritairement de jeunes noirs (d’où d’ailleurs les réactions excessives de la police à leur encontre) dans des zones où les armes sont interdites (des villes démocrates). D’ailleurs, si on ne tenait pas compte des 10 plus grandes villes démocrates des US, le taux de meurtre par habitants passerait en fait largement en dessous de celui de la plupart des pays européens. On peut supposer que l’ultra violence de ces gangs vient de deux sources « bien gauchistes et étatiques ». La première, évidente mais que personne ne veut mentionner dans les médias c’est la « guerre contre la drogue » : créant un marché sur-évalué permettant de ce fait des profits incroyables pour qui est prêt à violer la loi et à commettre des actes de violence, elle attire et incite les comportement les plus anti-sociaux possible ou à la sociabilité le plus anti-civilisation possible (penser aux MS13). Le second problème est la dévalorisation des missions de police, et la culture de l’excuse généralisée amenant un laxisme fou, basculant parfois dans une violence légale tout aussi folle (« pauvre garçon il est salvadorien, noir et pauvre, il ne faut rien lui dire »… et puis d’un coup, hop on bascule sur « les flics te tirent dessus à l’arme lourde »)

    • Pour elle le problème entre les deux sujets doit être les blancs colonialistes 😉

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Malgré de nombreuses et ardues négociations, les démocrates ne pourront pas adopter leur fameux projet Build Back Better (BBB) pour l’instant. L’un des leurs, le sénateur de la Virginie occidentale Joe Manchin, a annoncé qu’il s’opposerait au titanesque projet de loi de trois billions (12 zéros) de dollars.

Évidemment, les réactions négatives ont été presque instantanées. Chez les démocrates, on doute de la loyauté de Manchin envers son parti. Joe Biden a même promis « de lui parler » et ne semble pas regretter ce message agressif. Mai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles