Tesla explose en bourse : Fast and Furious

La valeur boursière attribuée à une voiture Tesla est donc 180 fois plus élevée qu’une voiture de GM.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tesla car by Open Grid Scheduler-Domaine public

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tesla explose en bourse : Fast and Furious

Publié le 15 janvier 2021
- A +

Par Sébastien Thiboumery.

Tesla a vendu près de 500 000 voitures en 2020. Avec une capitalisation boursière proche de 800 milliards de dollars, cela équivaut à environ 1 600 000 dollars par voiture vendue, contre 9000 dollars pour GM. La valeur boursière attribuée à une voiture Tesla est donc 180 fois plus élevée qu’une voiture de GM.

Il faut savoir faire preuve d’une grande agilité mentale pour tenter de justifier une valorisation aussi déraisonnable. C’est ce que tente pourtant de faire Bank of America (BOFA) dans une note de recherche du 11 janvier, en augmentant son objectif de cours sur Tesla à 900 dollars, le cours actuel étant d’environ 850 dollars.

Le broker américain pense que Tesla doit traiter à 23 x EV/Sales1 et 118 x EV/EBITDA2, ce qui est largement supérieur à un fabricant automobile tel que BMW (9 x EV/EBITDA) et une entreprise technologique comme Apple (28 x EV/EBITDA).

Le raisonnement de BOFA est le suivant. L’augmentation du cours de bourse fournit à Tesla un accès bon marché au capital. Le constructeur a récemment levé 5 milliards de dollars en septembre 2020 suite à une opération de split et 5 milliards supplémentaires en décembre (BOFA est chargé de l’opération).

Cet argent que l’entreprise n’a pas à rembourser lui permet de financer sa croissance en investissant et augmentant ses capacités de production, devant générer des revenus et des profits incrémentaux, provoquant par là même une augmentation du multiple boursier (le marché attribuant en général une prime lorsque la croissance bénéficiaire accélère), et donc une hausse du cours de bourse.

Au moyen du storytelling : la vision et la croissance, Tesla jouit ainsi d’un accès au capital sans répondre aux mêmes exigences de rentabilité que ses pairs. Les investisseurs embrassent la vision du fondateur charismatique Elon Musk, devenu l’homme le plus riche du monde, pensant qu’il va révolutionner l’industrie automobile et transformer le stockage d’énergie, et lui fournissent donc régulièrement de l’argent frais permettant de financer des projets risqués tels qu’envoyer des fusées dans l’espace.

Un véritable cercle vertueux s’est mis en place et dont l’origine est la hausse du cours de bourse. Mais attention, car l’inverse est également vrai. Une spirale baissière peut tout aussi bien alimenter un cercle vicieux. Et après un parcours boursier exceptionnel (+700 % en un an), une sortie de route n’est pas à exclure. Alors attachez vos ceintures.

  1. EV/Sales : Valeur d’entreprise/Ventes.
  2. EV/EBITDA : Valeur d’entreprise/ Profit brut de l’entreprise, ou encore son chiffre d’affaires moins ses charges d’exploitation.
Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Le cercle vertueux, ce serait que les capitaux aillent à Tesla parce que Musk et ses équipes auraient montré qu’ils savent mieux que leurs concurrents les utiliser à faire des produits utiles, d’un grand rapport service rendu / prix.
    Cependant, les nouveaux temps favorisent surtout l’exploitation de la crédulité par la propagande médiatique, et la vente de rêve déguisé en service utile. Tout cela ne repose que sur la difficulté à ne pas jouer le krach trop tôt, je ne changerai d’avis que quand on m’aura détaillé comment on pourrait sortir par le haut d’un truc pareil.

    • Si on vous offrait une voiture avec le choix entre une tesla et un suv hybride rechargeable vous choisiriez lequel ?
      J’ai vu un jour une tesla en chair et en os, très moche sans aucun côté pratique, trop basse sans doute petit coffre, véhicule typique du ma tu vu qui ne sort que par beau temps pour pas se gâcher sa mise en plis, bah c’est moins cher qu’une Ferrari..je me demande si on arrive à les revendre d’occase, ça brûle bien !
      Mr musk est digne de Mme Chanel … Il a inventé le luxe (l’inutile) à petit prix mais pas trop.

      • Je choisirais celle qui se revendrait le mieux, et je m’achèterais une voiture qui me convienne avec le prix de la revente. Une voiture, ça sert à se déplacer et à transporter ses amis et ses bagages. Pour certains de mes amis passionnés, c’est aussi un plaisir. Mais ceux qui l’utilisent pour se faire valoir plutôt que comme un plaisir de passionné, tel un produit de luxe, sont rares et peu appréciés.

      • Le service rendu par un produit de luxe genre parfum ou écharpe Chanel n’a rien à voir avec le service rendu par une Tesla, en tout cas c’est plus difficile d’avoir une aide gouvernementale pour un petit tailleur…

      • Effectivement, une Tesla ressemble à n’importe quelle coréenne bas de gamme, la fiabilité en moins.

      • Ben je sais pas si on est monté dans la même voiture, mais pour avoir eu l’occasion de rouler en modèle S, c’était tout sauf bas de gamme!

  • Un véritable cercle vertueux s’est mis en place et dont l’origine est la hausse du cours de bourse
    Le cercle vertueux est rongé par un ver vert : le capitalisme de connivence, l’état poussant à l’achat de ces engins. Dès que ce moteur s’arrête, l’action fera plouf. En attendant, une correction ne sera pas une surprise.

  • Ce serait bien que les clients de cette firme aillent visiter les ateliers ou sont fabriqués les moteurs électriques de leurs futures voitures.

  • quand les états ne pourront plus subventionner la voiture électrique, que ce passera-t-il ?

    • A ce moment la sans doute que nous n’aurons plus d’autres choix, le moteur a explosion s’arrête en 2030…bien avant, les restrictions de circulation et la fonte des revenus des francais aura eu la peau de l’automobile individuelle..

      • En théorie.
        En pratique, je n’ai encore jamais vu une planification gouvernementale arriver à obtenir le résultat initialement envisagé.
        Et ce d’autant plus que le résultat initialement envisagé est loin des conditions économiques de fonctionnement de la société.

        • Les grandes compagnies financières attendent tapies dans l’ombre de pouvoir acheter des flottes entières de véhicules sans conducteur pour les louer et ainsi multiplier par 2 leurs profits ?

  • Les analyses basées sur l’activité de l’entreprise ne peuvent mener qu’à la conclusion que le titre est sur-coté.
    Les explications se trouvent donc forcément dans les mécaniques financières.
    Elles sont surement plusieurs à l’œuvre pour que la mayonaise prenne à ce point. Des mecanismes à court terme dont la spéculation de toute évidence mais aussi des effets comme l’intégration dans le SP500 et tous les mecanismes que cela met en branle chez les gestionnaires de portefeuille. Neanmoins, je ne vois pas comment cela peut tenir longtemps et quand le banc de poisson des intervenants va changer de direction cela sera sans aucun doute du brutal même pour Lulu la nantaise !

    Il est aussi rigolo de noter que la capitalisation boursière de Tesla est égale à la valeur de 21 millions de bitcoins ! Je ne vois pas de rapport direct entre eux sinon que ce sont probablement les conséquences de la nouvelle inflation. Et quitte à choisir je préfère le Bitcoin à 40k plutôt que l’action Tesla a 800 … Question de goût surement.

  • Et attendez de voir ce que vous allez voir !
    Le jour où les voitures Tesla deviendront enfin fiables, là, le cours de l’action va vraiment exploser !
    Ha ha ! …

    • Envoyer des fusées dans l’espace n’est pas risqué. Ce boom de Tesla permet à Musk de financer SpaceX et son Starship pour Mars!

      • Certes.
        Mais Elon Musk est aussi le champion pour décrocher des subventions étatiques. Sans celles-ci, il ne serait pas grand-chose.
        Espérons pour lui qu’elles ne s’arrêtent pas car pour l’instant, sans subvention, sa structure n’est pas rentable. On est dans le spéculatif au niveau boursier. Si jamais ces subventions s’arrêtent, ou même simplement baissent…

        • Avec la prise de pouvoir des democrates le.robinet à argent des autres va à nouveau être ouvert en grand pour les délires ecologistes pendant quelques années.

        • Tout à fait juste. Le cours de bourse de Tesla intègre le fort soutien des autorités au tout électrique dans l’automobile. Dont on peut penser aujourd’hui qu’il est durable, puisqu’il n’y a pas de jour sans qu’on nous annonce une nouvelle interdiction liés aux moteurs thermiques.

          • « puisqu’il n’y a pas de jour sans qu’on nous annonce une nouvelle interdiction liés aux moteurs thermiques. »
            En France, oui. Mais E.Musk ne peut pas vivre uniquement avec le marché français.
            Dans les autres pays, c’est quand plus compliqué car il y a moins de subventions. Et aux USA, au vue de la taille du pays et des agglomérations donc des distances à parcourir, les véhicules électriques ne concernent que les bobos écoconscientisés des centres villes.

            L’administration Trump avait prévu de supprimer les subventions à l’achat des véhicules électriques. Déjà, en 2019, la baisse de ces subventions avait mis à mal la rentabilité de Tesla.
            https://www.ouest-france.fr/economie/touchee-par-la-baisse-des-bonus-ecologiques-tesla-supprime-7-de-ses-effectifs-6180042

            Et quand on regarde le cours de l’action Tesla, on voit qu’il s’envole à partir des élections présidentielles US. Le cours boursier anticipe le déversement par les démocrates des tombereaux d’argent publique sur les industries vertes amies.

  • Reprenez vos billets tant qu’il est temps….

  • C’est assez extraordinaire de voir la méchanceté autour de Musk. Il a gagné son pari automobile et il est sur le point de gagner 100 fois plus avec starlink, ce qui lui permettra de financer son pari martien. J’espère juste qu’il a de bons gardes du corps…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sale temps pour les entreprises de la tech.

Amazon, Meta (maison-mère de Facebook) et Twitter licencient en masse. Après la difficile semaine de Meta, qui a vu sa capitalisation boursière chuter considérablement, c’est Twitter qui s’est retrouvé dans le feu de l’actualité après son rachat par Elon Musk. Les deux remettent sur le tapis la question jamais résolue du leadership d’une entreprise. Musk est-il le vilain dirigeant décrit dans la presse, un entrepreneur autoritaire à l’ego surdimensionné qui est en train de détruire Twitter ? ... Poursuivre la lecture

elon musk
3
Sauvegarder cet article

En affichant son attachement à la liberté d’expression, Elon Musk a réveillé tous les censeurs progressistes et les régulateurs étatistes ou para-étatistes qui estiment que les médias doivent demeurer leur chasse gardée, préservée d’un grand public toujours perçu comme une menace.

Depuis le rachat chaotique de Twitter, régulateurs, politiciens et influenceurs se bousculent dans les médias pour mettre en garde contre le « dangereux libertarien » Elon Musk qui menace l’ordre moral numérique des élites progressistes.

 

Les... Poursuivre la lecture

L’émission « C ce soir » de Karim Rissouli diffusée sur France 5 le 2 novembre nous a offert un extraordinaire moment de technophobie chimiquement pure. Le présentateur interrogeait un plateau d’invités autour de la question d’actualité « Les milliardaires menacent-ils la démocratie ? » et accessoirement « Elon Musk est-il fou ? ».

Le premier invité, l’économiste Daniel Cohen ouvre le bal sans détour en qualifiant Musk de triste « dingue populiste qui fabrique des bagnoles et envoie 3 fusées, à la solde de l’internationale populiste tr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles