Jean-François Revel : « Fin du siècle des ombres », toujours d’actualité (3)

Le regard aiguisé de Jean-François Revel sur notre société contemporaine et ses maux, que l’on redécouvre toujours avec autant de plaisir et de délectation.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
fin du siècle des ombres

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jean-François Revel : « Fin du siècle des ombres », toujours d’actualité (3)

Publié le 5 janvier 2021
- A +

Par Johan Rivalland.

À travers ces plus de quinze années (1983–1999) de chroniques ou éditoriaux sélectionnés et réunis dans ce gros ouvrage que j’ai eu l’immense bonheur de lire avec grand intérêt, j’ai eu plaisir à retrouver toute la verve et les qualités d’analyse de Jean-François Revel, cet auteur regretté qui m’a ouvert, par ses écrits, à la lecture et la curiosité intellectuelle.

Des analyses au quotidien qui n’ont en rien perdu de leur acuité et même de leur actualité, vingt ou trente ans après. Ce qui en fait un ouvrage à recommander sans réserve et à lire de manière instructive.

Questions et débats d’actualité, revue des livres du moment, billets d’humeur, analyses de fond, tout est réuni pour faire de ces chroniques politiques et littéraires un champ d’investigation qui laisse ouvert notre esprit à moult réflexions.

Fin du siècle des ombres, par opposition au siècle des Lumières, « en ce sens qu’au XVIIIe siècle les intellectuels avaient visé, et largement réussi, à faire la jonction entre la politique et la vérité, l’action et la raison, la connaissance et la justice ; et que nous, au XXe siècle, avons défait ce lien, par égarement idéologique autant que par volonté de puissance (…) Au XXe siècle, c’est fort peu la vérité qui a servi de guide à la politique. Au contraire, c’est surtout la politique qui est devenue le critère de la vérité. Ce n’est pas la politique qui a été moralisée, c’est la morale qui a été politisée ».

Et nul besoin de lire le tout d’une traite (je l’ai fait, en ce qui me concerne, par intermittence au cours des derniers mois, entre différentes autres lectures), chaque chronique se suffisant en elle-même et laissant place à un large éventail de sujets, ce qui donne aussi son intérêt au livre.

Mais ce qui frappe surtout, et qui m’engage à vous conseiller cette lecture, est le caractère toujours d’actualité de ces réflexions, ainsi que j’y insiste. Où l’on voit que les choses n’ont, sur un tas de sujets, pas vraiment changé.

Et où l’on mesure toute l’inertie des sphères décisionnelles, où, on ne le sait que trop, entre les constats et les actes s’écoule un temps dangereux, qui finit par imposer ces derniers (souvent dans la précipitation) lorsque le caractère d’urgence exclut toute indécision supplémentaire. Un constat affligeant, somme toute, que l’on peut effectuer chaque jour hélas, mais dont on mesure mieux la justesse ici-même.

À titre d’illustrations, évoquons tous ces maux qui rongent notre société actuelle et dont Jean-François Revel avait parfaitement analysé les causes : endettement, État et même Europe Providences, errances de l’Éducation nationale, anti-racisme idéologique, obsession du Front National et mise au banc des auteurs ou journalistes pas « politiquement corrects », développement des communautarismes, imposture des droits de l’Homme, au sujet desquels, et à juste titre, Jean-François Revel relève à la fois que ceux qui prétendent le mieux les défendre les desservent le plus souvent, mais aussi que « la morale est universelle ou elle ne l’est pas », tant celle-ci est à géométrie variable en fonction de l’idéologie de ceux qui en parlent le plus fort, la présente citation faisant référence, en l’occurrence, à l’inégalité de traitement entre Augusto Pinochet, arrêté à Londres pour être jugé par des juges espagnols au moment même où Fidel Castro était accueilli en grandes pompes par le roi d’Espagne au sommet annuel ibéro-latino-américain à Madrid, débats ou intolérance dans les débats sur le PACS (déjà !), violences urbaines (ce n’est pas non plus nouveau), etc. Les sujets abondent.

fin du siècle des ombres Sur le plan économique, le signal d’alerte était déjà largement tiré, tandis que les États-Unis et le Japon, entre autres, créaient des dizaines de millions d’emplois de leur côté, là où le chômage de longue durée se développait de plus en plus chez nous, malgré les faux remèdes, dans lesquels nous persistons aujourd’hui encore (emplois aidés, défense des droits acquis, subventions, exception culturelle, exception agricole, exception industrielle…). L’impression d’un incroyable surplace…

Et déjà la Grèce, sa corruption, ses mensonges et les énormes subventions reçues de l’Union européenne, de même que l’Irlande, l’Espagne et le Portugal ; vous avez dit surplace ? On peut même penser aggravation et enfoncement dramatiques.

Mais il est aussi beaucoup question des erreurs et égarements au sujet de l’URSS,  l’Allemagne de l’Est, le Vietnam, ou encore les dictatures communistes d’Amérique du Sud, entre autres.

Soulignons, en effet, que ces chroniques commencent alors même que le système soviétique est toujours en place et encore très puissant, tandis qu’au fur et à mesure de l’ouvrage on assiste tour à tour à l’effondrement de ce système, à l’immense espoir ainsi suscité et aux premières désillusions. Un livre d’une intensité historique. De quoi nourrir la réflexion et mieux observer les impostures.

Le tabou du communisme, comme le relève Jean-François Revel, est tel que le négationnisme perdure encore (et c’est toujours vrai aujourd’hui) dans certains esprits plusieurs années après la chute du Mur de Berlin. De nombreux passages éloquents, à découvrir.

Il m’est impossible de citer tous les sujets abordés, tant ils sont en nombre, aussi bien sur le plan intérieur qu’international, liés à l’actualité politique ou à la culture. Mais retenons, en guise de conclusion, cette citation de Jean-François Revel, à propos des dérives interventionnistes et du marché politique (cf. Buchanan et Tullock), ainsi que du poids des « acquis sociaux », mais valable en bien d’autres domaines encore abordés dans cet ouvrage :

À quoi sert la démocratie, s’il faut attendre les catastrophes pour que les erreurs soient reconnues, et si elles ne sont reconnues que lorsqu’il est trop tard pour les corriger ?

Une phrase, mille fois hélas, plus que jamais d’actualité.

 

A lire aussi :

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Acuité conviendrait mieux au sens du message que vous véhiculez que vacuité dans le premier paragraphe (il s’agit sans doute d’une type)

    Contrepoints >> Oui, bien sûr ! Coquille corrigée. Merci.

  • La disparition de Jean-François Revel, quelle perte pour la France ! Que dirait-il aujourd’hui avec sa liberté de pensée et de parole ? Se ferait-il insulter comme les cinq ou six journalistes qui osent se prétendre « pas de gauche « . Je parie que oui en compagnie de Philippe Murray, un autre écrivain libre et plein de talent.

  • On ne conseillera jamais assez de lire et relire J.F. Revel et de consulter l’excellent site qui lui est consacré: chezrevel.net.
    Il se trouve que je relis, ces jours-ci, ce Siècle des ombres que vous signalez à notre attention: il est littéralement truffé (ce qui est normal pour l’auteur de Un festin en paroles) de saveurs délicieuses, sans artifices réthoriques (ce qui ne veut nullement dire sans bon jeux de mots), qui peuvent assouvir pour longtemps encore notre besoin de comprendre notre temps.
    Exemple: « L’obsession de la répartition autoritaire ne crée pas le progrès social: au contraire, elle le détruit souvent. » (28 aoüt 1989). Et encore: « Hélas, dans l’éducation comme en économie, les socialistes gouvernent un peu comme les automobilistes parisiens conduisent: ils brûlent les feux rouges (voir 1981), mais quand le feu passe au vert, ils ne démarrent pas. » (5 décembre 1988).

    • C’est en partie grâce à Revel qu’on peut comprendre que la social-démocratie (délirante en France, présente dans une moindre mesure en Europe ou aux USA), est le dernier avatar des collectivismes immoraux et meurtriers du XXe siècle, chacun d’entre eux étant l’application à peine nuancée de la même inspiration socialiste.

      La crise actuelle est la crise terminale de la social-démocratie en Occident (et accessoirement du communisme dirigiste chinois dans la foulée), dernier avatar du socialisme, la crise qui nous fera enfin entrer dans le XXIe siècle libéral, à l’exact opposé de la guerre 14-18 qui avait fait entrer l’humanité dans le siècle noir du collectivisme.

  • Belle idée de faire la promotion des livres de Revel. Ils sont tous à lire et à relire.
    Il n’a hélas pas été remplacé. Par les temps qui courent, je conseille la lecture de « La connaissance inutile », écrit en 1988, soit avant internet. Et pourtant, pas un mot n’est à changer…

  • « Ce n’est pas la politique qui a été moralisée, c’est la morale qui a été politisée »
    Quelle belle définition du mariage pour tous, sinon du socialisme en général…

  • bonjour à tous
    J’ai relu aussi récemment, la grande parade essai sur la survie de l’utopie socialiste, quel régal
    Je me souviendrai toujours de l’émission avec Courtois et Hue sur le livre noir du communisme à voir et à revoir :).
    http://www.dailymotion.com/video/xckww7_le-livre-noir-du-communisme-1-10_news

  • Lecture en cours.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

En France on teste aujourd’hui à tout-va. Le ministre de la Santé annonce que la barre des 12 millions de tests hebdomadaires serait très prochainement atteinte, un record dont se félicite son administration. Depuis le début de l’épidémie, six milliards d’euros d’argent public ont déjà été consacrés à ce poste de dépense qui fait la fortune des laboratoires mais dont on peut se demander à quoi il sert exactement.

Ces chiffres sont à la mesure de la trouille intense qui s’est emparée de la société française, une sainte trouille alimenté... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Comme cela a d’ailleurs été le cas assez souvent dans le passé, on se préoccupe souvent actuellement, et en particulier les politiciens, des changements éventuels à décider pour les allocations chômage et pour les retraites. Il s’agit dans les deux cas des périodes durant lesquelles des personnes cessent de travailler pendant un certain temps (chômage) ou définitivement (retraites). Les revenus qui sont gagnés au cours des périodes de travail cessent évidemment de l’être dans ces deux cas et il est donc normal que les travailleurs puissent di... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Vos enfants apprennent-ils des principes éthiques et politiques appropriés en classe ? Comment expliquer la liberté et l’oppression à un enfant de 7 ans ? Les parents sont souvent démunis pour assumer la charge d’éduquer leurs enfants et leur transmettre l’amour de la liberté.

Je voudrais vous parler d’un livre écrit par un Américain, en vente sur amazon.fr, et traduit par mes soins. Ce livre est dédié aux parents ou aux enseignants disposant de peu ou pas de matériel pédagogique pour parler aux enfants des concepts de droit, d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles