Petite rave-party en République du Sanitaristan

Une rave-party en France, et c’est la République tout entière qui vacille sur ses principes fondamentaux et son hystérie sanitaire…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Rave Party en Autriche (Crédits Christian Kadluba, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Petite rave-party en République du Sanitaristan

Publié le 4 janvier 2021
- A +

par h16

Comme je l’envisageais déjà dans un précédent billet, l’année 2021 commence sur les chapeaux de roues avec un micro-événement que la presse, fébrile, n’a pu s’empêcher de monter en épingle : plusieurs jours durant, une petite troupe de fêtards sous stupéfiants viennent donc de défrayer la chronique du côté de Rennes, mettant en apoplexie la République et tout le tremblement des autorités régaliennes.

C’est donc à Lieuron, au sud de Rennes, que La République Du Sanitaristan a tremblé sur ses bases, puisque plus de 2000 personnes se sont rassemblées dans un hangar privé afin d’y faire une rave-party endiablée.

Il a malheureusement été constaté l’échec de l’intervention des forces de l’ordre locales pour empêcher cette ignoble dérive festive et trémoussante au milieu d’une abominable pandémie et de mesures sanitaires aussi strictes qu’indispensables pour garantir l’effroi dans le cœur des citoyens : « Les gendarmes du groupement de gendarmerie d’Ille-et-Vilaine ont tenté d’empêcher cette installation et ont fait face à la violente hostilité de nombreux teufeurs » comme l’a précisé une préfecture au bord du nervousse brèquedonne.

La suite, du même acabit, nous est narré par une BFMTV ne sachant s’il faut rire ou pleurer du développement de cette information cruciale à la bonne marche du pays.

Tout y passe : sécurisation médiocre d’un lieu aussi difficile à appréhender que la notion de fermeture de frontières lorsqu’une vague épidémique déboule sans prévenir, des douzaines (150 me dit-on dans l’oreillette) de gendarmes mobilisés pour cajoler ce qui ressemble à un événement sans débordements pendant qu’ailleurs en France, en toute décontraction, on apprend que des centaines de voitures prenaient feu « spontanément », amendes généreusement distribuées surtout lorsqu’enfin, la musique s’est arrêtée d’elle-même et que les fêtards sont partis.

Facétie de l’opération : les bambocheurs impénitents qui ont eu la présence d’esprit de partir avant la fin des agapes et en cours de journée (hors de la période de couvre-feu, donc) n’ont pas été verbalisés, ce qui permet d’assurer une belle cohérence d’ensemble au bras séculier de la justice dont le glaive vengeur s’abat un peu comme il peut, entre deux hésitations comiques : il semble en effet qu’en outre, la manifestation n’ait pas été considérée comme mettant en danger la vie d’autrui au contraire d’autres fêtes clandestines, ce qui achève d’harmoniser les décisions prises sur ce sujet ces derniers jours.

Au-delà des suites judiciaires de cette histoire ridicule qui, soyons-en certains, ne manquera pas d’alimenter encore quelques jours les autorités concernées, on peut tirer quelques enseignements intéressants des petits bruissements agités dans les médias grands publics tandis que la fête battait son plein.

Tout d’abord, force est de constater que le pouvoir n’est plus ce qu’il était et ne tient essentiellement que parce que l’individu seul continue d’y croire vaguement. Dès qu’un groupe suffisamment important de personnes se rassemble, l’autorité peut être bafouée sans craindre grand-chose.

Une société ne tenant que par un consensus global, transversal à tous les individus qui la composent, cette démonstration constitue un utile rappel que le pouvoir actuel ne peut continuer à imposer ses idioties liberticides que parce qu’il s’adresse à des individus indépendants mais qu’il est totalement incapable de gérer quelques centaines d’entre eux vaguement organisés. J’ai comme une idée que, dans les mois qui viennent, ceci pourrait s’avérer crucial.

Par ailleurs, la médiocrité des forces de l’ordre françaises (au sens large, incluant aussi bien la partie police et gendarmerie que la partie judiciaire ou préfectorale) est maintenant clairement apparente.

Sa hiérarchie est castatrophiquement nulle dans la gestion des équipes au jour le jour, dans leur répartition sur le territoire, dans la priorité donnée à certaines actions plutôt qu’à d’autres ou dans leur application variable de la loi. Le simple fait que Darmalin, le ministricule en charge de l’Intérieur français, se soit senti obligé d’intervenir en urgence pour un tel sujet donne une bonne mesure de l’incroyable fatuité des homoncules au pouvoir qui semblent trouver leur présence indispensable pour la gestion des faits divers de plus en plus navrants : ils ne servent à rien, mais le font bruyamment savoir.

En outre, la réaction de beaucoup trop de Français devant cette fête est très éclairante : pour ceux-là, il semble absolument inconcevable, honteux et même scandaleux qu’un petit nombre d’individus puissent ainsi faire la fête dans leur coin !

La pandémie ou l’hystérie qui roule dessus semblent devenues l’excuse rêvée pour l’éclosion en nombre de tous les pires petits kapos incapables d’empêcher l’expression de leur indispensable opinion sur le sujet, sur le mode « il faut le leur interdire, il faut les poursuivre, il faut les châtier », avec remise au goût du jour de certains sévices corporels en place publique, cela va de soi.

Le pays semble maintenant regorger de ces armées de délateurs, de ces bataillons de moralisateurs de Prisunic, de ces cohortes malsaines de Jmemêledequoi dont l’unique but dans la vie semble se cristalliser sur les activités des autres et le jugement d’icelles à l’aune de leur compas moral déglingué.

Parallèlement, ces mêmes Français ne trouvent rien à redire sur le nombre décroissant de rames de métro ou de train dans lesquelles viendront s’agglutiner un nombre croissant de centaines de milliers d’individus. Tout juste peut-on imaginer que, s’il venait à la RATP l’idée saugrenue de pulser de la musique techno dans ses rames (les lumières clignotantes, les splifs magiques et les odeurs alternatives étant déjà en place), ces petits kapos auraient la bave aux lèvres en éructant leurs habituelles invectives devant cette nouvelle occurrence de fête clandestine, je présume.

Bref, entre d’un côté les forces de l’ordre qui font de plus en plus de la figuration et ce, tant que les masses en face y croient vaguement, et, de l’autre côté, ces médiocres Français ravis de voir s’installer miradors et fils barbelés autour de leur vie, la France sombre de plus en plus dans une ambiance malsaine où délation, anomie et jmenfoutisme assumés s’installent sans plus trouver de résistance.

Forcément, ça va bien se terminer.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (41)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (41)
  • « … s’il venait à la RATP l’idée saugrenue de pulser de la musique techno dans ses rames (les lumières clignotantes, les splifs magiques et les odeurs alternatives étant déjà en place)… »
    Merci H16, vous avez fait ma journée, que du bonheur de vous lire ! 😀

  • Fallait faire comme le Diamond princess…Ces quelques d…..méritaient de rester une semaine dans leur hangar à écouter de la zizique..Et à se faire ponctionner tous les jours les nasaux à la recherche de la « bête » quitte à recevoir le fameux vaccin Pfizer comme double peine…On interdit du Ionesco au théatre et on « autorise » cette débilité confondante…Oui c’est sûr ce pays est mal barré ..!!!

    • Vous illustrez à merveille le 13e paragraphe.

    • Votre avis condescendant sur la musique techno on s’en serait bien passé voyez-vous… Vous n’avez qu’à faire pareil aussi hein? Et vous révolter dans la vraie vie au lieu de manger vos cheveux en constatant que des « djeuns » écoutent un certain style de musique. Cela ne vous rappelle pas les mêmes critiques qu’il y avait eu envers le rock ? -1 pour la peine

      • FtHd
        Effectivement,beaucoup de critiques envers les « djeuns »rockers des années 60 de la part des séniors de l’ époque,mais pas vraiment pour les mêmes raisons, car la rupture entre les générations reposait alors sur d’autres concepts et vécus douloureux antérieurs fondamentalement différents de ceux d’aujourd’hui où le jeunisme imprègne notre société.
        Les clivages,lorsqu’ils existent, ne sont pas comparables, car les jeunes actuels se distinguent par leur éclectisme et ne sont pas tous adeptes inconditionnels de Techno ou de Rap contrairement à certains préjugés:
        Pour simple exemple,certains groupes Rock des années 60 n’ont-ils pas traversé des décennies plébiscités par plusieurs générations différentes ?

        https://www.lefigaro.fr/entrepreneur/avant-l-age-d-or-du-jeunisme-quand-il-fallait-paraitre-vieux-20191107

        • Oui vous avez raison pour le rock. Je l’ai pris en exemple car c’est le plus connu, mais on en a à presque chaque génération et pas que sur de la musique. Il suffit de regarder les nouvelles technologies: critique de la radio puis télé puis internet puis réseaux sociaux puis la 5g… C’était surtout pour dire que certains pointent l’aiguille dans l’œil de certains, sans voir l’énorme poutre qu’ils ont dans leur propre œil ?

          • @FtHd

            Bien vu : +1000 !, mais les « certains » ne sont pas forcément majoritaires,là aussi et contrairement à une idée reçue !

  • paraît qu’il s’agissait de jeunes?
    on raconte aussi que les jeunes ne sont pas concernés par la bête?
    On raconte aussi que les gens ne présentant aucun symptôme ne sont pas contaminant?
    Bon dans un pays où le masque est obligatoire sur la plage, où on ferme l’épicerie du coin, mais on autorise des blackfriday dans les supermarchés etc etc, où on finance une académie du vélo….
    force doit rester à la loi, enfin pas partout, il y a des minorités à ne pas énerver.
    Le président, il a fait comment pour se faire contaminer
    Il aurait pas par hasard enfreint la loi et ses centaines de pages et de cerfa sur la conduite imparable pour se protéger de la bête?
    Ferran a pourtant prévenu, ceux qui ne respectent pas la loi, ce sont ceux qui finissent à l’hôpital
    tout cela commence à être agaçant

  • C’est sympa un dictateur en culotte courte et puis, cette rave était sponsorisée par la mairie de Paris, ça ne met pas en cause l’autorité de l’état comme ces maudits gilets jaunes…

  • De toute manière, on pourra faire autant de réformes de la police et de la gendarmerie que l’on veut, ça ne servira à rien du moment qu’on augmente pas le nombre de procureurs et de juges. Et en augmenter le nombre prend du temps. Il n’y a donc aucune raison de s’attendre à une amélioration de la situation.
    Les forces de l’ordre arrêtent (beaucoup) mais le faible nombre de procureurs ne peuvent pas suivre le rythme. Les délinquants-criminels sont relâchés, et avec du galon en plus.

    Bref pour une amélioration de la situation il faut une réforme conjointe du couple Intérieur-Justice, une doctrine claire et plus de moyens (https://www.union-syndicale-magistrats.org/web2/themes/fr/userfiles/fichier/publication/2018/communique041018.pdf) au détriment des ministères parasites de la culture, de l’économie, des affaires européennes, du travail, de la transition écologique, des transports…etc. si tant est que ces ministères doivent exister. Avoir un budget régalien quoi.

    • plus de procureurs et de juges idéologiquement complices ne réglera rien !!!!

      • Je parle d’une situation d’idéalité. En termes de quantités, les procureurs et les juges sont trop peu nombreux. C’est un constat. Maintenant si vous avez des propositions pour avoir moins de juges rouges allez-y.

        • On manque plutôt de place de prison. Les conditions de détention en France est d’ailleurs scandaleuse. D’ailleurs je ne pense pas que les juges sont laxistes.. Il n’y a pas de place.

          • On manque de tout ce qui fait le régalien.
            En prison il y a beaucoup de gens qui n’ont rien à y faire et beaucoup de gens qui devraient y être qui n’y sont pas.

  • Ramassis de faune zadiste et autres anticapitalistes anticonsommation (sauf de substances illicites et de matériel de sono ) qui vit de toutes les aides et allocs financées par les cons qui bossent.

    • c’est ça…!!! C’est bien pourquoi fallait les porter volontaires au vaccin spoutnik..

    • êtes vous certain que nos assistés reçoivent des aides assez conséquentes pour s’offrir des camping cars comme nous avons pu en voir en quantité au cours de cette manifestation festive ????

      • Plus le black et les trafics en tout genre je ne suis pas rentré dans le détail…mais RSA et compagnie en filet de sécurité.

  • 100 000 policiers et gendarmes mobilisés ; couvre feu à partir de 20 h ; néanmoins 2500 teufeurs s’installent sans autorisation et 861 voitures s’enflamment spontanément pour fêter le nouvel an !!! Combien de policiers faut-il mobiliser et à quelle heure doit-on instaurer le couvre feu pour qu’il n’y ait aucune rave party clandestine et qu’aucun véhicule ne veuille fêter l’an nouveau par la crémation ???? Seuls les régimes totalitaires du type nasi ou soviétique peuvent tenter d’atteindre ce but !!! Est-ce ce que nous voulons ???? c’est bien parti !!!

    • Quand les lois sont débiles, on trouvera toujours des gens intelligents pour les contourner et ridiculiser les gensdepouvoir…

  • Il faut toujours un ennemi commun pour faire diversion.
    En 2020, c’était le joggeur. En 2021, ça sera le teufeur !

  • Les forces de l’ordre étaient à coller des amendes et des obligations de confinement aux familles revenant de skier en Suisse. Faute d’ubiquité, elles ne pouvaient pas appliquer la même chose avec la même sévérité aux défoncés de la rave bretonne. Et puis il y avait des associations (exonérations fiscales dans l’air) pour leur distribuer masques, tests, et invitations à se signaler à l’ARS bretonne, pas besoin de gendarmes…

  • « l’unique but dans la vie semble se cristalliser sur les activités des autres » : c’est le problème quand on enferme les gens chez eux, qu’on les empêche de travailler, qu’on restreint leur vie privée, qu’on leur interdit de boire un verre ou de se faire un resto, qu’on les empêche d’aller au cinéma ou au musée… bref qu’on leur retire petit à petit la plupart de leurs loisirs habituels. Au bout d’un moment, il ne leur reste plus grand-chose d’autre que les commérages et/ou la délation pour remplir leur temps libre.

    • c’est sûr que si tous ces braves gens ne vivaient que du fruit de leur travail, ils s’occuperaient moins des autres.

      • C’est le plus triste dans cette situation : que des personnes motivées et travailleuses ne puissent même pas le faire. Tant d’entrepreneurs vont faire faillite en 2021 après des années à travailler 50 ou 70h par semaine pour faire fonctionner leur activité, quel gâchis.
        Ce gouvernement nous prive même du droit de travailler pour vivre dignement, et le remplace par l’assistanat obligatoire.
        Sarkozy et son « travailler plus pour gagner plus » semblent si lointains… désormais c’est « travailler quand on nous l’autorise »….

  • « Une société ne tenant que par un consensus global, transversal à tous les individus qui la composent, cette démonstration constitue un utile rappel que le pouvoir actuel ne peut continuer à imposer ses idioties liberticides que parce qu’il s’adresse à des individus indépendants mais qu’il est totalement incapable de gérer quelques centaines d’entre eux vaguement organisés. »

    ouaip..et les plans de fracture sont multiples..

    tiens organiser un repas.. bon il est vegan, lui il mange pas de poisson, kiki est allergique, lui ne mange pas de porc..

  • les délateurs , une des pire saleté de l’humanité ;

  • Couper l’électricité très rapidement avant une attaque avec des canons a eau soigneusement refroidie a 3 degré, aurait mis fin a ces ventes de drogues entre clients invités en quelques heures. le temps que la glace fonde !
    Puisque personne n’a rien organisé, le matériel, sono, projecteurs véhicules tout doit être brulé et écrabouillé, il est sur que personne ne viendra se plaindre ….

  • On comprend pourquoi il y eut autant de dénonciations pendant l’occupation de 1940 à 44. C’est une habitude chez les français d’insupporter ce que font les autres qui ne soit pas dans les règles étatiques!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don