La censure qui s’en vient

S’en vient la pire des censures : celle que l’individu s’applique à lui-même par l’unique pression sociale et la peur d’ostracisation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Censure

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La censure qui s’en vient

Publié le 13 novembre 2020
- A +

par h16

Les récents développements de l’actualité, au-delà de l’éclairage qu’ils ont pu apporter sur le partisianisme des médias, ont aussi mis en exergue la tendance inquiétante de notre société de communication à vouloir résolument contrôler absolument toutes les informations déversées sur le public.

La tendance est aussi inquiétante qu’est puissante la force déployée pour s’assurer que chaque internaute voit ce qu’il doit voir, écarte ce qu’il doit écarter, parle de ce qu’il doit parler, aime ou conspue ce qu’il doit aimer ou conspuer.

Ainsi, les affaires Biden (le Burismagate d’un côté, les soupçons de prise d’intérêt avec les autorités chinoises de l’autre) n’ont guère fait parler d’elles alors qu’elles méritaient amplement enquêtes et suivi de toute une profession qui tente encore de faire croire qu’elle pratique le journalisme : la façon dont les médias habituels (de télé, de radio, de papier) ont choisi, parfois ouvertement, de ne pas les aborder ou de minimiser ces affaires en dit long à la fois sur leurs propres biais (ici, très clairement sur la gauche du spectre politique) et sur les biais de toute une frange de la société, sa partie la plus technophile et branchée, qui a elle aussi choisi d’ignorer cette accumulation de faits troublants.

Parallèlement, Google, Facebook, Twitter ont, dans le courant du mois de septembre et d’octobre, fait assaut d’inventivité pour que le sujet disparaisse de leurs plateformes : Twitter a par exemple activement fait le nécessaire pour que l’affaire, révélée par le New York Post, ne soit pas discutée par ses utilisateurs. Facebook a usé de toutes les tactiques possibles, un peu plus finement que Twitter, pour faire disparaître les posts relatifs, bloquer les références à l’article infâmant, ou pour en réduire l’exposition aux utilisateurs de son réseau social. Google, encore plus subtilement, a déclassé les recherches relatives et enfoui les articles détaillant les griefs à l’encontre de la famille Biden derrière la cohorte de petits articulets de la presse grand public qui minimisaient largement l’importance de l’affaire.

Tout ceci n’a rien d’anodin : tant les médias que les sociétés de communication actuelles ont bien un agenda, que l’on pourra qualifier comme on voudra mais qui, c’est absolument certain, ne comprend pas de laisser chacun s’exprimer comme il l’entend.

Et ce n’est pas un mal typiquement américain, mais bien une tendance forte visible sur toute la planète, depuis les contrées les plus riantes de la Chine communiste totalitaire jusqu’en Europe sociale-démocrate écolo-hystérique en passant par l’Amérique progressisto-gauchiste : à mesure que les moyens de communication sont devenus plus nombreux, plus simples et plus accessibles à tous, les entreprises technologiques, les médias et les politiciens se sont empressés de s’assurer qu’on ne pourrait surtout pas y dire ce qu’on voulait.

La liberté d’expression s’y réduit maintenant chaque jour, grignotée par des groupes de pression ayant étrangement toujours la même coloration politique et morale et dont les comportements de plus en plus agressifs finissent par diffuser dans toute la société ; par exemple, du côté des rédactions journalistiques qui font, elles aussi, assaut de vertus, on n’en est plus à essayer d’apporter des informations aussi solides et factuelles que possible, on a maintenant pour but d’éduquer les masses bêtes et adipeuses qui osent penser de traviole.

Une pandémie se développe et certains s’interrogent sur les origines du virus, sur les traitements les plus efficaces, sur les bonnes méthodes pour combattre les transmissions ? Pourtant, tout le monde sait que les gouvernements ont, comme pour la sécurité, la croissance ou l’éducation, les réponses à tout ça ! Dès lors, au-delà de fournir les bonnes idées, les bonnes infos, il faut aussi lutter activement contre les mauvaises idées, les mauvaises infos !

Une élection semble comporter des irrégularités ? Mais enfin, nous ne sommes plus en 2016 où, comme chacun sait, les élections étaient honteusement manipulées par des entités étrangères pleines de slaves fourbes ! En 2020, tout est sous contrôle et s’il faut se poser une question, c’est plutôt de savoir si l’on a fait suffisamment pour faire taire les abrutis !

Ces interrogations angoissées (comment certains peuvent-ils sérieusement douter de la parole millimétriquement mesurée et calibrée des médias adoubés par eux-mêmes et leurs pairs, non mais oh ?), que l’on retrouve dans un nombre croissant de sujets, imposent de trouver une méthode pour calmer le jeu et contenir les impétrants indélicats, ceux qui bousculent le vivre ensemble et le discuter ensemble : on ne peut pas laisser les grands organes de presse, les grands instituts de sondage, les grands opérateurs de communication et les grandes entreprises de réseaux sociaux se faire ridiculiser par des individus qui, il faut bien l’avouer, savent à peine lire, écrire et compter et ne sont pas (encore) d’une minorité opprimée.

Pour les réduire au silence, on pourra recourir à différents moyens.

Ainsi, rien de tel qu’un gros « fasciste ! » balancé au bon moment pour couper court au vieux débat désagréable et euthanasier les vieilles pensées poussiéreuses de l’opposant. Mieux encore : on peut préemptivement estampiller les idées alternatives de « complotistes ! », ce qui permet d’avorter l’embryon de débat avant qu’il n’ait pu naître et risquer qu’il apporte des contradictions aux Vérités Immuables exposées officiellement.

Mais le mieux, c’est lorsque les efforts sont faits par les méchants eux-mêmes : par un mélange habile de polarisation agressive des débats (« si tu n’es pas avec moi, tu es contre, tu mérites de périr, et il n’existe aucune position intermédiaire intelligente et digne d’intérêt ») et d’une bonne grosse pression sociale, on obtiendra même le Graal : l’auto-censure de ceux qui ne pensent pas comme la Meute des Gentils !

Dans ce contexte, la question n’est plus de savoir où est la vérité mais qui a le droit d’émettre une opinion et qui ne l’a pas. L’opinion va dans le bon sens : il lui sera fait forte publicité, même si ce sont d’énormes âneries (le cas du Lancet suffit à illustrer ceci).

Cependant, ne vous y trompez pas : pour garantir que les gens ne pensent pas et n’agissent pas autrement que comme il leur est permis, l’étape suivante, riante et joyeuse, c’est le tabassage, soft et social d’abord, puis violent et physique ensuite.

La Cancel Culture va prendre un tour intéressant lorsqu’il s’agira, comme le proposent certains petits éditorialistes aux poussées totalitaires inquiétantes, d’interdire un nombre croissant d’activités lorsque les comportements attendus ne seront pas obtenus. Mao, Staline, Hitler ou Honecker auraient adoré disposer des moyens actuels de ces éditorialistes.

Interdire des activités en parfaite violation des droits les plus élémentaires, pour celui qui n’a pas montré allégeances aux autorités ? Cela paraît fou ? Et pourtant, comme le montrent certains signes (Ticketmaster demandant une preuve de vaccin pour assister à un concert, par exemple), c’est déjà dans les tuyaux…

Quant à l’étape suivante, elle est déjà en préparation depuis un moment : si, dans un premier temps, il s’agira de faire sauter l’anonymat des vilains et des méchants, par exemple en tenant des listes (les gauchistes adoôorent les listes) comme le préconise Alexandria Occasional Cortex, afin de fusiller leur vie sociale, dans un second temps, on comprend qu’il faudra en finir une fois pour toutes de ce vilain anonymat qui sévit sur les interwebs : une intense campagne a déjà commencé et elle se nourrira de chaque événement, de chaque peur des citoyens affolés. La Loi Avia n’est qu’une étape dans ce cheminement.

Tout le monde saura bien vite que c’est parce qu’on est anonyme qu’on peut dire ce qu’on pense, donc insulter et harceler en ligne. Personne, en revanche, n’entendra que c’est aussi parce qu’on est anonyme qu’on peut dire ce qu’on pense, et donc dénoncer les abus, dévoiler les complots, les machinations et les corruptions.

L’anonymat sautera et avec lui le reste de la liberté d’expression.

Cette marche vers le pire n’est pas inéluctable mais elle est bien entamée. C’est sans doute pour cela qu’on observe un tel mouvement de repli d’un nombre croissant d’individus vers des plateformes alternatives dont les conditions d’utilisation sont moins opaques, arbitraires ou partiales, et les règles de modération plus favorables à l’expression d’idées alternatives.

Ceci permet presque un peu d’optimisme, si ce n’est que, de nos jours, être positif entraîne trop souvent une mise en quarantaine…


—-
Sur le web

Partager sur:
Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction
Dossier spécial :
Voir les commentaires (106)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (106)
  • Elle est déjà là,le Pr Peronne a disparu,Le Pr Raoult se tait et est poursuivi,le Pr Toussaint a disparu aussi des médias…encore un ose en disant que l’on massacre le pays ,il s’agit du Pr Peyromaure.
    Rappel des chiffres:
    Mortalité 0,06%
    Létalité 2,26%
    et le pays sera à terre pour les 20 à 30 années à venir assurant ainsi la prospérité de nos zélites technos.

    • Raoult reste actif sur la chaîne YT de l’IHU Marseille, au niveau de l’information scientifique (ce qui est son taf et non la politique, comme il se plaît à le rappeler.)
      Qu’il soit maintenant absent des merdia subventionnés n’est pas surprenant, il n’y est apparu que dans le schéma « gilet jaune » de l’oligarchie: permettre à un adversaire d’apparaître pour ensuite l’agonir d’injures et le faire disparaître médiatiquement avant que cela devienne dangereux. Cela leur permet de crever des abcès sans trop de risque et de s’adjuger des victoires bidon.

      • Mettre Raoult et information scientifique dans la même phrase, faut quand même le faire.

        • Raoul est professeur en immunologie, reconnu dans le monde scientifique par ses confrères de tous les pays comme une sommité des maladies infectieuses. Alors oui il est habilité à en parler, contrairement à vous!

          • Qu’en savez-vous ? Qu’est-ce qui vous fait croire que Raoult ne ferait pas de la nobélite ?
            Comment, surtout, sur un site libéral, pouvez-vous décider de suivre un « consensus de confrères de la personne » plutôt que d’avoir votre propre jugement ? Le feriez-vous pour un politicien ?

          • raoult a dit des tas de trucs qui posent problème à quiconque pense par lui même..

            • Lesquels ?
              Je suis bien incapable de le contre dire sur quoique ce soit sans prendre une claque.

              • Qui prend une claque ?

                • Je n’ai pas vu la croissance exponentielle d’une vraie seconde vague d’une part mais la croissance linéaire y est nette, on est d’accord. Ensuite, il est de plus en plus probable que nous sommes sur des virus variants et mutés, donc une évolution endémique (en général, celles qui permettent d’installer l’immunité de groupe). Enfin, une question qu’il fallait aussi se poser était de savoir si le confinement si long et si dur n’allait pas être la base d’une deuxième épidémie par contamination réciproque au sein des foyers.

                  • « On est d’accord »
                    -> Il s’est trompé.

                    « Raoul est professeur en immunologie… sommité des maladies infectieuses »
                    Ben mazette, s’il ne l’était pas ce serait quoi ?

                    Bref, -19 à cette heure et +19 pour Pangzi
                    Ça corrobore mon message de 14h55.

                    • Et encore, j’en connais qui vous ont plussoyé et qui ont moinsoyé Pangzi, et j’en soupçonne fortement quelques autres aussi…

          • Q : C’est une fantaisie l’idée d’une seconde vague ?
            R : Non, mais on peut tout imaginer, on peut avoir de l’imagination sur tout, mais c’est de la science-fiction, J’ai l’opinion que si vous voulez des infections respiratoires dans lesquelles il y a des secondes vagues, Il n’y en a pas. Donc je ne vois pas pourquoi il y en aurait pour celle-là.

            Sacrée méthode scientifique. Gros plantage quand-même.
            Et on peut cumuler tous les titres qu’on veut et n’en être pas moins un guignol.

            • Monsieur casuffit, vous n’êtes ici qu’un anonyme dont les jugements valent de ce fait encore moins que ceux que vous dénoncez.

              • Et alors ? Je l’ai déjà signalé, même si je ne suis que bac+8, il y a des médecins et amis qui sans mon aide en maths et stats ne le seraient jamais devenus. Je reconnais toutefois que s’ils avaient chipoté sur les définitions pointues pour détourner l’attention de leur faiblesse dans l’application de la méthode scientifique, ils n’auraient pas été de mes amis. En tout cas, c’est une certitude, s’ils s’étaient contentés d’arrogance et d’insolence avec un commentateur, et de préjuger de ses qualités sur la seule base de sa méconnaissance de termes techniques sans rapport avec la méthode scientifique elle-même, ils auraient plutôt été de mes ennemis. Moi, quand je vois le pseudo Laurent75005, ça m’évoque un Laurent deux fois médaille Fields qui enseignait dans le 5e, rien qu’en mémoire duquel j’essaie de comprendre le commentaire avant de m’en faire une opinion. Et quand on est habitué de la méthode scientifique et du milieu scientifique ou prétendument tel international, une phrase comme « Et on peut cumuler tous les titres qu’on veut et n’en être pas moins un guignol. » prend toute sa valeur…

        • -8 en 2h.
          Je pensais que les libéraux de Contrepoints étaient des personnes sensés, je commence à m’apercevoir que certains sont juste des complotistes de bas étage; peut-être même certains sont adorateurs de Qanon ?
          Je me moque bien que Raoult soit sommité de ceci ou professeur de cela. Les méthodes qu’il a utilisées pour « prouver » l’efficacité de l’HCQ sont à l’opposé de la science.
          Le dire ne fait pas de moi un suiveur aveugle de ce que dit le gouvernement qui se moque de nous.

          • Le plus de – vous avez , le plus sensé vous êtes ..pas de panique .on s’y habitue très bien…Bien venu au club et plus nous serons nombreux mieux cela sera..( comme les hispaniques en Arizona…ouarf ouarf..!!!)

          • Des gens dont malades, on leur donne un traitement, leur état s’améliore… c’est à l’opposé de la science?
            Sans compter qu’on sait depuis des années que le plaquenil est efficace contre les coronavirus…

            • Vu leur âge, si on ne leur donne pas de traitement, leur état s’améliore tout pareil. Où voyez-vous de la science ?

              • @MichelO
                Bonjour,
                – A mon humble niveau de connaissances et d’intellect, j’observe que le service du Pr. Raoult a soigné plus de 6000 patients avec l’HCQ + Azythromicine et eu 30 morts (la dernière fois que j’ai vu ses données) ;
                – le Professseur Toussaint, avec les données de Santé publique France, a montré qu’il n’y avait pas de seconde vague ;
                – les médias, les politiciens, le président, les ministres, ne parlent plus de pandémie, mais d’épidémie ;
                – Eric Zemmour trouve bizarre que le gouvernement ait misé sur l’immunité collective, tout en nous prémunissant de cette immunité via les masques et un confinement.

                Au début de la crise Covid19, il me semble que vous avez écrit que la conséquence de n’avoir aucun traitement au Covid était la mort.
                Le Pr. Raoult a pour conséquence un taux de létalité de ses patients traités avec son protocole de 0,005 (30/6000), ou 0,5% (30/6000×100). Celui du pays est de 0,0226 (44 246/1 954 599 ; données du jour sur SPF.) ou 2,26%. J’ai pris cette définition pour faire les calculs : « La méthode la plus simple est de diviser le nombre de morts liés à la maladie par le nombre total de personnes infectées pour une région ou un pays donné, c’est de cette manière que procède l’OMS5. Il s’exprime soit comme un nombre allant de 0 à 1 soit par un pourcentage entre 0 % et 100 %. C’est un indicateur de la gravité de la maladie, de la qualité des soins et des conditions particulières auxquelles est soumise la population concernée. » wikipédia. Le Pr. Toussaint la définit comme le nombre de morts divisé par le nombre d’infectés.
                2,26 vs 0,5, il y a quelque chose qui soigne mieux.
                Comme le dit le professeur marseillais, son protocole ne fonctionne qu’en début d’infection, pas en réanimation.
                Si je devais contracter cette infection, je demanderai le protocole Raoult. J’ai entendu dire que les pharmacies avaient interdiction de délivrer l’HCQ et azythromicine prescrites sur ordonnance par un médecin. La pharmacie où je vais quand je suis malade est composée de personnes fort sympathiques, cela me chagrinerait de devoir me les mettre à dos.

                • Bonjour STF,
                  Il se peut que j’aie dit que l’absence de traitement signifiait la mort, mais certainement pas comme un principe fondamental.
                  Il me semble même, depuis le début, que c’est l’absence d’aggravation nécessitant une hospitalisation qui devrait être le critère de jugement, et ne pas avoir manqué de le répéter ici-même. A ce sujet, il y a une confusion systématique entre « absence d’aggravation » et « réduction de la charge virale », et entre « testé positif » et « patient », et Raoult n’a absolument rien fait pour lever cette confusion, ce que je trouve suspect. En refusant, au prétexte de l’urgence à soigner, de faire lui-même une étude avec un groupe témoin, l’IHU invite à comparer inconsciemment avec les statistiques générales. Or les personnes traitées sont (au moins étaient pendant la première vague) pour l’IHU des personnes issues de tests plutôt larges, à un stade précoce de la maladie, alors que dans les statistiques générales les tests étaient restreints à des cas déjà nettement plus suspects, faute de kits disponibles. Ensuite, il aurait fallu donner la proportion d’hospitalisations parmi ces personnes, et montrer que cette proportion était réduite par l’HCQ. Au lieu de cela, on nous parle de réduction de la charge virale, qui n’est pas mesurée dans les statistiques générales. Je veux bien qu’on nous en parle, mais pas qu’on passe sous silence la proportion d’hospitalisations. Passer aux décès rend les conclusions bien plus difficiles à être statistiquement significatives (et bien plus faciles à mal interpréter, même sans mauvaise intention) parce qu’elles portent sur des nombres trop faibles. Quant aux études publiées par l’IHU que j’ai vues, les caractéristiques d’âge en diffèrent tellement de celles sous-tendues dans les statistiques générales que si effet de l’HCQ il y a, il est forcément masqué par celui de l’âge. En gros, si vous prenez la moitié de vos patients sous 45 ans, alors que 90% de ceux qui sont hospitalisés ailleurs en ont plus de 55, vous êtes à peu près sûr de diviser par au moins 2 votre létalité par rapport à celle d’ailleurs. Et de même en jouant sur le fait que vous écartez ceux trop âgés et souffrant de co-morbidités qui les mettraient à risque avec l’HCQ, vous pourriez diviser par 10 si vous le souhaitiez ou simplement si vous oubliiez de vérifier ce biais.
                  Le reste, mon prof de cinéma (et de propagande soviétique) aurait pu l’expliquer, moi je suis mauvais pédagogue, il s’agit de jouer sur le vocabulaire et de se restreindre à ce qui va dans le sens voulu au lieu de se fouetter et de tout faire pour mettre en doute ce qu’on avance. Démontrer ne s’obtient qu’en échouant à démonter. Voilà la devise de la science, ça n’est manifestement pas celle de l’IHU.

                  • @MichelO
                    Bonsoir,
                    Les patients morts dans le service de Raoult ont en moyenne 84 ans et des comorbidités. C’est donc qu’il y a des personnes âgées malades dans les chambres de son service et qu’il les compte dans ses données. Il me semble, en l’ayant écouté dans ses vidéos, qu’il ait étudié les statistiques et fréquenté quelques statisticiens. Il doit savoir en faire en toute logique. (Certes, il doit aussi savoir les manipuler.)

                    « or les personnes traitées sont (au moins étaient pendant la première vague) pour l’IHU des personnes issues de tests plutôt larges, à un stade précoce de la maladie »
                    C’est ainsi que le protocole de Raoult est le plus efficace : au stade précoce. Il n’a pas dit autre chose depuis le début.
                    Il est quand même pour le moins étrange que ses détracteurs publics ne parlent de son usage en particulier au stade de réanimation.

                    « En gros, si vous prenez la moitié de vos patients sous 45 ans, alors que 90% de ceux qui sont hospitalisés ailleurs en ont plus de 55, vous êtes à peu près sûr de diviser par au moins 2 votre létalité par rapport à celle d’ailleurs »
                    Sous-entendriez-vous qu’il manipule les chiffres lui aussi ? Il ferait en sorte de baisser sa létalité, quand l’Etat la gonfle de son côté.
                    Sur les données que j’ai vues, dont les 6000 patients traités avec son protocole, ces 6000 patients faisaient parti d’un total de plus de 8000 patients ayant contracté l’infection. Donc sur environ 8000 infectés (je n’ai plus le nombre précis en tête), il y avait eu 30 décès à ce jour-là dans son unité.
                    En attendant, je constate qu’il y en a un qui tente de soigner des malades, quand l’autre essaie de l’en empêcher et fait tout pour l’empêcher de soigner.
                    Je constate aussi que son traitement coûtait 10 euros pour 3 jours de traitement quand on pouvait entendre qu’un vaccin ou un autre traitement, à venir, pouvait atteindre plusieurs centaines d’euro (du coup aux oubliettes les trou de la Sécu’). De fait, je ne comprends pas la logique de manipuler des chiffres pour des clopinettes, son service faisant parti d’un hôpital public. Je comprends celle pour faire vendre un vaccin à plusieurs centaines d’euro.

                     » Et de même en jouant sur le fait que vous écartez ceux trop âgés et souffrant de co-morbidités qui les mettraient à risque avec l’HCQ, »
                    C’est logique ça, ne trouvez-vous pas ?
                    Feu ma grand-mère était très allergique à la pénicilline, cette dernière aurait été prescrite pour son état dégradé dans les dernières années de sa vie sans son allergie. La pénicilline, médicament le plus efficace pour son mal, aurait aggravé son état si prescrite. Ainsi, transposé à l’heure actuelle et l’interdiction de l’HCQ, la pénicilline se verrait interdite à d’autres qui en auraient un besoin vital.

                    • Bonjour STF,
                      Sans chercher à savoir si c’est de bonne foi ou non, le problème avec Raoult est que les arguments sont inversés. Ce qu’il affirme n’est pas décisif, et ce qui pourrait être décisif n’est pas effectué ni publié, alors que ça ne devrait pas coûter grand chose. Il y a des « vieux co-morbides » dans ses patients, mais il y a aussi bien plus de jeunes qu’il n’y en a dans la référence implicite. On écarte logiquement les personnes trop à risque, mais on ne ne les écarte pas de la référence avec laquelle on compare. On affirme que le gain est sur la diminution des hospitalisations en début de maladie, mais on demande à être jugé sur les seuls morts en fin de maladie. Dans un colloque scientifique, le doute serait levé en 10 minutes, mais on ne va pas dans de tels colloques et on se cantonne à la presse. Pourquoi ?

            • des gens sont malades ont leur donne un traitement, leur état s’améliore, c’est un fait..établir la causalité c’est autre chose…

              • et une fois que cous avez établi la causalité entre traitement et guérison, vous devez aller plus loin, si il s’agit d’un effet psychologique ou chimique..

                • Aucu e importance, l’important est que la personne guérisse et les statistiques montrent qu’à tout âge on guérit plus à l’IHU

                  • Plus que quoi ? Que parmi les personnes restées chez elles et n’ayant pas ouvert leur porte à l’agent recenseur ?

                  • Vous savez l’idée de groupe témoin et de double aveugle ne s’est pas imposée comme standard pour rien…
                    pour le traitement raoult, je n’ai été troublé que par une coincidence entre suspension temporaire du traitement et remontée de mortalité.. sinon j’ai arrêté de regarder..
                    Selon moi la preuve était faite que raoult a fait une promotion excessive de l’efficacité de son traitement eu égard aux preuves disponibles..il aurait dû rester dans un discours « d’urgence »..

                    • Les études en double aveugle et/ou contre témoin ne sont pas un « standard » pour tout. Elles ne se prêtent pas à certaines pathologies à léthalité rapide ou inéluctable.

                      Seules 10 à 20% des études thérapeutiques sur les pathologies infectieuses sont faites en double aveugle et à condition que ces maladies infectieuses ne soient pas mortelles ou n’entrainent pas de séquelle notable.
                      Qui (labo ou décideur) voudra monter une étude en double aveugle d’un traitement sur une infection et en assumer les conséquences légales, judiciaires et financières en cas de pb?
                      Si un des traitements testsé ne marche pas (ou moins bien) que l’autre, il y aura des procès pour défaut de soins adéquats (par utilisation du traitement le moins efficace qu’il soit ancien ou récent) avec indemnisations lourdes à la clé des patients qui auront été moins bien soignés (si séquelles ou décès…etc).

                      Quant aux études (ouvertes, simple ou double aveugle) versus traitement de référence, encore faut-il en avoir un!
                      Quand on en a pas et que les conséquences de la maladie peuvent être lourdes, on teste directement la molécule après les études de toxicologie sur animal et des études de phase I et II rapide (faible nombre de patients) servant éliminer des effets adverses majeurs de la molécule testée et ajuster sa posologie efficace.
                      Quand on a déjà un traitement pour une infection mais imparfait ou avec une résistance du pathogène, on teste la nouvelle molécule en phase III en ouvert (en cas d’épidémie) sur les patients atteints ne pouvant être traités par la molécule de référence (intolérance, contre-indications ou allergie…etc) ou sur des patients pour lesquels la molécule de référence ne marche pas.

                      Ensuite, une étude en double aveugle est longue à mettre en place et doit répondre à un formalisme relativement rigide sous peine d’être invalidée. Cela colle mal au timing d’une épidémie d’installation rapide en qq semaines ou 2-3 mois.

                      Donc , les études en double-aveugle sont incontournables pour certaines pathologies mais peuvent entrainer des retards ou défauts de soins irrattrapables pour d’autres pathologies.

                    • En l’occurrence, ce sont les mêmes qui nous disent que la létalité est infime et que l’on n’a pas fait d’étude en double aveugle parce qu’il avait urgence à éviter les décès…

                    • @cyde
                      Bonjour,
                      Il paraît que le vaccin est efficace à 90%. Je me demande où est l’étude en double aveugle, le nombre de cobayes-patients testés, sa parution dans un journal scientifique.

                  • et au passage avec un placebo on guérit aussi « plus que » sans…
                    ça a de l’importance pour affirmer qu’un traitement marche ou non.. car la norme pour le dire c’est que le traitement est plus efficace qu’un placebo.

                    • Un placebo ne sera jamais utilisé en test comparatif sur une pathologie potentiellement léthale ou pouvant donner des séquelles. Il faut bcp nuancer vos affirmations. 🙂

          • Ce n’est pas parce qu’on est seul à avoir raison qu’on a tord…
            Mais on peut aussi avoir tord tout seul…
            Peut être que sur ce coup vous avez tord…
            Cela ne fait pas des lecteurs de contrepoint des insensés…
            Mais juste 8 ne sont pas d’accord avec vous…

          • laurent75005 a écrit: « Je me moque bien que Raoult soit sommité de ceci ou professeur de cela. Les méthodes qu’il a utilisées pour « prouver » l’efficacité de l’HCQ sont à l’opposé de la science »

            Les pays asiatiques qui utilisent massivement l’HCQ avec des études scientifique et des résultats à la clé regardent avec surprise les européens s’écharper sur ce sujet alors que c’est un outil efficace quand il est utilisé très tôt et dans les cas léger:
            Dr Christina Lin: « Why do Asian countries use hydroxychloroquine for Covid-19 despite Western rejection?: »
            https://www.ispsw.com/wp-content/uploads/2020/08/711_Lin.pdf
            .
            Ce n’est pas le « médicament miracle » que certains journalistes ont cru voir, position qui est attribuée à tort à Raoult, mais c’est un élément probant de lutte précoce. Il n’a jamais dit autre chose.
            .
            Une autre chose est certaine: Raoult est pire que mauvais en communication, il a braqué les politiques, les journalistes et réuni une belle unanimité contre lui qui ne laisse plus aucune place à l’argumentation scientifique.

        • Non mais ils osent tout vous savez…M.Audiard

        • parce que vous croyez que le conseil scientifique dont le gouvernement gobe tout est un truc légitime et parfait?

    • Manquerait plus de payer pour voir des âneries..

      • Remarquez que l’avantage du paiement, c’est que si baucoup de gens acceptent de payer, cela veut dire que le film n’est sans doute pas une ânerie…

        • pas forcément…Certains sont prêts à payer beaucoup pour entendre ce qui flatte leurs oreilles…

          • @sigmund
            Bonjour,
            « ce qui flatte leurs oreilles.. »
            Et pourquoi ne paieraient-ils pas pour se faire un avis ? Histoire d’entendre un autre son de cloche, plus ou moins différent de ce qu’on entend.

      • Au moins 300 âneries dispo pour quelques euros dans toutes vos salles de cinéma ou 138 euros sur la’tnt

  • L’autocensure est à la démocratie orwellienne ce que la censure est à la dictature. Les deux ne s’excluent pas.
    Quand on sortira le goudron et les plumes, il ne faudra pas oublier les journalistes. Du moins certains d’entre eux (France-Soir ou Cnews ont sauvé l’honneur…)

  • Il est tout seul dans son petit costume le Barbier de servile pour parler comme ça?

    • Bien sûr la France est le pays de Pasteur, et ce qu’il oublie de dire le petit Barbier, c’est que tant que les médecins pouvaient prescrire librement les vaccins qu’ils jugeaient nécessaires, les patients leur faisaient confiance. Depuis que les politiques sont venu mettre leurs gros doigts corrompus dans la médecine où ils sont notoirement incompétents, les catastrophes se sont enchaînées, aux frais des contribuables évidemment, et la confiance s’est envolée, non pas vis à vis des médecins, mais des obligations et contraintes décidées par les politiques.

      • pure interprétation personnelle qui vous dédouane de votre refus vaccinal …

        • Où est-ce qu’il a mentionné qu’il refuserait les vaccins?

        • @sigmund
          Bonjour,
          Est-ce à dire que vous souhaitez la vaccination obligatoire ?
          En vertu de quoi ? Du fait de la potentialité de contracter une infection telle que le Covid, la grippe saisonnière, une pneumonie et de la possibilité de contaminer autrui ?
          Cela montrerait que le système de soin est à la rue complet malgré 242 milliards qui lui sont alloués… et que vous souhaiteriez que des individus libres soient punis pour l’être. La coercition est votre alliée croyez-vous ?

          • En ce qui me concerne, je ne souhaite pas la vaccination obligatoire mais la possibilité pour chacun de refuser tout un tas de choses à un non-vacciné.

  • Qu’il se taise lui ,il court les plateaux pour survivre ,son journal étant exsangue ,journal qui ne survit que grâce aux aides et subventions qui existent pour ce secteur bien avant les aides Covid.

  • Aaahh, Christophe Barbier (jamais sans son écharpe rouge)… je l’ai vu l’autre jour faisant le (médiocre) acteur dans une série TV : cette série TV a immédiatement enregistré un téléspectateur en moins.

    Non, Christophe Barbier, les Français ne sont pas allergiques à la vaccination : mais nombre d’entre eux sont de plus en plus allergiques à la coercition. Petit bonhomme, incapable de faire la distinction entre les deux.

  • C’est ballot que les théories complotistes se révèlent être… vraies.
    Ca donne envie de voir le documentaire « hold up », juste histoire de voir une liste de choses qui pourraient être mise en place par la suite « dans le monde d’après » 🙂

    • Les théories du complot deviennent crédibles, ce qui ne signifie pas qu’elles sont vraies. Ni plus ni moins que les complots des méchants ultralibéraux ou des ennemis de Gaïa.

      Cela signifie pour moi qu’on n »échappera pas à une polarisation de la société et donc une certaine forme de guerre civile. Mais d’un autre côté, je ne vois pas d’autre alternative ni crédible … ni souhaitable, car cela impliquerait la mise sous coupe réglée de l’humanité.

      Les dieux ont soif, les journalistes sont les barmen.

      • Remarquez bien que l’expression « théorie du complit » induit que… ce n’est qu’une théorie, mais qu’il n’y a pas de complot. Quand un comploteur utilise cet argument, il se protège à tius oes coups.
        Or, les complots, les conspirations, les convergences d’intérêts, les compromissions, les plans machiavéliques, cela existe. Depuis toujours.
        Et parfois c’est la seule explication logique à un enchaînement d’évènements.

    • @maniaco…Les théories complotistes reçoivent l’assentiment …des complotistes bien sûr…

      • @sigmund
        Oui tout à fait ! L’ingérence russe dans l’élection américaine de 2016 a trouvé bien des échos… chez les démocrates.

  • Vous avez raison, h16, il arrive des moments où l’on n’ose même plus dire ou écrire ce que l’on pense sous peine d’être cloué au pilori ou traité de noms infâmants. C’est vrai, c’est grave!

    • Là vous avez tort ..il faut toujours dire ce que l’on pense..le fait de ne plus oser ….là cela devient grave…

      • Oui, mais dans ses commentaires sur ContrePoints, ça devient fatiguant de ne même pas pouvoir discuter et de faire face à l’arrogance. La censure par la lassitude…

        • Certes mais en bon chrétiens nous porterons notre croix..!!!

          • Ah Sigmund ! Quel beau pseudo ! Vous me rappelez un mien ami, qui m’avait expliqué qu’au contraire des catholiques, souvent croyants non-pratiquants, la plupart des juifs étaient pratiquants non-croyants, comme lui.

      • Vous en savez quelque chose, un vrai pro.. Mais vous etes necessaire pour se remettre en question, la vérité.. Existe que dans la.confrontation d’idees ou pas tout ‘le. monde peut aussi avoir tord.

      • @ sigmund

        On voit bien que vous êtes plutôt en phase avec la majorité, car si vous étiez minoritaire, vous comprendriez le problème.

        Est-ce que vous êtes au courant que dernièrement une personne s’est faite décapitée en France pour avoir dit ce qu’elle pensait? Mais rassurez-vous l’Etat agit: ils ont fait une minute de silence.

        • @shelten
          Bonjour,
          Je ne trouve aucune référence à une personne décapitée pour avoir dit ce qu’elle pensait.
          Si vous parlez de Samuel Paty, il n’a pas été décapité pour ce qu’il a dit, il a été décapité pour avoir exercé un droit fondamental, naturel, imprescriptible. Droit qu’il exerçait en plus dans le cadre de son travail.

  • C’est effectivement un très gros problème! Il est impossible d’aborder objectivement certains problèmes: le climat, Trump, l’écologie, les OGM, sans se faire agonir par des ignorants qui ignorent tout sur ces sujets mais qui répètent comme des perroquets la doxa. Voltaire disait: Le monde est rempli d’automates qui ne méritent pas qu’on leur parle!
    On ne peut empêcher les ânes de braire, puisqu’ils sont incapables de distinguer les sottises que les media leur débitent. L’esprit critique et la tolérance ont complètement disparu!

    • Cela vous va bien de parler d’esprit critique ….Et de tolérance..vu les réponses que vous faites ..Nous ne vous croirons pas sur écrits !!!

    • Je vous aurais bien mis +1, mais il aurait fallu pour ça que vous condamnassiez aussi ceux qui répètent l’anti-doxa avec la même servilité.

      • Il me semble que nous devons tous prendre conscience des affirmations que les médias, voire l’EN, et l’opinion générale, ont inscrites dans nos cerveaux, et ce sans aucune démonstration.
        Pour ne fâcher personne ici, on peut orendre l’exemple du réchauffement anthropique, accepté sans aucune preuve par une majorité de nos concitoyens. Ceux qui ont cherché à comprendre et ont écouté les opposants à cette thèse ont compris qu’il s’agissait d’une imposture.
        Il faut faire l’effort d’écouter les opposants (sérieux) sur bien d’autres « évidences », et juger ensuite.
        Aorès vient le temps des questions: pourquoi et comment a-t-on modelé l’opinion publique avec ces idées?

        • Ce n’est pas forcément le meilleur exemple car une partie du petit réchauffement actuel est anthropique…

          • @sigmund
            Bonjour
            « Ce n’est pas forcément le meilleur exemple car une partie du petit réchauffement actuel est anthropique… »
            Tellement anthropique qu’en tout cette partie ne représente que 3% du réchauffement. 97% de ce réchauffement sont naturels. Si jamais cette partie dépassait 51% du réchauffement, vous pourriez faire peser une responsabilité anthropique. A 3%, on en est loin.
            Donc au contraire, c’est un très bon exemple vu qu’est prédite la fin du monde tous les 10 ans depuis presque 50 ans à cause d’un réchauffement climatique, devenu changement, dérèglement qu’on ne voit pas trop, sauf en été où on se surprend à avoir chaud.

      • condamnassiez j’aurais pas osé….mais c’est juste…

      • Sauf que ceux qui ânonnent la doxa en vigueur ne prennent pas les risques de se faire ostraciser socialement quand ce n’est pas de se prendre un procès. Tandis que ceux qui répètent « l’anti-doxa » – déjà, je ne suis pas sûr du tout qu’il existe des gens prenant le contre-pied systématique de la doxa, autrement dit le fonctionnement n’est pas le même, en tout cas à ma connaissance – les prennent, ces risques. On ne peut mettre sur le même plan celui qui a le pistolet sur la tempe et celui à qui on déroule un tapis rouge.

      • oui…doxa ou antidoxa.. usant…

    • @Virgile: « Il est impossible d’aborder objectivement certains problèmes … sans se faire agonir par des ignorants qui ignorent tout sur ces sujets mais qui répètent comme des perroquets la doxa.  »

      Alors n’intervenez que sur Poutine : Ce seront toujours des ignorants qui ignorent tout sur ces sujets mais qui répètent comme des perroquets la doxa, mais au moins vous serez loués !

  • Avant il y avait des listes de juifs, Ocasio-Cortez veut faire celles des mâles blancs refusant de suivre le politiquement correct que les soi-disant progressistes imposent ?

    • Mais c’est pour le bien de l’Amérique et des Américains ! Une fois éliminés ou rééduqués tous les gens rétifs au projet marxo-progressiste, les USA connaîtront la paix et l’unité !

    • les listes…
      on fait tous des « listes »..

      C’est comme les cameras ou autre..pas un problème sauf si on est dans une société illibèrale et le problème d’aoc est d’être notoirement illibèrale et favorable à un justice de groupe..

      Qu’elle fasse des listes des liste de mâles blancs si ça lui chante mais personne ne semble choqué que de dire que ‘être un mâle blanc est un crime ..

  • Bravo pour le mot de la fin!
    Et ceci « pour garantir que les gens ne pensent pas et n’agissent pas autrement que comme il leur est permis, l’étape suivante, riante et joyeuse, c’est le tabassage, soft et social d’abord, puis violent et physique ensuite. » est à mémoriser, même s’il est souvent triste d’avoir raison trop tôt.

  • creer des plateformes…contrepoints est une plateforme après tout

  • il y a un point philosophique essentiel de la pensée de gauche socialiste :
    Si vous ne pensez pas comme eux, vous avez tord.
    Mais ce n’est pas de votre faute, si vous ne pensez pas comme eux c’est nécessairement que vous êtes une victime de votre mauvaise éducation: raciste, phallocrate, individualiste, libertarienne… Ces mauvaises pensées acquises dans l’enfance font de vous une mauvaise personne, qu’il faut impérativement rééduquer.
    La doxa déversée comme une diarrhée verbale ou écrite inextinguible par les petits caporaux du système qui s’époumonent dans les médias répond à cette mission, vous rééduquer…
    Cette mission est essentielle et prime sur tout le reste, la véracité d’une information, la réalité des faits, l’honnêteté intellectuelle, sont sans intérêt, car à ce jour vous n’en avez pas besoin, vos pensées sont mauvaises, votre façon de lire les informations est biaisée, plus tard lorsque vous serez parfaitement rééduqué vous pour enfin vous ouvrir à la vérité.
    Il est difficile de lutter contre ce socialo progressisme car il s’appuie sur une pensée ultra sectaire…

  • Le diable est descendu dans le paisible village.

  • cela à l’odeur du totalitarisme, cela a la couleur du totalitarisme, cela a le goût du totalitarisme et c’est vert dehors et rouge dedans…
    C’est bien du totalitarisme socialo-écolo-bobo-communiste…CQFD
    PS: Et c’est surtout de la m….

  • « Et pourtant, comme le montrent certains signes (Ticketmaster demandant une preuve de vaccin pour assister à un concert, par exemple), c’est déjà dans les tuyaux… » Des politiciens (en Belgique) disent qu’on ne saurait obliger les gens à se faire vacciner. Et moi, je dis que vous y serez obligés si pour vous rendre dans un pays étranger (même proche) qui exigera des arrivants (des touristes aussi) un certificat de vaccination. C’est déjà le cas pour entrer dans certains pays (pas encore contre le Coronavirus). J’ai bien précisé pas encore.

    • @cloups007
      Bonjour,
      « C’est déjà le cas pour entrer dans certains pays (pas encore contre le Coronavirus). J’ai bien précisé pas encore. »
      Certes c’est le cas. Ceux qui proviennent de ces pays ont-ils le dit vaccin qui nous est obligatoire ? Concernant les clandestins, j’en doute.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
anti-guerres
6
Sauvegarder cet article

Certains thèmes dans la société occidentale sont difficiles à remettre en question sans courir le risque de recevoir des vives critiques. Par exemple, pour les thèmes suivants, il existe un position considérée correcte par l’opinion publique : « l’État social », « la politique climatique », « la société multiculturelle », ou « la vaccination anti-covid ». La position à adopter socialement sur ces sujets a été donnée d’innombrables fois par les médias ; il est sous-entendu qu’aucune analyse critique préalable est nécessaire au niveau individue... Poursuivre la lecture

Parmi les dispositions du décret du 28 juin 2022 portant convocation du Parlement en session extraordinaire, publié le 29 juin dans le Journal Officiel, on retrouve à l’article 2 alinéa 8, l’examen de la « proposition de loi portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne en matière de prévention de la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne ».

Celle-ci fit l’objet d’un accord en Commission mixte paritaire. Disons-le d’emblée, ce texte représente une menace sérieuse pour l’État de droit, notammen... Poursuivre la lecture

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation of Economic Education

Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, le gouvernement russe a imposé une censure sévère à ses citoyens afin de limiter les discussions négatives sur la guerre.

En Russie plusieurs organes de presse indépendants ont fermé leurs portes ou ont censuré la couverture de la guerre. La censure du gouvernement a également touché les reporters étrangers : en mars, la Russie a bloqué l'accès à la BBC, à Voice of America et à d'autres médias occidentaux. La BBC a in... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles