Vacances de Toussaint, contradictions gouvernementales et complotisme pratique

Le gouvernement multiplie les injonctions paradoxales. Le peuple sombre dans le complotisme. Tout ceci va fort bien se terminer.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Muselière obligatoire by Matteo Castelli(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vacances de Toussaint, contradictions gouvernementales et complotisme pratique

Publié le 16 octobre 2020
- A +

Par h16.

Bon alors voilà c’est très clair : certes la pandémie continue, certes les cas se comptent maintenant par centaines de milliers en France et chaque jour amène des milliards millions milliers de nouveaux cas, mais au moins et comme l’a rappelé le gouvernement, tout ceci ne doit pas nous empêcher de planifier nos prochaines vacances.

Car il est malin, ce gouvernement ! Malgré son lourd handicap intellectuel maintenant impossible à camoufler, il a malgré tout compris que l’activité économique du pays restait une variable importante qui permettait d’alimenter sa trésorerie et calmer l’aigreur de certains Français qui ont, connement, besoin de travailler pour gagner leur croûte.

Dès lors, ce même gouvernement nous explique doctement que, malgré un ton ferme, des haussements de menton et des froncements de sourcils à chaque évocation de virus, il n’envisage pas de restrictions de déplacement pour la Toussaint ; pour nos énarques, leurs fifres, sous-fifres et tous les petits troubadours journalistiques qui les entourent, il est encore temps de prendre des vacances et ce, malgré une activité économique catastrophique dans le pays.

Tout ce confinement du printemps a épuisé tout le monde, et après juillet et août, il est grand temps de faire une pause, au point que même le secrétaire d’État chargé du Tourisme (oui, la France dispose d’un individu à un tel poste, ne riez pas) encourage ses compatriotes à réserver, à faire des achats et à faire chauffer la carte bleue. Youpi, ça va forcément bien se passer et si ça se passe mal, tout sera remboursé. Alors, pourquoi se priver ?

Si tout ceci vous paraît quelque peu confus ou, comme le notent des journalistes – au courage véritablement historique – qui évoquent même un message contradictoire du gouvernement, c’est normal : ça l’est. Confus ou contradictoire sont même de délicats euphémismes qui cachent mal un sacré bordel de pompe à merde à tiroirs, si vous me passez l’expression, elle-même en-deçà de la réalité que les mots ont cessé depuis longtemps de pouvoir appréhender.

En pratique, cette dernière séquence gouvernementable n’est que la plus récente (et probablement pas la dernière) démonstration de l’invraisemblable nullité des clowns à roulettes qui font croire qu’ils nous gouvernent, le tout dans un empilement d’approximations, de gesticulations et d’authentiques débilités contradictoires qui ne peuvent que lasser le peuple.

Évidemment, cette belle brochette d’andouilles fumées n’entend pas se faire rappeler à l’ordre lorsqu’enfin, les uns et les autres finissent par ne plus tenir compte de leurs injonctions paradoxales boiteuses. Pour cela, le gouvernement et, dans une grosse partie, la presse à sa solde, a trouvé une parade pratique : toute dissidence d’esprit, toute opposition argumentée et toute pensée déviante seront étouffées non en l’interdisant mais en la taxant de complotisme (il est vrai que taxer, ils savent faire).

À l’instar des idées politiques qu’on ne veut pas voir abordées et qu’on éteindra en affublant ceux qui les portent du sobriquet de « fasciste » ou « nazi », ce gouvernement procédera sensiblement de la même façon avec ceux qui ne veulent pas se laisser faire dans ce déluge de contradictions, en les traitant de complotistes.

Et c’est d’autant plus facile qu’en effet, le complotisme se développe actuellement à grande vitesse parmi des Français de plus en plus déboussolés par les âneries gouvernementales.

Ceci n’est pas un hasard et ce phénomène a bien une explication : l’humain est construit pour détecter du signal dans des masses de bruits auxquels il est rapidement intolérant. Ceci veut dire qu’en moyenne, les gens normalement intelligents supportent mal les événements sans queue ni tête, sans explications, et beaucoup cherchent donc assez naturellement à trouver un sens aux grotesqueries gouvernementales.

Comme le ratio signal/bruit grimpe chaque jour et à chaque intervention d’abrutis poudrés et autres ministricules incompétents, cette recherche d’un sens caché attise donc l’apophénie ambiante, qui, à son tour, permet aux premiers responsables de crier au complotisme et leur permet, à bon compte, de faire taire le peuple qui, en réalité, ne les supporte plus.

Pire : on en vient à ratiboiser les libertés les plus fondamentales sous des prétextes toujours moins fondés, quitte à tordre encore un peu plus le sens des mots. On nous intime l’ordre d' »apprendre à vivre avec ce virus », à condition que cette vie ne comporte plus de réunions sociales, d’activités sportives ou culturelles, des moindres plaisirs de la vie courante, que les relations ne soient plus que professionnelles et littéralement mesurée (à 1,5 mètre près), en bref, une vie qui n’est plus très loin des meilleurs moments en Union Soviétique au milieu des années 1960.

La réalité est malheureusement bien terne puisqu’il n’y a aucun plan, il n’y a aucune logique, aucune raison, aucun sens caché, aucun Rothschild et aucun illuminati reptilien derrière ces calembredaines et ces agitations consternantes.

Il n’y a qu’une suite de réactions à la va-vite, d’improvisations maladroites, une culture consternante du « puisque ça nous dépasse, feignons d’en être les organisateurs ». En fait, il n’y a qu’une peur panique de se faire rattraper par cette réalité pourtant indéniable qu’ils sont complètement incompétents, n’ont aucun contrôle de quoi que ce soit, aggravent la situation par leurs gesticulations grotesques et que ce genre d’attitudes débilissimes finit toujours par au mieux des procès, au pire des violences, voire des révoltes ou, s’ils vont vraiment trop loin, une révolution.

Ce pays est foutu.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (66)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (66)
  • Nous sommes entrés dans une phase complètement délirante… rien n’est sous contrôle..
    Avec l’argent perdu/dépensé pendant cette crise nous aurions pu construire 10 hopitaux haut de gamme spécialisés Covid, et ouvrir 20 000 lits de réa

    • Pas vraiment sauf à embaucher des cubains pour les soins et les chinois pour la construction… Y a pas de travailleurs en France !

      • +1
        ya un génie qui a instauré un numerus clausus en médecine il y a 40 ans au lieu de laisser le marché de la medecine se réguler.. beau resultat de l’état stratège

        • Le numerus clausus avait tout de même un avantage : assurer que chacun des médecins formés apprenait son métier comme il faut.
          Pour savoir forger il faut forger.

          Prenez un service hospitalier de 36 patients : trois externes pour apprendre. 9 entrées par jour. Chaque externe peut faire 3 observations par jour. Interrogatoire, examen clinique etc…
          « Correction » lors du « tout » quotidien du « patron » (pas « tendre » à l’époque).

          Maintenant vous ouvrez les vannes en supprimant le numérosus clausus : une observation par jour. Qui connaitra le mieux son métier in fine ? L’un aura « juste » pu s’exercer trois fois plus que l’autre…

          Ce qui a tué la démographie médicale c’est, à l’époque ou Mr Evin était ministre, la politique du « deep State » représenté par Mme Béatrice d’Indignano (je ne sais si j’ai le droit de citer son nom), fonctionnaire qui a sévi pendant l’exercice de plusieurs ministres, l’application du principe suivant :
          Moins il y aura d’offre de soin, moins il y aura de dépenses de santé.

          Le numérotés clausus a alors été très resserré, en l’occurence de 50% en quelques années. Comprend qui peut…

          Certes cette fonctionnaire n’a pu faire passer sa doctrine à l’exécution que par la complicité de son ministre (Evin).

          • Correction lors du « tour »…

          • Et c’est pour ça que les médecins US sont nuls… et qu’ils envoient les malades « intraitables » se faire soigner en France où il y a ce numerus clausus.
            Ah. En fait non, c’est l’inverse, désolé…

    • Le but du système de santé n’est pas de soigner mais de fournir des postes à des fonctionnaires administratifs et à des représentants syndicaux administrateurs des mutuelles en plus de contrôler la population

  • Cela dit prolonger la dictature sanitaire présente l’avantage de contrôler le calendrier électoral (locales, régionales) y compris jusqu’à la présidentielle en arguant d’un 2e vague d’hospitalisations (qui n’existe pas cf, la hauteur du pic et la dérivée des portion croissantes de celle-ci).

  • Grotesque !
    Interdiction de recevoir ou presque car il est non « citoyen » d’être plus de 6 personnes à la maison… ‘’Donc avec mes 4 enfants (recomposés) je ne peux recevoir personne’’… une amie dixit.
    Mais il est autorisé et même recommandé en zone ‘couvre-feu’, d’être à « 6,5 personnes par mètre carré (très serré) à l’intérieur des rames de métro » (Wiki)… Soit un visage à 30 cm d’un autre.
    Heureusement tous portent LE « masque-passoire » obligatoire.
    .
    Petit rappel : la taille d’un virus est le nanomètre qui est par définition le millionième de millimètre. Donc s’il y a un tout petit espace d’un millimètre autour d’un masque non parfaitement ajusté, avec quelques pliages ou un espace autour du nez ou une barbe de trois jours ou même quelques rides…, l’air qui s’en échappera librement le fera sans restriction aucune dans le rapport de un sur un million…
    En comparaison, si le virus mesurait un mètre, il aurait donc par une simple ride par exemple, assez d’espace pour sortir par un trou de 1000 km (mille kilomètres) soit grossièrement la taille de la France… Si l’espace libre entre le masque et la peau est seulement de la taille d’un cheveu (0,1 mm), le virus d’un mètre équivalent aurait quand même un trou de 100 km (cent kilomètres) pour sortir …
    .
    Pas très gêné le virus…
    Donc, vive le masque, vive le masque… (méthode Coué) !
    https://youtu.be/P_iQM5x9wF8

    • Sans aucun doute, les interdictions sont grotesques. Mais le comportement raisonné, chez soi, peut encore se moquer de ces interdictions s’il est bien raisonné. Si vous êtes contagieux, que vous éternuiez dans votre masque ou sans masque n’a pas le même effet en risque de contamination pour ceux qui vous entourent. C’est une question d’énergie cinétique communiquée et absorbée par le masque, et non de taille du virus lui-même. De toute façon, il est dans les sécrétions nasales, et non flottant dans l’espace.

      • Vous rêvez que des gestes peuvent vous empêcher d’être contaminé ou de contaminer votre entourage.. Ce n’est qu’un rêve.

        • Vous avez le choix : des gestes-barrière, l’explosion du système de santé, ou la dictature. Faites celui que vous voulez, mais ne dénigrez pas celui des autres quand il porte sur les gestes-barrière !

          • On peut ne choisir aucune des trois en préférant la démocratie (à la dictature), la liberté (HCQ en libre accès, gestes-barrière volontaires plutôt que contraints) et un système de santé qui s’adapte au mieux comme n’importe quelle organisation correctement gérée, au prix de quelques efforts pas du tout insurmontables (c’est d’ailleurs la raison pour laquelle on le finance, ce que ses acteurs ont tendance à oublier un peu trop rapidement), en attendant l’immunité de groupe.

      • Et malgré le masque en extérieur et à l’intérieur, il y a plus de 30.000 nouveaux infectés hier en France… Pas la peine de faire appel à l’énergie cinétique, la force de gravitation ou nucléaire forte, pour se rendre compte que cela ne change rien. Il faut accepter le virus, que seuls les plus vulnérables ou les trouillards se calfeutrent et laissent vivre le reste de la population. A combien de morts le pays cesse-t-il d’être libre et dynamique ?
        Parce qu’on peut décider que le nombre est zéro et prendre des dispositions encore plus drastique.

        • C’est le même raisonnement à propos de la vitesse sur la route où une limite égale à zéro évite tous les accidents. Forcément. On note toutefois que les morts ont généralement une vitesse nulle.

        • Dites-le plus carrément : que les plus vulnérables crèvent et laissent les moins vulnérables rigoler.

        • Je suis étonné qu’aucun décret interdisant le virus de territoire n’ait été pris.

        • C’est sur que quand on tire au sort le chiffre de nouveaux infectés chaque jour, aucune mesure n’est très efficace.

      • Il faudrait que je vous retrouve l’étude suédoise (encore eux !), de mémoire, qui démontrait aucune différence significative entre le port ou non du masque chirurgical dans un bloc opératoire sur le taux d’infections opportunistes post opératoires.

        • Si vous aviez le temps, ça m’intéresserait. J’ai quand même du mal à croire que l’étude puisse séparer le port du masque des autres mesures prophylactiques dans la causalité. Et je n’aurais pas été volontaire pour participer, en tant que patient, à l’expérimentation !

    • J’adore voir les gens avec des masques, ils leur collent à la peau, en fait ils respire plus de virus qu’ils ne devraient car la respiration est forcée, les petites alvéoles en prennent plein la tronche. C’est comme quelqu’un qui tire sur une cigarette pour vaincre le filtre, il veut sa nicotine comme un porteur de masque veut sa dose d’oxygène.

      • – 2 points sur la saturation en 02 constaté en cabinet de ville … Ah on me dit dans l’oreillette que je ne suis qu’un c… de G et que ça compte pas ! bon! désolé !

  • « Je ne dirais pas que c’est un échec, ça n’a pas marché ».. C’est juste que nous, pauvres citoyens lambdas des campagnes, ne comprenons pas le langage jupitérien, pour les autres c’est très clair ! Et tout est sous contrôle et parfaitement maîtrisé..
    Faisons confiance à notre élite : ils ont probablement calculé l’heure du confinement nocturne avec une extrême précision, 21h pétante les amis, pas 21h30 ou 22h00 ça ferait augmenter les contaminations de 3,06 %. Et faut pas déconner avec les contaminations, ça fait mauvais genre !

    • Ce n’est pas un échec, bien au contraire.
      Ils ont fait exactement ce qui était prévu.
      Le chaos dans les esprits en prime.

    • « Je ne dirais pas que c’est un échec, ça n’a pas marché ».
      Perso, je ne dirais pas que le quinquennat de Macron est un échec.
      Je dirais qu’il n’a pas marché.
      Il n’a pas réussi à se mettre en marche.
      Il était à l’arrêm.

    • « Faisons confiance à notre élite »

      Ben oui, s’ils pensent être compétents c’est forcément qu’ils le sont. (Au moins en 2 mots).

      Comme chantait Renaud : « mort aux c. dans la cage d’escalier, c’est moi qui l’ai marqué, c’est vous dire si j’ai raison ».

  • C’est le manque de lits de réanimation qui est la source de ce reconfinement. Macron et son gouvernement courent en permanence après cette crise, masques, tests, traçage, isolement, lits de réanimation. Dans une entreprise il y a longtemps que Macron et ses sbires auraient été mis à la porte avec pertes et fracas.
    Personnellement j’attends de me faire opérer pour une prothèse de hanche., délai 2 mois pour l’opération et chaque jour qui passe je deviens un peu plus handicapée. J’ai une seule hantise que cette opération soit reportée sine die pour cause de crise sanitaire.

    • Et ouïs moi c’est le dentiste que j’attend et à la fin cela sera sans doute un râtelier ou pire, septicémie.

      • Chez moi , c’est 5 a 6 semaines d’attente pour un RDV..
        beaucoup de confrères on baissé le rideau à 60 ans à cause du covid, alors qu’ils avaient prévu de bosser encore 5 a 7 ans. Et beaucoup d’autres ne voient que 10 patients /jour à cause des règles sanitaires.
        Les autres sont débordés comme moi

    • On croit que Macron réagit au présent, mais il anticipe sur les événements d’il y a un mois – en se trompant une fois sur 2.

      Cela explique pourquoi on se retrouve dans un monde parallèle comme dans les romans de SF : la période est celle qu’on connait mais tout est étrange et discordant.

    • Oui et déjà avant ce virus, les urgences en ile de France etaient debordèes tous les hivers ä cause des maladies respiratoires. Quant à notre premier ministre, il pense qu’augmenter le nombre de lits est inutile , propos rapportés par le Figaro :
      «J’entends dire que la bonne réponse aurait été de créer massivement des lits supplémentaires plutôt que de prendre des mesures de freinage. C’est faux !…. Le premier ministre a assuré qu’«aucun système» hospitalier ne serait «capable de faire face à une telle épidémie»

  • Combien de temps pourra durer le couvre feux 2 jours, 5 jours par ailleurs Macron a inclut Lille mais pas Tourcoing- Roubaix

    • C’est une zone de non droit , le couvre feux là ce sont des émeutes garanties et pouvant faire boule de neige à la France entière.

  • Terrible, on vie une époque où un gouvernement pour ne pas reconnaître ses fautes enchaîne le n’importe quoi.
    Choroquine pour tout le monde et on ne parle plus de ce virus….

    • pas besoin de chloromachin :834770 cas positifs 33303 morts ->
      0.039% de mortalité et c’est déjà un chiffre très surestimé vu qu’on ne connais pas le vrai nombre de cas positifs

  • Les contradictions ne sont que le signe qu’ils ne servent pas le peuple qu’ils sont censés servir, mais d’autres maîtres…

  • Oui, il y a cette peur panique dont vous parlez en fin d’article, c’est évident.
    Mais cette peur n’existe que parce que ces gens sont attachés à leurs avantages d’hommes de l’État obèse, comme la moule est attachée à son rocher. Et pourquoi ces gens sont-ils si attachés à leur position, au point d’être prêt à user de tous les moyens, mensonge-les-yeux-dans-les-yeux compris, pour ne pas se faire éjecter malgré les énormes erreurs et fautes commis, malgré les dégâts gigantesques occasionnés et dont ils ne peuvent ignorer à la fois l’ampleur et leur responsabilité dans ces dégâts ?
    Ce ne sont pas seulement des gens sincères qui se trompent, ce sont des gens profondément malsains, autant qu’un parasite qui s’acharne sur son « hôte », jusqu’à le tuer. Que ces gens se bouchent les yeux pour ne pas voir leur immense responsabilité dans la catastrophe en cours, afin qu’ils puisent continuer à se regarder dans la glace, n’y change rien : ils sont responsables ET coupables.

  • En offrant des tests gratuits à ceux qui n’en ont aucun besoin, cette bande d’ahuris de compétition a saturé le système de test.
    Il aurait été bien plus efficace, un mot qu’ils ne connaissent pas, de limiter ces tests aux cas contacts, et à l’entourage ds positifs.
    On aurait même pu leur offrir la nourriture à la carte pour qu’ils ne sortent pas.
    On aurait pu acheter les même machines qu’à Marseille, achetées à Singapour. Machines qui donnent le résultat en 15 mn.
    Il y a même eu un proto à Lyon qui donnait des résultats en 3 mn.
    Au lieu de mettre le CT à 50, on aurait pu le limiter à 25, ce qui aurait éviter tous ces faux positifs.

    Cette équipe est bonne pour battre Ben Johson au 100 m, mais en courant sur la tête.
    Trop forts :/ :mrgreen:

    • Ils en ratent pas une, pas de test quand il faut, trop de tests qui servent à rien.
      Tester isoler, c’est en début d’épidémie, maintenant il faut des unités COVID qui soignent les malades.. on n’en a pas.

      • Tester, tracer, isoler, même aujourd’hui, ça pourrait être efficace si le test était bien conduit dans l’idée de tracer et isoler.

        • Plus on cherche plus on trouve surtout quand on pousse les tests à plus de 50 ct pour être sûr de trouver des positifs ,plus on a de positifs plus cela abaisse la létalité de ce virus et permettra de mieux masquer et diluer les décès.

  • Merci H16, texte virulent et ô combien vrai !

  • Le problème avec tous ces clowns à roulettes qui prennent des mesures en dehors du bon sens est qu’ils auront leur salaire entier à la fin du mois, puisqu’ils fassent, don rien à goutte des pauvres imbéciles qui voient leur entreprise ou commerce fermer (du moins jusqu a de que la France soit déclarée en faillite…

  • si une 3em vaguelette se présente , nous aurons droit à la loi martiale ; avec les clowns qui sont censés diriger le pays faut s’attendre à tout et surtout au pire ;

    • « si une 3em vaguelette se présente »

      En fait, la « Vague du Corona » va remplacer le marronnier de « La Rentrée sera difficile ».

  • « la grippe saisonnière, baptisée cette année encore « Covid » »

    Non. La saison de la grippe s’arrête autour de mars. Et celle de 19-20 a été particulièrement douce, comme le montre les stats de mortalité de fin d’année 2019.

  • Couvre feu décidé au début des vacances de la Toussaint,écoles fermées,toute la FP en vacances,quelques privés en vacances ,moins de monde dans les transports…forcément ça va marcher et on nous présentera les résultats positifs de couvre feu.

  • Ce que j’adore en lisant chaque jour la liste des « contaminés », c’est que l’on ne précise jamais si ce sont des malades ( symptômes? ), quel âge, quelles co-morbidités, combien vont être hospitalisés, placés en réa ou que sais-je? Le flou complet.
    Par contre les mesures ce couvre feu sont calculées au millimètre, 20h30 ou 22h ( pas 20h36 ou 22h 18), la taille des réunions ( pas plus de 6 à table sauf dérogation selon les liens familiaux liant les participants- à préciser au coup par coup!), les distances ( 1m, 1,50 voire 2 mètres selon l’humeur!), moi je préconiserais 1,19m( juste pour emmerder évidemment).
    On a déjà vu des pièces loufoques au théâtre, mais là, dans le monde réel, c’est du grand art. Par contre je ne sais pas s’il restera des spectateurs dans la salle pour applaudir avant le tombé de rideau!
    CPEF

    • Pour les âges, le ministère en fournit. A prendre avec des pincettes, mais quand même, et comme pour le reste, c’est aussi la demande de précisions plutôt que d’analyse globale qui fait le jeu de l’Etat quand il les multiplie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après la peste et toutes les pires pandémies qu’a pu connaître notre humanité, le monde a fini par revenir à la normale et continuer d’avancer. Les technologies sont passées par là, avec ce qu’elles représentent en termes de poids économique. Nul ne me contestera que de nombreux acteurs du secteur ont pu saisir dans cette pandémie une réelle opportunité de croissance… solutions pour le télétravail, solutions de surveillances de salariés, mise en place du click and collect, solutions sanitaire… solution de télétravail alternative : Netflix et ... Poursuivre la lecture

Une conférence de l’Institut Libéral, depuis la Suisse

Une conférence en ligne est organisée avec Mathieu Slama, qui est essayiste et enseigne la communication politique. Son nouveau livre Adieu la liberté a été publié le 20 janvier 2022, aux Presses de la Cité. La conférence en ligne aura lieu mardi 15 février, à 20 heures.

Pour Mathieu Slama, la crise de la Covid-19 a révélé un nouveau totalitarisme soft soucieux du safe. En cause, une gestion de crise cherchant non pas le bien commun, mais le bien-être de chaque ... Poursuivre la lecture

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles