Plein de vélos, d’accidents, de bouchons et de chômeurs

Youpi ! Tout le monde va pédaler joyeusement, même si c'est de plus en plus dangereux et de moins en moins productif !
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Velib by Campus France (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plein de vélos, d’accidents, de bouchons et de chômeurs

Publié le 2 octobre 2020
- A +

par h16

La France n’a pas de pétrole, mais elle a des idées. Plein. Malheureusement, à mesure qu’elles s’accumulent, on se rend compte qu’une majorité d’entre elles sont… pourries.

Et quoi de mieux que la capitale du pays pour illustrer que l’enfer est pavé de bonnes intentions, qu’elles sont glissantes et qu’on y dérape donc facilement au point de se faire mal ?

Prenez l’idée lumineuse qui consiste à remplacer, de force et pas trop doucement, les voitures, les camions et autres camionnettes, par toute une cornucopie de nouveaux moyens rigolos de déplacement, depuis la trottinette électrique jusqu’au monocycle (électrique aussi) en passant par le vélo, éventuellement électrique aussi.

Avant le confinement, on sentait déjà les limites de ce brillant concept, depuis les déboires de la mairie avec le prestataire de bicycles louables jusqu’à la tendance nette à l’augmentation des accidents graves sur ces engins (et, souvent, sous ceux de la municipalité) ; augmentation en 2018, augmentation en 2019 (y compris sur trottinette), augmentation en 2020, la tendance n’était pas bonne.

Le confinement aura été l’occasion de graver les bonnes habitudes dans le marbre : beaucoup de mairies de grandes villes ont profité de l’occasion pour accroître massivement le nombre de pistes cyclables, et la disparition notoire d’une grosse partie des automobilistes a laissé croire que les choses allaient durablement changer en faveur des cyclistes.

Depuis, le constat ne fait plus guère de doute : plus on met de vélos sur les routes, plus il s’en gamelle. Eh oui : avec un vélo, on peut aller du point A au point B, ou à la morgue aussi parfois.

Mais n’oublions pas l’idée initiale : nos villes ne doivent plus devenir des autoroutes à ciel ouvert, et tout devra donc être fait pour, d’une part, rendre la vie des automobilistes impossible et d’autre part, y faire le maximum de place pour les petits pédaleurs.

Reconnaissons au moins aux pouvoirs publics un succès certain dans cette première mission puisque circuler en voiture dans les grandes villes françaises est maintenant devenu un véritable calvaire qui expliquera certainement, dans les décennies à venir, nombre de dépressions, suicides, épuisements et altercations violentes au sein de la société française. Gageons que lorsque des économistes étudieront avec attention la perte de richesse que cette idée aura entraîné, leurs conclusions seront soigneusement cachées devant la hauteur de l’outrage au bon sens et toute la misère engendrée…

D’autant qu’à force d’ajouter des vélos sur des vélos, les bouchons d’automobiles ont petit à petit fait place aux bouchons pédaliers dans lesquels il devient difficile, voire dangereux, de se déplacer : victime de son succès, le vélo encombre maintenant une infrastructure citadine qui, malgré les ajouts assez souvent malheureux et pas trop bien conçus, reste sous-dimensionnée pour l’afflux de frétillants pédalomanes…

Cyclistes dont, au passage, on mesurera assez précisément la conversion écologiste lorsque pluie, verglas et froidure seront de retour cet hiver ; il n’est pas invraisemblable d’imaginer que la mauvaise saison arrivée, les grandes villes se dépeupleront un peu de leurs petits pédaleurs qui tenteront alors de retourner aux modes de déplacement plus traditionnels… Pour retrouver des routes largement réduites et donc ultra-encombrées, des rames de métro collées-serrées et des RER aux performances de plus en plus aléatoires.

Certes, on pourra me reprocher de brosser ici un tableau bien pessimiste d’une situation qui ne l’est pas tant. Et ma foi, c’est vrai puisqu’avec ce renouveau du vélo dans nos villes, c’est aussi toute une gamme de nouvelles activités qui a vu le jour, à commencer par une recrudescence des vols en bande organisée, comme a récemment pu le découvrir une équipe de journalistes.

Si, d’un côté, on se rassurera en se disant que ces vols permettent à toute une économie parallèle de se mettre en place et à un nombre important de personnes d’en vivre, sans parler de ceux qui, à l’autre bout du monde (ou de l’autre côté de la Méditerranée, disons) profiteront de l’aubaine que constitue un solide biclou Décathlon, youpi et tant mieux pour les échanges Nord-Sud surtout lorsqu’ils sont sains et basés sur une entente mutuelle ahem broum broum patati patata, d’un autre côté, on ne pourra s’empêcher de noter que notre équipe de journalistes a réalisé en quelques heures un travail que la police, pourtant rémunérée pour ce faire, semble absolument incapable de réaliser.

Mais baste, passons : si les uns et les autres devaient faire correctement leur travail, comment voudriez-vous que la France reste ce bordel désorganisé et coûteux qui attire tant de monde ?

On le comprend : le vélo a envahi les rues des villes de France, pour le plus grand bonheur des écolos, des amoureux de la petite reine et des contempteurs de l’automobile. On devra cependant noter que ce changement profond montre de façon flagrante le décalage de plus en plus pervers entre une petite partie de la population, qui a les moyens de ses ambitions décroissantes et limitatives, qui peut se permettre de pédaler sans être trop chargé pour aller d’un point A en ville à un point B, en ville aussi et pas trop éloigné, et une population qui n’a aucun de ces luxes, doit absolument composer à la fois avec la taxation, les restrictions et les vexations en constante augmentation sur les véhicules motorisés et sur l’impact négatif et grandissant de la première population, pourtant largement minoritaire, sur sa qualité de vie.

Comme, de façon intéressante, la première de ces deux populations vit essentiellement du travail, de la disponibilité et du pouvoir d’achat de la seconde, on comprend intuitivement que ce mouvement général ne pourra pas continuer éternellement, ou en tout cas pas dans ces termes.

À un moment donné, à force de taxes, de bouchons et d’emmerdes invraisemblables, on va arriver à l’épuisement complet des seconds au détriment des premiers. Au paroxysme, nous aurons tout plein de cyclistes, mais ils seront tous chômeurs.

Chemin pour vélo
—-
Sur le web

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • ben c’est justement en  » vélotant  » qu’un parisien s’est aperçu qu’il y avait des milliers d’affiches représentant macron accompagné du slogan , je cite :  » ensemble nous réussirons « ….la ville de Paris s’est empressé de les faire enlever , ça va prendre plusieurs jours et ce sont les parisiens qui vont payer la facture ; sur qu’en bagnole , on fait moins attention à ça , car trop occupé à ne pas écraser un cycliste ….

    • De toute façon à Paris et les grandes villes, il n’y a de toute façon pas de place pour que chacun ait une voiture, et s’il n’y avait pas les vélos, il y aurait encore plus de bouchons pour les automobilistes qui ne peuvent pas faire autrement. Remarque on est encore très loin du traffic vélo qu’on a en Europe du Nord et en Allemagne.

  • En Marche, oups, En Route à vélo vers l’eugénisme en passant par l’hygiénisme.

  • Plus de voitures dans les grandes villes, grande limitation des vols intérieurs (au sens aérien bien entendu), diminution de la part du nucléaire… l’avenir s’annonce sous les meilleurs auspices (ou plutôt hospices).
    On se demande qui sont les véritables réactionnaires.

    • Vous oubliez que la France est en train de prendre un retard considérable sur les SMR (Small Modular Reactor) par pure idéologie alors que la Suisse, les USA et l’Angleterre les considèrent sérieusement comme alternative crédible et moins polluante que l’éolien (cf les magnifiques paysages français souillés à jamais par les centaines de milliers de tonnes de béton des fondation des éoliennes)…

  • Ça me gonfle le vélo mais c’est pas aussi mal que ça par beau temps et avec un p’tit moteur, pour les grandes virées, les loueurs de suv sont là… L’un dans l’autre, c’est sans doute financièrement positif…. Mais mon vieux taco refuse de rendre l’âme. ?

    • Il manque le vélo du délesté avec une dynamo …

    • 3000 Euros quand même à rajouter pour un moteur électrique et une batterie à durée de vie limitée …

      • Pas grave…grâce à l’escrologie politique, pas de soucis, les petits africains / pakistanais / vénésuéliens vont se faire un plaisir de recycler ces batteries au péril de leur vie…une vie d’un gamin qu’on ne verra jamais ne vaut pas celle d’un bobo citadin bien pensant m’as-tu-vu…heureusement, le QI moyen du français recule depuis 20 ans…alors que celui des enfants dans les pays sous développés monte…la croisée des chemins risque d’être intéressante.

  • On sent bien que le gouvernement et les municipalités font fausse route : il ne faut pas créer des pistes cyclables mais des pistes de Pataugas.

  • Génial ! En plein con-finement les boulevards étaient vides et préfiguraient « LE MONDE d’APRES » la voie royale aux vélos. On a donc tracé vite fait des couloirs et roule ma poule ! A Poitiers, le projet est sorti des cartons en donnant carrément priorité aux vélos (et autres roulettes) sur une artère principale. C’était inimaginable, et bien ils l’ont fait ! inutile, insensé et dangereux. Et comme l’expérience s’avèrera désastreuse, il faudra revenir à la situation antérieure (qui ne posait pas de problème). Faire et défaire, c’est toujours travailler !!! Bravo

    • En même temps depuis les élections de 2008, les taxes ont progressé sans raison à une vitesse folle, la place d’Armes est une catastrophe (il faut des lunettes de soleil en été pour ne pas se faire éblouir par les dalles et des chaussures anti-dérapantes pour ne pas glisser lorsqu’il pleut)…et je ne parle pas de la réorganisation de la circulation…avant son arrivée, on circulait très bien à double sens dans quasiment toutes les rues…désormais, si on veut faire demi-tour parcequ’on s’est trompé, il est par endroit plus simple de prendre un ticket pour rentrer dans un parking souterrain pour ressortir dans une rue où la circulation se fait dans le sens opposé…et avec l’élection d’une maire EELV, la situation ne va pas aller s’améliorant…

      Cela dit, Poitiers à un certain historique, au vu des annectotes marrantes autour de l’abandon de l’ancien théatre, de l’illégalité du permis de construire du théatre auditorium (terrain de jeu des étudiants en droit ayant mal pris qu’on abandonne l’ancien théatre)…sans parler de ses malfaçons de ce dernier (chute d’un plafond à quelques mois de l’ouverture initialement prévue (modulo 20 ans de procédures)) ou du fait que le bâtiment présente déjà des signes évidents de fatigue alors même qu’il n’a pas encore 15 ans.

      Bref, le sotcialisme, à Poitiers, c’est du solide…bon courage aux poitevins avec une maire qui soutient ouvertement des candidats anticapitalistes aux présidentielles (cf sa page wikipedia)…

  • @H16
    Vous avez sans doute regardé trop distraitement la vidéo des journalistes du Parisien. Les Policiers français ne sont pas forcément incapables de faire ce que font leurs homologues allemands, mais la Loi de notre pays leur interdit de le faire.

  • C’est imparable : on promeut le vélo à la place de la voiture : il y a de plus en plus de vélos qui se font tuer, c’est de la faute des voitures et donc il faut supprimer les voitures. Martingale qui va bien aux parisiens qui n’ont pas besoin de voiture : ils ont le meilleur réseau de transports en commun du pays et des taxis. Les banlieusards et les provinciaux pouvant aller se faire f…

  • Bel article qu’il est souhaitable que les stupides maires dit écolo devraient lire…mais en sont ils capables ?
    La réponse est non,il n’est pas écrit en écriture inclusive…..

    • Envoyez une missive à H16, il se fera très certainement un plaisir de faire son prochain article en écriture inclusive ! challenge accepté ? 😀

  • Excellente analyse…

  • Pourquoi le rendre obligatoire si c’est une mesure dont l’intérêt est évident quand on fait jouer son bon sens ?

    • Pourquoi se priver de potentiellement 135€ pour remplir les caisses ? 😀

      • Pourquoi ? Parce que Laffer, il vient un moment où les multiples contraintes qui au premier regard ont l’air de remplir les caisses les remplissent bien moins, en fait, que ne le feraient les taxes à faible taux sur l’activité potentiellement considérable qui est ramenée à rien par ces lois comportementales. J’ai cherché en vain le produit pour l’Etat des amendes pour non-port de la ceinture, vous l’avez ?

  • C’est totalement juste, malheureusement. La conclusion est parfaite. Merci h16 de l’écrire.

  • Encore un effort et Paris ressemblera à Pékin avant le développement de l’automobile.
    Quelle progrès!
    Et pourquoi pas un XI en France?

    • Le Pékin d’alors avait des avenues à 2×4 voies : dans chaque sens, 1 pour les véhicules officiels et 3 pour les cyclistes… Un agent de circulation en uniforme impeccable sur un piédestal au centre de chaque carrefour, et un retraité avec une férule à taper sur les doigts des cyclistes qui s’avançaient trop lorsque ça n’était pas leur tour. Tout ça pourrait être mis en place… sauf les 4 voies dans chaque sens, là il faudrait raser un immeuble sur deux !

      • @Michel raser un immeuble sur deux ? facile , à la portée de n’importe quel despote coco demandez aux roumains

  • « si les uns et les autres devaient faire correctement leur travail, comment voudriez-vous que la France reste ce bordel désorganisé et coûteux qui attire tant de monde ? » you made my day ! Merci H

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jonathan Flickert.

Comme partout en Europe, l’Espagne a connu ses propres noblesses. En Castille en particulier, elles se sont constituées en revendiquant l’héritage de la Reconquista. Divisée en plusieurs niveaux, le moins prestigieux était accessible sur simple témoignage aisément falsifiable.

Au XVIe siècle, l’élargissement des conditions d’accès à toute personne mariée avec plusieurs enfants achèvera le peu de prestige de cette caste. En espagnol, cette petite noblesse porte le nom désormais célèbre d’hidalgo, contractio... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

C’est dorénavant acté : depuis le 1er septembre, toute l’agglomération parisienne se traverse sous la chape des 30 kilomètres-heure et la vitesse sur le périphérique, ceignant icelle, sera ramenée à 50 kilomètres-heure pour 2024, voire même avant. Cette mesure, qui est la queue de toute une série de bien d’autres mesures ayant contribué à rendre la capitale française de moins en moins accessible aux classes moyennes et populaires ainsi qu’aux populations périphériques est hautement symbolique d’une mentalité, d’un é... Poursuivre la lecture

Par Aurélien Véron.

Paris tangue. Les arbres et autres glycines centenaires tombent aussi vite que le béton grimpe. Les chantiers s’enlisent et la confusion gagne à tous les étages. La majorité se déchire au point de voir les élus vegans se transformer en féroces carnassiers dans les couloirs de l’Hôtel de Ville. Paris se fracture, mais voilà. Anne Hidalgo a la tête ailleurs.

Même pendant les interminables conseils de Paris, elle est présente sans vraiment être là. Elle pointe le bout de son nez deux ou trois heures tout au plus... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles