« Bienvenue en Chine » de Milad Nouri et Tian-You Zheng

Voyage dans la Chine des expatriés. Une BD initiatique bienvenue, qui s’avère agréable à lire et riche d’enseignements pour ceux qui voudraient entreprendre la grande aventure.

Par Johan Rivalland.

L’auteur, Milad Nouri, entrepreneur ayant réussi en Chine, a choisi la BD et pour cela la collaboration avec le dessinateur Tian-You Zheng, comme mode d’expression pour raconter son expérience d’expatrié et réaliser son désir d’apporter des conseils utiles à ceux qui souhaiteraient se lancer dans l’entrepreneuriat dans ce pays.

Au départ parti pour six mois à Canton, à l’occasion d’un échange universitaire, au milieu des années 2000 au moment où la Chine était en très forte expansion, il a finalement choisi d’y retourner aussitôt et de s’y installer. Cette BD retrace son parcours avec beaucoup d’intérêt et d’humour et nous livre les clefs d’entrée qu’il est nécessaire de s’approprier si l’on espère y réussir. Un témoignage passionnant qui se lit agréablement.

Savoir intégrer les codes

La Chine est le pays de l’immensité. Outre les difficultés de la langue, qu’il est préférable de maîtriser a minima si l’on veut ne pas être perdu, ce sont les codes et les usages à la fois culturels et du business chinois qu’il convient de connaître avant de se lancer. Les différences culturelles y sont en effet importantes, de même que le poids des coutumes qui jouent un rôle non négligeable dans l’accès à bon nombre de contacts et de rencontres réussies.

Tout commence par l’échange des cartes de visite (guanxi). Un véritable cérémonial et une manière de savoir recevoir celle de son interlocuteur avec tout l’égard qu’il mérite et la subtilité de bon aloi. Le guanxi est la clef des clefs. Celle qui permettra de se constituer l’indispensable réseau sans lequel on réussira difficilement.

La Chine du business, ce sont aussi un rapport au temps différent de celui que nous connaissons, l’importance des dîners et de l’art de partager de bons moments, les spécialités culinaires qui peuvent nous paraître très étranges, les codes à respecter, et… cet art de « ne pas faire perdre la face » à son interlocuteur, que les deux auteurs nous font partager avec beaucoup d’humour.

Un pays plein de surprises

Nous connaissons la Chine sous de nombreux aspects, pas toujours reluisants. Ici, c’est un voyage différent qui nous est proposé, au cœur de la Chine de tous les jours, celle des affaires, des réalités concrètes que peut rencontrer l’entrepreneur occidental souhaitant y bâtir sa vie et y réussir.

Loin de l’abstraction, Milad Nouri nous donne à voir la longueur parfois étonnante des déplacements, la richesse des rencontres et l’art de savoir se comporter, le protocole des échanges de cadeaux et toutes les petites coutumes qu’il convient de connaître pour ne pas risquer de froisser son interlocuteur, même dans les situations les plus incongrues, ou risquer la maladresse fatale dont on ne se relèvera que difficilement.

Le parcours d’obstacles

De Shangaï à Hangzhou, on suit le parcours du jeune entrepreneur. Avec les obstacles, les petites ruses de circonstance et les petites victoires, mais aussi les mésaventures de la vie. Sans oublier parfois les désillusions, comme lorsqu’il se rend compte que la formule « mei wenti », qui peut se traduire par « pas de problème » ou « pas de souci » peut en réalité avoir un double sens (on retrouve, en négatif, l’idée de ne pas faire perdre la face à l’interlocuteur, qui peut malheureusement avoir son revers). Pas facile, dans ces conditions, d’entreprendre en Chine et de toujours savoir si son partenaire commercial est vraiment fiable.

Mais petit à petit, la société prend son envol et assure sa croissance. C’est aussi ce que nous permet de suivre cette intéressante BD, qui se lit agréablement et a pour objectif de donner l’envie à ceux qui le souhaiteraient de se lancer dans une aventure similaire, cette fois-ci avec un peu plus d’idées sur les démarches à prévoir et les codes culturels qu’il faut connaître avant de se lancer.

 

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.