Déclarations d’intérêt des parlementaires en pause déontologique ?

Cette crise du Covid marquera-t-elle un recul plus durable des habitudes des parlementaires en matière de respect des exigences de transparence ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Veri Ivanova on Unsplash - https://unsplash.com/photos/p3Pj7jOYvnM

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déclarations d’intérêt des parlementaires en pause déontologique ?

Publié le 4 août 2020
- A +

Par Benjamin Monnery1.
Un article de The Conversation

Comme la plupart des Français, les parlementaires ont été fortement impactés dans leur travail par la crise du Covid et ses règles sanitaires. L’Assemblée nationale et le Sénat ont bouleversé leur mode de fonctionnement en réduisant drastiquement la présence physique au Palais Bourbon et au Palais du Luxembourg, pour recourir de manière massive aux réunions par visioconférence et aux votes par délégation.

Mais au-delà de cette distanciation physique fort logique, les quelques mois de crise aiguë du Covid ont aussi marqué une prise de distance plus inattendue des parlementaires français vis-à-vis de leurs obligations déclaratives en matière de transparence auprès de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP).

Cette pause déontologique intervient dans un contexte pourtant potentiellement propice à l’émergence de conflits d’intérêts, et alors même que les exigences de transparence et les obligations légales des parlementaires demeurent intactes.

Le précédent Cahuzac

Depuis 2014, à la suite de l’affaire Cahuzac – ancien ministre condamné à deux ans de prison en 2018 pour fraude fiscale – tous les parlementaires français sont soumis à des obligations de déclaration de deux types : une déclaration d’intérêts et d’activités (DIA) et une déclaration de patrimoine (DSP).

Ces déclarations doivent être remplies une première fois dans les semaines qui suivent le début du mandat parlementaire, et doivent ensuite être mises à jour dès qu’une « modification substantielle » intervient dans le patrimoine, les intérêts ou les activités des élus.

Ces modifications à déclarer concernent par exemple un changement d’emploi du conjoint, une nouvelle activité privée exercée par l’élu, ou encore un changement dans son équipe d’assistants parlementaires.

Toutes ces informations mises à jour et publiées en open data sur le site de la HATVP doivent permettre de connaître en temps réel les intérêts et activités des députés et sénateurs français – et de leurs entourages proches – et donc d’apprécier les risques de conflits d’intérêts.

Il est très difficile de mesurer de manière fiable la qualité et la sincérité de l’ensemble de ces déclarations, puisque chaque déclaration requiert à elle seule une véritable enquête comme en témoigne le travail d’Abel François et Éric Phélippeau sur les maires des grandes villes.

Un rôle important de la société civile

La HATVP elle-même se limite à un contrôle très formel des déclarations d’intérêts face à la difficulté de la tâche et en appelle à la société civile – citoyens, journalistes et associations spécialisées – pour jouer un rôle de vigie.

Ce contrôle par la société civile a d’ailleurs déjà montré une certaine efficacité, qu’il s’agisse par exemple des révélations de la presse en décembre 2019 sur Jean‑Paul Delevoye, alors Haut-Commissaire aux Retraites, ou bien encore les chiffres publiés par Projet Arcadie dans un rapport début 2019 sur les omissions des députés dans leurs déclarations d’intérêts.

Dans ces deux situations, la vigilance de la société civile a eu un large impact sur les comportements de déclaration des parlementaires, qu’ils soient directement concernés ou non.

Comme le montre le graphique ci-dessous issu des données publiques de la HATVP, la publication du rapport de Projet Arcadie en janvier 2019 a été suivie très rapidement d’une centaine de dépôts de déclarations modificatives de la part des députés, un flux hebdomadaire jamais observé auparavant.

Flux de déclarations modificatives.B. Monnery à partir des données de la HATVP

 

De même, la démission du gouvernement de Jean‑Paul Delevoye le lundi 16 décembre 2019 a coïncidé, d’après les données ci-dessus, avec l’envoi d’une trentaine de modifications par les députés dans la semaine suivante, un rythme là encore très supérieur au flux habituel.

Un ralentissement depuis le confinement

Si l’on se concentre désormais sur la crise du Covid-19, qu’on peut faire débuter la veille du confinement le 17 mars, les déclarations modificatives ont connu un fort ralentissement.

Sur les trois mois qui ont suivi le début de la crise du Covid, le flux de déclarations a diminué de 45 % chez les députés par rapport aux mêmes périodes de mi-mars à mi-juin les années précédentes (en vert sur le graphique) et même de 59 % si on compare à tout le début de la législature.

Ces écarts sont significatifs statistiquement et indiquent un véritable relâchement des députés vis-à-vis de leurs exigences de transparence. Cette pause déontologique s’observe également chez les sénateurs, dans des proportions moindres (de l’ordre de – 30 %) mais partant d’une intensité déclarative plus faible au Sénat qu’à l’Assemblée nationale.

On peut d’ailleurs remarquer que les quelques députés qui ont continué à mettre à jour leurs intérêts et activités pendant la crise du Covid étaient, pour la grande majorité, des « habitués de la transparence ».

Sur les 41 députés ayant publié une déclaration modificative depuis le début du confinement, une dizaine en avaient déjà envoyé cinq ou plus depuis leur entrée en fonction (Granjus, Le Bohec (7) ; Aubert, Bachelier, Essayan (6) ; Banier, Batho, Do, Maillard, Michels (5)).

Mais cette « pause déontologique » traduit-elle un vrai relâchement de la part des parlementaires, ou bien une situation subie par les élus à cause de délais de traitement et autres difficultés internes à la HATVP ?

La hotline pour élus en pause

C’est en effet la Haute Autorité qui reçoit, traite puis publie les déclarations soumises par les élus via une plate-forme. La période de confinement a évidemment affecté le fonctionnement de la HATVP, qui a par exemple interrompu sa hotline téléphonique d’assistance aux élus (sans interrompre son accompagnement par e-mail). Ce numéro permet d’assister les élus dans leurs démarches de déclaration.

La HATVP a aussi cessé pendant plus de deux mois toute nouvelle mise en ligne des déclarations déposées, du jamais vu depuis la création de l’institution.

La HATVP a également reporté les dates limites de déclarations initiales pour les nouveaux élus et responsables publics, mais ce délai ne concernait pas les députés et sénateurs déjà en mandat, qui étaient donc soumis à leurs obligations habituelles de mises à jour régulières.

Les parlementaires avaient donc bien la possibilité de déposer leurs déclarations sur la plate-forme numérique de la Haute Autorité pendant toute cette période. Or, peu d’entre eux s’en sont saisis.

Des enjeux inédits pour la transparence des élus

Pourtant, la période de crise que nous avons connu depuis mars 2020 pose des enjeux inédits pour la transparence des élus.

Le fonctionnement au ralenti et à distance du Parlement a par exemple pu laisser plus de temps aux élus pour se consacrer à des activités privées, qu’elles soient rémunérées ou bénévoles, qui pourraient mériter d’être rendues publiques.

Certains députés-médecins, comme Delphine Bagarry, Thomas Mesnier ou Julien Borowczyk, ont ainsi annoncé leur volonté de soutenir le secteur hospitalier durant la phase aiguë de l’épidémie en leur prêtant main-forte, sans que ces nouvelles activités fassent l’objet de déclarations à la HATVP.

De la même manière, le bouleversement du travail des assistants parlementaires (télétravail, temps partiel, voire rupture de contrat anticipée) pose la question des activités annexes de ces collaborateurs, qui sont déjà nombreux en temps normal à exercer une deuxième activité professionnelle et peuvent donc potentiellement se retrouver en conflit d’intérêts.

Enfin, il est à noter que les élections municipales sont intervenues pendant cette même période, et que les parlementaires nouvellement élus (en tant que conseiller municipal en particulier) doivent obligatoirement signaler ce nouveau mandat à la HATVP.

Quelles habitudes à la rentrée ?

Une question demeure en suspens : la pause déontologique à laquelle nous venons d’assister ces derniers mois sera-t-elle suivie, à la rentrée parlementaire de mi-septembre, d’un rebond des déclarations de la part des parlementaires ?

Ou bien cette crise du Covid marquera-t-elle un recul plus durable des habitudes des élus en matière de respect des exigences de transparence ? Les expériences récentes suggèrent que la société civile aura tout son rôle à jouer dans ces développements.

Sur le web

  1. Maître de conférences en économie, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières.
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Cette histoire de conflit d’intérêt est absurde, faut vraiment être socialiste pour inventer un tel piège à électeurs. Analyser le comportement d’un élu suffit pour connaître ses attaches.. avec la crise actuelle les conflits d’intérêts se révèlent d’eux meme reste plus qu’à trouver une justice exempt de conflits.. D’intérêt et là ce n’est pas du gateau

    • « il suffit d’analyser »… si c’était si facile, tout le monde aurait la même interprétation des agissements d’un élu.
      En Belgique, on retrouvait beaucoup de socialistes dans ces conflits d’intérêts :-). Siégeant à 4 ou 5 intercommunales sur lesquels ils avaient pouvoir de gestion ou de contrôle.

      • T’as vu l’état politique de la Belgique ? La France est un paradis à côté ! Nous on avait un laisser passer pour sortir eux ils ont 30 minutes dans un magasin où la prune.. De mauvais copieurs ses belges.
        Les conflits d’intérêt déclarés en France n’ont pas empêché d’être ministre ni de le rester ou même d’être président , donc, ça sert rien.

    • avec vos raisonnements on s’étonne encore que nos politique (tous pourris) soient des vendus et des magouilleurs , continuez comme ça ils ont de beaux jours devant eux à voler votre argent.

      • On ne devient pas vendeur de voitures si on est honnête. Un politique n’a pas besoin d’être honnête du moment que son intérêt est également le notre.. Ex, balkani, un bon politique pour moi..sans doute pas pour la justice.

        • balkani un bon politique? il était aimé parce qu’il a arrosé large ..un bon socialiste en puissance quoi..vous avez de ces modèles..

  • si je possède ou loue une maison..je ne devrais pas avoir le droit de jouer sur la fiscalité de l’immobilier..
    si je possède un chauffage..etc etc..

  • Ah les pauvres, ils travaillent tellement à faire de nous des citoyens transparents (sans consistance).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’histoire adore les coïncidences. Alors que le pouvoir d’achat des Français subit de plein fouet la guerre russo-ukrainienne avec l’explosion du prix des carburants, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a dévoilé mardi 8 mars les déclaration de patrimoine et d’intérêts des 12 candidats à la présidentielle. L’occasion de faire un rapide tour d’horizon du portefeuille de ceux qui s’affronteront dans les urnes dans moins d’un mois.

Ces déclarations montrent une déconnexion criante entre les candidats et leurs... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Il y a les mandats de proximité, souvent populaires, comme celui de maire ; les mandats moins bien identifiés par le public (conseiller général ou conseiller régional) ; et les mandats nationaux (députés, sénateurs, parlementaires européens), souvent perçus comme lointains et ne comptant pas forcément parmi les plus appréciés, du fait du gouffre institutionnel et financier qui se creuse entre la France d’en bas et la France d’en haut.

La France compte la plus importante concentration d’élus de la planète

Une pléthore d’élus

Député... Poursuivre la lecture
0
Sauvegarder cet article

L’ONG Transparency Watch vient de publier son index de perception de la corruption 2021. Cette organisation s’est donné pour but de mettre fin à la corruption et de promouvoir la transparence, la responsabilité et l’intégrité à tous les niveaux et dans tous les secteurs de la société.

Il ressort de cet index que les avancées de la lutte contre la corruption ont stagné voire régressé pendant la pandémie. Une situation qui touche les pays d’Europe de l’Ouest comme la France.

Les pays nordiques restent les bons élèves

Le Danemark a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles