Macron : après le 14 juillet, la dernière ligne droite avant la fin

Avec la crise sanitaire, l’élan réformiste d’Emmanuel Macron a totalement été stoppé. Peut-on espérer un nouveau souffle demain pour le 14 juillet ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
macron_president_louvre by French Embassy in the U.S(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron : après le 14 juillet, la dernière ligne droite avant la fin

Publié le 13 juillet 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Emmanuel Macron interviendra demain 14 juillet en direct à la télévision, ce qui lui donnera l’occasion de donner le coup d’envoi des 600 derniers jours de son quinquennat. Renouant avec une pratique qu’il avait pourtant abandonnée au début de son mandat, le président de la République devrait évoquer les réformes en cours et les différentes orientations de son plan de relance pour amortir le choc de la crise post-covid.

Prendre la parole le 14 juillet, c’est renouer avec une pratique initiée par Valéry Giscard d’Estaing. En soi, le symbole est fort. Emmanuel Macron s’est fait élire avec une image de réformateur, et la pratique du pouvoir après la crise des Gilets jaunes l’a finalement acculé à changer de direction, le conduisant vers une sorte de centrisme autoritaire et élitaire qu’il peine à faire oublier aux yeux de l’opinion publique.

La prudence plutôt que l’audace

Avec la crise sanitaire, l’élan réformiste a totalement été stoppé. Jean Castex, « Monsieur Déconfinement » a été nommé Premier ministre à la place d’Édouard Philippe pour rassurer, pas pour changer les choses.

Un recentrage qui semble pour Emmanuel Macron faire comme si la crise n’existait pas. La récession en France promet d’être l’une des plus graves dans le monde. Face à cela, l’État voit ses recettes fiscales fondre de manière vertigineuse. L’État a-t-il prévu d’endiguer l’endettement public qui est en train d’exploser ? Certainement pas.

De manière assez irréelle, il distribue l’argent public pour soutenir tous les secteurs en difficulté comme si de rien n’était. Le saupoudrage a seulement gagné en intensité avec la crise. Comme l’expliquait Philippe Lacoude dans Contrepoints, le tout en pure perte :

« Contrairement à la pensée magique keynésienne, une forte relance de la dépense étatique ne conduit jamais à une hausse de la croissance : selon des recherches de la Banque centrale européenne lors de la dernière crise, lorsque le niveau de la dette d’un pays se situe entre 44 et 90 % du PIB, le multiplicateur fiscal sur l’activité économique est positif, mais probablement inférieur à un. Lorsque la dette dépasse 90 % du PIB, les multiplicateurs budgétaires tendent vers zéro : aucune activité économique n’émerge de la dépense. »

La gestion de la crise sanitaire aurait dû fonctionner comme un coup de semonce pour l’exécutif. Le centralisme économique et politique n’a pas fonctionné, il ne fonctionnera pas pour amortir le choc de la récession.

Si le président garde encore l’ambition d’éviter la catastrophe, c’est dès maintenant qu’il doit envisager les réformes structurelles pour libéraliser le pays. Il est encore temps.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • « amortir le choc de la crise post-covid ».

    Il a commencé par mettre le peuple sur les rond-points avec ses taxes. Un an après avoir noyé le poisson jaune, il a voulu bricoler à la va-vite sa réforme en s’assurant l’opposition des syndicats avec le soutien du peuple. Le covid a stoppé ses réformes grâce à la géniale administration de la crise.

    Il ira loin ce petit !

    Mais quel « post-covid » ? Il a disparu du Brésil, des USA, de l’Angleterre ? Il ne reviendra pas ? On peut faire la fête dans la rue et les restos ? Les touristes reviennent en masse ?

  • Pauvre gars, il pensait que la vie de château était formidable, c’est ce qu’on lui a fait miroiter pour tenter l’élection.. Il aura perdu 10 ans de sa vie et on aura du mal à.se remettre de son passage avant une cinquantaine d’années.. Si il n’a pas un frère d’armes pour lui succéder…

  • A lire Frédéric Mas, je me demandais si nous étions en début d’année 2027 en pleine campagne pour un troisième quinquennat…
    Mais, à la veille de ce 14 juillet, soyons sérieux, une bénédiction exceptionnelle nous est réservée…
    Comme disent les nouveaux arrivants: Inch’allah…

  • vu comment les choses se passent jusqu’à présent, qui espère encore quelque chose (à part les membres de la marcronie pour eux-mêmes) ?

  • Il est encore temps.

    Il va falloir lui supprimer son miroir et son rasoir…

  • J’ai raté le discours mais j’ai vu son sourire final….. J’ai zappe sur lci faute de zemmour, j’ai peur pour la suite , ils sont sur mars ou ailleurs ce n’est pas possible d’avoir autrement le cerveau aussi peu oxygéné.!

  • l elan reformiste?????? macron un liberal???????? macron est juste la suite de la brochette de cretins incompetents qui a ete precement presidents, un bon socialo qui se prend pour le roi naviguant a vue, et ne voyant pas grand chose. macron ne fait meme plus illusion, ce n est meme plus le roi c est juste le bouffon

  • Avant sa pseudo élection (22% Dee voté pour lui) il était évident que nous avions à faire à un crétin a tendances dictatoriales, c’est le cas.
    Le pays est foutu Inch Allah!

  • Après son élection j’ai été agréablement surpris par ce qu’il avait entrepris mais alors maintenant je n’ai plus aucune illusion !
    En fait il demande trop conseil à des incompétents et inutiles, il suffit de voir comment le virus a été traité.
    Seulement il a tué tous les partis politiques à son élection et il n’y a plus aucune opposition fiable en vue. La Royal essaie bien de se faire remarquer mais par pitié, pas elle, elle excelle dans l’opportunisme et l’incompétence, quant aux autres…..

  • La « libéralisation du pays » est totalement invendable politiquement. La seule préoccupation des dirigeants est de « sauver leurs fesses » face à une situation socialement très explosive. D’où la surenchère dans le discours terrorisant, d’une part, et les largesses pour « acheter la paix sociale », d’autre part.
    Tout cela ne finira pas bien…

    • C’est le mot qui est invendable et pas le concept : parce que les idéologues de gauches en on détourné le sens pour l’ associer à « Oncle Picsou ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Conformément à la loi du 6 novembre 1962 modifiée par l’article 2 de la loi organique du 5 avril 2006 relative à l’élection du Président de la république, sont publiés au JO du 19 juillet 2022 les comptes des 12 candidats à l’élection présidentielle du 24 avril 2022.

Comme en 2017, Emmanuel Macron a été le plus dépensier lors de la campagne qui a mené à sa réélection le 24 avril dernier (16,7 millions). Et comme il y a cinq ans, la finaliste Marine Le Pen (11,5 millions) s'est montrée plus économe que certains candidats qui n'ont pas r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles