Face à la tempête antiraciste, Princeton débaptise l’une de ses écoles

L’Histoire des Hommes est devenue un enjeu de pouvoir pour des mouvements politiques plus idéologues que soucieux d’approfondir nos connaissances historiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Woodrow Wilson (LOC) By: The Library of Congress - Flickr Commons

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Face à la tempête antiraciste, Princeton débaptise l’une de ses écoles

Publié le 30 juin 2020
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

Je lisais dans Le Monde que l’université américaine de Princeton avait décidé de retirer le nom de Woodrow Wilson de la dénomination1 de son École des affaires publiques et internationales.

Dans le contexte de l’indignation2 soulevée par la mort de George Floyd, citoyen américain noir décédé lors de son interpellation violente par un policier blanc de Minneapolis le 25 mai 2020, l’université a considéré que les opinions et politiques racistes de celui qui fut Président des États-Unis de 1913 à 1921 ne permettaient plus d’en faire un modèle pour les futurs acteurs de la vie publique américaine.

Wilson et Colbert

Les « déboires » de Woodrow Wilson ne sont pas sans rappeler ce qui est en train d’arriver à Colbert chez nous. Mardi dernier, la statue érigée à la mémoire du contrôleur général des finances de Louis XIV devant l’Assemblée nationale a été aspergée de peinture rouge et taguée de la formule « négrophobie d’État ». Les militants antiracistes reprochent en effet à Colbert d’avoir été l’instigateur du « Code noir » de 1685 qui régissait l’esclavage dans les colonies françaises.

Mais lorsque la statue fut installée au XIXe siècle, il s’agissait surtout d’honorer un grand serviteur de l’État, une sorte d’énarque avant l’heure, qui mit en œuvre une politique industrielle particulièrement interventionniste et dirigiste pour assurer le rayonnement de la France.

Quant à Woodrow Wilson, on retient d’abord l’homme qui, au sortir de la Première Guerre mondiale, proposa un plan de paix connu sous le nom des Quatorze points de Wilson. Moins vindicatif à l’égard des vaincus que ne le sera le Traité de Versailles, il annonçait la future Société des Nations et proposait même en son point cinq un nouveau regard sur les territoires coloniaux.

Il n’est pas anormal qu’à chaque époque les citoyens s’interrogent sur les valeurs qu’ils souhaitent mettre en avant à travers la commémoration de personnes qui accèdent ainsi au panthéon distingué des « hommes illustres ». En ce sens, l’entreprise de Princeton apparaît comme parfaitement légitime, d’autant qu’il ne s’agit pas d’un déboulonnement ou d’une dégradation sauvage mais d’une décision débattue par les instances qui ont effectivement autorité en cette affaire.

Mais l’on voit bien aussi combien l’Histoire des Hommes, une Histoire forcément complexe, évolutive dans ses valeurs et pleine de nuances et contradictions comme les Hommes eux-mêmes, est devenue un enjeu de pouvoir pour des mouvements politiques plus idéologues que soucieux d’approfondir nos connaissances historiques.

Le risque d’anachronisme

Pour le militant antiraciste d’aujourd’hui, foin de la contextualisation des événements, foin du risque d’anachronisme. Tout, absolument tout, à toutes les époques, doit être analysé à l’aune de l’unique critère du racisme, du colonialisme et de la pratique de l’esclavage.

Intellectuellement parlant, universitairement parlant, c’est absurde et dangereux car il s’agit finalement de se livrer à l’étude historique selon un seul et unique axe d’analyse, ce qui ne peut qu’aboutir à un appauvrissement voire à une réécriture politisée de l’Histoire.

En France, cette dernière est du reste déjà largement instrumentalisée à travers des lois de censure de l’opinion et des lois mémorielles qui figent dans la loi ce que les citoyens sont autorisés à penser de tel ou tel événement historique, ce qui constitue de fait une limitation de la liberté d’expression et du champ possible de la recherche historique sur ces sujets.

Derrière le mouvement de déboulonnage des statues, on retrouve également – et inéluctablement – cette idée terriblement autoritaire de pureté qui revient à condamner tout individu qui ne serait pas intégralement conforme à l’idée du bien véhiculée à un certain moment dans la société, comme indigne d’en faire partie. Voir Robespierre et la Terreur, voir Lénine et son successeur Staline, voir Pol Pot, voir Che Guevara et tant d’autres. Les individus dans leur diversité, dans leurs grandeurs et leurs faiblesses, doivent s’effacer devant l’emprise totalitaire des idéologies pures et parfaites.

Aucune exagération dans mes propos. Il suffit de se rappeler que le Conseil représentatif des associations noires (ou Cran) qui appelle depuis longtemps au déboulonnage de la statue de Colbert était aussi à la manœuvre quand il s’est agi l’an dernier d’empêcher par la force la tenue de la pièce de théâtre Les Suppliantes d’Eschyle à la Sorbonne au motif que les maquillages sombres des acteurs étaient de la « propagande afrophobe, colonialiste et raciste » en bonne et due forme !

Sur le plan pratique, si l’on décide de n’évaluer les mérites des Hommes de tous les temps qu’à travers leur parfaite conformité aux idéaux de l’antiracisme actuel, quoi qu’ils aient pu faire de bien ou de mal par ailleurs, on n’a pas fini de caviarder nos livres et déboulonner nos statues. Rappelons par exemple que dans un grand discours sur la politique coloniale à la chambre des députés en 1885, Jules Ferry, très bien imité ultérieurement par Jaurès ou Zola, tenait les propos suivants :

« Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. »

Pour leur part, les libéraux du XIXe siècle étaient opposés à la colonisation, à la notable exception d’Alexis de Tocqueville (1805-1859) qui était favorable à une guerre agressive contre les Algériens qui résistaient aux avancées françaises. Il lui semblait parfaitement normal qu’on « brûlât les moissons, qu’on vidât les silos et enfin qu’on s’emparât des hommes sans armes, des femmes et des enfants. » Des nécessités « fâcheuses », selon lui, mais indispensables à quiconque veut faire la guerre…

L’Histoire n’est pas un long fleuve tranquille

Je crois qu’il n’existe pas cinquante façons de l’affronter, même si certains épisodes ne nous plaisent guère. Plutôt que de les effacer, plutôt que de les édulcorer ou les instrumentaliser à d’autres fins tout aussi méprisables, il est essentiel de pouvoir les étudier dans toutes leurs dimensions sans censure aucune afin de savoir à qui on a effectivement affaire lorsqu’on passe devant une statue de Colbert ou de Woodrow Wilson. Le bon comme le mauvais, selon les standards de notre époque.

Pour ma part, plutôt que déboulonner Colbert dont je n’admire nullement la politique mercantiliste foncièrement agressive et illibérale, je préfère de beaucoup parler des idées économiques de Vauban.

Sur le web

  1. Anciennement baptisée Woodrow Wilson School of Public and International Affairs, elle devient donc pour l’instant la Princeton School of Public and International Affairs.
  2. L’indignation s’est développée en deux branches qui en viennent parfois à se recouper : les violences policières d’une part et la question du racisme d’autre part.
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • A Genève, sur la rive droite du lac, il y a un quai Wilson. Appelé autrefois « quai du Léman », il a été nommé ainsi en hommage au président des Etats-Unis Woodrow Wilson, initiateur de la Société des Nations.

    Il y a aussi un Palais Wilson. Il abrite aujourd’hui le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH) .

    Si on suppose — et on a de bonnes raisons de le faire — que les Suisses ne voudront pas débaptiser le quai et le bâtiment, il ne reste plus au Haut-Commissariat qu’à déménager…

  • Pour l’indignation absurde, voir le taggage de la statue du « colonialiste » Jacques Coeur ( XV° siècle ! ) https://www.lefigaro.fr/culture/le-maire-de-bourges-s-indigne-du-taggage-de-la-statue-de-jacques-coeur-20200622 ou de l’abominable esclavagiste Charles de Gaulle

  • Il est inutile d’épiloguer sur un épisode aussi triste de notre monde. A la base, c’est l’ignorance et le dfaut de culture qui en est responsable. Les Noirs revendiquent un épisode de leur histoire, auquel des hommes politiques et des nations ont été impliquées, certaines fois en bien, d’autres fois en mal. En adoptant un point de vue strictement pessimiste et vengeur on efface tout le reste, car toous ces gens ne connaissent rien d’autre de l’histoire.Seul leur importe leur sujet, qu’ils considèrent comme déterminant de toute attitude de mémoire.
    C’est d’abord une menace terrible pour le futur car « à ignorer son histoire, on se condamne à la refaire » et ensuite, c’est une incitation à gommer le progrès général de l’humanité et les efforts de tous ceux qui ont collaboré à cette amélioration.
    Enfin, c »‘est ouvrir la perspective d’un conflit ethnique grave qui ressemble à l’intransigeance de l’Islam, donc, à une restriction de la pensée créatrice. Prime à la destruction.

    • Pour bcp de ces mouvements anti-racistes, le but n’est pas simplement d’effacer des pans d’histoire « raciste » pour réaliser une simple réhabilitation de crimes méconnus. Cela va plus loin.

      Le but recherché est ensuite de parvenir à faire culpabiliser puis à faire reconnaitre la responsabilité d’un peuple/société actuels avec souvent, à la clé, des « compensations » qui leur seraient « dues »! Compensations pouvant prendre la forme d’effacements des dettes des PVD concernés, d’aides financières directes, de discriminations positives à l’embauche ou aux études…etc
      Le plus drôle est qu’en France, bcp de ces associations anti-racistes ne vivent que grâce aux subventions de l’Etat français (et donc des français) supposés racistes!

      Supprimez le moindre espoir de « compensations » et toutes les subventions étatiques aux multiples associations surfant sur la vague de l’antiracisme, vous verrez que cette agitation se calmera spontanément…

  • Il faudra sans doute attendre un peu avant que le théâtre du Châtelet ne reprogramme « Porgy and Bess » de George Gershwin. D’ailleurs peut-on encore jouer du Gershwin? Je crois que je vais devoir jeter les CDs de lui que je possède, avant que la police politique ne les découvre chez moi.

  • le code noir était pourtant un progrès par rapport à la situation ante.

    et j’approuve la dernière phrase.

  • Notre « mémoire » remplis des bibliothèques entière et nous somme bien la seule civilisation à l’avoir fait, je ne crois pas qu’il faille y ajouter une seule ligne, sauf pour remettre les choses en perspective ou la pure recherche historique.
    Il n’y a ni rationalité ni de recherche de vérité dans les attaques mais une haine créé et instrumentalisée par les intérêts politique et économique de la gauche.
    .
    La seule réponse possible c’est l’état de droit libéral, ne plus rien laisser passer en matière de violence ou de dégradations et opposer simplement une fin de non recevoir aux attaques, les gens d’aujourd’hui ne sont comptables que du présent mais tiennent à leur passé et leur mémoire, même négative, ceux qui ne le supportent pas doivent partir.
    .
    Les socialistes sont le pire cancer de l’humanité.

  • Les époques iconoclastes sont des époques de barbarie. Pensons aux Egyptiens qui martelaient le nom et le visage de pierre de leurs pharaons décédés dans les périodes de changement dynastique ou autres. Pensons aux différentes querelles religieuses entre Crétiens puis à la conquête musulmane qui ont abouti à la destruction totale de la bibliothèque d’Alexandrie. Pensons à Savonarole qui rejetait les ors et la splendeurs des Medicis et en profitait pour détruire quelques statues ou tableaux représentant la « luxure ». Pensons encore aux révolutionnaires français qui décapitaient les têtes des « rois » ornant la cathédrale Notre Dame.
    La bétise et le vandalisme sont de tout temps mais il est navrant de constater que de ce point de vue les progrès de la « civilisation » sont faibles. Nous assistons aujourd’hui, hélas, à une rechute sévère causée par des légions d’ignares formés par une école défiiciente et encouragés par la démagogie de nos gouvernants.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Donald Trump à un meeting
0
Sauvegarder cet article

Trump, désormais valet puant des Républicains, est expressément maintenu le plus éloigné possible de la Géorgie et du run-off (deuxième tour) entre Walker (Républicain) et Warnock (Démocrate) qui aura lieu le 6 décembre prochain.

 

Le problème de la Géorgie

Run-off sans enjeu réel, vu que les Démocrates ont déjà remporté le Sénat (tenant compte de la voix de Kamala), suite à la bérézina de tous les candidats sauf un poussés par Trump au Sénat, qui ont perdu la mère de toutes les élections imperdables.

En Géorgie, Wal... Poursuivre la lecture

Avec le conflit en Ukraine, les questions de défense européenne sont devenues plus d’actualité que jamais. Dans le même temps, certaines initiatives comme le bouclier antimissile sous initiative allemande posent des questions sur sa réalité.

Pour avoir des réponses, la rédaction s’est entretenue avec Jean-Dominique Merchet, journaliste à L’Opinion et spécialiste des questions de défense nationale et internationale. Entretien réalisé par Alexandre Massaux.

 

Alexandre Massaux : Le développement d’un bouclier antimissi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles