Jo Jorgensen candidate libérale à la présidentielle américaine

Le parti libertarien américain a désigné sa représentante pour la prochaine élection présidentielle. Il s’agit de Jo Jorgensen.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Jo Jorgensen candidate libérale à la présidentielle américaine

Publié le 26 mai 2020
- A +

Par Brian Doherty.
Un article de Reason.com

C’est lors d’une journée de réunion virtuelle, au bout de quatre tours de vote, que les 1035 délégués rassemblés pour la convention en ligne du Parti Libertarien ont sélectionné Jo Jorgensen comme candidate présidentielle.

Elle a gagné avec un peu plus de 51 % des voix (tous les délégués n’ont pas voté à chaque tour) lors de ce quatrième tour avec 524 votes. Jacob Hornberger est arrivé deuxième avec près de 28 % des voix. Vermin Supreme est arrivé troisième avec 20 % au dernier tour.

Reason a mené récemment un entretien avec Jorgensen qui est enseignante en psychologie à Clemson et a été la candidate du parti comme vice-présidente en tandem avec Harry Browne en 1996.

6 candidats en lice

Le système électoral du parti a mis en lice six candidats officiels à la nomination : Jorgensen, Jacob Hornberger, Vermin Supreme, John Monds, le Juge James Gray et Adam Kokesh. Les participants pouvaient voter pour d’autres personnes s’ils le souhaitaient, ou bien ne voter pour aucun de ces candidats, et beaucoup l’ont fait.

Jorgensen a mené au score à chaque scrutin, avec seulement 12 voix d’avance sur son concurrent Jacob Hornberger au premier tour. Selon la procédure du parti, le candidat recevant le plus petit nombre de voix a été techniquement éliminé pour le tour suivant.

Kokesh a été éliminé au premier tour, Gray au deuxième et Monds au troisième.  L’avance de Jorgensen a augmenté à chaque tour, atteignant 82 voix devant Hornberger au deuxième tour et 126 voix au troisième. Le niveau de soutien à Hornberger est resté à peu près constant, atteignant seulement 285 voix, à comparer aux 236 du premier tour.

Jorgensen s’est engagée à faire « la campagne la plus réussie que nous pouvons » lors d’un discours après la sortie des résultats. Son concurrent Hornberger a déclaré dans un discours où il a reconnu sa défaite qu’il « la respectait et l’estimait au plus haut point ».

« Une combattante »

Joseph Bishop-Henchman, un représentant d’envergure du Comité National Libertarien dont il brigue la présidence cette année, a déclaré dans un message écrit, lorsqu’il a appris sa victoire, que « Jo Jorgensen a prouvé qu’elle est une combattante et elle contrastera grandement avec les septuagénaires qui sont ses adversaires. Elle a rassemblé un groupe de libertariens remarquablement varié. »

Le partenaire de Jorgensen, candidat à la vice-présidence, a été sélectionné lors d’un second scrutin le 24 mai. Il s’agit de Spike Cohen.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • vu le niveau de la candidature démocrate, elle a ses chances !

  • Vermin Supreme était plus rigolo, Hornberger avait plus de chances de piquer des votes républicains (et même démocrates)… Jorgensen… a priori c’est pas cette année que le parti libertarien fera de grosses vagues à l’élection.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
démocrates
0
Sauvegarder cet article

36,2 millions d’électeurs potentiels, soit 4 millions de plus qu’en 2020, et environ 15 % du total de l’électorat américain. Tel est le poids que peut représenter l’électorat hispanique lors de l’élection présidentielle de novembre 2024, qui s’annonce difficile pour le président Biden.

 

Article de Isabelle Vagnoux, Aix-Marseille Université (AMU).

Certes, traditionnellement, ces Américains de plus de 18 ans, d’origine hispanique, ne sont pas tous inscrits sur les listes électorales, et leur taux de participation deme... Poursuivre la lecture

Pourquoi le Pentagone semble-t-il plus doué pour dépenser de l'argent que pour monter une opération réussie ? L'échec de l'opération « Prosperity Guardian » et la désastreuse jetée flottante de Gaza ne sont que deux exemples récents d'initiatives extrêmement coûteuses qui, bien qu'elles aient sans aucun doute enrichi les entrepreneurs militaires, ont été incapables d'atteindre leurs objectifs déclarés. 

Article original paru dans le Mises Institute.

 

En décembre dernier, le Pentagone a annoncé en grande pompe le lan... Poursuivre la lecture

La masse monétaire augmente à nouveau et la persistance de l'inflation des prix n'est pas une surprise. L'inflation des prix se produit lorsque la quantité de monnaie augmente de manière significative au-delà de la demande du secteur privé. Pour les investisseurs, la pire des décisions dans ce contexte de destruction monétaire est d'investir dans des obligations souveraines et de conserver des liquidités. La destruction du pouvoir d'achat de la monnaie par le gouvernement est une politique, pas une coïncidence.

Article original paru su... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles