Richard Cobden, héros du libre-échange – Les Héros du progrès (9)

Richard Cobden by Robert Cutts(CC BY-SA 2.0) — Robert Cutts, CC-BY

Les travaux de Cobden ont transformé la Grande-Bretagne en une nation de libre-échange, entraînant la libéralisation du commerce mondial.

Par Alexander Hammond.
Un article de Humanprogress.com

Aujourd’hui voici le neuvième volet d’une série d’articles intitulée « Héros du progrès ». Cette rubrique présente brièvement les héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Notre neuvième héros du progrès est Richard Cobden, homme politique britannique du XIXe siècle et fabricant de textiles. Ses travaux ont transformé la Grande-Bretagne, puissance mondiale de l’époque, en une nation de libre-échange, ce qui a déclenché la libéralisation du commerce mondial permettant à des millions de personnes de sortir de la pauvreté.

Richard Cobden est né le 3 juin 1804 dans la campagne anglaise du Sussex. Fils d’un fermier pauvre, il passe ses premières années dans une pauvreté absolue. Il reçoit peu d’éducation scolaire et, à l’âge de 14 ans, il devient ouvrier dans une usine textile.

En 1828, Cobden et deux autres jeunes hommes créent à Londres une entreprise de vente d’imprimés sur calicot. L’entreprise connaît un succès immédiat et, en quelques années, il peut mener une vie aisée à Manchester.

En 1833, désormais prospère, Cobden commence à parcourir le monde. Il visite une grande partie de l’Europe, des États-Unis et du Moyen-Orient. Lors de ses voyages en 1835, Cobden écrit un pamphlet influent intitulé Angleterre, Irlande et Amérique. Dans ce pamphlet, il plaide pour une nouvelle approche de la politique étrangère basée sur le libre-échange, la paix et le non-interventionnisme.

Cobden retourne en Angleterre en 1839 pour plaider en faveur de l’abrogation des lois sur les céréales (Corn Laws). Adoptées en 1815, ces lois étaient des taxes sur les aliments et les céréales importés en Grande-Bretagne. Cobden soutenait qu’elles augmentaient le prix de la nourriture et le coût de la vie pour les Britanniques, et entravaient la croissance d’autres secteurs économiques.

En mars 1839, Cobden crée l’Anti-Corn Law League – une organisation qui milite pour leur abrogation. Avec le soutien de John Bright, un orateur talentueux, il s’adresse à des foules dans tout le pays. Il présente au Parlement une pétition  demandant la fin du protectionnisme. Après son rejet, Cobden se rend compte que les pétitions n’apportent pas grand-chose. Une action politique directe est nécessaire.

En 1841, Cobden devient député de Stockport. Les difficultés économiques ainsi que la récession de 1840 à 1842, ont amené davantage de gens à se rallier au libre-échange et les Corn Laws sont finalement abrogées en 1846.

Le Premier ministre Robert Peel reconnaît que Cobden a permis à ceux qui vivaient dans l’extrême pauvreté d’accéder à des denrées alimentaires moins chères en provenance de l’étranger. De plus, l’abrogation des lois sur les céréales a contraint de nombreuses colonies britanniques à adopter le libre-échange.

En 1859, alors que les tensions sont vives entre la Grande-Bretagne et la France, Michel Chevalier, un homme d’État français, presse Cobden de persuader l’empereur Napoléon III des avantages du libre-échange.

Avec la bénédiction du chancelier de l’Échiquier William Gladstone, Cobden rencontre l’Empereur pour discuter d’un éventuel accord de libre-échange anglo-français.

L’Empereur est réceptif aux arguments de Cobden et, le 23 janvier 1860, la Grande-Bretagne et la France signent le traité Cobden-Chevalier. Gene Grossman, économiste à l’université de Princeton, a décrit le traité comme le « premier accord commercial moderne ».

Cobden meurt à Londres le 2 avril 1865.

L’abrogation des lois sur les céréales marque un tournant fondamental de l’Empire britannique vers le libre-échange. Cette politique a permis de soulager la faim et la souffrance de millions de personnes, et a créé un précédent pour les traités de libre-échange qui ont suivi. L’influence de Cobden sur l’élaboration du traité Cobden-Chevalier a jeté les bases des accords commerciaux modernes qui continuent à façonner et à enrichir le monde d’aujourd’hui. C’est pour ces raisons que Richard Cobden est notre neuvième héros du progrès.

Retrouvez nos autres Héros du Progrès :

William Wilberforce : une vie contre l’esclavage
Ronald Ross : la transmission du paludisme
Alexander Fleming et la pénicilline
Jonas Salk et le vaccin contre la polio
Landsteiner et Lewisohn, l’art de la transfusion
Edward Jenner, pionnier du vaccin contre la variole
Fritz Haber et Carl Bosch, le rendement des cultures
Norman Borlaug, père de la révolution verte

Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.