Aurore Bergé : la « santé culturelle » bientôt dans le carnet de santé ?

La semaine dernière, Aurore Bergé remettait au gouvernement un pack de 60 propositions consacrées à l’émancipation et à l’inclusion par les arts et la culture. Décryptage.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Aurore Bergé by Jean-Luc Hauser Wikipedia CC BY-SA 4.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aurore Bergé : la « santé culturelle » bientôt dans le carnet de santé ?

Publié le 24 février 2020
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

Lundi 17 février dernier, la député LREM Aurore Bergé, dont je vous disais la veille qu’elle était très douée pour les rapports, remettait au Premier ministre Édouard Philippe et au ministre de la Culture Frank Riester un pack de 60 propositions consacrées à l’émancipation et à l’inclusion par les arts et la culture sous le titre « Pour un ministère de la Culture au service des créateurs, des arts et des droits humains ».

On la connaissait déjà inclusive et cuculinaire, on la découvre maintenant sans surprise inclusive et cuculturelle !

Tout a commencé dans la foulée du Grand débat national initié pour répondre à la colère des Gilets jaunes, et notamment au sentiment de ces derniers d’être les oubliés de la République.

Tout comme Emmanuel Macron s’est empressé d’abandonner toute velléité de réduire les effectifs pléthoriques de notre fonction publique et d’annoncer au contraire la création de 2000 maisons « France Services Publics » d’ici 2022 (dont 460 dès janvier dernier) pour répondre à la demande de plus grande proximité sociale et territoriale, il est maintenant question de renforcer et déployer l’action du ministère de la Culture afin de la rendre « plus transversale, plus partenariale et plus proche des territoires ».

Curieusement, Aurore Bergé ne partage nullement l’idée qu’il y aurait une quelconque inégalité territoriale dans la présence culturelle :

« Quel que soit le territoire, vous avez des acteurs de la culture, partout. Il y a du ‘hors les murs’, des compagnies, des associations… Parler de ‘désert culturel’ est une idée très parisienne. » (Entretien Le Point, 17 février 2020)

Tout cela ne serait en réalité qu’un terrible malentendu. Si difficulté d’accès à la culture il y a, cette situation relève moins de négligences imputables au ministère de la Culture qu’à l’empêchement teinté d’intimidation dans lequel s’enferment certaines populations, certaines familles, qui pensent que la culture, ce n’est pas pour elles.

Pas pour elles, vraiment ? N’y aurait-il pas aussi une petite question de préférences ? Et peut-on sérieusement reprocher à un jeune de se hâter très mollement vers une représentation du Soulier de Satin qui dure sept heures même si la Maison de la Culture de Bobigny, par exemple, a revu l’architecture de ses locaux afin de les ouvrir au maximum sur son territoire ?

Comme l’objectait le journaliste d’Europe 1 qui interrogeait Aurore Bergé lundi dernier (vidéo, à partir de 10′) :

« C’est pas parce que ‘c’est pas pour moi’ que les jeunes sont intimidés. Bien souvent ils disent ‘c’est pas pour moi’, pardon du mot, mais parce que c’est chiant ! » (Journaliste d’Europe 1)

Mais pour Aurore Bergé, il n’y a aucune raison que les expressions culturelles plébiscitées par les « initiés » et le ministère de la Culture ne soient pas plébiscitées par tout le monde, partout en France, dans tous les milieux et à tous les âges.

Tout est question « d’accompagnement », cet autre mot si plein d’attention qui signifie en l’occurence tutelle et formatage. Accompagnement d’autant plus justifié et justifiable que la culture – attention, proposition violemment cuculturelle – sera inscrite… dans la Constitution, au titre des droits humains !

On reconnait là cette tendance à la mode qui consiste à se servir d’un texte fondateur pour en faire le vecteur circonstanciel et idéologique d’un programme politique mêlant communication, effet d’affichage et volonté constructiviste.

Madame Bergé admet volontiers que cette proposition est symbolique. Mais, veut-elle croire :

« Si on veut lever l’intimidation, il faut dire aux gens que la culture est un droit qui leur appartient. » (Entretien Le Point, 17 février 2020)

Cette disposition serait-elle retenue par le Gouvernement qu’on voit mal ce qui pourrait empêcher quiconque d’attaquer l’État pour inactivité culturelle et exiger à ce titre la construction d’équipements ou la production de spectacles à sa convenance, le tout aux frais des contribuables et au péril de la dette publique, exactement comme le font maires et ONG à propos de la supposée inactivité climatique du gouvernement.

Quant à l’accompagnement, il doit commencer au berceau. Voilà qui ne manquera pas d’enchanter Emmanuel Macron. À peine avait-il obtenu que l’âge de la scolarité obligatoire soit abaissé de 6 à 3 ans – sans nécessité aucune puisque cela était déjà réalisé dans les faits – qu’il lançait une commission consacrée au suivi des « 1000 premiers jours » de l’enfant.

Dans le rapport d’Aurore Bergé, cela se traduit par une autre proposition éminemment cuculturelle consistant à instaurer le concept de « santé culturelle » des enfants et à en faire le suivi dans le carnet de santé au même titre que les vaccins et les visites médicales :

Autant, la notion de santé médicale s’appuie sur des considérations objectives, autant la notion de santé culturelle paraît nettement plus subjective. En fonction de quels critères sera-t-il décidé que tel programme culturel est recommandable et mérite de figurer dans le carnet ?

Comme pour le Pass culture, existe la probabilité non nulle de voir cette nouvelle mesure déboucher sur une offre éducativo-culturelle très encadrée par l’État, avec tous les risques de conformisme que cela comporte tant pour ceux qui offrent des produits culturels que pour ceux qui les consomment.

À propos du Pass culture, justement, Aurore Bergé se montre plutôt réticente :

« Penser qu’on va changer la pratique culturelle d’une personne de 18 ans est un leurre. L’argent ne suffit pas à créer l’habitude culturelle. » (Entretien Le Point, 17 février 2020)

C’est probablement pour cela qu’elle s’empresse de proposer qu’il soit étendu en long en large et en travers :

Il est aussi question d’intégrer la formation à la culture aux horaires obligatoires de l’enseignement. On tombe des nues. N’est-ce point déjà le cas ? Les élèves n’ont-ils pas des cours de littérature, théâtre, histoire de l’art, musique, arts plastiques, éventuellement sous la forme de projet de groupe et autres parcours d’éducation artistique et culturelle de l’élève ?

Selon madame Bergé, tout ceci n’est pas suffisant car on demande trop de choses à l’école et aux enseignants !

« Et on ajoute énormément de missions. On leur demande, ce qui est extrêmement louable, d’avoir des actions sur le développement durable, sur la question de l’alimentation. » (Vidéo Europe 1 ci-dessus)

Résultat, la culture serait le parent pauvre des priorités de l’Éducation nationale. A-t-elle oublié qu’elle-même voulait instituer une semaine du goût à l’école et suggérait des échanges de recettes entre parents pour favoriser la convivialité dans un assaut d’angélisme véritablement cuculinaire ?

Tout le reste du rapport est à l’avenant. Incohérent, verbeux et boursouflé de bons sentiments étayés par des justifications psychologiques ad hoc, il cherche surtout à consolider la suprématie du ministère de la Culture sur la vie culturelle et à inscrire l’audiovisuel public au cœur de l’accès à la culture.

Ce faisant, il se fiche pas mal des dépenses supplémentaires que cela occasionnera forcément alors même que la culture représente actuellement un budget de 10 milliards d’euros dont 3,8 milliards pour l’audiovisuel public, sans compter encore 4,4 milliards d’euros répartis à ce titre dans les autres ministères – et c’est là qu’on rappelle que la justice, pénitentiaire compris, ne dispose que de 7,6 milliards par an…

C’est ainsi par exemple que le « 1 % artistique » qui nous permet de bénéficier de ronds-points souvent spectaculairement laids pourrait bien passer à 2 % afin de consacrer 1 % supplémentaire du budget des constructions diligentées par les collectivités territoriales à des spectacles dans l’espace public :

aurore bergéEt c’est ainsi, autre exemple, qu’Aurore Bergé préconise d’amplifier les politiques culturelles des grandes communautés territoriales sans limitation des dépenses :

aurore bergéMais pourquoi faudrait-il se culpabiliser de dépenser l’argent public sans compter quand il est si évident que de multiples ressources sont tout disponibles pour venir financer sans fin les lubies cuculturelles d’Aurore Bergé ?

Après tout, ne considérait-elle pas dans un autre rapport, celui sur l’audiovisuel public à l’ère du numérique rendu en octobre 2018, qu’il fallait étendre la redevance TV à tous les Français, qu’ils possèdent ou non un téléviseur ? Motif :

« La télévision publique, la radio publique, c’est un service public, et donc il y a une logique et une cohérence à ce que tout le monde contribue au service public. » (RTL, octobre 2018, à 03′ 50″)

On cuculmine dans la tautologie ! Encore un rapport qui promet. Merci Aurore Bergé !

Sur le web

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • la culture en france est une pompe a fric , qui permet d’arroser les copains

    • Le ministère de la culture est le premier qu’il faudrait supprimer: abus et gaspillages à tous les niveaux, distribution d’argent par millions à tous les copains et coquins du camp du bien qui en vivent largement sans rien offrir en échange : exception culturelle française, audiovisuel pourri et achat de soit-disant œuvres d’art par centaines. Le pire, le « spectacle vivant » où, sur une scène jonchée d’immondices, d’ignobles personnages nus urinent, défèquent, miment des accouplements improbables en braillant des inepties, le tout aux frais des contribuables. Voyez le massacre des plus beaux opéras du répertoire par des mises en scène obscènes!
      Il faut cesser de financer la culture a priori quitte à aider les individus réellement intéressés qui n’ont pas les moyens de s’offrir les spectacles en question quand ils en font la demande.

    • Très juste! La culture devrait être laissé au public, le seul à décider ce qui est bon de ce qui est mauvais. Mais les subventions servent à entretenir les copains financièrement, donc dans notre république bananière ce n’est pas près d’être supprimé.

  • et pendant ce temps là les vrais cultivateurs se meurent . . . parce que la culture ne rapporte plus rien.

  • Aaah Bergé, quel nom prédestiné pour cette douce heureuse guide suprême venue tout droit des Enfers. Le commun des mortels en France a d’ autres préoccupations que d’ aller s’ endormir un soir ou un dimanche après midi dans un poulailler en écoutant du bel canto, l’ accès spontané à la culture, c’ est quand tout va bien dans le quotidien et qu’ effectivement, l’ esprit est tranquille pour écouter de la musique ou se concentrer sur de la lecture. Cela demande une vraie présence et du temps.
    De plus tous les moyens existent pour que cet accès se fasse à la maison, il suffit juste d’ un parent ou d’ un ami pour être guidé ou comme à la belle époque des instits’ un maître ou une maîtresse qui transmettent les bonnes armes.

    En conclusion, vous pourriez même ajouter qu’ avec toutes ces belles intentions condescendantes d’ état la culture est confisquée.

  • Les cucurbitacées, qui forment une famille, ont une tige molle, toujours couchée…. La république des concombres, qui l’eut cru qu’elle finira ainsi…

  • La macronie en roue libre.
    Une réforme à faire: 50 jours par an pour que le parlement vote de nouvelles lois, à condition d’en supprimer deux pour une.
    Le reste du temps, les députés devront contrôler l’action du gouvernement
    Ça nous ferait des vacances…

  • Heureusement qu’il y a des personnes qui savent réfléchir et travailler, pour faire tourner le pays. Grâce à elles, nous avons encore à manger tous les jours … et accès à la culture (en la payant très cher, certes). Car s’il falllait compter sur l’intelligence des politiques, faiseurs de belles dissertations, on creverait tous de faim. Dans le cas présent, « cucul » est en effet parfaitement adapté. Merci Nathalie MP.

  • L’information cruciale de ce post : 10 Milliards pour la culture et 7,6 pour la justice, je la diffuse dès que l’en ai l’occasion, c’est à dire souvent quand les gens déplorent la monté de l’insécurité. Entre la culture et la sécurité, le gouvernement a clairement choisi …

  • Sans nos impôts on verrait très vite disparaître ces ‘merveilleux’ danseurs qui se tortillent en calbutte sur les planches…
    Car sans invitations, les ‘bobos’ qui se pâment devant tant de créativité n’iront pas jusqu’à payer leur entrée, faut pas exagérer !

  • Il y a quelques années elle proposait de faire payer la circoncision par la sécu, sous prétexte de Laïcité ! ?
    A t’elle prévu la même chose pour l’excision dans ses dernières élucubrations ?

  • Une preuve supplémentaire que sa place est plus à Charenton qu’à l’assemblée nationale

  • « A l’instar des Droits de l’Homme et du Citoyen, inscrire le droit à la culture dans la Constitution. » – Proposition 17.
    1) Elle ne doit pas connaître les 4 Droits fondamentaux inscrits dans la DDHC ;
    2) Inscrire son « droit à la culture » dans la Constitution en le reliant à ceux édictés par la DDHC, revient à redonner vie et priorité à ces 4 Droits fondamentaux ;
    3) Les 4 Droits fondamentaux ne sont pas respectés par la Constitution ni par la Loi. Pourquoi son droit à la culture le serait plus ?

    Ce qu’elle appelle « droit » sonne plus comme « obligation ».

    • J’ajoute qu’il est cocasse d’avoir un ministère de la culture, et une proposition de loi visant à faire de la culture un droit au même niveau que les 4 Droits fondamentaux (bien que le droit en question ressemble plus à une obligation), dans un pays dont on nous dit, depuis des années, qu’il est sensé ne pas avoir de culture propre.
      [La société scandinave de transports aériens SAS, dans un spot de pub a eu la brillante idée de niée la culture scandinave façon : « Rien n’est scandinave ».]

      De plus, ce n’est pas à l’EXécutif au travers d’un de ses membres de nous accorder des droits qu’il s’empresse de transformer en obligation (telle l’écologie et le « social » inscrits dans la Constitution), et qu’il peut tout aussi bien retirer à sa guise.

    • J’ajoute qu’il est cocasse qu’il y ait :
      – un ministère de la culture,
      – et une proposition de loi sur le droit à la culture visant à mettre cette dernière au même rang que les 4 Droits fondamentaux ;
      dans un pays dont on nous, dit depuis des années, qu’il n’est pas sensé avoir de culture propre.
      [S.A.S, la compagnie de transport aérien scandinave a eu la brillante idée de nier la culture de ce coin d’Europe du Nord, façon « Rien n’est scandinave. »]

      De plus, L’Exécutif n’a pas à nous accorder de droit qu’il s’emressera de transformer en obligation (telle l’écologie et le « social(isme) » inscrits dans la Contstitution) et qu’il peut nous retirer à sa guise.

  • L’appelation « ministère de la kulture » m’a toujours fait penser à Goebbels.

    Et maintenant vu la proposition du carnet de santé avec les recommendation de propagande…par don culturelle, il n’y a plus aucun doute.

  • Si l’état se mêle de culture c’est foutu !!! Nous aurons droit à un formatage par le bas de tout ce qui flatte le futur citoyen pour en faire un robot votant !!!!

  • C’est le sinistère de la cuculture…

  • Avec le système d’éducation bourdieusien le seul art qu’ils connaîtront c’est le rap!

  • Comment se fait-il qu’il y ait autant d’imbéciles dans ce gouvernement? Ah, normal vu le chef ! Qui se ressemble s’assemble.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La décision du gouvernement de supprimer la redevance audiovisuelle publique sera effective dès 2022. On nous explique qu’en fait la suppression de cette redevance va constituer « une mesure de plus en faveur du pouvoir d’achat » des Français qui devaient la payer, c’est-à-dire toute personne possédant un téléviseur, à moins qu’elle en soit exonérée sous certaines conditions. Le raisonnement semble limpide : ceux qui payaient 138 euros par an n’auront plus à supporter cette charge et leur pouvoir d’achat sera augmenté d’autant.

Qui va pay... Poursuivre la lecture

Par Tadd Wilson. Un article de la Foundation for Economic Education

En dépit de ce qui est enseigné dans la plupart des universités, les idées libérales essentiellement classiques de l'économie de marché libre et du gouvernement limité ont remporté le test de base de toute doctrine : bat-elle la meilleure alternative ? La preuve en est évidente, qu'il s'agisse de l'effondrement de l'économie planifiée de l'ancienne Union soviétique ou de la réduction du secteur public dans des pays aussi variés que l'Estonie, la Nouvelle-Zélande et la ... Poursuivre la lecture

jeux videos cadeaux
1
Sauvegarder cet article

Les gamers, faites attention. La gauche radicale va s'occuper de vous.

Un nouveau rapport d'Axios dénonce :

« Les extrémistes de droite sont de plus en plus présents dans les jeux vidéo [...]  la faible modération du contenu et la politique de l'autruche entravent l'évaluation et la lutte contre le problème. »

Axios a cité un rapport de 2019 du notoirement partisan Anti-Defamation League, ou ADL, comme preuve que les abus et l'extrémisme sont endémiques dans les jeux.

Le rapport de l'ADL affirme :

« 53 % des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles