L’illusion fiscale qui plonge les Français dans le brouillard

fog by Jakub Kriz on Unsplash https://unsplash.com/photos/arOyDPUAJzc — Jakub Kriz,

À quoi servent rééllement vos impôts ? Beaucoup de citoyens l’ignorent, et rien d’étonnant à cela : le gouvernement entretient l’illusion fiscale.

Par Justine Colinet.

À quoi servent réellement vos impôts ? Qu’est ce que l’État vous prélève ? Et pour financer quoi ? Beaucoup de citoyens l’ignorent, et rien d’étonnant à cela : le gouvernement entretient l’illusion fiscale.

La complexité du système fiscal

Manque de transparence, complexité, bureaucratie, autant d’interrogations concernant les dépenses publiques. Voilà résumée, en quelques éléments clés, la fiscalité française.

Les contribuables ne savent pas à quoi servent leurs impôts, ils ne comprennent pas le système fiscal. L’administration a une énorme marge de manœuvre pour utiliser les ressources publiques sans le consentement des citoyens, comme le rappelle une étude récente publiée par le think tank GénérationLibre.

Pourtant, la transparence des finances publiques et une meilleure information quant à l’utilisation de l’argent public constituent des préoccupations majeures pour les Francais1.
Or, nos dirigeants entretiennent l’illusion fiscale depuis la nuit des temps.

L’illusion fiscale

L’illusion fiscale, qu’est-ce que c’est ? Rien d’autre que le fait que nos chers politiciens nous cachent, de manière bien volontaire, l’écart entre le coût et les effets de leurs actions politiques.

Cette illusion fiscale est totalement liberticide pour le citoyen, qui ne choisit finalement plus ce qu’il désire faire de sa vie ou de son propre argent, le tout étant « délégué » à entretenir l’interventionnisme de l’État.

Sous couvert de justice sociale, les politiciens créent l’illusion que les impôts sont moindres qu’en réalité, et que les avantages qu’obtiennent les citoyens grâce à cette fiscalité sont plus importants qu’ils ne le sont.

D’innombrables dépenses fiscales

Le nombre de dépenses fiscales (les fameuses « niches fiscales ») est très important en France : on en dénombre 468 au total, dont 186 uniquement pour l’impôt sur le revenu2. Notre pays se retrouve donc grand champion en termes de complexité fiscale en Europe.

Cette complexité du système ne fait que renforcer l’illusion fiscale dans laquelle nous sommes plongés. Plus la structure fiscale est complexe, plus les dépenses publiques augmentent.

Le consentement à l’impôt

Outre le problème de la complexité du système fiscal, il y a celui du consentement à l’impôt.
Début 2019, un sondage de BVA révélait que 76 % des Français étaient favorables à la réduction de la dépense publique, en privilégiant une baisse des dépenses de l’État (et non des dépenses sociales ou locales)3.

Il y a un réel décalage entre l’évolution des dépenses publiques, et les préférences budgétaires des citoyens. Les dépenses dans les domaines de l’art, de la culture ou du domaine public ont augmenté bien que la majorité des Français s’y opposait.

Concrètement, le budget de l’État échappe aux contribuables.

  1. Sondage de OPINION WAY, Traitement des données issues du grand débat national, « La fiscalité et les dépenses publiques », avril 2019, p. 15.
  2. Évaluations des voies et moyens annexées au projet de loi de finances pour 2020, tome II, Les dépenses fiscales
  3. BVA OPINION, « Les préoccupations des Français. Les Français répondent aux questions proposées sur le site du Grand débat national », 11 février 2019.
Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.