Iran : les sanctions internationales profitent au régime

Le refus de considérer les décideurs d’un État comme interlocuteurs valables sur la scène internationale peut renforcer leur légitimité sur la scène nationale et les inciter à pratiquer une politique au bord de l’abîme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
High Representative Federica Mogherini receives Foreign Minister of Iran, Javad Zarif by European external Action 2016 (CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Iran : les sanctions internationales profitent au régime

Publié le 20 janvier 2020
- A +

Par Thomas Lindemann1.
Un article de The Conversation

Si l’on devait choisir un mot clé pour résumer la plupart des commentaires à propos de la crise entre les États-Unis et l’Iran, ce serait celui d’« irresponsabilité ». Pour certains, la décision du président Trump semble au moins compréhensible dans la mesure où elle obéirait avant tout à une rationalité cynique : celle d’accroître ses chances de se faire réélire pour un second mandat en lançant un conflit de diversion. En ce sens, l’élimination du général Soleimani peut être interprétée comme la facette militariste de sa devise électorale « Make America Great Again ».

En revanche, lorsque l’Iran abat un drone américain en juin 2019, emprisonne des universitaires étrangers comme Fariba Adelkhah et Roland Marchal, voire abat un avion ukrainien, l’incompréhension prévaut et le jugement moral sur son « comportement voyou » figure comme une catégorie explicative.

Les dirigeants iraniens sont-ils irrationnels ?

Il est vrai qu’une première analyse superficielle tendrait à prouver l’irrationalité de la politique iranienne. Même si une intervention terrestre des États-Unis en Iran serait contre-productive, Washington est en mesure de bombarder à volonté les sites iraniens de son choix et d’infliger des dégâts humains considérables sans craindre de ripostes véritables de Téhéran contre des positions américaines.

Les frappes iraniennes sur des bases situées en Irak abritant des soldats américains le 8 janvier ne semblent pas avoir fait de victimes dans les rangs irakiens et américains. Il est probable que les décideurs iraniens aient choisi de « tirer à côté » pour revendiquer sur le front interne une victoire toute en signalant aux États-Unis une « riposte proportionnée » pour reprendre les mots du ministre des Affaires étrangères iranien Mohammed Jawad Zarif.

Ajoutons que d’un point de vue économique, l’Iran subit des sanctions tellement fortes qu’il est entré en récession en 2019. Enfin, les coûts politiques de la ligne iranienne sont également dramatiques : l’Iran se trouve désormais relativement isolé et stigmatisé sur la scène internationale. En somme, la politique iranienne semble contraire à ce que l’on qualifie communément d’intérêt national.

Toutefois, derrière la façade des coups joués sur la scène internationale, se cache en coulisse l’enjeu de la légitimité politique interne des décideurs politiques. Cette légitimité repose en grande partie sur la capacité des dirigeants à maintenir la fiction d’une souveraineté absolue.

L’idéal de la souveraineté est particulièrement puissant dans des entités qui ont été par le passé des objets plus que des sujets de la politique mondiale, comme l’Iran qui en 1953 a subi un coup d’État préparé par la CIA et les services britanniques contre le Premier ministre Mossadegh. Il est difficile pour les responsables d’un ancien État « vassal » de se plier à nouveau aux sanctions d’une puissance « extérieure ».

En outre, un grand nombre des chefs exécutifs – de Vladimir Poutine à Donald Trump en passant par l’Ayatollah Khamenei – revendiquent pour eux-mêmes et pour leur pays une image « héroïque » mettant en avant leur puissance matérielle, leur vitalité et leur « mépris de la mort ». Si les sanctions frappent durement leur pays, se plier à celles-ci abîmerait de manière fatale leur capital symbolique.

Mais la raison pour laquelle les sanctions échouent face à l’Iran tient surtout à une variable systémique. Une différence essentielle persiste entre l’international et le national : celle de la « monopolisation » de la légitimité sur la scène interne. Alors que même dans les dictatures les décideurs doivent obtenir la reconnaissance d’une partie des gouvernés pour leur politique intérieure, ils peuvent souvent s’extraire d’un tel soutien « public » sur la scène internationale.

De nombreux gouvernements sévèrement critiqués voire non reconnus par les autres entités étatiques n’en conservent pas moins une bonne santé politique : les autorités du Hamas, le gouvernement israélien de Nétanyahou, la dynastie Kim de la Corée du Nord, dans une certaine mesure aussi la Russie de Poutine et les États-Unis de Trump, ou encore le gouvernement iranien.

De manière générale, les responsables des régimes peu « populaires » sur la scène internationale construisent un récit d’autoreconnaissance. Celui-ci substitue à la reconnaissance des acteurs vivants la reconnaissance par des forces « extra-humaines » – la mission divine ou la grande Histoire.

Dans ce récit, l’Iran n’a plus besoin de la reconnaissance des acteurs humains mais doit uniquement rendre compte aux puissances divines. Ce récit met aussi en valeur les qualités traditionnellement associées à l’identité virile : la puissance physique et la vitalité d’une « jeune puissance », associées à la domination mentale et au mépris de la mort. En outre, les dirigeants d’un tel pays « diabolisent » les États qui les stigmatisent, de sorte que la non-reconnaissance de ces acteurs devient une sorte de preuve de « distinction ». Ce processus s’observe précisément dans le cas iranien.

Des sanctions forcément inefficaces ?

Tout indique donc que la stigmatisation et les sanctions n’inciteront pas les responsables d’un État à coopérer. Les décideurs d’un État exclu sont généralement capables, on l’a dit, de construire un récit d’autoreconnaissance. Une majorité d’analystes estiment que cela a été par exemple le cas pour le Japon à la fin des années 1920, l’Union soviétique lors de sa création, la Corée du Nord de l’après-guerre froide, l’Irak des années 1990 et la Russie de Poutine.

En somme, le cas iranien est loin d’être spécifique. Il nous suggère que le refus de considérer les décideurs d’un État comme interlocuteurs valables sur la scène internationale peut renforcer leur légitimité sur la scène nationale et les inciter à pratiquer une politique au bord de l’abîme. De même, les sanctions économiques ne sont pas nécessairement adéquates pour apaiser de tels acteurs. Le récit héroïque et paranoïaque des décideurs d’un tel État est incompatible avec des concessions politiques sous pression économique qui risqueraient de les faire apparaître comme « lâches ».

Or les dirigeants occidentaux eux-mêmes ne sont pas toujours exempts de ces contraintes symboliques. Comme l’Iran, ils doivent être, eux aussi, attentifs à leur légitimité fondée, pour leur part, parfois sur des valeurs « laïques » et sur le respect des droits de l’Homme. Tout se passe donc comme si les coups extérieurs des décideurs politiques étaient en réalité joués également à destination de la scène domestique afin de paraître conformes au rôle revendiqué par les personnels politiques.

Sur le web

  1. Professor of International Relations & Political Science at L’École polytechnique, Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines – Université Paris-Saclay.
Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • L’unification nationale contre « l’ennemi extérieur » est bien documenté pour l’embargo EU sur Cuba ( transformé, en interne, en « blocus », justifiant toutes les pénuries )
    La réaction par la création d’industries nationales, p.ex. de l’armement, est facile à constater, p. ex. pour l’Afrique du Sud du temps de l’appartheid.
    Le contournement de sanctions est également un sport largement pratiqué : je me rappelle avoir vu au Myanmar, « isolé » par les sanctions européennes, de l’importation de lait en poudre chinois, probablement fourni à la Chine par l’U.E. Et, comme le soulignait le responsable d’un état voisin : il est facile d’imposer des sanctions de loin, mais pouvez-vous vous brouiler avec votre voisin ?
    Pour l’inefficacité des sanctions sur les dirigeants, dans le cas du Myanmar : http://www.focusbirmanie.org/les-sanctions-economiques/

  • il y a bien eu des sanctions internationales contre la Russie ; ce n’est pas pour ça que Poutine s’est allongé ; il parait même qu à lui aussi cela a profité ….. comme quoi ….

  • Les sanctions ne profitent pas au régime , elles le détruisent a petit feu , cas de l’Iran, ou le renforce , cas de la Russie.
    Toutes les sanctions n’ont pas forcément le même but . Pour l’Iran , provoquer un coup d’État intérieur ,pour la Russie , sans doute son renforcement pour faire plus de poids contre la chine ou pousser la chine a commercer d’avantage avec la Russie libérant ainsi de l’espace pour le commerce américain ,tout est possible, comme affaiblir par ricochet l’UE……comme par hasard l’Iran comme la Russie etaient importants pour le commerce europeen…..comme la lybie est très importante pour l’Italie…..comme quoi les sanctions ne sont pas forcément destinées aux pays sanctionnés….

  • C’est d’un grand classicisme. Un pouvoir totalitaire a besoin d’un ennemi désigné sur qui on peut imputer fous les problèmes et décisions liberticides. Si cet ennemi est inatteignable, extérieur, étranger, c’est parfait tout se trouve justifié. Mais si Trump n’existait pas les Nazo-Mollas en auraient inventé mille autres, au pays des Mille et une nuits.

  • Les sanctions renforcent le régime, mais nuisent gravement à la population…

    • Les populations des régimes irakiens, libyens ou syriens ne doivent pas être d’accord, après avoir goûté aux guerres.
      Les sanctions nuisent peut-être, mais les guerres sont bien pires.

  • En attendant, les manifestations de rejet du régime iranien se multiplient, et ont fait au moins 1.500 morts.

    Et des régimes dictatoriaux ayant construit un « récit d’autoreconnaissance » comme l’URSS, l’Irak de Saddam Hussein ou le Japon des années 20 ont quand même très mal fini ; comme quoi, ça ne dure qu’un temps.

    PS : encore une fois, mettre sur le même plan des régimes comme le régime des mollahs et la présidence Trump, ou celui du Hamas et celui de Netanyahu en Israël, chapeau bas le relativisme. C’est bien français, ça. Et écrire que Trump agit comme il le fait vis à vis de l’Iran en vue de se faire réélire, en créant un « conflit de diversion »… Trump n’a jamais varié dans sa position sur le régime iranien, depuis 4 ans : son objectif est de l’affaiblir au maximum, et si possible de le faire tomber, en recourant au minimum aux armes, et au maximum aux sanctions économiques. Lisez donc des analyses comme celles de Guy Millière, ça vous évitera de dire des âneries.

  • « …et les inciter à pratiquer une politique au bord de l’abîme. »

    Non. Que ce soit la Corée du Nord ou l’Iran, leur politique internationale ou nationale n’a pas vraiment changée de la période d’avant les sanctions. A défaut de sanction, il y aura toujours une raison (historique, politique…) à ressortir pour justifier telle politique « limite ».

    Si l’auteur critique les sanctions de Trump, préfère-t-il la guerre de Bush, H.Clinton ou d’Obama ? Quant aux discussions, je n’ai vu en rien leur effet pacificateur sur l’état iranien, qui a poursuivi son effort de guerre (les lanceurs, dont on peut imaginer qu’ils pourront servir à envoyer une charge nucléaire au cas où), sur la dureté du régime intérieur ou leur volonté de discuter. Ainsi, admettons que Trump a fait une faute sur l’accord, l’état iranien en a profité pour immédiatement revenir à son premier visage (« à mort l’Amérique », les menaces sur l’Europe, la participation intéressées à la guerre syrienne …), en affichant l’attitude la plus bravache possible malgré les tentatives américaines de rencontre.
    Probablement la méthode de négociation « à l’orientale » souvent défendue ici.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 9 août 2022, pour le compte de l’Iran, La Russie a lancé un satellite d’observation dont l’objet déclaré est, selon les Iraniens, de surveiller les frontières du pays, améliorer la productivité agricole, suivre l’évolution de la déforestation, contrôler l’évolution des ressources en eau et observer les éventuelles catastrophes naturelles qui pourraient frapper le pays.

 

Un satellite iranien de fabrication russe

Ce satellite, baptisé Khayyam (d’après le célèbre poète du XIe siècle, Omar Khayyam, qui était aussi mathémati... Poursuivre la lecture

La France a été pendant 7 siècles environ un acteur majeur dans la région, c’est-à-dire des pays allant d’ouest en est de l’Égypte à l’Iran et du nord au sud de la Turquie au Yémen. Donc des pays presque tous musulmans, à l’exception de moins en moins nette du Liban, et surtout d’Israël.

La France puis l’Angleterre y ont longtemps été très présentes, avant de céder la place aux États-Unis, qui eux-mêmes n’ont gardé une influence, d’ailleurs réduite, que dans certains pays.

Commençons par interroger l’histoire.

 

... Poursuivre la lecture

Depuis plusieurs semaines déjà, les démocrates et leurs laquais des médias font leur show de boucane au sujet de « l’insurrection » du 6 janvier 2020. On vise ainsi à « comprendre » ce qui a amené cette « attaque sans précédent » contre la démocratie et à identifier des coupables.

Je ne peux m’empêcher d’avoir un sourire en coin quand je vois l’hyperventilation des démocrates face à l’émeute du 6 janvier. Oui, les responsables doivent être identifiés et emprisonnés. Mais quand vient le temps de mal accepter une défaite, les démocrates ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles