Histoire des idées économiques : pour Menger, qu’est-ce qu’un bien ? (20)

Qu’est-ce qu’un bien économique ? Quel est le lien avec la valeur ? Comment résoudre le paradoxe du diamant peu utile qui a une grande valeur ou de l’eau très utile qui n’a pas de valeur en montagne par exemple ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Histoire des idées économiques : pour Menger, qu’est-ce qu’un bien ? (20)

Publié le 19 janvier 2020
- A +

Par Serge Schweitzer.

Qu’est-ce qu’un bien ? Qu’est-ce qu’un bien économique ? Quel est le lien avec la valeur ? Quel lien entretient l’utilité avec la valeur ? Comment résoudre le paradoxe du diamant peu utile qui a une grande valeur ou de l’eau très utile qui n’a pas de valeur en montagne par exemple ? Qu’est-ce que le calcul à la marge ? En quoi est-il utile en entreprise par exemple ? En quoi peut-il également, appliqué à l’utilité, nous mettre sur la voie de l’ingénierie sociale ?

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Des exposés comme celui-ci, on en voudrait tous les jours…

  • Il en même qui disait (et le gravait dans le marbre) , de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins, traduit par le CGTiste au sommet : en, je n’ai pas de capacités, en revanche mes besoins sont gigantesques . . .

  • Débat bien connu, surtout des Libéraux Républicains partisans de économie de Marché.

  • Réflexion à propos de ceux qui ne possèdant rien, pourraient ne pas se sentir concernés par cet exposé :

    Le seul moyen de maîtriser la pauvreté serait de commencer par éradiquer la pauvreté profonde, constituée de ceux qui ne possédant aucun bien, vivant avec moins de 2 dollars par jour (soit 1 à 2 milliards d’êtres humains, les experts ayant le plus grand mal à se mettre d’accord sur leur nombre).

    C’est en commençant par isoler cette pauvreté profonde du niveau « zéro bien » (ou richesse), en y consacrant les fonds publics nécessaires, vainement affectés à une possession illimitée de biens (enrichissement sans limites), qu’il pourra être mis fin à une situation qui échappe apparemment à la sagacité de nos plus brillants experts), selon laquelle, si la possession de biens ne connaît pas d’autre limites que les ressources dont les tirent ceux qui les convoitent, la pauvreté a la sienne, qui est le niveau zéro de cette même richesse (ou possession de biens).

    Lire à ce sujet : https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2019/07/pour-un-revenu-universel-minimum-et.html

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Fabrizio Ferrari. Un article du Mises Institute

Parmi les nombreux éclairages que Mises apporte avec son grand œuvre L’Action humaine, il y a des remarques d’une grande clarté au sujet du mécanisme de formation des prix, du rôle que les entrepreneurs jouent pour favoriser une allocation efficiente des ressources et en quoi le socialisme est délétère pour l’économie dans la mesure où il perturbe l’équilibre des relations entre prix, entrepreneuriat et allocation des ressources.

Les prix et la valeur subjective

Dans une économ... Poursuivre la lecture

Par Jörg Guido Hülsmann.

En tant qu’authentique disciple de Carl Menger, Ludwig von Mises débuta la présentation de sa théorie monétaire par une analyse de la nature de la monnaie. Il poursuivit par la question du pouvoir d’achat d’une monnaie et de l’effet sur le système monétaire des instruments fiduciaires, c’est-à-dire les moyens de paiement non adossés à un actif réel, ce qu’il appelait Umlaufsmittel.

Mises s’est beaucoup appuyé sur le travail de Carl Menger pour traiter du sujet de la nature de la monnaie. Carl Menger, le ... Poursuivre la lecture

Par Guillaume Moukala Same.

Tout d’abord, la science de l’action humaine ne peut aboutir qu’à des connaissances qualitatives et non quantitatives. Il faut bien voir que le programme de recherche de l’école autrichienne est à la fois ambitieux et humble, en ce qu’il se limite à ce qui est accessible à l’esprit humain et ne se fixe pas d’objectifs jugés inatteignables, comme par exemple la construction de modèles en vue de prédire l’avenir.

Ensuite, comme l’avertit Ludwig von Mises au début de son ouvrage majeur :

La praxéo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles