Internet ou mémoire éternelle : aucun droit au déréférencement

La décision de septembre 2019 pose la question de l’application du droit de l’Union européenne dans le reste du monde, droit qui par vocation n’a normalement à s’appliquer qu’à l’intérieur de celle-ci.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Internet ou mémoire éternelle : aucun droit au déréférencement

Publié le 16 janvier 2020
- A +

Par Pierre Farge et Manon Bourhis.

Une décision européenne s’est prononcée récemment sur la question du droit au déréférencement sur internet, c’est-à-dire de notre possibilité de supprimer les liens pointant vers des pages web contenant des données personnelles nous concernant. Pierre Farge, avocat au barreau de Paris, décrypte pour nous.

Le droit au déréférencement se définit comme la possibilité de demander au moteur de recherche de désindéxer une page internet produite par une requête formulée avec son nom et prénom (autrement dit ne plus voir apparaître un résultat suite à une recherche effectuée avec les éléments constituant son identité, le contenu de la page web initial en reste inchangé) ; à ne pas confondre avec l’effacement, à savoir la suppression de l’information sur le site original.

En pratique, le déréférencement est souvent demandé lorsque l’auteur de la page web ayant publié l’information a d’ores et déjà refusé de changer son contenu.

La création récente du droit au déréférencement

Découlant d’une directive sur la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel du 24 octobre 1995, une décision rendue le 13 mai 2014 par la Cour de Justice de l’Union européenne a créé le droit au déréférencement.

Cette décision aussi appelée l’« Affaire Google Spain » a marqué un tournant dans le cadre du droit numérique en admettant la responsabilité des moteurs de recherche dans le traitement des données.

Cette décision vient d’être rappelée, et précisée récemment par un arrêt européen (CJUE, 14 septembre 2019).

Des précisions allant contre les libertés publiques

L’Union européenne rappelle ainsi qu’il existe encore des zones d’ombre dans la délimitation tant géographique que matérielle du droit au déréférencement.
En effet, si la CNIL affirme que le déréférencement doit avoir lieu sur l’ensemble des extensions du moteur de recherche, Google considère de façon singulière qu’un effet national ou régional suffirait.

Comme si les barrières d’internet étaient nationales ou régionales, la société a en effet soutenu, contre tout bon sens, qu’elle effectuait un géo-blocage consistant à rediriger systématiquement les sites internet vers l’extension nationale ; autrement dit refuser l’accès à la recherche déréférencée uniquement à l’intérieur de l’État en question.

Un tel postulat est d’autant plus absurde que l’on sait qu’il suffit à tout un chacun d’installer un réseau privé virtuel (VPN) pour préserver son anonymat et donc contourner traîtreusement l’indication géographique.

La question de l’application extra-territoriale d’une décision européenne

Au-delà de l’aspect pratique, la décision de septembre 2019 pose la question de l’application du droit de l’Union européenne dans le reste du monde, droit qui par vocation n’a normalement à s’appliquer qu’à l’intérieur de celle-ci.

En effet, la Cour de justice a d’abord estimé que le déréférencement dans un pays européen doit donner lieu à une application, non pas nationale, mais européenne.
Elle considère également que le droit communautaire ne peut pas obliger un moteur de recherche a effectué un déréférencement mondial.

Fort de ces avancées, cette décision européenne incite depuis Google dans huit cas récents sur treize à procéder lui-même au déréférencement à l’origine du litige avant même que le juge ne statue.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Bonjour.
    On est bien loin du libéralisme, avec ce droit à l’oubli.
    Car enfin il y a aussi la liberté d’expression qui est ici bafouée.
    Parce qu’une information véridique déplaît à qqu’un, il faudrait contraindre la réalité.
    Deferencer une information, c’est l’effacer dans les faits.

  • On a même le droit de ne pas avoir accès aux programmes des chaînes de télévision, belges, luxembourgeoises, suisses pour ne parler que de celles-là, peut être que les gouvernements français successifs nous auraient et continueraient de nous cacher quelque chose, oh ! si peu . . . (réponse : c’est pas nous, c’est ces salauds de belges, de luxembourgeois et suisses qui ne veulent pas!)

    • C’est pas de la censure mais de droits de diffusion d’un film par exemple , le prix n’est pas le même pour 10 millions de téléspectateurs ou 500 millions !

  • Un jour ,les « clouders » feront le ménage après l’accumulation de données laissées par les défunts.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

La campagne électorale est enfin terminée, en laissant derrière elle un goût amer.

Il nous a été demandé de choisir entre douze, puis deux nuances de socialisme débridé et irresponsable. Quelle tristesse !

D’un autre côté, cette parenthèse dans la vie politique nous aura permis de savourer une trêve plus que bienvenue dans les bombardements incessants de mesures liberticides et infantilisantes qui frappaient le pays depuis deux ans. C’est toujours ça de pris.

Le bilan est cependant d’une détresse abyssale : absolument auc... Poursuivre la lecture

Le 3 mars 2022, François Sureau était reçu à l'Académie française et y prononçait un discours où il faisait l'éloge, comme c'est la coutume, de son prédécesseur, Max Gallo.

Étant plutôt du côté de chez Proust que du côté de chez Sainte-Beuve, il n'a pas raconté la vie de cet homme qui avait dû d'appartenir à la Compagnie à raison de son oeuvre.

Le nouvel académicien a eu six mois pour explorer cette œuvre. Ce n'était sans doute pas de trop, puisqu'elle compte une centaine d'ouvrages consacrés peu ou prou à l'histoire.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles