Noël, est-ce bon pour pour l’économie ?

Christmas gifts by Maggie Not Margaret(CC BY-NC-ND 2.0)

Il n’existe que deux philosophies économiques, la philosophie keynésienne et la non-keynésienne.

Par Damien Theillier.

Petite explication par Pascal-Emmanuel Gobry :

« Pour un keynésien, Noël est évidemment une bonne chose. Noël, c’est une poussée très forte de la consommation. Les gens dépensent leur argent. Ces dépenses créent de l’activité économique : tous ces jouets, il faut les fabriquer, les acheminer, les marketer, les distribuer… Tout ça crée de l’activité économique, et donc de la croissance et des emplois. Après tout, à un instant T, l’économie n’est que la somme des décisions individuelles de dépenses. Que du bon ! »

Ce genre d’idée, en général, fait s’arracher les cheveux aux non-keynésiens. Ils font remarquer plusieurs choses.

Même si on est optimiste, force est quand même d’admettre que la plupart des cadeaux qu’on reçoit à Noël sont des objets qu’on n’aurait pas achetées, voire qu’on ne souhaite pas. Il suffit de regarder les pics d’activités des eBay, PriceMinister et Leboncoin après Noël pour s’en convaincre.

Pour un non-keynésien, ce genre de pratique détruit de la richesse : comptablement, des emplois et de la croissance ont peut-être été créés, mais pour des objets dont les gens ne veulent pas. Dans un monde à ressources limitées, des ressources ont été  utilisées pour faire de l’inutile au lieu de l’utile.

Frédéric Bastiat expliquait cela avec sa parabole de la vitre cassée, répondant à l’idée qu’une catastrophe naturelle peut être bonne pour l’économie car elle crée des emplois pour tout réparer. Si vous avez une vitre cassée chez vous et que vous la remplacez, certes, cela fera de l’activité pour le vitrier qui la remplacera, mais l’argent que vous dépenserez pour ce faire sera de l’argent que vous ne pourrez pas dépenser ailleurs – de l’argent qui aurait créé tout autant d’activité, mais pour vous procurer un bien ou un service plus satisfaisant que celui de réparer une fenêtre.

Au niveau du foyer, on voit bien qu’une fenêtre cassée nous appauvrit, elle ne nous enrichit pas ; au niveau de la société, c’est pareil. Au final, en termes de chiffres, la fenêtre cassée crée de l’activité, mais la société est néanmoins appauvrie car les ressources utilisées pour réparer la fenêtre auraient pu être employées à quelque chose de plus productif.

Noël ressemble beaucoup à cette image de la vitre cassée : chaque cadeau offert et non désiré par son récipiendaire est une fenêtre cassée ; les ressources déployées pour l’acheter (le fabriquer, le vendre, etc.) auraient mieux été déployées ailleurs, et nous nous sommes donc appauvris.

De plus, ajoutera le non-keynésien, rien n’indique que Noël crée de la dépense qui n’aurait pas existé : tout au long de l’année, les ménages épargnent pour leurs dépenses de Noël. Celles-ci ne sont donc pas des nouvelles dépenses, mais simplement des dépenses futures ou passées qui ont été reportées à la saison de Noël. Chaque emploi créé pour Noël n’est en réalité qu’un emploi qui n’a pas été créé pendant le reste de l’année. Encore une fois, on voit que « comptablement » il y a un enrichissement, mais dans la réalité non.

Il n’y a que deux philosophies économiques

Ces deux visions, diamétralement opposées, sont au cœur de la philosophie économique, car elles posent la question de savoir ce qu’est l’activité économique, ce qui la fait fonctionner, et quelle est son utilité.

contrepoints 027 économie NoëlOn observe ici deux visions : une vision que je nommerais stakhanoviste (celle de la plupart des keynésiens) et une vision que je nommerais créatrice (celle de la plupart des non-keynésiens).

Pour le stakhanoviste le but de l’activité économique c’est l’activité elle-même. Au fond, peu importe ce que les gens produisent, tant qu’ils produisent assez pour qu’il y ait des emplois. L’objectif de la consommation est de faire tourner la machine. Si elle ne tourne pas assez, il faut remettre de l’essence, faire dépenser les ménages, et tant pis si on a des effets fenêtres cassées au passage, tant que tout le monde travaille. Noël est une bonne chose.

Pour le créateur, le but de l’activité économique est de créer des choses utiles. Les individus collaborent entre eux pour créer des biens et des services qui améliorent leur vie. Le marché n’est en réalité qu’un gigantesque système de transmission d’informations et de coopération qui permet à la société, collectivement, de satisfaire ses besoins, dans un dialogue entre producteurs et consommateurs.

La pire chose à faire est de gripper ce mécanisme, de créer des fenêtres cassées, car pour chacune d’elles on détruit des ressources réelles et limitées qui auraient pu être utilisées pour satisfaire des vrais besoins. Noël est mauvais.

Pendant la Grande dépression, Keynes avait recommandé (sous forme de boutade) que les États recrutent tous les chômeurs pour leur faire creuser des trous et puis les boucher. On arriverait ainsi au plein emploi.

Pour un non-keynésien, autant s’immoler par le feu : il lui semble évident que si tous ces individus sont employés à boucher des trous ils ne peuvent occuper des emplois plus productifs et créateurs, et la société est donc appauvrie.

Sur le court terme, les keynésiens ont raison. Effectivement, d’une année sur l’autre, l’économie n’est que la somme des dépenses de tout le monde, et si on crée davantage de dépenses, on crée davantage d’activité et de prospérité. C’est mathématique.

Mais sur le long terme, les keynésiens ont tort : ce qui fait qu’aujourd’hui nous nous déplaçons en voiture et pas à cheval ce n’est pas que les gens se sont mis à consommer davantage au début du XXe siècle ; c’est que la voiture a été inventée.

C’est ce mécanisme créatif qui fait la valeur de l’économie de marché. Ce qui fait sa valeur, ce n’est pas qu’elle peut (peut-être…) vous permettre d’avoir deux chevaux au lieu d’un ; c’est qu’elle va remplacer votre cheval par une voiture.

 

Article initialement publié en décembre 2014.


Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.