Marche contre l’islamophobie : Mélenchon déteste les religions… sauf si elles sont de gauche !

On peut s’étonner de la « laïcité à géométrie variable » de Mélenchon, mais son engagement fondamental n’a pas changé : il est marxiste, il fait partie du clan des « progressistes », et c’est à l’aune de cet engagement de toujours qu’il considère tour à tour les diverses idéologies qui peuvent le servir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jean-Luc Mélenchon by Pierre-Selim (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Marche contre l’islamophobie : Mélenchon déteste les religions… sauf si elles sont de gauche !

Publié le 14 novembre 2019
- A +

Par Nathalie MP.

Marcher contre l’islamophobie le 10 novembre 2019 au motif que les musulmans sont de plus en plus souvent l’objet de « discriminations, de projets ou de lois liberticides, d’agressions physiques de femmes portant le foulard, d’attaques contre des mosquées ou des imams, allant même jusqu’à la tentative de meurtre » alors même que la France est à trois jours de commémorer les attentats islamistes du 13 novembre 2015 qui ont fait 130 victimes décédées et 350 blessés et qu’elle cumule depuis 2012 le douloureux score de 263 tués et plusieurs centaines de blessés dans des violences de même obédience, il fallait le faire.

Monter en épingle la récente attaque de la mosquée de Bayonne qui a fait deux blessés, qui a été unanimement condamnée par toute la classe politique française et dont l’auteur, un homme isolé de 84 ans décrit comme « instable » par son entourage, a été dûment appréhendé par la police, alors même que les profanations de cimetières et d’églises catholiques ainsi que les attaques violentes contre des juifs ou des synagogues sont devenues le lot tristement courant de nos faits divers (encore le 9 novembre dernier), il fallait le faire.

Se retrouver tout sourire dans une manifestation où l’un des meneurs, Marwan Muhammad, l’ex-dirigeant du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) dont les liens idéologiques intégristes avec les Frères musulmans ne font aucun doute même s’ils sont soigneusement absents de la présentation juridique de l’association, a fait reprendre en choeur le fameux cri « Allahu Akbar » qui a précédé et, en quelque sorte, signé tous les attentats islamistes perpétrés en France et dans le monde, il fallait le faire.

Il fallait le faire et Jean-Luc Mélenchon l’a fait

Mais qu’est donc devenu le franc-maçon initié dès 1983 au Grand Orient de France ?

Qu’est devenu le bouffeur de curés qui ne jurait à une époque que par la défense de la laïcité et la promotion d’un idéal républicain dépouillé de toute religion ?

Qu’est devenu le farouche dézingueur du régime tibétain qui n’hésitait pas à accuser le Dalaï-Lama de vouloir déstabiliser la Chine et à qualifier le Tibet d’ « État théocratique dans lequel l’équivalent de la charia bouddhiste serait appliqué » (vidéo) ?

Apparemment, l’idée de la charia, c’est-à-dire de la régulation sociale intégrale par une religion, en l’occurrence l’islam – idée clairement défendue par les organisateurs initiaux de la marche du 10 novembre – n’est plus tout à fait aussi répugnante aux yeux de Jean-Luc Mélenchon.

Il faut dire que passé le boom électoral enregistré lors de l’élection présidentielle de 2017, tout ne va plus pour le mieux pour le lider maximo de la France insoumise (FI).

Pour commencer, l’expérience de l’info selon Mélenchon portée depuis janvier 2018 par la web TV soi-disant indépendante Le Média a amplement démontré que « l’information en liberté » qu’elle prétendait délivrer était en fait très surveillée, sans compter tous les règlements de comptes internes qui ont vu se succéder trois directeurs de la publication en un an.

Ensuite, en octobre 2018, ses vitupérations et ses appels à une riposte virulente au cours d’une perquisition dans les locaux de la France insoumise, révélant un individu colérique et boursouflé d’une importance qu’il n’a pas, n’ont pas arrangé les choses.

Et cet automne, suite des règlements de comptes avec la publication d’un livre à charge signé du politologue et ex-membre de la FI Thomas Guénolé. Dans La chute de la maison Mélenchon, il décrit un parti qui fonctionne sur le mode « dictatorial » et qui s’assure de la soumission de ses membres selon les méthodes d’une « machine à broyer ».

Le résultat ne s’est pas fait attendre

De 19,6 % des suffrages exprimés pour une participation de 77,8 % lors du premier tour de l’élection présidentielle de 2017, la FI est tombée à 6,3 % pour une participation de 50,1 % lors des Européennes de 2019.

Quant à M. Mélenchon personnellement, sa cote de popularité est au plus bas. Dans le baromètre Elabe pour Les Échos du mois d’octobre 2019, seuls 16 % des personnes interrogées disent avoir une bonne opinion de lui contre 70 % qui expriment au contraire une mauvaise opinion.

Cette dégringolade ne pouvait plus durer, il fallait absolument faire quelque chose !

Coup de chance, le paysage politique français ne manque pas de politiciens de tous bords avides d’avoir eux aussi leur quart d’heure de célébrité dans un jeu de ping-pong de petites phrases et d’huile jetée sur le feu où les extrêmes prennent un dangereux plaisir à se renvoyer la balle.

À ce titre, la diatribe récente de Julien Odoul, élu du Rassemblement national, contre une mère voilée venue accompagner des élèves en visite au Conseil régional de Bourgogne a servi de prétexte idéal à tous les islamo-gauchistes pour se lancer dans une grande opération « halte à la haine et au racisme, halte à la droite et l’extrême droite » comme ils les aiment.

Diatribe pas très futée, il faut bien le dire, à tel point que même au sein du RN, nombreux sont ceux qui se sont sentis un peu gênés aux entournures. Le fait est que cette dame ne demandait rien à personne et qu’elle est maintenant dûment convaincue que les Français lui en veulent et que la France l’opprime. Bingo !

C’était peut-être l’effet recherché par M. Odoul : créer les conditions qui allaient lui permettre de montrer à quel point les musulmans ne s’intègrent pas – et c’est à coup sûr un effet que la gauche adore récupérer pour dénoncer encore et encore les relents de colonialisme et de racisme qui polluent l’esprit ordinaire de la France.

Petit problème pour Mélenchon, quand même : et que devient la laïcité dans tout cela ?

Que devient la laïcité dans tout cela ?

Après tout, juste après les attentats de Paris de 2015, ne se fendait-il pas d’un tweet des plus clairs à propos de l’opinion qu’on peut avoir relativement à l’islam ?

 

tweet mélenchon islamophobie
Eh bien, je ne vous étonnerais certainement pas en vous disant que le député de Marseille a pris récemment sa plus belle plume de blog pour persister et signer dans sa volonté de participer à la marche du 10 novembre :

Nous avons appris à connaître avec la ‘théologie de la Libération’ en Amérique latine comment la religion pouvait aussi ne pas être qu’une drogue qui annule la volonté d’agir pour changer le monde mais parfois l’exact contraire.

Autrement dit, la religion n’est pas toujours l’opium du peuple.

Quand elle adopte les canons de la gauche, comme ce fut le cas de la théologie de la libération dans les années 1970 et 1980 et comme c’est le cas de l’islamo-gauchisme qui fait actuellement son chemin au Parti communiste, à la CGT et à la France insoumise, il faut y voir « le soupir de la créature opprimée, l’âme d’un monde sans cœur », nous explique Mélenchon en citant Marx.

Une laïcité à géométrie variable

Si l’on peut à juste titre s’étonner de sa « laïcité à géométrie variable », il faut bien voir que l’engagement fondamental de Mélenchon n’a pas changé : il est marxiste, il fait partie du clan des « progressistes », et c’est à l’aune de cet engagement de toujours qu’il considère tour à tour les diverses idéologies qui peuvent le servir.

Si vous êtes de droite ou si vous vous opposez à un grand pays communiste comme la Chine, votre religion est un opium à combattre. À l’inverse, si vous êtes de gauche, votre religion est une admirable libération des opprimés.

Ainsi, tout comme la gauche en général est toujours prête à donner l’absolution aux plus sanguinaires dictateurs, pourvu qu’ils soient estampillés « de gauche », Jean-Luc Mélenchon est toujours prêt à jouer les idiots utiles de n’importe quelle religion, charia incluse, pourvu qu’elle soit gaucho-compatible.

Il pense que cela lui sera utile en vue des prochaines élections et surtout, c’est exactement conforme à son idéologie.

Nous avons vraiment des hommes politiques formidables ! Ça promet…

Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • L’opium du peuple ne devient acceptable qu’en fonction des rêves qu’il génère : vive le califat démocratique et populaire !

  • en fait il a raison sur la notion d’islamophobie…
    l’ambiguïté des termes qu servent à dénoncer des crimes » de mal pensante envers des minorités supposées mal traitées transforme souvent parfois des membres des ces minorités en petit tyranneaux..

    on peut voir de l’islamophobie, de la trans-phobie..partout… ça devrait être insignifiant, mais par la faute de députés voulant apparaître compassionnels, c’est un problème.

    ce n’est m^me pas la faute des radicaux de tout bord d’avoir du succès, c’est celle du législateur..et ses foutus crimes de mal pensance.

    • Nos législateurs auraient été clairs sur le fait qu’une sortie scolaire est un temps scolaire, ç’aurait été plus simple. Et pourquoi est-ce un temps scolaire ? Parce que dans l’autorisation de sortie signée par les parents ben c’est écrit ! L’enfant est sous l’autorité scolaire, sous assurance scolaire, doit respecter les mêmes consignes que dans l’établissement scolaire etc.

  • Mélanchon cherche de nouveaux électeurs vu que le prolétariat blanc vote RN.
    En fait qui vote à gauche? les fonctionnaires et le néo prolétariat immigré………bref ceux qui profitent le plus du fameux modèle social français. Pas étonnant non plus de touver la CGT encadrant la marche contre l’ islamophobie.

  • Il était une fois Mélenchon et un manifestant marchaient dans la rue.

    Manifestant : «Les maris ont le droit de tabasser leurs épouses et les homosexuels méritent de crever !»
    Mélenchon : «Espèce de sale idiot primitif ! J’parie que tu votes pour l’extrême droite !»
    Manifestant : «Non, pas du tout, je suis musulman et ce sont là mes croyances religieuses.»
    Mélenchon : «Oh ! Désolé ! J’espère que tu ne penses pas que je suis islamophobe !»


    (PS: D’un point de vue libéral les gens ont le droit de croire en ce qu’ils veulent / d’avoir les croyances qu’ils veulent, cependant ils n’ont pas le droit de rendre illégale la critique de ces croyances.)

  • melanchon est une burne! c’est officiel

  • Un totalitarisme qui essaye d’en récupérer un autre. Il n’est pas étonnant de voir une collusion entre les deux.

  • Comme l’a dit Thomas Guénolé dans l’émission Zemmour Naulleau, la participation à cette marche par LFI et Mélenchon est un véritable accident industriel.

  • Etrange comportement de Mélenchon pour un soit disant « Franc-Maçon ».

  • Méchancon est un vers luisant, il a besoin des ténèbres (de l’obscurantisme) pour briller…

  • La Méluche a l’ossature d’une limace. La girouette tourne sur son axe, et lui c’est sur tous ses axes.

    C’est Mouluchon le ramasse-miettes :mrgreen:

  • Au-delà de l’insignifiant Mélenchon, ce cynique opportuniste politique, il faut comprendre la stratégie des communautaristes musulmans, ces représentants de l’islam conquérant, ces sous-marins des Frères Musulmans.

    À ce sujet, le point de vue très intéressant de Fatiha Boudjahlat, fille d’immigrés algériens et professeur d’histoire :
    « On dit souvent que l’islamophobie, c’est pour introduire le délit de blasphème. C’est pire : l’islamophobie, c’est fait pour créer et coaliser la communauté musulmane.
    […] Dans un pays démocratique et en paix, les leaders communautaristes ont plus à craindre de l’indifférence de leurs membres que de l’intolérance des autres. Donc il faut créer cette intolérance, cette panique, cette angoisse, pour que les musulmans ne disent plus ‘je’, mais ‘moi musulman, on m’attaque’. Voilà pourquoi il y a la manifestation du 10 novembre. »

  • Entièrement d’accord avec tout l’article, sauf « cette dame ne demandait rien à personne ». Cette dame ne parlait pas, mais en affichant son voile en sortie scolaire, qui plus est dans un Conseil Régional (= espace public dont religion exclue) elle s’exprimait. Et l’élu RN lui a répondu, à la place des législateurs qui n’ont pas osé (seraient-ils des insoumis ?) trancher la question, pourtant évidente : oui une sortie scolaire est du temps scolaire donc sans voile (dont on sait en plus qu’il n’est pas religieux mais politique car nombre de musulmanes ne le portent pas y compris dans des pays musulmans !)

  • Concernant l’islamophobie, j’étais tombé sur un tweet marrant qui résume assez bien la situation actuellement en France :
    « Chez eux ils lapident, coupent des mains, ferment les églises ou pendent les homosexuels.
    Chez nous attention, ils sont hyper fragiles, une simple remarque verbale et c’est le scandale de l’année. » (Damien Rieu)

  • et ce monsieur vit très grassement avec nos impôts !

    • @breizh
      Bonjour,
      Comment peut-il vivre grassement avec la redistribution obligatoire socialiste, la haine des riches et des bourgeois communiste ?
      Mélenchon ne s’est pas vraiment remis de sa « peste libérale » exprimée pendant la fameuse perquisition où il était la République lui.

  • Dans tous les cas c’est une erreur politique. Ce choix d’apparaître dans cette manif lui retirera plus de soutient qu’il ne ne lui en apportera. Cela clive un peu plus et réduit son camp.

  • SALOPE, adj. et subst. fém.
    P. ext. [Sans implication sexuelle] Personne qui se conduit mal

  • Les communistes iraniens étaient alliés des religieux chiites pour évincer le shah d’Iran, ce qui leur valu d’être furieusement réprimé ensuite dés le pouvoir conquis par leur complice …
    Avec des amis comme ça ils n’ont pas besoin d’ennemis !
    Chacun se croit plus habile mais à ce jeu , les islamistes me semblent actuellement avoir les meilleurs rapports de forces.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Paul Cwik.

Ordres exécutifs ! Masques obligatoires ! Confinement ! Allons-nous perdre notre pays ? Dans quelques années, le reconnaîtrons-nous ? Beaucoup de gens sont inquiets que la gauche soit en mouvement et qu'elle prenne le pouvoir.

Que pouvons-nous faire ?

C'est cette dernière question que l'on me pose le plus souvent et, honnêtement, je me la pose aussi assez souvent. Que pouvons-nous faire ? Parfois, en replaçant un problème plus important dans le contexte d'une situation plus petite, je peux trouver un peu de... Poursuivre la lecture

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

europe
0
Sauvegarder cet article

Alors que l’Europe révèle le meilleur d’elle-même face à la guerre en Ukraine agressée par Poutine, alors qu’elle a fait de son mieux pour que les Européens se protègent du covid, alors qu’elle a organisé la relance de l’économie de notre continent, on ne parle en France de l’Europe que pour en dire du mal. À l’exception notable  du président Emmanuel Macron qui aime l’idée européenne, le reste de l’éventail politique qui s’est réduit aux deux extrêmes, à gauche comme à droite, exprime une même europhobie désolante fondée sur un nationalisme ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles