L’anti-étatisme de Molinari raconté par un contemporain

Voici un éclairage rare sur l’anti-étatisme de Molinari.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Palais de l'Elysée by Nicolas Nova (CC BY-NC 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’anti-étatisme de Molinari raconté par un contemporain

Publié le 18 août 2019
- A +

Par Benoît Malbranque.
Un article de l’Institut Coppet

Ce témoignage exceptionnel d’un habitué des réunions hebdomadaires de Gustave de Molinari, rédacteur en chef du Journal des économistes, fournissent un éclairage rare sur la portée de son anti-étatisme, qu’aujourd’hui on nommerait anarcho-capitalisme. Voici ce qu’écrit Charles Benoist.

 

«… Outre le bureau de la Revue Bleue, je fréquentais assidûment celui du Journal des Économistes, qui était une annexe de la librairie Guillaumin, rue de Richelieu. Tous les samedis, à la fin de l’après-midi, le rédacteur en chef, Gustave de Molinari, recevait. Je ne me rappelle personne dont la conversation m’ait plus ni autant frappé que la sienne.

Il avait, sur toutes choses, des idées et des formules à lui. On ne savait jamais ce qu’il allait dire, ni comment il allait le dire, sinon qu’il le dirait comme nul autre ne l’eût dit. Il poussait l’originalité jusqu’au paradoxe et portait le paradoxe jusque dans la doctrine.

L’économiste qui avait qualifié l’État de « mal nécessaire » était encore un hérétique pour lui. Pour lui, l’État, assurément, était un mal, mais non un mal nécessaire. Dans presque tous les cas, sinon absolument dans tous (et je ne vois pas lequel échappait), il était prêt à s’en passer.

Pourquoi ne se formerait-il pas des sociétés privées qui distribueraient l’ordre, la sécurité, en un mot le gouvernement, comme l’eau, le gaz ou l’électricité ? Chacun s’abonnerait à celle qui lui conviendrait.

La religion elle-même serait mise en actions et fournie au meilleur compte par la libre concurrence.

André Liesse, Joseph Chailley et moi, nous écoutions, émerveillés ; mais, en sortant, malgré l’ardeur de notre foi de néophytes, nous convenions entre nous que peut-être le prophète exagérait. N’importe : il était si amusant, en une matière où il est difficile, et si rare, de l’être ! Que n’eût-il pas rendu attrayant et piquant, et qu’est-ce qui, de lui, eût pu paraître ennuyeux ? »

 

  • Charles Benoist, « Mes débuts littéraires », Revue bleue, politique et littéraire, 1932, p. 329

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Notre société a tendance à classer comme farfelus incorrigibles ceux qui ont des idées originales et peu conventionnelles sur tout, et à les ostraciser. Ce sont pourtant ceux-là qui ont le plus apporté à la science, au progrès, et à l’humanité, et je serais fier si je pouvais en faire partie.

    • Hélas l’originalité n’est pas donné à tout le monde contrairement au jugement hâtif (qui n’épargne pas non plus ces esprits originaux).

  • Institut Coppet:
    Un rayon de soleil dans la vie d’un minarchiste.
    Bien à vous

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Connor O'Keeffe.

Après la crise financière de 2008, des appels ont retenti dans les publications de l'establishment et les bureaux exécutifs de Wall Street pour dire que nous assistions à la mort de la mondialisation. Ces appels se sont amplifiés et multipliés après le Brexit, l'élection de Donald Trump, la pandémie et l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Pourtant, les données semblent contester ce récit. Le commerce mondial a atteint un niveau record de 28 500 milliards de dollars l'année dernière et les projections prévoient un... Poursuivre la lecture

vaccins
8
Sauvegarder cet article

C’est reparti pour un tour. Compte tenu de la situation sanitaire en Chine, le gouvernement est « prêt à étudier toutes les mesures utiles qui pourraient être mises en œuvre en conséquence ». Début décembre déjà, il avait lancé un « appel solennel à la vaccination » et fait planer la menace de nouvelles mesures coercitives. Car la « neuvième vague » est là et « la science » est son guide. L’hôpital serait menacé en conséquence ? Pas question pour autant de réintégrer les personnels de santé suspendus, nous disait-il aussi, encore au nom de la... Poursuivre la lecture

Candidat déclaré depuis peu, Emmanuel Macron a commencé à divulguer son programme en vue d’un second mandat présidentiel. Au menu, une réforme des retraites qui passerait par le recul de l’âge légal de 62 à 65 ans. Interrogé à ce sujet dans Marianne, l’économiste atterré Henri Sterdyniak a expliqué que ce projet revenait ni plus ni moins à « faire payer le quoi qu’il en coûte aux travailleurs ».

Disons qu’il n’a pas complètement tort.

Oh, bien sûr, la formulation « faire payer aux travailleurs », lourde d’indignation, renvoie im... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles