La constitution de la liberté, de Friedrich Hayek

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: LSE Library - Flickr Commons

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La constitution de la liberté, de Friedrich Hayek

Publié le 12 juillet 2019
- A +

Par Francis Richard.

La constitution de la liberté, paru en 1960, comprend trois parties :

  1. La valeur de la liberté
  2. La liberté et le droit
  3. La liberté dans l’État-providence

Et une annexe : « Pourquoi je ne suis pas un conservateur »

Ce premier article consacré à cet ouvrage majeur de Friedrich Hayek est relatif à la première partie.

La valeur de la liberté

Définition de la liberté

Friedrich Hayek adopte la définition traditionnelle de la liberté : indépendance par rapport à la volonté arbitraire d’un autre.

Il ne la définit donc pas comme le fait d’avoir le choix. Il précise cette définition en disant ce qu’elle n’est pas :

  • la liberté n’est pas de faire ce que l’on veut
  • la liberté n’est pas assimilable au pouvoir ni à la richesse

La coercition ne peut être complètement évitée, mais elle n’est admissible que si elle est conforme à des règles connues, ce qui n’est pas la même chose que si elle est un moyen d’obliger les individus à servir les fins d’autrui.

L’ignorance et l’imprévisible

La civilisation ?

« La civilisation commence lorsque l’individu, dans la poursuite de ses objectifs, peut faire usage de plus de savoir qu’il n’en a acquis par lui-même, peut franchir largement les frontières de son ignorance, en profitant de connaissances qu’il ne possède pas. »

Cette ignorance diminue-t-elle ?

« Plus nous devenons civilisés, plus s’accroît la relative ignorance de l’individu sur les faits dont dépend la bonne marche de la civilisation. La division de la connaissance en elle-même accentue la nécessaire ignorance de chaque individu sur l’essentiel de la connaissance. »

L’Homme est conscient de l’accumulation et de la diffusion de la connaissance dans le domaine de la science, mais il n’est pas conscient de la connaissance acquise en se servant d’outils, ou règles, façonnés par les générations précédentes.

Ces outils, ce sont des traditions et des institutions. Ils ne sont pas pour autant figés. Ils évoluent quand la conjoncture change, ce qui rend nécessaire une modification dans l’emploi des ressources, dans la direction et la nature des activités des individus, leurs habitudes et pratiques :

« De la multitude inchiffrable d’humbles retouches effectuées par des inconnus dans le cours de leurs activités familières ressortent les exemples qui vont prévaloir. Ces menues rectifications sont aussi importantes que les innovations intellectuelles majeures, explicitement reconnues comme telles et diffusées. »

Ce qui va conduire à la meilleure méthode est imprévisible. Pour que, justement, le processus fonctionne bien, la liberté individuelle est essentielle afin de laisser la place à l’imprévisible, à ce que nul ne peut prédire :

« La justification de la liberté individuelle se fonde principalement sur le constat de notre inévitable ignorance concernant un grand nombre des facteurs dont dépend la possibilité de réaliser la plupart de nos objectifs, ainsi que notre bien-être. »

De ce fait ni une personne ni un groupe ne peut délibérément bâtir la civilisation, elle résulte d’efforts mutuellement ajustés de gens nombreux :

« C’est parce que la liberté signifie absence du contrôle des efforts individuels qu’une société libre peut compter sur un savoir plus vaste que celui que pourrait comprendre le législateur le plus sage. »

C’est pourquoi la raison a des limites : ceux qui exaltent la raison humaine ne voient pas que pour qu’un progrès prenne place, le processus social d’où émerge la croissance de la raison doit rester indépendant de celle-ci.

Le progrès

Le progrès est en effet un « processus de formation et de modification de l’intellect humain, suite d’adaptations et d’apprentissages au cours desquels un changement permanent s’opère non seulement dans notre connaissance de nouvelles possibilités, mais aussi dans nos valeurs et nos désirs. »

Le progrès ne peut donc être planifié.

Il n’est de plus pas possible sans inégalité :

« Un progrès soutenu ne peut avancer de manière uniforme, et ne peut se faire que par percées, certains éléments allant loin en avant du reste. »

Ce qui peut se résumer par cette formule de Gabriel Tarde : « Les articles de luxe d’aujourd’hui sont le nécessaire de demain. »

Il existe deux façons différentes de réduire les inégalités :

  • à court terme en prenant aux riches pour améliorer le sort des pauvres, mais cela se traduit par un ralentissement du niveau de vie de l’ensemble de la population ;
  • à long terme en permettant l’ascension de quelques-uns, ce qui aggrave au début les inégalités, mais plus tard les réduit grâce à la poursuite du progrès.

Raison et tradition

Il y a deux théories de la liberté. L’une se base sur la raison, l’autre sur la tradition.

— Traits de la théorie de la liberté basée sur la raison (et le perfectionnisme de la rationalité) :

  • elle est spéculative et rationaliste ;
  • elle est d’origine française : les Encyclopédistes, Rousseau, les Physiocrates, Condorcet ;
  • elle fait résulter la survie des institutions d’un dessein préconçu, c’est-à-dire d’une invention par la raison humaine : les institutions utiles sont des constructions délibérées de l’esprit, (exemple : Sparte) ;
  • elle présuppose que l’Homme est originellement doté des caractères tant intellectuels que moraux qui lui [ont permis] de façonner délibérément la civilisation : action rationnelle, intelligence et bonté.

— Traits de la théorie de la liberté basée sur la tradition (et la faillibilité de l’Homme) :

  • elle est empirique, non systématique ;
  • elle est d’origine britannique, enracinée dans la jurisprudence de la Common Law : David Hume, Adam Smith, Adam Ferguson, Josiah Tucker, Edmund Burke et William Paley ;
  • elle fait résulter la survie des institutions de leur réussite, de la croissance cumulative de la morale, du langage et du droit (exemples : Rome, Athènes) ;
  • elle observe que la civilisation est le résultat cumulé d’essais et d’erreurs.

Les tenants de cette théorie n’excluent pas pour autant la raison, insuffisante à dominer dans tous ses détails une réalité complexe : il faut seulement l’utiliser intelligemment et préserver à cet effet son indispensable moule de spontané et d’irrationnel.

Responsabilité et liberté

Responsabilité et liberté sont indissociables dans une société libre :

  • l’individu doit supporter les conséquences de ses actes, et en recevoir louange ou blâme ;
  • cette responsabilité ne se cantonne nullement dans les obligations sanctionnées par la loi ;
  • cette responsabilité ne s’applique qu’à ceux qui peuvent être tenus pour responsables, et non aux enfants, aux débiles mentaux ou aux déments ;
  • cette responsabilité ne veut pas dire altruisme indistinct ;
  • cette responsabilité est individuelle, jamais collective.

Une des conséquences est que dans une société libre nous sommes rémunérés non pas pour une aptitude, mais pour son emploi à bon escient.

Égalité, valeur et mérite

Seule est compatible avec la liberté l’égalité devant les règles générales du droit et du comportement l’égalité devant la loi, que requiert la liberté, conduit à l’inégalité matérielle.

Dans une société libre, pour que [dans une famille] soit assurée la transmission morale et intellectuelle, une certaine continuité du niveau et du mode de vie est à coup sûr essentielle ; or, elle n’est possible que si on peut transmettre non seulement les biens immatériels, mais aussi les biens matériels.

L’inégalité matérielle se retrouve aussi dans les rémunérations. Dans une société libre, elles sont non pas proportionnées au mérite, mais aux satisfactions apportées aux autres, car ce qui est attendu des gens, c’est qu’ils engendrent un maximum d’utilité avec un minimum de peines et de sacrifices, c’est-à-dire avec un minimum de mérite.

Il ne faut pas confondre valeur et mérite :

  • La valeur pour autrui des capacités ou services de la personne, et de ce qu’elle reçoit en retour, ont peu de rapport avec ce qu’on peut appeler un mérite moral ou un service rendu ;
  • Le mérite n’est pas une affaire de produit objectif, mais d’effort subjectif.

La règle majoritaire

Les doctrines du libéralisme et de la démocratie pour ce qui concerne la loi ne sont pas les mêmes :

« Le libéralisme est une doctrine concernant ce que la loi devrait être, la démocratie concernant la façon de déterminer la loi. »

Autrement dit le libéralisme accepte la règle majoritaire en tant que méthode de décision, mais non comme ayant autorité pour dire ce que devrait être la décision.

Or il ne faut pas confondre cet idéal libéral avec l’idéal démocratique :

« Pour le démocrate doctrinaire, le fait que la majorité veuille quelque chose est une raison suffisante pour considérer cette chose comme bonne ; pour lui, la volonté de la majorité fait non seulement la loi, mais ce qui est la bonne loi. »

Pour le démocrate doctrinaire tout peut être soumis à la règle majoritaire, la démocratie étant considérée comme une fin, alors que pour le libéral il y a des limites aux questions à résoudre ainsi, la démocratie étant considérée comme un moyen.

À ce stade, Hayek, qui reprend le sujet en deuxième partie de son livre, remarque :

« Bien que la démocratie soit probablement la meilleure sorte de gouvernement limité, elle devient une absurde caricature si elle se change en gouvernement illimité. »

Hayek constate enfin que le nombre de salariés dans la population active s’accroît tandis que le nombre de personnes indépendantes diminue.

Or ce sont les salariés, du fait de la règle majoritaire, qui établissent désormais la législation, aux dépens des indépendants qui les emploient, ou pas, qui ont des moyens et dont ils ne sont pas à même de comprendre le rôle dans la création de richesses matérielles et immatérielles :

« C’est l’une des grandes tragédies de notre temps, que les masses en sont venues, d’une part, à croire qu’elles ont acquis leur niveau élevé de confort matériel en tirant vers le bas la classe riche ; d’autre part, à craindre que la survivance d’une telle classe, ou l’émergence d’une autre semblable, ne les dépouille de progrès futurs qu’elle considèrent comme leur revenant légitimement.»

N.B.  À propos des deux théories de la liberté, Friedrich Hayek précise bien qu’à celle française basée sur la raison il faut rattacher Hobbes et, à celle britannique basée sur la tradition, Montesquieu, Benjamin Constant et Alexis de Tocqueville…

La constitution de la liberté, Friedrich Hayek, 548 pages, Institut Coppet

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Un article très utile, par le retour aux définitions, et en pleine actualité face aux tentatives d’attaques nazislamistes de la loi AVIA.

  • « The Constitution of Liberty » est, avec « Human Action » de von Mises, les deux pilliers de toute bibliothèque d’un honnête homme, espèce en voie de disparition.

    • Très juste. Mais on peut être un honnête homme sans avoir lu Mises ou Hayek, par la simple intuition que c’est juste de l’être.
      Mais une fois lu, on a les outils intellectuels et des fondations solides pour comprendre pourquoi on a fait le meilleur des choix possibles, ce choix si exaltant, celui de la liberté bien comprise.
      En ce qui me concerne, ce n’était pas gagné d’avance vu mon environnement familial plus proche de Maurras et Drieu La Rochelle( excellent écrivain, au passage ) que de Aron ou Revel.
      Purée, j ai grandi avec en fond sonore Radio Courtoisie, S de B et Riton le Mesquin. ( il y avait des émissions très libérales il me semble sur cette radio, mais on ne les écoutait pas )
      Merci Bastiat. Merci Hayek. Merci Revel. Sans eux, les fachos de ma famille auraient tôt ou tard eu ma peau.
      Maintenant c est moi qui les fait douter. Mon paternel ne savait plus où il habitait après avoir lu Bastiat et Hayek, suite à ma conversion. Il voulait comprendre ce qu’il prenait pour une révolte tardive d adolescent attardé. Il a compris que ce n était pas une révolte. Je me souviens de nos dernières conversations avec tristesse. Il avait tellement de regret le pauvre homme et je crois qu’il était fier de moi, que je lui donne l’occasion de comprendre l’erreur de sa vie. Il les relisait sans cesse, comme si il avait besoin de se convaincre à chaque fois qu’il s’était trompé toute sa vie. Sans Hayek ( et Bastiat ) je n’y serai jamais arrivé. Comment ne pas leur en être reconnaissant d’avoir fait ça à mon père quelques semaines avant sa mort.

      Mises, je suis heureux d’avoir son Action humaine dans ma bibliothèque, mais c est trop difficile pour moi, je n’ai vraiment pas le niveau ( pour le moment) , je n’ai pas honte de le reconnaître.

      Désolé pour cet instant d’épanchement, mon père, ma vie, mes lacunes sur Mises, je sais bien qu’on s’en fiche.

  • Si je lis bien, la globalisation, la concentration infinie du capital sont nécessairement antilibérales. La réalité montre qu’au contraire, les mafieux super riches se réclament du libéralisme. En réalité l’idée libérale connait le même destin que l’utopie communiste: toutes deux sombrent dans la perversion réelle de leurs fondements idéaux.

    • C’est nimp, une belle pétition de principe.
      Les super riches ne volent personne, et gagner de l’argent est une vertu si c’est fait de façon honnête. La plus belle de vertus, celle qui permet de ne pas vivre au dépend des autres.
      Pouvez me dire quand un super riche vous a pris un bien ou un service sans votre consentement et sans vous fournir quelque chose en échange, que je rigole un peu ?
      Oh c est possible que cela soit arrivé, on ne sait jamais. Vous avez eu affaire à un voleur, c est la seule déduction possible.
      J’ai déjà était volé par des super pauvres ( inutile de détailler ), je n’en déduit pas que les super pauvres sont des voleurs.
      Faut réfléchir un peu…

      • La plus belle des vertus consisterait plutôt, il me semble, à ne pas considérer l’ accumulation d’ argent comme vertueuse. Cela n’ a aucun sens et je n’ y vois aucune liberté là dedans, mais bien plutôt une aliénation. C’ est tout de même au bout de compte, et nous le vivons bien, le signe d’ un manque de concurrence et d’ un monde économique totalement déloyal. Aucune activité si bénéfique pour la société soit elle, ne justifie de telle captation qui vont de pair d’ ailleurs, je vous ferai remarquer, avec la vie de châteaux de nos élus.
        Evidemment, ce n’ est pas un monde idéalement libéral qui se décrit ainsi, mais c’ est aussi confusément le monde qui est défendu souvent ici même.

        • Au départ, il y a un tas de bois informe. On vous en confie la moitié, l’autre moitié allant à un menuisier. Vous ne faites rien du bois, en dehors de quelques cendres. Pendant ce temps, le menuisier crée un superbe meuble avec sa part de bois, dont il est évidemment l’unique propriétaire.

          Si on vous comprend bien, vous clamez ensuite qu’aucune activité ne justifie une telle captation de richesses par le menuisier, au prétexte qu’elle ne serait pas vertueuse. Vous ne voyez aucune liberté là-dedans mais plutôt une aliénation et que ce monde n’est pas idéalement libéral.

          C’est votre droit de raconter n’importe quoi.

          • Hé, je ne vois pas ce que la vertu vient faire pour qualifier du business. Franchement ce n’ est pas le premier mot qui me vient à l’ esprit. Ce qui peut éventuellement être qualifié de vertueux, c’ est une manière de travailler, ce que l’ on fait du fruit de son travail et de son savoir faire. Vous me faites dire ce que je n’ ai pas dit, bien sûr que chacun doit être libre de vivre convenablement, décemment de ses talents et de ses engagements. Et puis comparons ce qui est comparable, vous aurez bien du mal à trouver un menuisier milliardaire 🙂

            • Il y aurait donc un seuil de richesses accumulées, défini on ne sait trop comment, en-dessous duquel vous acceptez de laisser leurs richesses aux individus. Quelle noblesse d’âme ! Vous êtes trop bon.

            • pas besoin d’introduire la vertu ici, il me semble. L’un consomme son capital ( brûle son bois) et donc n’a plus rien, l’autre l’utilise pour produire et peut en tirer profit( le garder pour lui ou le vendre et rentabiliser son temps de travail). Personne n’a jamais prétendu associer la vertu au business, simplement, business ne veut pas dire arnaque ou malhonnêteté.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lors de chaque élection présidentielle, quelques libéraux optimistes devinent dans les propos d’un candidat un impensé libéral ou des bribes de libéralisme qui témoigneraient de solides convictions cachées pour des motifs tactiques. Par ailleurs, des journalistes plus ou moins orientés ne manquent pas de qualifier de libérale une personne qu’ils veulent ainsi marquer du sceau de l’infamie.

La présente élection ne fait pas exception à la règle et c’est Valérie Pécresse, candidate de la droite, qui se retrouve en première ligne. Plutôt q... Poursuivre la lecture

Extrait de Philippe Nemo, Histoire des idées politiques aux Temps modernes et contemporains, PUF, 2002, p. 779-781.

Si l’on entend par socialisme une doctrine, ou une famille de doctrines, condamnant la propriété privée, prônant la mise en commun des biens, imposant des conduites normées qui restreignent la liberté individuelle, il est clair – et les premiers socialistes ont explicitement revendiqué cette parenté – que le socialisme peut et doit être rapproché des « communautés primitives » ayant précédé l’émergence de l’État et des so... Poursuivre la lecture

Walter Lippmann fut un journaliste américain à la fois engagé dans les affaires internationales et dans les débats d'idées. Il mit en avant l'impossibilité d'une authentique démocratie dans une société contemporaine dans ses livres Public Opinion et The Phantom Public.

Si il fut un observateur lucide de la politique nationale comme des affaires mondiales, il fut aussi le promoteur réfléchi de solutions aux problèmes de régime. Il a ainsi été l'initiateur d'un libéralisme humaniste qu'il a promu dans son livre The Good Society. ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles