Les beaux Étés

Ça y est, ce sont les vacances. Grimpez vite dans la 4L familiale et partons vers le Sud… Nous sommes l’Été 1973. Le temps des choses simples et de la relative insouciance ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les beaux Étés

Publié le 10 juillet 2019
- A +

Par Johan Rivalland.

Ah, les années 1970 ! Que le monde a changé depuis… Cela ne signifie nullement que c’était mieux avant et que l’on doive verser dans la nostalgie. Mais simplement en conserver de bons souvenirs, oui. Des vestiges d’une époque que certains d’entre nous ont connue, mais qui est bel et bien révolue.

Celle de la fin des Trente Glorieuses, d’un monde qui paraissait plus simple, et déjà pourtant en considérable évolution. Celle des départs en vacances en famille, l’été, comme le restitue à merveille cette sympathique BD que l’on se surprend à savourer avec un certain plaisir et des sensations agréables. Nous sommes en 1973, « quand La maladie d’amour était numéro 1 sur toutes les radios », comme l’affiche en forme de clin d’œil un petit autocollant sur la couverture.

La famille part en vacances

Les préparatifs et l’attente interminables, le départ enfin… joyeux et source d’excitation, les BD que les enfants emportent pour les lire dans la voiture, sans ceinture à l’arrière, décomplexés ou inconscients, les petites tensions et disputes entre enfants, les petites routes, les paysages de campagne, le voyage qui semble interminable, la chaleur sans encore avoir la climatisation, l’endormissement des passagers, les stations-service et le pompiste qui vous sert directement… Tout un univers pas totalement inconnu aujourd’hui encore, mais qui a quand même pas mal changé.

Autant de sensations que l’on se remémore avec plaisir à la lecture et que toute une génération peut retrouver avec délice.

Mais l’époque n’était pas pour autant idyllique et sans souci. C’est aussi ce que cette histoire raconte. Une histoire, parmi tant d’autres, avec ses côtés joyeux et ses maux du quotidien.

Une petite histoire tendre et sympathique, qui éveillera sans doute un peu de nostalgie chez certains, ravivera quelques souvenirs chez d’autres. Une BD témoignage pas inintéressante et tout en légèreté. Un reflet d’une époque. Pour un bon petit moment de détente.

Zidrou & Jordi Lafebre, Les beaux Étés – tome 1 – Cap au SudDargaud, septembre 2015, 56 pages.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • ces années là ont été les meilleures de ma vie ; c’est ce que je constate lorsque je regarde en arrière ;

  • A cette epoque l’aventure commencait au bout de la rue ,aujourd’hui il faut fairedes milliers de km..un paris istambul en voiture meme climatisée…..c’est tout bonnement genial

  • Hé oui, les vieux Alsaciens disent:

    – Tout ce que nous ingurgitons aujourd’hui comme si c’était du choux ou des betteraves deviendra un jour le ‘bon vieux temps’ !

    ( àlles wàs m’r Het frassa wì krüt und rüawa wìrd a mol d’güata Zit wara )

    Alors profitons de l’instant…

    • C’est peut-être le « mauvais jeune temps » d’après qui crée le bon vieux temps. Le chagrin d’amour de 75 ne peut pas s’appeler « bon vieux temps », mais l’imaginer dans le contexte d’aujourd’hui est proprement glaçant.

      • En fait, j’ai oublié le chagrin, mais je n’ai jamais oublié ce fin duvet * qui recouvrait sa peau si fraîche sous le soleil couchant.

        Les souvenirs embellissent la vie, mais c’est l’oubli qui la rend supportable…

        * ne vous méprenez pas, les femmes ont autant de poils que les hommes. (donna baffuta sempre piaciuta)

  • Et puis ces magnifiques chansons : « C’est un beau roman, c’est une belle histoire… » ou  » C’était le temps des fleurs… » et encore « Il est cinq heure, Paris, s’éveille… ». On ne peut pas toutes les citer. Maintenant on a le Rap : « Ce soir brûlons cette maison… Ne t’assied pas salope s’il te plaît.. Danse, danse, enculé de ta mère ». Les temps changent, heureusement la nostalgie nous tient.

  • Ce qu’on regrette de ce temps-là – outre la 4L ! – c’est la liberté ! C’est sûr, on prenait des risques inconsidérés, mais on avait le droit à l’insouciance. Finalement, on n’a pas besoin de 95% des objets qui nous entourent et qu’on a payé avec notre liberté…

    • C’est vrai on peut vivre sans frigo sans machine a laver le linge ou la vaisselle sans salle de bain ni voiture , a l’epoque , le velo et le chauffage etait un luxe ,la viande etait remplacée par le saumon etc !

      • Le frigo et la machine à laver font partie des 5% restants… Le smartphone qui rempaille les chaises mais qui a un son dégueulasse, le GPS et les écrans dans la bagnoles, et toutes les bordilles électroniques de Gogol et d’Amazone, ne servent à rien…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Gabrielle Dubois.

J’ai peur des conversations sur les vacances

Certains appréhendent Noël : revoir une famille avec laquelle on a un passé et un présent plein d’amour mais aussi de non-dits et de contentieux…

Moi, j’appréhende les conversations au sujet des vacances…

Il semblerait que l’on se doive de partir en vacances, activité stérile qui consiste à ramener cinq cents photos qui ont déjà été prises cinq millions de fois. Car si l’on ne part pas, c’est qu’on est soit trop pauvre (et quelle faute avons-nous commise p... Poursuivre la lecture

Comment adapter votre location saisonnière pour plaire aux familles nombreuses ? Comment faire en sorte que les familles passent leur vacances dans votre location saisonnière plutôt que celle du voisin ? Comment aménager une location saisonnière pour les grandes familles ou les groupes ?

À chaque période de vacances scolaires, au moment de chaque vacances d’été, vous mettez votre location meublée de courte durée en ordre de bataille pour accueillir les familles… et les résultats obtenus en termes de nombre de réservations obtenues ne s... Poursuivre la lecture

Les consommateurs de pop-culture sont plus en plus conscients que désormais, le monde des bandes dessinées et des super-héros est woke. Superman ne se bat plus pour The American Way, et l'ennemi éternelle de Captain America, le Crâne rouge, est désormais inspiré par Jordan Peterson.

Pour les fans qui veulent juste une bonne histoire sans la moralisation politique que la gauche nous impose chaque jour, les alternatives sont rares.

Voilà Isom, une nouvelle série de bandes dessinées créée par Éric July comme un antidote à ce qu'il ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles