Pourquoi le marché de la musique pulvérise-t-il tous les records de revenus ?

Redécouvrez les talents économiques de… Mozart et Beethoven, qui n’étaient pas seulement des artistes mais aussi des hommes d’affaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Capture d'écran vidéo de l'Ecole de la Liberté

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi le marché de la musique pulvérise-t-il tous les records de revenus ?

Publié le 2 juin 2019
- A +

Par Corentin de Salle.

« Croyez moi, mon unique objectif dans la vie, est de gagner le maximum d’argent. Car après une bonne santé, c’est la meilleure chose à avoir. »– Mozart

Redécouvrez les talents économiques de… Mozart et Beethoven, qui n’étaient pas seulement des artistes mais aussi des hommes d’affaires.

 

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • le marché de la musique pulvérise tous les records de revenus, mais pas pour tout le monde.

  • j’aime la musique ; un moment de douceur et d’évasion dans un monde de brutes et de fous ;

  • Que d’absurdités dans cette vidéo ! « Il peut y avoir beaucoup de prince, il n’y aura qu’un seul Beethoven » signifie que la créativité restera dans l’histoire, contrairement à l’argent, et non l’inverse. « Mozart et Beethoven était populaires ». Non. La musique classique était une musique de cour, réservée à une élite, financée par les rois ou les aristocrates, bien souvent sous perfusion d’argent public. Le blues est un cri de désespoir, un désir de liberté. Le rock a acquis ses meilleurs représentants (Beatles, door, Hendrix, Floyd…) via la génération 68, contre la guerre du Vietnam, les hymnes à la liberté et le rejet du système, devenus aujourd’hui les bobos que vous détestez tant. Les musiques électroniques naissent des raves libres. FREE party.
    La musique est un désir de liberté et d’émancipation, c’est une grave erreur philosophique que de confondre le concept de liberté (qu’il soit contre l’état ou le système capitaliste) avec la quête d’argent. Même si certains on amasser de petites fortunes, ceux qui ont cherché à bâtir leur carrière uniquement pour de l’argent n’ont pas durer plus longtemps que le cycle d’un tube.

  • Autre absurdité : » l’opéra est tout à fait rentable ». De tout les styles musicaux, l’opéra est le plus subventionné, partout dans le monde. Le taux d’autofinancement (hors infrastructure et formation des artistes, qui sont aussi des financements publics) est un peu partout inférieur à 50%. Un festivalier d’Aix en Provence ne paye même que 16% du prix réel du billet ! Ce qui confirme la loi de beaumol. Évidemment, à moins d’assurer l’opéra par un dj, on voit mal comment un opéra pourrait faire des gains de productivité, ou un conservatoire d’assurer ses cours via des tuto YouTube et les répétitions en visioconférence ! C’est absurde.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jinia Mukerjee. Un article de The Conversation

Imaginez la scène : c’est la fin de l’après-midi. Une maman participe à une réunion Zoom dans la cuisine tout en essayant de préparer le dîner pour un enfant (affamé) qui va bientôt arriver de l’école. Pendant ce temps, son époux court vers l’école primaire pour récupérer leur fils, juste après une importante réunion de travail. Dans une heure, il reprendra ses tâches à la maison tandis que la mère, qui viendra de terminer sa réunion sur Zoom, s’occupera de l’enfant.

Cette scène... Poursuivre la lecture

C’est désespérant de constater une fois de plus cette démagogie électorale de notre ex-futur président de la République. La France croule sous les dettes, l’inflation explose, le déficit se creuse et nos super politiques ne trouvent rien de mieux à proposer que de taper sur les entrepreneurs. Ces cochons de payeurs, pour peu qu’ils arrivent à faire des résultats, sont priés de les distribuer aux pauvres salariés-exploités-damnés de la Terre.

J’ai connu des périodes difficiles avec huissier devant la porte et vente forcée de ma maison. ... Poursuivre la lecture

Par Jacques Clouteau.

Depuis des décennies, et encore plus au moment des campagnes électorales, je trouve que les discours des hommes politiques, qu'ils soient de droite ou de gauche, les compte-rendus des journalistes et les avis des économistes sont d'une exaspérante vacuité lorsqu'ils se mettent à évoquer l'économie du pays.

Je note toujours avec amusement que ces économistes sont en fait des professeurs d'économie dans une quelconque école, ce qui en dit long sur leur contact avec l'économie réelle que nous autres, entrepren... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles