Êtes-vous mal payés ? La vérité sur les salaires français

Les chefs d’entreprise diront que les salaires, en France, sont trop élevés. Les salariés ne seront pas de cet avis. Une analyse objective se doit de tenir compte d’un troisième acteur : l’État.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
David Goehring-salaire minimum-creative common

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Êtes-vous mal payés ? La vérité sur les salaires français

Publié le 29 avril 2019
- A +

Par Eddie Willers.

Emmanuel Macron a présenté cette semaine les réponses qu’il souhaitait apporter à la suite de ces longues semaines de Grand débat à travers la France. Un des souhaits exprimés par le président se résumait dans la formule « il faut que le travail paie ». Nous pourrions ainsi interpréter cette formule de la façon suivante : les salaires en France sont trop faibles. Ce qui est vrai.

Dans le même temps, de nombreux chefs d’entreprises affirment pour leur part que ceux-ci sont déjà très élevés. Ce qui est vrai également.

Comment est-ce possible que salariés et chefs d’entreprises aient tous les deux raison à ce sujet ? C’est parce qu’un tiers vient s’immiscer entre ce que l’entreprise verse et ce que le salarié reçoit. Ce tiers, c’est l’État et sa ponction est de plus en plus forte.

Attardons-nous dans un premier temps sur l’affirmation des chefs d’entreprise : un salarié français coûte cher. Un chef d’entreprise, lorsqu’il décide d’embaucher un salarié, le fait parce qu’à ses yeux l’employé lui rapportera plus qu’il ne lui coûtera. Il doit donc correctement estimer la productivité du futur salarié afin de déterminer si le coût total de celui-ci ne sera pas trop fort.

Or depuis la crise de 2009, la productivité française a augmenté moins vite que le coût total pour un employeur, comme en témoigne le graphique suivant issu du premier rapport du Conseil National de Productivité :

Nous voyons bien que le CICE est venu légèrement corriger cette différence entre productivité et coût du travail, mais cela reste insuffisant. Un chef d’entreprise a donc raison de dire que les salaires dans le sens « prix du travail d’un salarié » sont trop élevés par rapport à ce qu’ils lui rapportent.

Dans le même temps, les salariés reçoivent des salaires dans le sens « montant versé sur leur compte en banque » relativement faibles. Ainsi, si vous gagnez plus de 3500 euros net mensuels, j’ai le plaisir de vous informer que vous faites partie des 10 % des salariés les mieux rémunérés de France. Au risque de choquer, ce montant est démesurément faible. Et ce n’est pas ce fameux salaire différé dont j’ai déjà fait la critique par ailleurs qui vient compenser cela.

En réalité, la seule explication à cette situation est le fait qu’un intermédiaire vienne ponctionner la moitié du salaire qui devrait être versé intégralement à l’employé, sans que l’on puisse demander son avis à ce dernier sur l’utilisation qu’il souhaiterait faire de son argent. Ce niveau de ponction est incroyablement élevé par rapport aux autres pays du monde, ce qui n’est qu’un juste retour de choses lorsque nous nous attardons sur le niveau de notre dépense publique.

En lieu et place de s’en prendre à leurs employeurs, face aux faibles sommes qu’ils reçoivent sur leurs comptes, un certain nombre de Français devraient en réalité se retourner vers l’État. Après tout, il est aussi leur employeur puisqu’ils lui donnent la moitié de ce qu’ils pourraient percevoir.

La situation serait bien différente si les Français percevaient la totalité de leur salaire et étaient obligés par la suite de payer des impôts et cotisations. Ils pourraient alors se rendre compte de ce que coûte notre merveilleux modèle social. Mais aujourd’hui il faut sortir sa loupe pour lire au milieu des 2000 chiffres d’une fiche de paie le coût réel pour l’employeur.

Si les salaires sont trop faibles en France, cela est bien dû à la gestion dispendieuse de l’État, pas aux pingreries des patrons.

Sur le web

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • Dans un petit beurre, il y a du pain, du jambon, du beurre et 58 % de dépenses publiques.

    • Ça dépend !
      Si j’ai la malchance de ne pas travailler et d’être au RSA, je ne paierai que la TVA sur mon jambon beurre… loin des 58% !
      Par contre, mon foyer a « la chance » d’avoir une maison et une voiture (c’est à dire d’avoir des revenus > 73 KE qui me rendent imposable à 41 %), cela devient du racket.
      Sur 100 euros (HT) que consacrera mon employeur à mon augmentation de salaire :
      – 45 euros iront à la Sécu, retraite, chômage etc
      – 24 euros d’impôts sur le revenu
      Avec les 31 euros me restant, j’achèterai des biens taxés à 20% soit 26 euros de pouvoir d’achat…
      Il ne faut pas s’étonner de l’opiniâtreté de l’URSSAF et de l’État à vous contrôler. La réalité est que 75% de votre augmentation de salaire leur appartient !
      Et ceci à un surcoût énorme pour vous et pour l’entreprise. Nous passons une partie de plus en plus importante de notre vie à remplir de la paperasse. Tout cela pour sécuriser nos revenus.
      Avec 10 ou 20 % d’impôts, personne ne rechigne à payer des impôts…

  • j’ai remarqué que le montant de mes charges sociales sur mon salaire sont , à quelques euros prêts, l’équivalent du montant de la prime d’activé que je touche actuellement ; ce que l’on me prend d’un côté on me le reverse de l’autre……c’est renversant comme situation…..on me laisserait mon salaire brut ça éviterait bien des opérations ….mais du coup on aurait moins besoin de fonctionnaires pour ça ……

    • Rien que faire une fiche de paie coûte entre 15 et 30 euros.

    • Oui, mais vous oubliez une chose. A vous, on vous rend la ponction via une redistribution, mais à combien d’autres est-ce qu’on ponctionne sans rien rendre?
      C’est comme ça que fonctionne l’Etat

  • En fait il semblerait que l’Etat capte toutes les augmentations potentielles des revenus afin de (mal) les redistribuer selon ses propres critères et non sans un certain gaspillage. De quoi je me mèle !

  • IL faut rajouter 2 points a cet article.

    1) le cout de la vie
    Si vous gagnez 3500 € (exemple pris ici) vous vivez comme un roi au cameroun mais comme un pauvre a Zurich. et c est pourtant le meme salaire … En france les gens ont l impression d etre mal payé surtout parce que le cout de la vie est elevé. ET c est surtout du au cout de l immobilier. Par ex si vous cherchez du travail, vous devez quasiment aller dans une grande ville et donc engloutir 40 % de votre salaire net pour vous loger …

    2) l auteur pointe a juste titre la ponction faite par l Etat sur le salaire. Mais il oublie de dire que cette ponction n est meme pas suffisante (deficit recurrent de la securite sociale). Donc on devrait payer encore plus 😉
    Et si on decide de ne plus ponctionner les salaires, il faut aussi dire que l autre face de la Medaille c est de mettre a 0 les retraites et que les gens doivent s assurer pour leur sante chez un assureur privé (comme aux USA ou en suisse). Tres interesant si vous avez 20 ans. Ruineux a 70. En resumé, arreter de ponctionner les salaire signifie reduire fortement les pensions de retraites et faire exploser les cout de sante de ces memes retraités -> suicidaire electoralement

    PS: en suisse, il y a des retraités lucides qui veulent faire un referendum afin de baisser leurs pensions afin de preserver le systeme (https://www.tdg.ch/suisse/veulent-baisser-rentes-sauver-retraites/story/15487209)

    • Bonjour cdg,

      Tout à fait d’accord pour la corrélation avec le niveau de vie. Mais ce dernier dépend justement en France d’une forte taxation et réglementation (notamment l’immobilier où la fiscalité totale représente environ 48%, sans parler de la faiblesse artificielle de l’offre foncière).
      Aux usa les regions les plus chères sont souvent les plus réglementées dans l’immobilier (Californie vs Texas)
      Pour le salaire complet, il faut bien sûr une transition pour éviter ce que vous dîtes.

      • PS: (aucun lien lol) pour rappel le monde est abondance, rien ne manque dans les magasins , aucune entreprise refuse de vendre pour cause de pénurie, au contraire c’est le matraquage publicitaire
        pour accrocher les client solvable. Cherchez l’erreur.

      • La transition serait d’autant plus facile que ce serait l’occasion de se rendre compte que c’est la gestion désastreuse par l’Etat et non un manque de fonds cotisés qui est à l’origine de l’apparente insuffisance de financement pour les retraités actuels. Le système reposant largement sur la capitalisation nécessiterait tellement moins de cotisations qu’il suffirait de ne pas réduire trop vite ces cotisations pour financer la transition sans peine.

    • Par contre ce n’est pas très lucide de ne pas se poser la question du pourquoi en arriver à devoir « préserver ».
      Aucun lien avec le capitalisme, la monnaie et la concentration des richesses par les plus riches.
      Je sais, le coupable est l’état et la socialie, même dans l’idyllique Suisse, c’est vous dire ! LOL

      • vous etes dans l Ideologie.
        A partir du moment ou vous avez de plus en plus de retraités (Generation du baby boom arrivant a la retraite) qui vivent de plus en plus vieux (esperance de vie a depasse les 80 ans), il est inevitable que les besoins financiers augmentent, que ca soit en suisse ou en France, que ca soit par Repartition ou par capitalisation (le deuxieme pilier de l article)

        apres il est quand meme interessant que des retraites ACTUELS suisses disent qu il est pas normal de ponctionner les actifs pour maintenir leur niveau de vie et qu il faut baisser LEUR pensions. Si vous lisez l article jusqu au bout, vous verrez quand meme qu il y a peu de chance que cette initiative aboutisse

        • Quand on aborde la capitalisation, il faut distinguer pensions et rentes. La capitalisation offre des rentes, payées pour partie par les dividendes et produits du patrimoine accumulé, et en partie, éventuellement, par l’aliénation de ce patrimoine sous forme de rente viagère. Dans ce deuxième cas, effectivement, les actifs peuvent regretter le « manque à hériter ». Pas en France, où de toute façon c’est l’état qui hérite de la plus grosse part.
          Accessoirement, ça veut dire aussi que conspuer la rente comme le font Macron et ses sbires, est parfaitement stupide. La rente viagère est la manière de décharger les actifs du poids de l’entretien des retraités, c’est un échange où ils gagnent une constitution d’un patrimoine propre contre cette charge.

          • @MichelO
            Belle science de l’existant mais quid de la réalité.
            Toute entreprise ne cherche qu’a vendre et en face ça peine à acheter.
            Ne croyez vous pas que l’on puisse adapter l’offre au besoin , plutôt que vouloir perpétuer un système où vous êtes certes calé mais qui est obsolète face aux enjeux, face la réalité: abondance vs besoin.Vous vous accrochez à ‘un cadre contraignant dans lequel il n’y a pas de solution hormis la baisse des pensions juste pour sauver une façon de répartir les richesses…
            Manque d’imagination ? peur ? apathie intellectuelle/conformisme ?
            qu’est ce qui vous bloque ?

            • Je m’accroche à un cadre de contrats gagnant-gagnant où les tiers sont toujours malvenus, puisqu’ils empêchent la satisfaction optimale des contractants.

              • et bien dans les tiers où vous n’oubliez jamais l’état mais visiblement vous oubliez le système de la « monnaie rare » émise par le système bancaire et le système capitaliste qui impose un cadre et un mode de pensée à votre échange.
                L’échange que vous rêvez libre est dans un cadre plutôt contraint.
                C’est sur que l’état en plus ça fait du monde !lol

        • @cdg
          « vous êtes dans l Idéologie. »Ah bon ?! lol
          je remets mon commentaire à la bonne place:
          Pour rappel le monde est abondance, rien ne manque dans les magasins , aucune entreprise refuse de vendre pour cause de pénurie, au contraire c’est le matraquage publicitaire pour accrocher les client solvable. Cherchez l’erreur.
          J’ai plutôt le sentiment d’être très réaliste au contraire et que le problème soulevé des retraites est inhérent au fait que personne n’ose remettre en cause l’idéologie du système (économique) actuel.
          En réalité, il n’y a de problème que le manque d’audace ou de trop de conformisme bourgeois et apathique.

          • Ideologue peut être pas. Mais défoncé, il n’y a aucuns doutes.
            Non mais sérieux ??? : « Pour rappel le monde est abondance, rien ne manque dans les magasins , aucune entreprise refuse de vendre pour cause de pénurie, au contraire c’est le matraquage publicitaire pour accrocher les client solvable ». Gilbert Bourdin… sort de ce corps !

            • Et pourtant je ne fais que décrire la réalité. Manque les clients solvables dans ce monde d’abondance, c’est tout.
              Un problème avec la réalité ?
              N’est peut-être pas Gilbert qui croit…

    • @cdg, ok pour l’immobilier, mais le privé c’est pas fautif. au contraire, le contrôle des prix dans les grandes villes maintient le marché en situation de stase. si le prix explose en centre, alors il deviendra rentable de construire un peu plus loin, pour un peu moins cher et ainsi de suite. mais si je ne peux pas retrouver mon investissement alors je vais voir ailleurs. ajoutons a cela une législation très en faveur des locataires et vous vous retrouvez avec des milliers de logements vides parceque trop compliqué à géré. c’est mon cas. j’ai retiré mon appartement de paris du marché locatif , et de deux maisons en banlieue. on est nombreux dans ce cas

  • Parler de salaire n’a aucun sens ,trop petit trop grand par rapport a quoi ?
    L’important est le pouvoir d’achat , le niveau de vie….estce que le pouvoir d’achat du suisse au smic est plus eleve que le pouvoir d’achat du smicard francais ?
    Il semblerait que non ,les frontaliers de chaque cote l’on compris

  • Il y a tout de même une autre explication à la plainte des salariés: le renchérissement des prix suite au passage à l’euro (essentiellement sur les biens de consommation courante). Il faut ajouter le prix du logement, mais là, l’Eta edt en grande lartie responsable avec ses normes, lois, subventions et niches fiscales.

    • Il faut ajouter aussi le poids exorbitant des dépenses contraintes, taxes etc…

    • Dans le cas du logement, je suis pas sur que ca soit l etat francais. Ou alors comment expliquer la flambee au canada ou en Allemagne. Nos lois ne sont pas si puissantes …

      Il y a evidement des causes internes (le logement est bien plus cher en France qu en RFA) : centralisation, politique du logement cher (PTZ, Pinel) … mais aussi des causes externes. La premiere etant evidement la politique de la BCE: les taux a 0 ou presque ont ete comme jeter de l huile sur le feu

  • Un autre aspect que l’on refuse de prendre en compte et qui améliorerait les revenus des salariés: les 35 heures et les innombrables jours fériés
    Temps de travail des employés et indépendants dans l’OCDE:
    Allemagne = 1356 heures/an
    France = 1514 heures/an
    Italie = 1723 heures/an
    OCDE = 1744 heures/an
    Grèce = 1906 heures/an
    USA = 1780 heures/an
    Par ailleurs: Temps de travail par tête en moyenne de la population, y compris chômeurs et retraités:
    USA = 830 heures/an
    Allemagne = 729 heures/an
    France = 635 heures/an
    UE = 752
    En conclusion : les jeunes sont sans emploi, les vieux sont à la retraite. L’équation est impossible à gérer…..

    • On voit aussi que la productivité est bien plus efficace pour l’économie que le temps de travail. Au vue du temps de travail et de la prospérité de chaque pays, je préfère être un allemand pépère qu’un grec forcené ?

  • L’État c »est pire que la vérole.

  • « Les salaires sont-ils trop faibles en France ? »
    Avant d’essayer de répondre a cette question: Il faut prendre en considération ceci : Macron confronté aux gilets jaunes se plaignant de ne pas vivre correctement du fruit de leur travail, a choisit de distribuer de l’argent de l’état qu’il n’a pas, (Dépenses non budgétées se graffant sur une Dette abyssale).
    Faudrait donc poser La Question a Macrouille, car il n’a semble t-il pas encore compris qu’elle se pose !

  • Il n’y a rien de compliqué… il faut payer à tous les niveaux.

    • @pa2bol
      Et ceux qui payent vont encore plus (+) payer.

      • En fait, je voulais dire qu’effectivement il faudra payer plus. Le vrai problème n’est pas là mais dans le gaspillage de l’argent public. par ailleurs, la suppression de postes de fonctionnaires est tout sauf la solution.

  • Deux commentaires :
    – dans tous les pays, ont doit payer pour avoir « la protection «  des hommes les plus forts ou les mieux armés. Je me résigne donc à payer (pour ne pas mourir) je veux juste que l’on ne justifie pas l’extorsion par la « justice sociale ».
    – on oublie TOUJOURS dans les commentaires des heures travaillées, qu’une frange de la population travaille comme des damnés (le monde libéral, le commerce…) et une grosse frange sont des parasites qui ne foutent rien. Les moyennes n’ont aucun sens et ne permettent pas d’expliquer la révolte des gilets jaunes. La France se distingue en Europe par cette grande dispersion de situation où une partie des travailleurs est en servage au service de la bureaucratie.

  • « Après tout, [l’Etat] est aussi leur employeur »
    Mais c’est très exactement dans cet esprit que les hommes de l’Etat perçoivent la France, qui n’est à leurs yeux qu’une vaste entité, un grand corps mafieux unifié où les entreprises et les employeurs ne sont que des délégataires fermement placés sous contrôle de la puissance publique omnipotente, seul et unique employeur, dans tous les sens du terme, de tout et de tous. Le salaire net n’est que l’argent de poche que l’Etat nounou condescend à laisser à ses ouailles, pouvant être supprimé à la première lubie, au moindre caprice du prince étatique. les LBD dans la tronche des GJ, c’est l’équivalent de la gifle sur la joue de l’enfant turbulent de ce maudit peuple de Gaulois Réfractaires et Irresponsables qui refuse de se laisser (mal)mener par son élite prétendument éclairée.

    • D’un autre côté, laisser les enfants turbuler sans leur inculquer un minimum de discipline n’en fera pas des responsables non plus.

      • Le peuple, ce ramassis de criminels qui s’ignorent mais qu’on peut heureusement mater, voire changer, quand ils déçoivent cruellement leur maître, Dieu unique omniscient, l’Etat obèse.

    • Le LBD, une gifle sur la joue 🙂
      Non, le message envoyé par nos maîtres est « soumettez-vous, ou nous vous tuerons ».
      Forcément, ça va bien se terminer.

      • Le message envoyé par les esclaves est « disparaissez, ou nous vous décapiterons ». On a beau chercher, pas moyen de les voir en proposer un autre. Comment croire alors qu’ils ne veulent pas juste être maîtres à la place des maîtres ?
        Forcément, ça va bien se terminer.

        • Tout allait bien, jusqu’à votre dernière phrase.
          Vouloir être un « maître » c’est imposer son point de vue aux autres, c’est vouloir imposer des actions aux autres, c’est une attitude de psychopathe. Heureusement, ces malades sont minoritaires, on les supporte parce que l’évolution darwinienne montre qu’on a besoin de ce type de profils dans certaines situations. Mais en ce moment on est juste prêt à les payer à ne rien faire. Qu’ils nous laissent tranquille, sous peine de guillotine.
          Le monde se divise en deux catégories: les psychopathes qui ont un révolver chargé, et les autres qui n’en peuvent plus.

        • Il ne vous viendrait donc pas à l’idée que le meilleur gouvernement est justement celui qui ne gouverne PAS, qui se contente de maintenir l’ordre ? Pourquoi voir les relations humaines uniquement sous l’angle du maitre et de l’esclave (la loi du plus fort), plutôt qu’entre clients, producteurs et consommateurs ? (la loi du meilleur)
          Vous vous rappelez que la Belgique n’a pas eu de gouvernement pendant 10 mois ?

  • Le coût réel d’un salarié comprend aussi des taxes et cotisations assises sur la masse salariale, comme le 0,1% de financement des syndicats par exemple. Celles-ci n’apparaissent pas sur la fiche de paye mais représentent un coût supplémentaire loin d’être négligeable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

Je lisais hier dans Le Monde une enquête assez larmoyante sur la vie pas si rose que ça des femmes enceintes et des futures mères. On nous y expliquait que face au récit convenu de la maternité forcément heureuse, la parole des femmes se libère de plus en plus pour témoigner d’un envers du décor essentiellement constitué de souffrance, déprime, vergetures et isolement. Là n’est pas le thème central de mon article du jour, mais j’y trouve néanmoins un parfait exemple de ce que je veux vous dire.

Car après une longue série de complainte... Poursuivre la lecture

Yves Guyot prend la parole lors d'une cérémonie exceptionnelle à la Sorbonne en hommage à Frédéric Passy. Fin mai 1912, la société d'Économie politique célèbre en effet ses 70 ans. 2022 marque donc le 180e anniversaire de cette vénérable société savante, foyer de l'école libérale française.

En ces temps de démagogie électorale et de règne d'économistes atterrants, adeptes du keynésianisme ou du marxisme, le discours d'Yves Guyot reste d'une étonnante actualité.

En voici quelques extraits significatifs.

 

Le dange... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles