Sur les routes d’Europe, de Jean Buhler

Un roman de la jeunesse en forme de bréviaire ou de manifeste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sur les routes d’Europe, de Jean Buhler

Publié le 17 janvier 2019
- A +

Par Francis Richard.

– Je n’irai pas à Neuchâtel, monsieur. Enfin, très probablement pas. Je désire voyager.

– Mais, ce n’est pas une profession.

– Non, c’est une vocation.

Jean B. vient d’être bachelier et de prévenir le directeur qu’il rejette tout enseignement et qu’il va partir.

À son père il chante un même refrain, où gronde davantage sa révolte contre un avenir qu’il lui a tout tracé :

Tu voudrais faire de moi un arriviste. Arriver, c’est s’arrêter. Je sais que ma vie sera celle d’un passant, en qui rien ne meurt et qui n’arrive jamais.

À trois heures du matin suivant, il met ce programme à exécution et dit à sa mère (qui ne dort pas) qu’il va en promenade avec des amis, pour plusieurs jours, il ne sait pas où.

Un premier mensonge

C’est un premier mensonge. Ce ne sera pas le dernier. C’est en mentant aux autres et à lui-même qu’il va se sortir des situations où il se met.

Ce sont les dernières années d’avant la Seconde Guerre mondiale. Mais ce contexte n’est pour rien dans sa volonté de vivre sur les routes du monde.

S’il a de l’ambition, c’est celle d’un vagabond, à qui ses compagnons de route collent l’étiquette de trimardeur, donc à rebours de celle des autres :

Elle consiste à me séparer de la masse par le bas au lieu de m’élever au-dessus d’elle.

Jean B. est un piéton, reconnaissant envers ses pieds :

Bons pieds pèlerins, bons pieds missionnaires, modestes serviteurs, portez en mon esprit la bonne nouvelle des horizons conquis.

Jean B. aimerait échapper à la contrainte de l’hérédité :

Comment forcer à naître cet être qui sourd en vous, vous précède sur les routes et déjà, nourri de son rêve, se souvient de l’avenir ?

Vers l’aventure

Jean B. va se rendre à Rome, la belle ville, à Naples, sans avoir envie du tout de mourir, puis va embarquer pour l’Albanie.

Ensuite il va parcourir la Mitteleuropa, faire escale à Paris avant de se retrouver enfin en Allemagne sur un chantier ferroviaire.

Ses aventures l’auront aguerri. Ses rencontres l’auront mûri. L’apatride volontaire aura fini par perdre son enfance :

Le monde m’a appris l’obligation de se confier, de se raconter, et d’imprimer durement ses pas sur les routes éphémères.

Sur les routes d’Europe – Souvenirs d’un vagabond, Jean Buhler, 200 pages, La Baconnière (sortie le 11 janvier 2019)

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France serait-elle moins libre que des pays comme le Kazakhstan ou la Malaisie ? C’est ce que considère le dernier classement de liberté économique du Fraser Institute, le principal centre de réflexion libéral canadien.

L’Institut Fraser produit un rapport annuel sur la liberté économique dans le monde en collaboration avec le Réseau de liberté économique, un groupe d’instituts de recherche et d’éducation indépendante dans près de 100 pays et territoires. Il s’agit de la première mesure mondiale de la liberté économique, qui évalue ... Poursuivre la lecture

En matière d’Europe, on est constamment dans la caricature ou la simplification ; et en pratique, dans la complication.

Au lieu de répondre à une logique claire (on connait, depuis l’origine de la construction européenne, les grandes lignes opposées en la matière), les débats prennent trop souvent une orientation excessivement politique et éminemment contradictoire, creusant un fossé croissant entre les élites et le peuple votant, qui exprime alors un rejet assez net face au caractère inconstant et mal assumé des politiques en la matiè... Poursuivre la lecture

J'imagine que comme tous les libéraux français, je suis très intéressé par David Lisnard, membre du parti Les Républicains. Non seulement il défend de nombreuses idées libérales, mais il en a mis certaines en action en tant que maire de la ville de Cannes depuis 2014. On peut lire sur le site de son mouvement, Nouvelle Énergie, qu’il est parvenu à réduire la dette de la municipalité de 60 millions d’euros en six ans, que 43,2 millions d’euros d’économies ont été réalisées sur le fonctionnement de la mairie tout en maintenant une haute qualité... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles