Sur les routes d’Europe, de Jean Buhler

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sur les routes d’Europe, de Jean Buhler

Publié le 17 janvier 2019
- A +

Par Francis Richard.

– Je n’irai pas à Neuchâtel, monsieur. Enfin, très probablement pas. Je désire voyager.

– Mais, ce n’est pas une profession.

– Non, c’est une vocation.

Jean B. vient d’être bachelier et de prévenir le directeur qu’il rejette tout enseignement et qu’il va partir.

À son père il chante un même refrain, où gronde davantage sa révolte contre un avenir qu’il lui a tout tracé :

Tu voudrais faire de moi un arriviste. Arriver, c’est s’arrêter. Je sais que ma vie sera celle d’un passant, en qui rien ne meurt et qui n’arrive jamais.

À trois heures du matin suivant, il met ce programme à exécution et dit à sa mère (qui ne dort pas) qu’il va en promenade avec des amis, pour plusieurs jours, il ne sait pas où.

Un premier mensonge

C’est un premier mensonge. Ce ne sera pas le dernier. C’est en mentant aux autres et à lui-même qu’il va se sortir des situations où il se met.

Ce sont les dernières années d’avant la Seconde Guerre mondiale. Mais ce contexte n’est pour rien dans sa volonté de vivre sur les routes du monde.

S’il a de l’ambition, c’est celle d’un vagabond, à qui ses compagnons de route collent l’étiquette de trimardeur, donc à rebours de celle des autres :

Elle consiste à me séparer de la masse par le bas au lieu de m’élever au-dessus d’elle.

Jean B. est un piéton, reconnaissant envers ses pieds :

Bons pieds pèlerins, bons pieds missionnaires, modestes serviteurs, portez en mon esprit la bonne nouvelle des horizons conquis.

Jean B. aimerait échapper à la contrainte de l’hérédité :

Comment forcer à naître cet être qui sourd en vous, vous précède sur les routes et déjà, nourri de son rêve, se souvient de l’avenir ?

Vers l’aventure

Jean B. va se rendre à Rome, la belle ville, à Naples, sans avoir envie du tout de mourir, puis va embarquer pour l’Albanie.

Ensuite il va parcourir la Mitteleuropa, faire escale à Paris avant de se retrouver enfin en Allemagne sur un chantier ferroviaire.

Ses aventures l’auront aguerri. Ses rencontres l’auront mûri. L’apatride volontaire aura fini par perdre son enfance :

Le monde m’a appris l’obligation de se confier, de se raconter, et d’imprimer durement ses pas sur les routes éphémères.

Sur les routes d’Europe – Souvenirs d’un vagabond, Jean Buhler, 200 pages, La Baconnière (sortie le 11 janvier 2019)

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède ... Poursuivre la lecture

Depuis plusieurs mois, une escalade militaire se dessine à la frontière ukrainienne, des déclarations inquiétantes sont formulées côté russe, des avertissements solennels sont donnés côté occidental. Des officiels et des medias rappellent que le risque de guerre entre l'Ukraine et la Russie n'a jamais été aussi élevé. Mais la guerre à l'Est aura-t-elle lieu ? Rien n'est moins sûr.... Faisons un tour de la question pour comprendre les enjeux et ressorts de cette situation problématique.

La montée des tensions à la frontière ukrainienne, l'... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

La présidente de la Commission européenne Ursula van der Leyen vient d’annoncer qu’elle est en faveur d’une discussion sur la vaccination obligatoire dans les pays de l’Union européenne. Si pour l’instant le choix est laissé aux États, une brèche est ouverte. Le risque que les dirigeants européens s’y enfoncent est important.

La position favorable de la Commission envers la vaccination obligatoire risque de soulever des remous majeurs dans l’UE et tout particulièrement dans des pays eurosceptiques aussi bi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles