Prix de l’ALEPS : Contrepoints récompensé

Alexis Vintray et Frédéric Mas ont reçu le Prix de la liberté journalistique 2018, remis par Pascal Salin et le jury de l’ALEPS.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Prix de l’ALEPS : Contrepoints récompensé

Publié le 11 décembre 2018
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Pascal Salin

Jeudi 6 décembre, l’ALEPS, le laboratoire d’idées le plus ancien de la galaxie libérale française, remettait deux prix à l’occasion de son assemblée générale annuelle. Pascal Salin présidait à la fois le jury chargé de récompenser le « prix du livre libéral » et le « prix de la liberté journalistique » pour l’année 2018.

Le prix du livre libéral 2018 à Jérôme Perrier

George Lane et Pascal Salin

C’est le livre de Jérôme Perrier paru aux Belles Lettres consacré au philosophe Alain qui a été distingué cette année. Loin des caricatures qui font de cet auteur un essayiste pour classes terminales ou cantonné aux polémiques médiatiques du moment, Jérôme Perrier a su brosser le portrait d’un libéral de gauche, compagnon de route du radicalisme et dont l’individualisme démocratique original méritait largement un réexamen historique rigoureux, libéral et érudit. C’est désormais chose faite. Parmi les lauréats précédents du prix délivré par l’Aleps, on retrouve Philippe Fabry, Patricia Commun, Alain Laurent ou encore Jean-Philippe Delsol.

Le prix de la liberté journalistique à Alexis Vintray et Frédéric Mas

Pascal Salin et Frédéric Mas

La seconde partie de la soirée était consacré au prix de la liberté journalistique, qui a récompensé cette année Alexis Vintray, l’ancien rédacteur en chef de Contrepoints, et Frédéric Mas, l’un de ses actuels journalistes. Alexis Vintray a initié le projet Contrepoints et l’a longtemps porté, avant de céder sa place de rédacteur en chef à Ludovic Delory.

Il est à l’origine de sa professionnalisation et son développement, tout en s’impliquant dans l’association liberaux.org qui soutient financièrement le site d’actualité libéral. Frédéric Mas assure depuis plus de 4 ans le secrétariat de rédaction et la rédaction de contenu du journal en ligne, en étroite collaboration avec l’équipe de rédaction et sa collègue pour le week-end Séverine Berthier.

Ce prix récompense le travail de toute une équipe de passionnés qui continue, année après année, à une meilleure connaissance de la pensée libérale à travers l’analyse et la critique de l’actualité. Ce fut également l’occasion pour Frédéric Mas, présent à l’événement, de saluer le travail constant de l’ALEPS pour la liberté, comme des partenaires de Contrepoints dans leur engagement quotidien.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’état de la liberté d’expression en Occident peut se juger à la manière dont sont traités les lanceurs d’alerte comme Julian Assange. Lundi 18 juillet, à Paris, plusieurs organisations et médias ont lancé un appel destiné à obtenir la libération d'Assange et demandant à la France de lui accorder l'asile politique. Parmi elles, la ligue des droits de l'Homme, le syndicat national des journalistes (SNJ) et Anticor.

Au Mexique, le très à gauche président Andres Manuel Lopez Obrador a déclaré avoir plaidé la cause du journaliste australie... Poursuivre la lecture

Peut-on encore faire dérailler le train qui nous conduit sur la route de la servitude ? À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, même les plus optimistes des intellectuels libéraux doutent. Tout paraît joué d’avance, et le candidat qui remportera la mise prévoit d’appliquer un programme qui de toute façon sera aux antipodes de l’esprit du libéralisme.

Cette année, l’offre politique est globalement assez pauvre et aucun programme ne propose de réforme suffisamment courageuse et originale pour créer l’adhésion plein... Poursuivre la lecture

La contribution à l'audiovisuel public, plus connue sous son petit nom de redevance télé, est sur la sellette. Les candidats présidentiels Macron, Pécresse, Le Pen et Zemmour ont prévu de la supprimer, les deux derniers envisageant en outre de privatiser certains éléments de notre audiovisuel public. Parmi les motivations avancées, la question du pouvoir d'achat des Français et celle du pluralisme et de l'indépendance des médias.

Marine Le Pen

Éric Zemmour

Valérie Pécresse

Emmanuel Macron

S'agissant du p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles