La France sombre dans la folie

La France s’enfonce dans toujours plus d’étatisme et se paralyse avec ses éternels systèmes de taxation-subvention décidés par des irresponsables.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Stamp by Christian Schnettelker (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France sombre dans la folie

Publié le 19 novembre 2018
- A +

Par Simone Wapler.

La folie, disait Albert Einstein, consiste à « toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent ».

Nos gouvernements semblent avoir basculé dans la folie en proposant systématiquement plus de tout ce qui n’a pas marché jusque-là, même ce gouvernement Macron pourtant composé de nouveaux venus en politique.

Il affronte d’ailleurs les gilets jaunes à cause de sa politique de taxation des carburants décidée en haut lieu par des irresponsables.

Pourtant, la démocratie de proximité fonctionne plutôt bien. À un échelon de proximité, des décisions raisonnables sont prises et si jamais le résultat attendu n’est pas au rendez-vous, on sait faire machine arrière.

La politique à l’échelon de proximité

La Voix du Sancerrois (je passe un tiers de mon temps dans cette région agricole, viticole et forestière) parlait des différentes politiques des maires pour détruire les nids de frelons asiatiques.

Ces frelons sont nuisibles car ils attaquent les abeilles. C’est à l’automne, au moment où les feuilles tombent, que leurs nids sont repérables. Les pompiers n’interviennent plus, la destruction par une entreprise spécialisée est à la charge du propriétaire du terrain. Il faut compter 400 € pour un nid accessible et les frais peuvent aller jusqu’à 750 € s’il faut intervenir avec une nacelle.

Pour faire plus économique, certains maires font appel aux chasseurs pour tirer sur les nids. Un apiculteur a même développé des balles insecticides dérivées des balles de paintball. Mais il s’est vu refuser l’agrément de ses munitions très efficaces par une obscure bureaucratie.

Un maire a décidé que les frais de destruction seraient pris en charge par la municipalité et donc ses contribuables. Argument : si le nid de frelons est bien sur une propriété privée, la nuisance essaime au-delà et il est par conséquent normal de mutualiser les frais. Cette décision a été discutée en conseil municipal et bien acceptée.

Les comptes-rendus de débats municipaux et interviews de maires diffusés par La Voix du Sancerrois montrent des gens préoccupés par la saine gestion de leur municipalité, soucieux de l’équilibre financier et de l’efficacité des dispositions prises.

Sautons un échelon de décision et changeons de région.

La politique à l’échelon régional

Un des mes amis est un gros exploitant agricole dans la Marne. Conformément à la réglementation bruxelloise, il doit « semer des jachères ». L’expression est idiote puisque, par définition, une jachère n’est pas plantée mais rien ne dérange les eurotechnocrates une fois prise en haut lieu la décision d’imposer des jachères.

Cette année, en raison de la sécheresse de la fin de l’été et de l’automne, cet exploitant a sollicité de pouvoir décaler le semis de jachère de 15 jours par rapport à la date réglementaire. Cette autorisation lui a été refusée par la bureaucratie dite compétente. Il a donc semé dans les délais.

Ses semis sont morts puisqu’il n’a pas arrosé sa jachère pour éviter de tirer sur des nappes phréatiques au plus bas, qu’il faut préserver pour les semis productifs.

Sautons encore un échelon et arrivons à Paris.

La politique à Paris

Le gouvernement n’a pas jugé bon d’expliquer ni de justifier en quoi la généralisation des véhicules à essence et la disparition des véhicules diesel influenceraient de façon positive le climat.

Que représentent les émissions des moteurs diesel des véhicules particuliers face à celles des véhicules industriels, du transport routier, des locomotives diesel ? Qu’attend-on comme résultats dans l’atmosphère ? Comment va-t-on les mesurer ? Comment va-t-on ensuite mesurer en quoi le climat aura évolué ? Aucune de ces informations n’a été donnée.

Une décision qui influence la vie de millions de gens est prise sans aucune étude sérieuse ; surtout, il n’est absolument pas prévu de mesurer son efficacité. Les gens qui l’ont prise ne souffriront pas de ses conséquences nuisibles. Leurs frais de déplacement sont payés par les contribuables. Le pire qui puisse leur arriver serait de n’être pas réélus.

Face à une levée de bouclier de gilets jaunes, comment réagit ce gouvernement ?

Comme d’habitude, comme tous ses prédécesseurs, par des subventions.

Taxations-subventions : le cercle infernal qui nous a conduit à ce que l’État contrôle 57 % du PIB national, à dégringoler dans le classement des pays développés, à afficher le plus fort taux de chômage et d’imposition.

Certains dans ce pays s’obstinent à accuser d’ultralibéralisme nos voisins qui refusent cette folie collective.

L’ultra-étatisme français continue sous Macron qui est tout sauf libéral. Assommés de taxe et anesthésiés de subventions, les Français confondent « libéralisme » et capitalisme de copinage couvé par l’étatisme.

Au-delà de nos frontières, cette même folie ne règne pas partout. L’économie allemande est en train de ralentir très fortement et l’inflation atteint 2,5 %.

Dans ces conditions, il n’est pas sûr que les Allemands veuillent encore plus de tout ce qui n’a pas marché, à savoir les taux nuls ou négatifs imposés par l’interventionnisme de la Banque centrale européenne.

Dans le cas où les taux d’intérêt seraient libérés, le futur des zombies et des gouvernements cigales qui dépendent de taux bas sera sombre.

Les élections européennes du 19 mai 2019 risquent bien d’être déterminantes pour l’euro tel que nous le connaissons.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (56)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (56)
  • Je suggère que vos maires embauchent le Frelon Vert.

  • la France sombre dans la folie parce qu’elle est dirigé par des malades dont le cerveau fonctionne à l’envers ; pas plus compliqué ;

    • le néofascisme socialiste et non-libéral de ce gouvernement.
      Un fonctionnaire en France coûte en moyenne jusqu’à la fin de sa retraite 3,6 millions d’€uros (chiffre de la Cour des Comptes présidée par le socialiste Didier Migaud) si vous prenez la peine de multiplier ce montant par le nombre d’agents de l’État à remercier dans les dix ans qui viennent c’est à dire de un à deux millions sur les quasiment 10 millions (y compris ceux qui n’en n’ont pas le titre mais sont censés en assurer la fonction, avec les officines « sponsorisées », pardon ) nous aboutissons à un chiffre pharamineux de 3500 à 7000 milliards d’€uros qui fichent le camp pour le plus médiocre résultat qui soit celui de l’augmentation de la misère, à croire que l’état fabrique des pauvres pour enrichir ses troupes de ponx.

      • Un calcul plutôt fantaisiste, 10 millions de personnes à 3,6 millions
        d’euros par personne cela ne ferait pas plutôt 36 milliards et non pas
        3500 à 7000 milliards ???

  • « Le gouvernement n’a pas jugé bon d’expliquer ni de justifier en quoi la généralisation des véhicules à essence et la disparition des véhicules diesel influenceraient de façon positive le climat. »
    Si j’ai bien compris, ce n’est pas là le principal problème du diesel. Il est plutôt dans l’émission de particules fines susceptibles de pénétrer les poumons et de causer des maladies.

    • Cela fait 50 ans que le diesel est interdit à Tokio à cause de sa nocivité. Pendant de ce temps, les dirigeants français en ont fait la promotion à outrance mais, depuis 3 ans, ils ont décidé que c’est sale et qu’il faut l’éradiquer de toute urgence. Ma question: de l’incompétence ou du copinage ?

      • Les deux ne sont pas incompatibles…

      • Les nouveaux diesel sont de nouveau autorisés à Tokio et sont même considérés comme des moteurs propres.
        Ps : et c’est depuis 20 ans, pas 50 ans.

        • Un moteur Diesel Récent avec turbo variable ou double, filtre a particule, et traitement NO2, etc est plus propre , plus efficient qu’un moteur essence !
          Parler du diesel en se basant sur les moteurs d’il y a trente ans, et soit de la connerie soit de la mauvaise foie. Dans les deux cas ça s’apparente bien a la folie, qui vise a interdire débats, analyses, et réflexions.

          • Vous avez 100% raison. J’ajoute que, pour faire -un peu – baisser la consommation des moteurs à essence, toujours nettement plus élevée que celle des diesels, les motoristes ont poussé l’injection d’essence, d’abord indirecte, puis directe, mais au détriment des NOXs et des particules. Pour les moteurs Euro 6d, il n’est pas du tout certain que les moteurs diesel polluent plus que les essence.

      • alors dans un monde raisonnable on n’interdit pas un truc parce que « c’est nocif »…on interdit un truc quand il y a une alternative indéniablement meilleure .
        en réalité prendre une décision raisonnable demande une quantification pas un simple constat qualitatif.
        vous avez là la plaie moderne , il suffit désormais de démontrer qu’un truc est cancérogène pour exiger son interdiction…

        le diesel est nocif et alors? l’essence aussi..et tiens, les particules issues du frottement des pneus, du freinage , les particules soulevées par les pratiques agricoles, celles issues de la combustion du bois etc etc…la liste est longue…

        si vous interdisez tout ce qui est nocif..dans l’absolu , vous risquez de mourir assez jeune…

        on raisonne quantitativement..et on raisonne en comparant les pratiques..

    • « l’émission de particules fines susceptibles de pénétrer les poumons et de causer des maladies »

      Alors, il convient d’interdire le métro parisien où l’air des couloirs est 30 fois plus chargé de particules fines que l’air des rues. A en croire les études pseudo-scientifiques, prendre le métro serait une manière de suicide. A votre avis, pourquoi le métro est subventionné et pourquoi les automobiles sont taxées ou même interdites alors qu’elles sont infiniment moins dangereuses pour la santé que le métro ?

  • très bon article , nous vivons la fin du socialisme a la française ,
    la seule question est :
    quand le systeme va t il s’écrouler puis que meme les subventionnées , qui font le plein avec des allocations ne peuvent
    meme plus s’en apercevoir

    • Ca ne devrait plus tarder vu la trajectoire que l’ont suit, le moindre grain de sable dans un rouage pourrait menacer le chateau de carte d’écroulement.

      • Je pense que vous rigolé, encore 20 ou 30 ans le temps que l’endettement arrivent a 2500M et peut etre on dira bah pourquoi pas, pour l’heure la planche a billet de l’euro va marché et hop la un ptit crédit….

  • Refuser un agrément pour favoriser les copains du maire. Détruire la concurrence par tous les moyens.

  • « Le gouvernement n’a pas jugé bon d’expliquer ni de justifier en quoi la généralisation des véhicules à essence et la disparition des véhicules diesel influenceraient de façon positive le climat. »

    C’est normal. Il peut pas ! Parce que « pour le climat » mieux vaut un diesel qu’une essence…

  • La transition énergétique, une planification que n’aurait pas renié Mao Tsé toug.
    Lui n’aimait pas les p’tits oiseaux, nos enarques n’aiment pas le pétrole.
    Il obligeait à faire de l’acier de mauvaise qualité invendable en saisissant les vieilles gamelles nos énarques prennent nos sous pour créer de l’énergie éolienne invendable hors marché.
    La France et l’Europe sont en en train de devenir la nouvelle URSS dirigé par une nomenklatura qui se croit clairvoyante…

    • oui exactement..il y a une liste de trucs « diaboliques ».. et les énergies fossiles qui ont permis quasiment tout le progrès humain des deux derniers siècles en font partie…pas même un merci…
      pour construire les éoliennes nécessaires il en faudra des émissions de CO2 d’ailleurs…

  • Notre président s’est donné 2 objectifs : d’abord sauver la planète et hier éviter le chaos mondial.Alors vos petits problèmes, vous savez ce qu’il en fait ?

    • tout à fait…c’est un champion planétaire..
      ce qui m’avait frappé… c’était Chirac..qui d’un coté parlait de solution planétaire pour sauver le climat, fastoche, et d’un autre expliquant combien était difficile un changement fiscal relatif à la restauration rapide…

      dire qu’ à une époque on parlait de faim dans le monde, d’éducation , d’accès à l’eau potable ce genre de trucs…m^me si les solutions étaient bancales les buts étaient nobles. on va plutôt désormais dans le sens de l’idée de surpopulation… glaçant.

  • concernant les particules qui tuent ,je vous signale cet excellent article

    https://climatdeterreur.info/environnement/pollution-aux-particules-il-y-deces-et-deces-premature

    sur tous les médias, on répète tel un mantra, les 10.000,50.000 ou plus si affinité de morts du fait des particules(en fait l’air de nos villes est de plus en plus propre), en mentant sans vergogne, car il s’agit bien de très hypothétiques morts prématurément, de 1 semaine à 6 mois
    Mme Buzin affirme même que cela provoque la leucémie des enfants
    Mais on assiste à la technique habituelle, on lance des affirmations gratuites à grand renfort de battage médiatique, personne n’ira vérifier, des « savants » engagés sortent des étude bidon , à la Séralini, ou Man, ou dernièrement le CICR,et on prend des mesures « courageuses », bien sur inutiles, coûteuses, absconses, et il ne nous reste plus qu’à enfiler un gilet jaune.
    A force de jouer à l’apprenti sorcier sur tous les sujets, on finira au mieux avec un vrai fasciste

    • Vous faites bien de rappeler qu’il s’agit, sous toutes réserves, de morts prématurées qui jouent au final peu sur l’espérance de vie. C’est en effet à Paris, où la pollution atmosphérique est une des plus « fortes » de France que l’EDV est la plus élevée. On est bien loin des valeurs chinoises où la réduction se compte non en semaines mais en années !
      Ca ne signifie pas qu’il ne faut rien faire, mais il est sans doute excessif d’en faire autant, surtout quand le cercle vertueux a été enclenché depuis des années. La pollution atmosphérique ne cesse de baisser en France depuis 30 ans, et avec notamment le renouvellement du parc auto selon des normes de pollution toujours plus sévères, ça va continuer.
      Est il vraiment nécessaire de prendre autant de risque pour l’économie avec des mesures aussi irrationnelles et injustes que celles que l’obsession autophobe gouvernementale nous pond depuis quelques années ?

    • Je rend très souvent visite à une personne en ehpad.
      Franchement, je me demande si je ne préférerais pas un poil de pollution pour partir un peu plus tôt…

  • L’utilisation de drones portant un insecticide très puissant parfaitement ciblé au millimètre grâce a une caméra serait parfaitement efficace et moins chère.

  • « Pourtant, la démocratie de proximité fonctionne plutôt bien. », écrivez-vous. Curieuse affirmation pour une libérale. Les communes interviennent dans tous les domaines : culture, sport, subventions à une myriade d’associations orientées en général vers le loisir, aide sociale, etc. Rien n’est moins libéral que la gestion communale. La proximité impose la démagogie. Tous les caprices des administrés sont entendus et financés. D’ailleurs, l’examen objectif des finances publiques montre que les dépenses locales se sont envolées, alors que l’État a fait des efforts (beaucoup trop modestes certes) pour tenter de contenir la croissance excessive des siennes.
    Vous surfez, comme beaucoup d’auteurs de Contrepoints ces jours-ci, sur le mouvement « gilets jaunes », qui est de plus en plus récupéré par toutes les oppositions, qu’elles soient de droite, d’extrême-droite, de gauche ou d’extrême-gauche. Petite et minable politique politicienne, donc : nos politiciens font de marketing pro domo avec tout ce qui bouge un peu. Quelle tristesse ! Quelle petitesse ! La plupart des organes de presse enfourchent le dada pour être lus. Quelle tristesse ! Quelle petitesse !

    • Vous vous moquez, c’est l’état qui a un déficit de 30% (370Mrds sur 300Mrds de recettes).
      Quant à la gestion locale, les dérives sont dues, entre autres, à la course aux subventions, à la non indépendance fiscale, et à un code électoral débile; la première liste au second tour rafle 50% des postes. Tout est fait pour avoir un maire fort, qui n’est pas à l’écoute des habitants. Les politiques français détestent négocier, ce qui est pourtant le Ba-ba de la démocratie, se mettre autour d’une table et faire des concessions mutuelles (Agora). Tandis que E Philippe se moque ouvertement des français, droit dans ces bottes.

  • Les observations et les études faites sur des glaciers partout dans le monde depuis 150 ans prouvent qu’ils perdaient déjà du niveau et de la masse à cette date . L’observation des l’érosion glacière dans les vallées montagnardes prouvent également que les glaciers ont reculé par centaines de mètres au cours du dernier millénaire . La conclusion est simple – simpliste diront certains : soutenir que la taxation abusive des carburants est tout à coup la solution mentent en connaissance de cause . Ce gouvernement en est le triste exemple .

  • Je ne suis pas d’accord avec la mutualisation du financement de l’éradication des frelons par les contribuables, aussi, éventuellement consommateur de miel. La mutualisation du risque ou du financement ne peut se concevoir qu’entre personnes mutuellement intéressées. Dans votre hypothèse, l’éleveur d’abeilles bénéficie de la prise en charge des coûts d’éradication et conservera son bénéfice. Il serait plus sain, en économie libérale que tous les producteurs impactés ou non par les frelons participent au coût de l’éradication. Le consommateur étant amené dans sa consommation de miel à ce coût et donc, pourquoi la double peine s’il intervient de manière coercitive en amont ? L’impôt est par nature coercitif.

    • La question de la mutualisation par le contribuable, a mon avis, peut se poser chaque fois que la masse des contribuables est sensiblement égal à celle des consommateurs.
      C’est le cas pour les routes. Presque tout le monde a une voiture et tout le monde bénéficie, en allant remplir son caddy au supermarché, du transport routier.
      C’est déjà moins le cas pour la SNCF, où le prix du billet est subventionné largement par le contribuable mais pour un moyen de transport qui ne représente que 10 % de ce qui est parcouru en voiture, et qui n’est pas utilisé par un nombre significatif de consommateurs.
      Pour répondre plus précisément à cette question, assez complexe, il faudrait aussi faire un tour par le concept d’externalités (positives ou négatives).

      • concept d’externalités (positives ou négatives).
        Encore un sophisme à la con !
        On se positionne par rapport à quoi ? Tunnel sous la Manche ou Viaduc de Millau ?

        • Ne vous moquez pas des concepts économiques sérieux :
          « Les économistes désignent par « externalité » ou « effet externe » le fait que l’activité de production ou de consommation d’un agent affecte le bien-être d’un autre sans qu’aucun des deux reçoive ou paye une compensation pour cet effet. Une externalité présente ainsi deux traits caractéristiques. D’une part, elle concerne un effet secondaire, une retombée extérieure d’une activité principale de production ou de consommation. D’autre part, l’interaction entre l’émetteur et le récepteur de cet effet ne s’accompagne d’aucune contrepartie marchande. »

          Le viaduc de Millau est un bon exemple. Les Millavois étaient inquiets, avant la construction du viaduc. Ils s’attendaient à des externalités négatives : fin de la vie économique dans la vallée, isolement de la ville,… Ce sont des externalités positives qui sont arrivées…
          https://anabf.org/pierredangle/dossiers/les-ponts/millau-leffet-viaduc-quinze-ans-apres

    • Les abeilles ne servent pas uniquement à faire du miel : elles servent également à la pollinisation dont toute monde profite y compris le particulier qui a des abris fruitiers.

  • Sale temps ! Sans compter que si ça prolifère, Louis Wuiton risque bien de facturer la généreuse gratuité maintenue sans aucune compensation! A poil par ce froid, c’est inhumain, pire que le réchauffisme.

  • Le capitalisme de copinage couvé par l’étatisme ça s’appelle la poutocratie.

  • Le réchauffement climatique soit disant causé par l’augmentation du CO2 est une fake news.

    La dictature du GIEC sur la réduction du CO2 est une escroquerie dont le coût atteint 35 000 MILLIARDS de $, soit l’ensemble des dettes souveraines terriennes. Les variations de température de la terre ne sont pas la conséquence des variations du CO2 atmosphérique mais une des causes principales.

    Une des questions est de savoir à qui profite le crime. A mon humble avis aux pays qui ont décidé de développer leur économie et donc leur consommation d’énergie en prenant un avantage compétitif par rapport aux gouvernements assez stupides pour s’engager dans la réduction des émissions de CO2. Il faut se souvenir que Al Gore a lancé sa campagne fin des années 90 au moment où les USA s’engageaient dans l’exploitation du pétrole et du gaz de schiste (qui n’est viable qu’avec un baril à 50$).
    Egalement aux compagnies pétrolières qui organisent la pénurie d’une ressource finie.
    Plus près de nous, le lobby électronucléaire doit saliver à l’idée de remplacer le parc des véhicules thermiques par des véhicules électriques et peu importe que l’empreinte carbone de ces derniers soit supérieure à celle des véhicules thermiques. Peu importe en effet puisque faire varier le CO2 atmosphérique ne changera pas le climat.

    Démolir l’économie de ses concurrents dont le premier est l’Europe en les poussant à sortir des énergies fossiles et nucléaires, en voilà une stratégie qu’elle est bonne.

  • Suite du précédent :
    En France la transition énergétique se solde par plus d’un millions de chômeurs supplémentaires et un gaspillage de plosieurs dizaine de milliards.
    Rien que la taxe carbone à 40 €/T coûte 13 milliards et 233 00 emplois.
    (voir http://www.scmsa.eu/archives/SCM_LBRC_V3.pdf )

    Les conséquences financières et sociales de la ransition énergétique en font une arme de destruction massive de l’économie et de l’emplois français (voir http://www.scmsa.eu/archives/SCM_LBRC_vol2_2015_11_14.pdf)

    Par ailleurs on sait aujourd’hui preuves expérimentales à l’appui : (voir la documentation afférente sur le site des climatoréalistes)

    que le réchauffement (très modeste) qu’on connait depuis 1950 est lié à l’intensité du champ magnétique solaire qui dévie les rayons cosmiques qui amorcent la formation des noyaux de condensation déclenchant la formation des nuages lesquels réfléchissent le rayonnement solaire vers l’espace. Voir les experiences de Svensmark au CERN documentées sur le site des climatoréalistes.

    que ce réchauffement marque le pas depuis 2000 et que les modèles numériques du GIEC sont de plus en plus battus en brèche (en fait il sont faux)

    que l’augmentation du CO2 favorise l’extension de la couverture végétale depuis 60 ans (+20 à 30%). Si cette couverture végétale est majoritairement de la forêt, ça favorise la production d’aérosols et donc de noyaux de condensation et donc de nuages donc la réduction de rayonnement solaire reçu

    que l’absortion du rayonnement IR par le CO2 ne se fait que sur 2 pics très étroits à 20 et 70 THz. et que tout le rayonnement IR dans ces 2 pics de fréquence est absorbé dans les 100 premiers METRES de l’atmosphère. Ce qui explique pourquoi on n’a jamais pu mesurer de point chaud dans l’atmosphère sous les tropiques et surtout ce qui implique qu’on peut augmenter tant qu’on veut le CO2 atmosphérique ça ne réchauffera pas plus l’atmosphère puisqu’il n’y a plus de rayonnement IRà absorber à 20 et 70 THz ; en un mot l’effet de serre lié au CO3 est SATURE. D’ailleurs cet effet a été quantifié à 0,1°C de réchauffement total.

    A l’éocène (première époque de l’ère tertiaire la température moyenne de la terre était supérieure jusqu’à 14 degrés par rapport à l’actuelle. Voir le graphe sur Wikipédia. La terre et la biosphère n’en sont pas mortes loin de là.

    Donc RAS le BOL de la dictature du CO2 prétexte à nous pomper l’air et notre pognon. Et a détruire notre économie. Pauvres gilets jaunes, ils ont encore plus de raisons d’être en colère.

  • cherchez l’erreur!

    Nous sommes gouvernés par des voyous qui se moquent de nous, qui nous prennent pour des imbéciles pour ne pas dire des “cons”!!!
    Taxe sur les carburants en 2018 : le gouvernement transfère 577 millions d’euros du budget de l’écologie vers le budget général
    https://www.publicsenat.fr/article/politique/taxe-sur-les-carburants-en-2018-le-gouvernement-transfere-577-millions-d-euros-du?fbclid=IwAR1_k4gJ0bebEilamkV7N0ySiPJQnHMljVW5vqcB6hqsqgZKXTOV8SbLHxo#.W_LBLNznfgJ.facebook

  • https://www.abcbourse.com/graphes/eod.aspx?s=ABCCLu
    Cours du baril sur un an
    le gaz de schist serait encore économiquement viable à 26$ ce qui a paniqué les pétro-musulman

  • @ ahd289 .vous faites erreur les diesel nouvelle generation sont autoriser à Tokio pour diminunuer le C02 … c’est tout récent !!!

  • un article qui fait du bien.j aime beaucoup votre style et votre pertinence?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un ami taquin me présente hier 5 mars une amie allemande qui travaille à la Commission européenne. Courtois, j’entame la conversation. Après deux phrases, madame Von Strumphflüdel (si j’ai bien compris) tient à m’informer du fait qu’elle se rendra bientôt en Inde en train, bien sûr.

— Of course. Êtes-vous peut-être écologiste ?

D’un air humble, les lèvres légèrement pincées, les yeux se baissent, le visage s’incline imperceptiblement, dans une posture nettement christique :

— Je ne suis pas parfaite, mais je tente de cont... Poursuivre la lecture

La présidente de la Commission européenne Ursula von der leyen vient de déclarer :

« La porte de l’Union européenne est ouverte à l’Ukraine [...] Ils sont des nôtres. »

Peut-être Ursula gagnerait-elle à consulter les traités européens qui fondent sa modeste légitimité non démocratique ?

Qui décide et supervise le processus d’adhésion d’un État à l’Union européenne ? Le Conseil.

Le Conseil — non la Commission — établit et supervise le processus d'élargissement de l'UE et les négociations d'adhésion.

Selon les... Poursuivre la lecture

Par Jacques Clouteau.

Depuis des décennies, et encore plus au moment des campagnes électorales, je trouve que les discours des hommes politiques, qu'ils soient de droite ou de gauche, les compte-rendus des journalistes et les avis des économistes sont d'une exaspérante vacuité lorsqu'ils se mettent à évoquer l'économie du pays.

Je note toujours avec amusement que ces économistes sont en fait des professeurs d'économie dans une quelconque école, ce qui en dit long sur leur contact avec l'économie réelle que nous autres, entrepren... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles