Vous avez dit Liberté ? 17 textes d’anthologie pour découvrir le libéralisme

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vous avez dit Liberté ? 17 textes d’anthologie pour découvrir le libéralisme

Publié le 29 octobre 2018
- A +

Un article de l’Institut Économique Molinari

Cécile Philippe, présidente de l’IEM, est heureuse d’avoir participé à la création d’une anthologie thématique de textes de grands auteurs libéraux.

Ce projet d’anthologie a été porté par les Affranchis avec la contribution de nombreux auteurs pour resituer les textes dans le débat contemporain : Gaspard Koenig, Jean-Marc Daniel, Max Falque, Pascal Salin, Emmanuel Martin, Olivier Babeau, Jean-Baptiste Noé, Jérôme Perrier, Jean-Philippe Feldman, François Facchini…

Elle est composée de textes de grands auteurs libéraux, chacun préfacé par un contemporain, pour faire découvrir cette doctrine encore trop mal connue en France pour ce qu’elle est vraiment. « Ultra-libéralisme » quand il s’agit d’aborder une réforme qui fâche, « néolibéralisme » quand il s’agit de dénoncer la mentalité « tout business » ou la consanguinité entre l’appareil d’État et les grands acteurs économiques, ce mélange des genres, le capitalisme de connivence est pourtant lui également dénoncé par les libéraux. Souvent caricaturée, cette doctrine et ses grands défenseurs ne sont plus sérieusement enseignés, ni à l’école, ni à l’Université.

Organisés en 17 thèmes dont justice, protection sociale, morale, écologie, libre-échange, banque, culture, liberté d’expression, éducation, ces textes apporteront des pistes de réflexions libérales sur les questions politiques contemporaines. Pas des solutions définitives, car le libéralisme est une réflexion vivante qui ne préjuge pas du sens de l’Histoire. Le libéralisme ne propose pas un modèle de cité idéale, débarrassée de toutes souffrances, sans misère, mais un monde qui laisse à chacun le choix de sa propre voie. Il garantit que puisse naître une infinité de situations et de trajectoires. Car les élites dirigeantes peuvent-elles réellement prétendre connaître la multitude de rapports sociaux auxquels s’applique leur politique centralisée ?

L’État moderne qui étend son emprise sur tous les aspects de notre existence nous enlève par la même occasion la possibilité d’apprendre par l’expérience, et les élites qui le représentent s’arrogent trop souvent le monopole de la sagesse. À mesure qu’il réduit les libertés, il déresponsabilise les individus et se rend ainsi de plus en plus nécessaire à notre existence. Le contrôle politique des rapports socio-économiques s’accompagne d’un pernicieux dirigisme moral, sans pour autant parvenir à satisfaire l’objectif affiché d’une plus grande égalité économique.

L’anthologie est disponible en format papier dans tous les événements Students for Liberty et disponible en version numérique sur le site Students for Liberty.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Le libéralisme est jugé en france comme le plan diabolique du grand capital pour asservir les masses
    Alors que ce qui asservi les masses c’est l’emprunt public ,indispensable pour faire une politique de gauche..
    les français ont peur de tout , et ont sacrifié leur liberté a la rente

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles