L’impact du terrorisme sur le PIB européen

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Jeanne Menjoulet - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’impact du terrorisme sur le PIB européen

Publié le 9 octobre 2018
- A +

Par Antoine Le Noan.

# L’étude

En mai 2018, l’European Parliamentary Research Service publiait une étude intitulée : « The Fight against terrorism | Cost of Non-Europe Report »

Le document présente en annexe une étude de RAND Corporation offrant une méthodologie de valorisation de l’impact financier du terrorisme sur le PIB européen. En s’appuyant sur la base GTD (Global Terrorism Database) qui recense les actes terroristes dans le monde, l’étude propose une évaluation :

  • du coût humain (décès et blessés) liés aux actes terroristes,
  • des dégâts matériels,
  • de l’impact sur la croissance du PIB des États.

# Les résultats

De 2004 à 2016, l’impact des actes terroristes sur le PIB des pays de l’UE est estimé à 185 milliards d’euros. Environ 90 milliards ayant été générés à partir de l’année 2013.

Pour faire face à cette situation, dans sa proposition de budget 2021-2027, la Commission Européenne propose notamment de multiplier par 1,8 le budget lié à la sécurité intérieure, passant ainsi les 3 milliards d’euros de budget sur la période concernée.

# La visualisation

La visualisation suivante présente les résultats de cette étude pour les actes de terrorismes commis de 2004 à 2016.

Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • « Pour faire face à cette situation, […] la Commission Européenne propose notamment de multiplier par 1,8 le budget lié à la sécurité intérieure »
    Personne n’a de meilleure idée qu’une mesure budgétaire ? Ca pue la préparation d’alibis et d’excuses…

    • @MichelO
      Bonjour,
      Il y a eu autre chose : le durcissement des lois sur les armes en Europe. Assorties évidemment du volet « amendes ».
      Multiplier par 1,8 (ils sont gentils ! ils n’ont pas été jusqu’à 2) nécessitera des fonds. L’Etat français prêtera peut-être ses licornes à excréments dorés.

    • Mdr. Balançons du pognon à pleins seaux, il en sortira bien quelque chose.
      Cela dit, la mise en place de la censure et de la surveillance de masse, ce n’est pas gratuit…

  • C’est surtout l’occasion pour les Etats d’augmenter leur mainmise sur la société…

  • HAHAHAHA ! La visualisation ! « Script error » ! Pas de données, pas de légende, juste une carte en couleur. Bon, rien qu’aux couleurs, on peut se douter clairement qu’en France, au Royaume-Uni et en Espagne les « dégats » y sont les plus importants. MANKAGANER !

    • MANKAGAGNER !

    • Cela fonctionne chez moi. Juste Portugal et Luxembourg n’ont pas de données.

      • Mea Culpa
        je croyais que c’était une carte « fixe » non interactive, mode capture d’écran, du coup, je n’ai même pas passé ma flêche sur la carte.
        J’ai pensé au mode capture d’écran à cause du rectangle « erreur inattendue ».

      • @ MichelC
        Vous avez entendu des déclarations portugaise et luxembourgeoises contre les belligérants, ou vu des soldats de ces pays, là-bas? Non, alors pourquoi se venger et de quoi?

  • 185 Milliards d’impact dûs aux actes terroristes… combien pour les actes criminels sur la même période ? Juste histoire de voir à quel point ces actes impactent, minent et pourrissent nos Sociétés.

    • @ STF
      Non! Pas 185 Mds€ mais 1,85!

      • @mikylux
        Bonsoir,
        Il n’y a de virgule ni dans l’accroche de l’article ni dans le texte. C’est bien 185Mds€.
        « De 2004 à 2016, l’impact des actes terroristes sur le PIB des pays de l’UE est estimé à 185 milliards d’euros. »

        Et juste aussi pour voir au vu des résultats depuis 2004, quel est l’impact sur notre « pouvoir d’achat dont nos élites sont si soucieuses, qu’ils nous le tranchent menu petit à petit ? Un peu comme un boucher qui trancherait un jambon et qui dirait : « Il y en a trop, j’en enlève ? »

  • Ben oui, mais ne sont recensés que les actes vraiment très très méchants avec des bilans lourds faciles à compiler. Comme d’hab, vu les défaillances des institiuts de statistiques des pays de l’UE, ne sont forcément pas agrégés les actes des « déséquilibrés » ou des « toxicos » ou de divers véhicules ayant une trajectoire aléatoire… Parce que voir la Belgique,la Suède ou l’Italie moins concernées que la France, la GB et l’Espagne est quand même fortement louche.
    Et même, hors coût humain, dégâts matériels et impact de croissance cités pour l’évaluation, dont on n’est même pas sûr que ce ne soit pas au doigt mouillé, il reste à y ajouter les aspects psychologiques sur les familles et les témoins (perte de production et médocs à minima), les coûts annexés de recrutement, de formation et de complément de matériel des forces dites de sécurité, les dépenses annexes en communication des gouvernements (type « que faire en cas d’attentat »)… J’en passe et des meilleures.
    Mais c’est sûr que quantifier à la louche les coûts de ces situations non classiques permet l’identification d’une ligne budgétaire pour l’Etat (avec son corollaire de divers taxes) et une catégorisation supplémentaire des organismes d’assurances en vue d’identifier une ligne de « risque ». Tout baigne…

    • @ vitevu
      Non! Fr.Hollande a déclaré, lui-même, plus d’une fois, que « la France était en guerre »! Grand bien lui fasse! Mais une guerre, ce sont des gains et des pertes! À tous les coups!
      Les autres pays européens ne sont pas français et n’obéissent toujours pas au « couple (déséquilibré) franco-allemand »!
      Et ce n’est pas demain, la veille!
      Assumez vos « clowneries » nationales avant d’accuser des statisticiens préjugés honnêtes, sans autre argument « qu’au pif »!

      De plus, on parle du budget de l’Union Européenne, pas de l’état français! Ce 1,8 milliard coûtera 40 € à chaque citoyen européen, en moyenne, à moins qu’il soit récupéré sur un autre poste budgétaire! Vos suspicions ne sont donc pas fondées! De plus, si j’ai bien compris, il s’agit bien d’une diminution de recettes plus que d’un vrai coût nouveau à dépenser!

      • Le libéralisme, c’est aussi refuser d’assumer les clowneries d’un autre au prétexte qu’il aurait élu — par d’autres aussi — à notre tête.

  • et passer en douce lors d’un vote , que le service de sécurité privé, certains peuve être armé..
    une police parallèle..c’est grave , le constat que la police etc..ne peut nous proteger..
    c’est du n’importe quoi!! où vas t-on ? bonjour les dégâts !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

Le président Emmanuel Macron a rencontré le Premier ministre hongrois Viktor Orban. Ce dernier assure actuellement la présidence tournante du groupe de Visegrad (Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie) et a invité le président français à participer au sommet de ce groupe. On assiste à une opération de séduction mutuelle entre les deux dirigeants.

Un rapprochement sur fond de souveraineté européenne

Si Macron a pointé les exigences européennes en matière d’État de droit et de respect des valeurs ... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

Décidément, la crise sanitaire aura mis à mal le libéralisme. Ses opposants ont pu donner libre cours à leurs penchants liberticides. Plus grave : une partie des libéraux eux-mêmes ont pris des positions plus que critiquables. Que ceux pour qui la liberté n'est pas au centre de leur pensée la bafouent est une chose, mais que ceux qui prétendent la soutenir soient les vecteurs du tournant autoritaire actuel en est une autre.

Au sein de l’Union européenne, bon nombre de formations politiques issues de l'ALDE... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles