Les emmerdes fiscales d’Aznavour

Charles Aznavour est mort à 94 ans. Il a fasciné le monde entier par son répertoire. Mais en France, les journalistes l’interrogeaient en permanence sur son exil fiscal.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Aznavour by OK Apartment(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les emmerdes fiscales d’Aznavour

Publié le 1 octobre 2018
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

J’ai quitté la France parce que l’administration avec moi a été dégueulasse.

Ce n’est pas un extrait de chanson. C’était une rengaine. Dès qu’un micro se tendait, Charles Aznavour devait se justifier d’avoir quitté la France. Sur Europe 1 :

On m’a poussé à partir, avec tous les ennuis qu’on m’a faits. […] Ce que j’ai investi en France, je ne l’ai investi nulle part ailleurs.

Une certaine France n’aimait pas Charles Aznavour. Celle composée de ses ennemis, jaloux, et de ces contrôleurs du fisc chargés de traquer la richesse là où elle se trouve. En juin 1977, le chanteur comparaît pour fraude fiscale. Verdict : non-lieu.

Le 9 décembre 1977, il est condamné en appel à un an de prison avec sursis et à une amende de 10 millions de francs de l’époque pour « infractions à la législation sur les changes et infractions douanières ». Il paie.

Aznavour paie. Mais la traque ne s’arrête pas. En novembre 2013, il avoue :

Les avocats m’ont coûté cher, mais il y a eu pire : il y a quelques gens de la politique qui pouvaient, paraît-il, arranger mon coup et moi, j’avançais un peu d’argent en liquide pour les votes qu’ils devaient avoir, notamment pour les affiches.

Aznavour dépense aussi. Il dit garder peu d’argent, il n’investit pas en bourse. Il finance des musiciens, des producteurs, des techniciens, il loue des salles et les remplit. Jusqu’à son dernier souffle. Car la retraite à 65 ans, il ne connaît pas. Il chante, il compose, il joue.

Il paie.

Quand on taxe ce que vous avez gagné au bout d’une vie pendant laquelle vous avez toujours payé vos impôts, on vous reprend ce que vous avez mis de côté.

Ce que j’ai fait pour mes enfants, je veux que mes enfants le reçoivent.

L’obsession bien française pour la richesse propulse l’Hexagone en tête des États vampires. Aux États-Unis, Charles Aznavour était admiré pour sa carrière. CNN et Time l’ont consacré « Chanteur de variété le plus important du XXe siècle ».

« J’ai travaillé
Des années
Sans répit
Jour et nuit
Pour réussir
Pour gravir
Le sommet »

Il a aimé ses amis, ses amours. Mais en France, il a eu son lot d’emmerdes. En comprenant que la misère est bien moins pénible au soleil, Charles Aznavour n’a fait que défendre sa liberté. Merci, Monsieur. Le monde vous est reconnaissant. L’État français aussi.

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • Mince du manque à gagner pour le FISC !!

  • Sur twitter les vautours tournent déjà.
    Triste pays où la FISC est plus important que l’un des plus grand artistes du XXe siècle.

    • Votre com serait crédible si les impôts des grandes richesses comme Aznavour (multimillionnaire) ne servaient pas à financer la recherche médicale, les hôpitaux, les écoles, les routes, la police… dont vous avez sans doute déjà utilisé un de ces services !

      • Les hôpitaux où l’on a plus de chances de mourir d’une maladie nosocomiale que d’un accident de la route, les routes où plus de 4000 personnes meurent chaque année, les écoles où plus de 150 000 élèves sortent chaque année sans qualification, la police qui traîne chaque année plus de 3 millions d’affaires non résolues ?

        Avec tout le fric qu’il a donné, est-ce normal de passer son temps à l’injurier ? Il a créé des dizaines d’emplois et vous ?

      • Vous connaissez la recette du pâté d’alouette ? C’est comme pour l’utilisation des impôts pour les missions régaliennes, on met aussi moitié de redistribution — moitié de viande de cheval — : dans la proportion 1 cheval / 1 alouette…

        • L’entretien des routes, c’est 0.05 % des dépenses publiques contre au moins 15 fois plus pour les connards de cultureux. Comment cela se fait il ? On me souffle que le goudron ne vote pas.

      • Triste pays, je le répète, où l’on se demande si un énorme artiste a rempli ses CERFA et sa déclaration d’impôts à sa mort.

      • 1) Un étranger qui vient en France, loue une voiture, va indirectement payer des taxes et financer l’Etat français. Les routes ne sont pas finançables par les seules taxes sur l’essence, les immatriculations, etc.? Vous ne croyez pas qu’il y a un problème?

        2) Les hôpitaux n’arrivent pas à s’en sortir avec les remboursements de soins, alors que les cliniques, elles y arrivent pas MOINS par acte? Il n’y a pas un problème?

        3) Les écoles, pour qui? Les Français? Les étrangers?

        •  » Les hôpitaux n’arrivent pas à s’en sortir avec les remboursements de soins, alors que les cliniques, elles y arrivent pas MOINS par acte »
          Sans oublier que le même acte est remboursé le double à l’hôpital public par la Sécu dont la mission implicite mais réelle est de couler les cliniques privées par asphyxie économique; Les exemples ne manquent pas…

      • Oh, en voilà un beau !

      • aznavour a payé plus que sa part d’école de police etc…et malgré tout il doit encore…

  • Charles Aznavour vient de mourir. Aujourd’hui. RIP.
    Mais le corps est encore chaud que déjà Contrepoints fait de la récup pour taper sur le fisc. Même si ce dernier le mérite bien, le procédé est passablement abject.

    J’en ai assez faut bien qu’j’te l’dise
    Tu m’exaspèr’s, tu m’tyrannises
    Je subis ton sal’caractèr’
    Sans oser dir’que t’exagèr’s
    Oui t’exagèr’s, tu l’sais maint’nant
    Parfois je voudrais t’étrangler
    Dieu que t’as changé en cinq ans
    Tu t’laisses aller, tu t’laisses aller

  • @Jean Manchzek
    Le corps est encore tiede et vous crachez votre fiel. Je vous plains.

  • tout ces artistes qui nous quittent sont ceux qui en ont le plus bavé pour arriver en haut de l’affiche ; aznavour a eu bien raison de planquer son argent à l’abris des serres du fisc ;

  • Des emmerdes bien cherchées….il y a des règles on les accepte ou on s’en va…mais c’est sans doute plus dur lorsque l’on n’est pas millionnaire….il y a quand même mieux que s’emmerder en Suisse au bord d’un lac pour quelques euros de plus que l’on ne dépensera pas de son vivant. Sans rancune , Charles.

  • Dans un héritage important le grand gagnant de l’affaire c’est d’abord le fisc. Et en plus c’est le plus silencieux.!!!

  • Le bal des hypocrites envieux. La règle, tout de meme, pour les success story non inféodés au nouveau haut clergé, c’est quand meme de se barrer. Ca fait 40 ans que ca dure. Que le dernier Charles pense bien a éteindre la lumière en fermant la porte.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vincent Aslangul.

Selon le consensus prévalant, la baisse des taux d’intérêt relance la croissance du PNB. Tiré de l’analyse de la Grande Dépression des années 1930, ce paradigme a permis d’endiguer l’impact de l’éclatement de la bulle Internet et de répondre à la crise financière de 2007-2008. Mais une fois passée la gestion de crise, un constat contre-intuitif s’impose : des taux d’intérêt durablement bas ont des effets pervers considérables, freinant la croissance et accentuant les inégalités.

Les économistes américains ... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

Doit-on cacher ses richesses lorsqu'on est élu ? La question a plané lundi lors du procès des époux Balkany devant le tribunal correctionnel de Paris. Lorsque le juge l'a interrogé sur les montages financiers destinés à masquer sa villa Pamplemousse aux Caraïbes, le maire LR de Levallois-Perret a expliqué que sa qualité d'élu, ainsi que celle de son épouse, les avait dissuadés de déclarer leurs biens à l'étranger.

Pour expliquer la création d'une société seychelloise par le gestionnaire de ses f... Poursuivre la lecture

Bercy impôts présidentielle
0
Sauvegarder cet article

Voilà, le mois de novembre s'achève et avec lui toute velléité de prétendre que l'année 2018 se terminera mieux que 2017. En effet, même si le mois de décembre peut, traditionnellement, être occupé à mettre un peu de baume au cœur des hommes et femmes de bonne volonté, il semble que cette année-ci, ce ne sera pas le cas.

En pratique, c'est avec une certaine consternation qu'on observe exactement le contraire : au lieu d'une trêve dans les mauvaises nouvelles, au lieu d'un apaisement dans la folie ordinaire qui secoue ce pays jadis Lumi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles