À Limoges, on n’a pas le TGV mais on aura l’hyperloop

Chaque usager embarquant durant au moins quatre heures dans l’Intercité Limoges-Paris rêve aujourd’hui de troquer son wagon du siècle dernier contre un trajet de 20 minutes en capsule hyperloop !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À Limoges, on n’a pas le TGV mais on aura l’hyperloop

Publié le 22 août 2018
- A +

Par Thierry Berthier.

Au départ, cela ressemble à un poisson d’avril mais le projet est bien réel… Le 10 août 2018, la préfecture de la Haute-Vienne a enregistré une demande de permis de construire pour l’élaboration de la plus longue piste d’essai Hyperloop du territoire et de son laboratoire de recherche. Le lieu retenu pour cet ambitieux projet technologique n’est autre que Droux, un village limousin de 400 habitants situé en pleine campagne, à une cinquantaine de kilomètres de Limoges.

Droux, futur berceau de l’Hyperloop (?)

Ce projet est porté par la startup canadienne Transpod, basée à Toronto et spécialisée dans le développement (R&D) de la technologie Hyperloop. Son PDG cofondateur, Sébastien Gendron, souhaite construire à Droux la plus grande piste d’essai (4km) permettant, en principe, de tester des vitesses de déplacement des capsules proches des 1000 km/h. Cette piste est constituée d’un tube vide d’air, étanche, monté sur pylônes et dans lequel se déplacent des capsules. Celles-ci pourraient atteindre la vitesse d’un avion en se succédant selon la cadence de rames de métro.

La synergie « Transpod-Droux »  n’est pas le fruit du hasard. Elle émerge du démarchage d’un groupe d’entrepreneurs de la région et d’élus locaux rassemblés au sein d’une association cherchant à redynamiser l’écosystème local via des projets innovants et disruptifs. Une ancienne voie de chemin de fer désafectée offrant une ligne droite de plus de 4 km à altitude constante, répondait parfaitement aux contraintes techniques et au cahier des charges de la piste d’essai. Le terrain a donc été mis à disposition par le Département contre l’engagement d’y implanter le laboratoire de recherche Transpod chargé des futurs essais.

Soutenue par le Préfet de la Haute-Vienne, l’initiative Transpod apparait comme une opération « gagnant-gagnant » dans laquelle l’État agit comme facilitateur et la start-up comme moteur d’innovation et de rayonnement pour un département qui en a bien besoin.

L’Hyperloop à Droux ou le paradoxe de l’innovation de rupture en territoire oublié

Au-delà des considérations techniques, de la faisabilité du prototype et du « degré de TRL » des futurs livrables, il faut saluer l’initiative qui intervient sur un territoire particulièrement délaissé par l’État depuis des décennies.

Le paradoxe de l’initiative Transpod apparaît à quiconque a séjourné quelques temps en Haute-Vienne. Limoges est certainement la ville française la plus mal traitée du territoire en matières d’infrastructures de transport : le TGV n’a jamais pu atteindre les steppes limousines et la gare de Limoges se contente depuis toujours d’un train Intercité « Limoges-Paris » qu’il est difficile de décrire avec des mots mesurés tant la situation s’est inexorablement dégradée.

Le 12 juillet 2013, l’Intercité Paris-Limoges 3657 déraille en gare de Bretigny-Sur-Orge alors qu’il roulait à la vitesse vertigineuse de 137 km/h. L’accident qui a fait 6 morts et de nombreux blessés a mis en lumière « l’état de délabrement jamais vu » (citation de la commission d’expertise)  de la ligne et de l’absence d’entretien et de maintenance. En 1973, le trajet Limoges-Paris mettait 25 minutes de moins qu’aujourd’hui dans le cas d’un trajet sans retard. Limoges détient ainsi le record de « décroissance », de repli technologique et de retour vers le passé (en l’occurrence celui du début du 20e siècle) dans le domaine du transport ferroviaire.

Dégradation des services publics

J’ai personnellement cessé de prendre le train Paris-Limoges en raison de l’impossibilité de caler un horaire de rendez-vous stable, même en tenant compte des retards chroniques de la ligne. Aujourd’hui, la probabilité d’arriver à Paris avec au minimum une heure de retard est proche de un… Celle d’un retard de deux heures et plus est également très importante. Une telle dégradation du service public est régulièrement dénoncée par les acteurs locaux mais rien n’a été fait pour y remédier. Au contraire, la situation empire mois après mois, isolant un peu plus un territoire qui n’a pourtant pas démérité.

Lorsque l’on cherche à identifier les causes d’un tel abandon, on comprend vite que la Haute-Vienne n’a jamais figuré en haut de la liste des priorités d’aménagement et de remise à niveau d’infrastructures. Le concept de diagonale du vide prend ici tout son sens, naissant d’une suite ininterrompue d’arbitrages nationaux défavorables, de renoncements locaux, de paroles non tenues et d’immobilisme coupable. L’absence d’alternance politique durant près d’un siècle à Limoges a sans doute favorisé l’isolement et l’enclavement de la ville avec une succession de quelques maires enchaînant les mandats sans aucune remise en question. L’un d’eux a régné sur la ville de 1956 à 1990 sans jamais avoir mis en place une politique de désenclavement… C’était une autre époque, mais celle-ci a durablement hypothéqué l’avenir et le dynamisme local.

Limoges-la-Zone

Alors, quand un beau projet comme celui d’Hyperloop-Transpod vient apporter de l’innovation de rupture et de l’accélération au sens propre comme au sens figuré, on ne peut qu’y souscrire et espérer que l’initiative soit couronnée de succès. Chaque usager embarquant durant au moins quatre heures dans l’Intercité Limoges-Paris rêve aujourd’hui de troquer son tchouk-tchouk du siècle dernier contre un trajet de 20 minutes en capsule hyperloop !

Sur le web

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • En gros ce super projet consiste à créer un super pneumatique pas pour envoyer des documents ou de l’argent mais des mrs dames hyper pressés d’un point a a un point b figé pour l’éternité……moi je préfère l’avion a cause du paysage….et puis …c’est dingue c’est surment rapide mais où est prévu le pipi room ?

  • Des passagers encapsulés (et pas près de pouvoir en sortir), c’est un rêve humide de cheminot.

  • Ca sent le projet qui va être repris par l’état et sera hyperloopé…

  • Les Maires de Limoges n’ont fait que respecter la tradition qui veut que cette ville soit un trou perdu et une punition. D’ailleurs certains fonctionnaires, tels les Benallas devraient aujourd’hui encore être limogés.

  • Quelle foutaise cette article , comment se réjouir qu’une fois de plus on gaspille notre argent?!

    il est très facile de démontrer que l’hyperloop est un cauchemar d’ingénierie, ca coûtera des milliards et ca ne marchera pas (ou pas longtemps)

    • sana parler du fait que beaucoup de futurs usagers sont partant..euh il y en a des usagers? un nombre restreint pour un coût démesuré probablement…ça fait baver l’Etat rien que pour ça.

  • Je ne sais pas pour vous, mais croire que faire le vide sur plusieurs centaines de kilomètres de tunnel sans que cela ne soit un cauchemar d’ingénieur à un prix prohibitif, ne me parait pas l’idée la plus lumineuse du siècle.

    Quant à attendre des responsables public locaux ou de l’Etat quoi ce soit après avoir la gestion plus que politique de tout ce qu’ils touchent, cela relève du syndrome de Stockholm.
    Jetez un coup d’oeil au rapport sur l’entretien des routes publiques en France, et vous vous rendez rapidement compte de la folie de croire que les politiques ont une vue plus longue que la prochaine élection.

    • Le vide est tout relatif car d’après ce que j’avais lu, la sustentation se fait par « cousin » d’air: le peu d’air restant est canalisé pour porter la capsule.

      Mais il y bien d’autres défi, notamment la nécessaire rectitude du tunnel. A cette vitesse, pas question de dévier de la ligne droite de manière trop rapide.

      C’est clairement un défi d’ingénieur, mais aussi probablement un défi commercial: les capsules sont petites, ne peuvent pas se suivre de trop près. Donc le « débit » sera ridicule. Un peu comme le concorde quoi…

      • Oui et la moindre dépressurisation à cause d’un problème ou d’une maintenance quelconque, plusieurs semaines pour pomper l’air des tubes, ca personne n’y pense…

      • Voyons,
        avec tous ces politicards qui nous pompent l’air, doit bien y avoir un moyen de faire le vide !
        A moins bien entendu que ceux qui brassent du vent annulent le résultat escompté, ce qui me parait assez probable…

      • Pour que ce soit intéressant, il faudrait que ça prenne un conteneur 40′ comme une fleur, que ça passe n’importe où sans ouvrages d’art coûteux, et que ça survive aux attaques des chasseurs comme des écolos : pas gagné…

  • Super projet….pour Disney Land , sur quelques centaines de mètres..bien entendu pas question de faire des exploits de vitesse la moindre côte ou descente et les sacs a vomi sont de sortie..30 minutes dans un tube…..claustrophobes s’abstenir !

    • Nul doute que ces questions – importantes – seront réglées avec le temps.

      Dans les vols longs courriers, vous passez déjà plus d’une dizaine d’heure dans un tube…

      • Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs.on étudie une fantaisie technique pour ensuite trouver une utilisation. C’était le problème du Concorde , fantastique du point de vue technique mais inutilisable dans le monde réel , trop bruyant, trop fragile trop cher ..et clientèle très limitée .
        Paris Limoges en tube….. pas concevable , qui va a Limoges , pas grand monde ,comment traverser en ligne droite la distance , impossible…..donc projet réservé aux Emirats pour aller de buldingue en buldingue sur 300 m

  • Amusant de lire certains commentaires qui a priori n’ont fait aucune recherche sur le sujet.
    Hyperloop a lancé par Elon Musk, qui bien qu’un peu fou amène la plus part de ses projets a des conclusions bien palpables.
    N’ayant pas le temps de s’en occuper, il a mis le projet en mode Open Source, et plusieurs sociétés se sont lancée dans l’aventure.
    Pour l’instant le département à mis a disposition une voie, et contrairement à la route de solaire de Sego n’a pas injecté directement autant d’argent pour un projet qui était voué à l’échec

    • « et contrairement à la route de solaire de Sego n’a pas injecté directement autant d’argent pour un projet qui était voué à l’échec »

      Combien a-t-il injecté ❓

    • Si si j’ai réfléchi sur le sujet , il faut vraiment pas avoir la moindre base en physique pour ne pas se rendre compte de l’impossibilité PRATIQUE et non pas technique du projet.

    • Les conclusions palpables… On aimerait bien qu’Elon Musk ne soit pas le seul à palper, et le contribuable pas le seul à payer.

    • @The Jester

      Les résultats quant aux records de vitesses atteints sont par ailleurs très significatifs:

      Le Maglev japonais a sustentation magnétique a bloqué le compteur à 603 KM/H il y a plus de 3 ans déjà, le 21 Avril 2015.

      Entre 1900 et 1950 la vitesse des locomotives était de 120 Km/h soit 5 fois moins vite !

      Vouloir atteindre le 1000 Km/H de croisière semble bien à portée de main.

      Pour ce qui est de considérer le problème sur le plan économique ,il ne s’agit pas simplement de « faire voyager des messieurs dames pressés d’un point A à un point B »(@reactitude) ,
      car en matière de transport ,le temps représente aussi de l’argent.
      Heureusement que nous ne voyageons plus en calèche car il aurait été impossible d’imaginer sérieusement les projets actuels, même s’il est vrai que le banalisation d’une vitesse de 1000 km/h n’est pas pour demain.

      • Sur le plan économique, voyager à 1000 km/h du point A au point n’a d’intérêt que si l’on peut rejoindre le point A et en partir dans un délai réduit par rapport au temps de trajet, et idem entre B et la véritable destination. Pour gagner du temps, il vaut mieux remonter les départementales à 90, voire à une vitesse supérieure si la route le permet, que lier entre eux à 1000 km/h des points qu’on peut compter sur une main de Mickey…

        • @MichelO

          Votre raisonnement est bien compréhensible puisque nous ne sommes qu’en 2018 !!!

          Soyez réalistes et prenez quelque recul.
          Pour de simples exemples :

          -Qu’auriez vous pensé d’une possibilité d’atteindre 603 KM/H pour un train en 1960?

          -De même qu’auriez vous pensé à la même époque des possibilités infinies offertes actuellement par de simples smartphones qui nous sont devenus si familiers?

          L’intérêt d’atteindre des vitesses toujours plus élevées, quelque soit le domaine, est évident car l’homme devra tôt ou tard s’affranchir d’une planète devenue hostile.

          Quant à circuler à très COURT TERME à 90 km/h plutôt qu’à 80km/sur les départementales si les conditions le permettent,rien n’est plus LOGIQUE et nous l’avons maintes fois souligné sur ce site.

          D’un point de vue économique rien n’est jamais définitivement FIGÉ sur le COURT TERME et la PROSPECTIVE présente toute son importance !

          N’oubliez pas que ce sont bien les progrès de la SCIENCE qui ont avant tout contribué aux orientations et évolutions actuelles de nos économies modernes.
          Pour preuves : les grandes découvertes récentes (énergie électrique,physique quantique,astronomie,etc…etc…),ont bouleversé des modes de vie et habitudes séculaires,en seulement quelques décennies!
          La MAÎTRISE des vitesses de déplacement au sol ou dans l’espace reste donc VITALE pour l’homme qui à l’évidence ne peut ignorer un tel défi.

          Ci joint lien pour élargir (un peu)le débat !!!

          https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/stephen-hawking-est-convaincu-que-les-hommes-doivent-quitter-la-terre_1920018.html

      • Avez-vous évalué le rayon de courbure et le coût rien que du support d’une telle voie?

    • « amène la plus part de ses projets a des conclusions bien palpables »

      La conclusion à chaque fois est de faire payer le contribuable.

      Mais au moins dans le spacial il innove.

  • Beau projet. Espérons qu’il connaisse un meilleur destin que l’aérotrain dont la structure à l’abandon est toujours visible dans la campagne orléanaise…

  • Ingénieur en mécanique et mécanique des fluides, pour moi faire le vide, sur 1, 10, 100 km dans un tube de quelque mettre de diamètre n’a rien de compliqué. Les problèmes se trouvent ailleurs mais rien d’infaisable. Je suis curieux de l’avancement du projet, techniquement parlant ça marchera, peux être pas 1000 km/h.
    Est ce que ce sera rentable ? aucune idée ! Si le prototype fonctionne correctement, à prix compétitif .Les perspectives sont immenses, car facile à mettre en œuvre.

  • Voilà un article dont on se demande bien ce qu’il fait sur Contrepoints.
    Se plaindre de l’abandon de l’Etat est bien peu libéral..

    Un peu de réflexion technique et économique ( lire par exemple le papier original d’Elon Musk, qui donne les contraintes techniques et les ordres de grandeur..) permet de comprendre qu’hyperloop est « au mieux une chimère, au pire une escroquerie… »

    https://www.lejdd.fr/societe/hyperloop-est-au-mieux-une-chimere-au-pire-une-escroquerie-3735272

  • On ne voit pas bien comment construire un long tube étanche et rectiligne avec des marges permettant le transport de passagers.

    Déjà la dilatation thermique est un problème très difficile pour un tube droit (contrairement aux pipelines qui ne sont jamais droits). Je n’ai vu aucune proposition sérieuse sur le sujet.

    Le taux de fuite acceptable est minuscule. Toute fuite majeure ne mettrait pas seulement en arrêt tout le système, elle détruirait à coup sûr les capsules qui arrivent en face. Le risque terroriste est gigantesque : une attaque sur le tube semble facile sauf s’il est protégé par un épais mur de béton, qui n’a pas été décrit, ou qu’il est dans un tunnel.

    En comparaison, des déraillements de TGV ont montré que ce train est se comporte correctement quand il quitte les rails à la suite d’un effondrement du rail. (Bien sûr, ce n’est pas vrai quand on sort d’un virage parce qu’on ne savait pas à quelle vitesse on devait aller.)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Cela fait pas mal d'années voire de décennies que la liberté d'expression passe un mauvais quart d'heure et subit des atteintes, des restrictions.

D'abord avec les lois qui instituent des délits d'opinion, comme la loi Pleven sur les propos discriminatoires à raison de la religion ou de la race, la loi Gayssot qui pénalise le stupide négationnisme des chambres à gaz donnant ainsi une tribune judiciaire à ses méchants adeptes, les lois mémorielles qui veulent écrire l'histoire, la loi Taubira sur la traite esclavagiste limitée au trafic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles