L’INRA va-t-il mener l’agriculture française à la catastrophe ?

L’Institut national de Recherche Agronomique doit promouvoir le progrès, pas les obscurantismes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Orsonville A O SarrasinCI J Weber01 by INRA DIST (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’INRA va-t-il mener l’agriculture française à la catastrophe ?

Publié le 5 août 2018
- A +

Par Wackes Seppi.

L’opinion « publique » est leur guide

C’est rapporté par la France Agricole (réservé aux abonnés) : lors des Controverses Européennes de Bergerac (anciennement de Marciac), le 11 juillet 2018, M. Christian Huygue, directeur scientifique de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), a déclaré :

Il y a de bonnes raisons de s’interroger sur les pesticides. Ils ont un impact indirect sur la biodiversité, ainsi que sur la santé humaine en modifiant les microbiotes, et donc un effet possible sur les générations suivantes. Le bénéfice réel d’aujourd’hui pourrait avoir un effet négatif sur les générations d’après. Et comme ces impacts systémiques sont inconnus, la méfiance s’installe.

Propos étonnants qui, manifestement, ne relèvent pas de la science. Les conjectures, de surcroît en chaîne, ne servent pas de point de départ pour une recherche, mais de jalons pour positionner l’INRA dans le courant de « pensée » dominant. En fait, c’est même de la surenchère.

Auparavant, au Salon de l’Agriculture, le Groupement National Interprofessionnel des Semences et Plants (GNIS) avait tenu un stand « VillageSemence » et a mis en ligne un « best of » de M. Philippe Mauguin, PDG de l’INRA. La nouvelle « sortie » d’un haut responsable de l’INRA est l’occasion de revenir sur les propos passés.

M. Mauguin avait expliqué, notamment, que la réduction de l’usage des pesticides passait par la mise en œuvre de plusieurs leviers, dont la génétique (l’amélioration des plantes) :

 … à chaque fois qu’on va trouver des gènes de résistance à un champignon – au mildiou de la vigne, à la fusariose sur le blé ou à des nématodes sur les fruits et légumes – on aura besoin de moins de pesticides. Donc l’INRA est plutôt sur la recherche en amont. On va connaître le génome des plantes, regarder comment il s’exprime – le phénotypage des plantes au champ dans des conditions réelles de production – et à partir de là on va essayer de trouver les gènes qui vont être transférés de façon naturelle dans les plants qui vont ensuite être multipliés par les sélectionneurs et les semenciers et qui vont ainsi atteindre les agriculteurs…

Courage, ne sortons pas des clous de la bien-pensance

Que signifie « de façon naturelle », que nous avons graissé ci-dessus ?

L’art oratoire est difficile et il est possible que des mots aient été glissés malencontreusement dans une tirade. Mais, prima facie, cela signifie que le PDG de l’INRA se limite aux méthodes d’amélioration des plantes « traditionnelles », en l’occurrence les croisements suivis de sélection. On ose croire que cela inclut les croisements interspécifiques – non « naturels », donc condamnés par d’influents faiseurs d’opinion, mais pratiqués de longue date à l’INRA et ailleurs avec des succès notables (par exemple, la principale variété de blé cultivée en agriculture biologique en dérive). Mais cela exclurait la transgénèse – les OGM – et les NBT, les nouvelles techniques d’amélioration des plantes comme CRISPR-Cas9.

Notons que l’INRA n’a quasiment plus aucun programme de recherche à visée innovatrice dans le domaine de la transgénèse. S’interdira-t-il aussi la recherche-développement fondée sur les NBT ? Succombera-t-il aussi à la gesticulation militante en renonçant aux mutations induites ?

Catastrophe à l’horizon pour la compétitivité française

Une telle politique serait catastrophique, non pas pour l’INRA qui survivra à tous les obscurantismes et toutes les incohérences, mais pour la filière des variétés et des semences et, au-delà, pour l’agriculture française.

En premier lieu, notre recherche agronomique publique devrait alors logiquement limiter son champ d’investigation, pour une espèce donnée, à cette espèce et ses cousines proches ou plus éloignées avec lesquelles elle est susceptible de se croiser. Pas question, donc, de chercher un gène de résistance chez le poivron pour le transférer à la tomate…

Et dire qu’en Ouganda, par exemple, on cherche à diffuser – lorsque seront surmontées les oppositions téléguidées depuis la frileuse Europe – des bananiers résistants au flétrissement bactérien dû à Xanthomonas campestris pv. musacearum grâce à un gène de poivron ; et à sauver un aliment de base pour les Ougandais. Il est vrai que les Européens, et les Français en particulier, sont bien nourris.

En deuxième lieu, notre recherche agronomique publique, ayant identifié un gène d’intérêt, devrait se lancer dans les longues procédures de croisements et de sélection au lieu de recourir aux procédés modernes, bien plus rapides et (à condition que cesse l’hystérie réglementaire anti-OGM) bien moins coûteux. Imaginez que ce gène diffère du gène « sauvage » par une seule paire de base : CRISPR-Cas9 serait un outil adéquat pour transformer une, ou plusieurs, ou même toutes les variétés d’intérêt économique de l’espèce considérée.

Mais peut-être l’INRA voudra-t-il s’arrêter au stade de l’identification du gène et le mettre à la disposition des sélectionneurs français (moyennant, espérons-le, dépôt d’un brevet lorsque les conditions sont réunies). Toutefois, le signal donné par notre institut national (voire plus : une contribution active à l’ostracisation des NBT) n’est pas de nature à favoriser l’utilisation des outils modernes par les sélectionneurs privés… Notre recherche aura investi des moyens publics pour le bénéfice des concurrents étrangers travaillant dans des pays ouverts au progrès technologique.

Si un brevet a été déposé dans les pays clés, l’INRA obtiendra peut-être un retour sur investissement par le biais des droits de licences, mais notre filière des variétés et des semences sera confrontée à des concurrents qui auront été plus rapides qu’eux ou qui auront pu réaliser ce qui leur aura été interdit. Nos sélectionneurs délocaliseront peut-être leur recherche (Florimond Desprez s’est déjà installé en Argentine pour travailler sur des blés GM à haut rendement, résistant au stress hydrique et à la salinité excessive ; Limagrain envisage une délocalisation après le vandalisme de sa plate-forme d’essais de Verneuil-l’Étang en décembre 2017 par les « Faucheurs Volontaires »).

Serait-ce vraiment une bonne politique pour la France de favoriser la fuite des investissements et des cerveaux ? Que doivent penser les agriculteurs – déjà inquiets au sujet des importations de viande bovine du Mercosur – lorsque les blés argentins seront encore plus compétitifs grâce aux investissements français ?

Le consommateur privé de progrès nutritionnels

En troisième lieu, les plantes à multiplication végétative posent un problème particulier : on ne peut pas transférer par des croisements un gène dans une variété existante, par exemple rendre un cépage comme le sylvaner ou le riesling (je suis chauvin…) ou le chasselas (je suis aussi chauvin…) résistant au mildiou. Cela est dû à la structure génétique de ces variétés.

Par transgénèse ou avec les NBT, on peut.

La pomme de terre White Russet, de la série Innate de J R Simplot Company (non, les techniques modernes ne sont pas l’apanage du diable Monsanto…), est ainsi une Russet à laquelle on a conféré une résistance au brunissement quand elle est coupée, et aussi une réduction de la production d’acrylamide (un cancérogène suspecté) à la cuisson à haute température.

C’est là un bénéfice pour le consommateur dont nous serons privés pendant longtemps en l’absence de prise de conscience de la futilité de notre « précautionite ».

Quelques années ou quelques décennies ?

On peut en revanche, avec plus ou moins de difficultés ou d’efforts, créer par croisements de nouvelles variétés portant la résistance (ou un autre caractère désirable). Cela peut être la tâche de toute une vie.

Ainsi, le Nemadex Alain Bouquet, un porte-greffe de vigne permettant de lutter contre le court-noué, c’est plus de 20 ans de travaux. Et ce n’est que le premier porte-greffe de ce type. Pour en avoir d’autres, comptez à chaque fois vingt ans… plus éventuellement le temps perdu à cause de la délinquance.

Ce porte-greffe est issu de croisements faisant intervenir notre vigne (Vitis vinifera), une muscadine (Muscadinia rotundifolia) et un porte-greffe ancien lui-même hybride de Vitis berlandieri et Vitis rupestris. Les opposants aux techniques nouvelles et partisans des transferts « de façon naturelle » voudront bien noter cette généalogie complexe… Les agitateurs d’effets hors-cible des nouvelles techniques aussi : dans ce genre de croisements il reste toujours quelques pourcents du matériel génétique – inconnu – du parent sauvage.

Pour « empiler » des gènes et éviter que la résistance ne soit contournée par le pathogène, il faut aussi compter des années en plus pour les méthodes fondées sur les croisements. Et ne pas « empiler » c’est prendre le risque de contournement et, partant de perte rapide de ses investissements.

Il y avait aussi des porte-greffes expérimentaux résistants au court-noué à l’INRA de Colmar. Ils ont été saccagés par deux fois. Le programme a été arrêté. Le chercheur principal, M. Marc Fuchs, met maintenant sa formation scientifique et son expérience acquises en France au service de l’Université Cornell. Il figure comme co-inventeur dans six demandes de brevet de Cornell.

La recherche suisse – Agroscope – est très active dans la création de nouveaux cépages résistants à diverses maladies – GamaretGaranoirDiolinoir, etc. sont les produits des méthodes traditionnelles, les seules disponibles quand leur programme de création a débuté (une intéressante synthèse ici). Que fait l’INRA en France ? Il y certes eu d’importants travaux de feu Alain Bouquet qui se poursuivent sans nul doute à l’abri des regards et de la communication institutionnelle.

Mais pour quel résultat ? Dans l’absolu, on s’interdit certaines voies de progrès ; et dans le relatif on laisse à d’autres la voie rapide pour s’échiner sur la voie lente. L’INRA maintient-il – et maintiendra-t-il « la sélection française en vigne à son meilleur niveau international«  ?

Stratégie et sociologie en France, co-construction du progrès agronomique en Suisse

Que fait l’INRA en France ? De la stratégie et de la sociologie… la construction de la méfiance et de la défiance. En France, c’est une « enquête socio-économique menée en Languedoc-Roussillon[qui] fait [évidemment !] apparaître une diversité d’avis chez les professionnels ».

En Suisse, c’est une articulation directe avec des vignerons, puis des consommateurs, permettant une co-construction du progrès agronomique. Vous pouvez déguster (avec modération) un Gamaret ou un vin d’assemblage incluant les nouveaux cépages dans des restaurants suisses…

Serait-ce possible en France ? On peut légitimement en douter compte tenu de la sacralité des règles relatives aux appellations d’origine, et aussi de l’emprise de la contestation du progrès génétique dans le débat public.

Sans sursaut, la muséification, sinon la fossilisation, est en marche.

Montrer la voie

L’INRA a une mission de recherche publique. Il devrait aussi, tout comme les autres instituts de recherche, se donner une mission d’information, d’explication, de vulgarisation auprès du public et des instances de décision administratives et politiques. Susciter l’adhésion au progrès, dans son acception noble et non galvaudée.

Ne pas se contenter d’un : « Et comme ces impacts systémiques sont inconnus, la méfiance s’installe. » Ou pire, surenchérir dans le dénigrement (dans ce cas des pesticides, en bloc) avec : « Le bénéfice réel d’aujourd’hui pourrait avoir un effet négatif sur les générations d’après. »

Se cacher derrière son petit doigt, abonder dans le sens de la bien-pensance, ou pire encore alimenter les obscurantismes n’a qu’une conséquence : tuer à terme la recherche. Et tuer l’avenir.

Sur le web

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • tant que l’argent arrive tous les mois aux chercheurs de l’inra..qu’est ce qu’il en ont à foutre?
    $
    L’inra a t elle une mission?
    je reharde wikipedia et je cite

    Institut national de la recherche agronomique (INRA)
    image illustrative de l’article Institut national de la recherche agronomique
    Création 1946
    Siège 147, rue de l’Université, Paris
    Pays Drapeau de la France France
    Organisme Établissement public à caractère scientifique et technologique – ODAC
    Rattachement Ministère chargé de la Recherche
    Ministère chargé de l’Agriculture
    Président Philippe Mauguin (juillet 20161)
    Disciplines Environnement
    Agronomie (Agriculture)
    Alimentation
    Effectif statutaire 8 165
    Chercheurs statutaires 1 815
    Doctorants 522
    Site web http://www.inra.fr [archive]
    modifier Consultez la documentation du modèle
    L’Institut national de la recherche agronomique (INRA) est un organisme français de recherche en agronomie fondé en 1946, actuellement présidé par Philippe Mauguin (qui succède à François Houllier à compter du 27 juillet 2016)2, ayant le statut d’Établissement public à caractère scientifique et technologique (EPST), et sous la double tutelle du ministère chargé de la Recherche et du ministère chargé de l’Agriculture.

    Premier institut de recherche agronomique en Europe et deuxième dans le monde en nombre de publications en sciences agricoles et en sciences de la plante et de l’animal3, l’INRA mène des recherches finalisées pour une alimentation saine et de qualité, pour une agriculture durable, et pour un environnement préservé et valorisé.

    je ne sais pas ce qu’est une alimentation de qualité, et pas certain de savoir à quoi correspond une un environnement préservé et valorisé?
    et quand on lit l’histoire c’est pas mieux.
    l’inra a une mission à caractère politique et idéologique. LA recherche publique est corruptible. Ce n’est pas à l’etat de décider d’un modèle agricole.

    • L’INRA est un outil dans les mains de son PDG, lequel est un outil dans les mains de son parti. La carrière de M. Philippe Mauguin est éloquente.

  • Excellent article. Bravo à l’auteur, et une grosse larme pour l’INRA. Ses chercheurs ont abdiqué devant le terrorisme d’une minorité bruyante, bien relayée par les médias (Obs, Libération, Arte, France-Télévisions, etc). Rémunérés à vie, ils n’ont jamais réagi face aux actions de terroristes en pantoufles, menés par des sectes apocalyptiques. Admettre que Malthus avait tort leur est intellectuellement impossible et Monsanto a été leur point de fixation depuis 1/2 siècle. Les chercheurs de l’INRA sont d’abord lâches, lâcheté de chercheurs nourris à vie par un Etat mal géré, lorsqu’il l’est. A leur place, dans les médias, nous avons eu droit aux à des prêcheurs annonçant la fin prochaine de l’humanité quand, jamais comme aujourd’hui, l’humanité n’a été autant nourri. Que cette nourriture soit bonne ou mauvaise est un autre problème.

    • Il faut aussi se mettre à la place de ces chercheurs. Contester, c’est renoncer à obtenir des financements pour des expériences, ce qui dans les sciences experimentales abouti au placard pour la personne. Il est bien préférable de mettre un vernis politico compatible sur un projet que d’utiliser des mots qui font peur. Et comme le dit l’article, si les travaux ne sont pas reconnus par la France pour « incompatibilité », ce n’est pas un problème car la France n’est pas le monde, tant qu’il y a qqn pour apprécier, c’est bon. C’est l’État Français qui renonce simplement à toit retour sur investissement.

  • A partir du moment où ces sociétés vivent de sudventions d’État ou de groupe privé vous n’attendent de ces gens là d’être objectif !!.ils ne vont pas contredire celui qui les fait vivre !!!!

  • il serait tant de contrôler le train de vie de certains élus…il y aurait matière à sanctionner pour conflits d’intérêt….les avantages …restaurants,voyages ect ….vous gagner 5000 euros mais les a côté peuvent 3 ou 4 fois le montant que vous gagner…

  • Quand on dit que les français sont abrutis. Cela touche également l’INRA. L’esprit scientifique a déserté ce pays!

    • Cela fera le bonheur de toutes les Universités, Instituts de Recherche et labos privés des autres pays qui sont en train de récupérer nos meilleurs chercheurs.
      La France restera avec ses Lissenko de la bien-pensance écologique.

  • Après avoir détruit l’industrie française, nos élus s’attachent maintenant à détruire son agriculture, seule exportatrice!
    La France est foutue!

  • INRA,
    Institut National de la Répression des Agriculteurs

  • Ils n’ont pas vraiment le choix les politiques ont décidé de faire de la France un zoo pour les touristes avec des français alimentés comme au XVI ème siècle quelques artisans potier ,après l’interdiction des tracteurs le bœuf sera chez tout nos paysans

  • La recherche agronomique française est , hélas, combattue par une toute petite minorité de délinquants qui sont bien tranquilles sur leur Larzac désert, n’ayant que quelques bouches à nourrir, et se fichant bien des concentrations de populations urbaines et des populations sous-développées. Ont-ils seulement conscience du reste du monde en ayant décidé de vivre en marge. Et forcément ce sont eux qui ont raison ! Et dire qu’ils ont un ministre pour leurs élucubrations !

  • Sincèrement que représente l’INRA en pratique dans l’agriculture française ! Le maïs hybride s’est développée sans l’aide de l’institut. De plus ce dernier est de plus en plus un sous-traitant du marché.

  • Mais les écolos-bobos-socialos s’en tapent : ils ont le ventre plein et bien rebondi.
    Aux autres les efforts, la ceinture qui se resserre…

  • On préfère en France interdire par précautions les recherche OGM sur la vigne et balancer au même moment des milliers de tonnes de pesticides, dans le plus grand silence sur les ceps existants, produits probablement transmis dans le vin au cours de sa fabrication et ingéré ensuite par les consommateurs…

  • Nous vivons une époque formidable

    http://imposteurs.over-blog.com/2018/07/jose-bove-invite-a-l-inra-une-lettre-ouverte-aux-organisteurs.html

    Quand Emile Louis ira t il jouer les animateurs dans uncolloque organisé par l’Education Nationale?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le G7 se réunit du 26 au 28 juin 2022 pour son sommet annuel au château Elmau, dans les Alpes bavaroises, sous la présidence allemande.

Parmi les sujets qui seront abordés, on s'en doute, la sécurité alimentaire mondiale ou, pour le poser selon les mots du Secrétaire Général des Nations Unies Antonio Guterres, la menace d'un « ouragan de famines ».

Le 24 juin 2022  s'est tenue une conférence ministérielle sur le thème : « Uniting for Global Food Security », s'unir pour la sécurité alimentaire mondiale.

Le début du pr... Poursuivre la lecture

Ce qui suit est le script brut, les notes pour ma présentation au Congrès Mondial de la Pomme de Terre à Dublin faites le 1er juin 2022. Comme la présentation a été donnée sans support, une partie du texte peut différer du discours réellement prononcé.

 

C'était agréable d'être de retour sur scène

La réalité est perçue par les définitions que nous donnons ; les lignes noires et blanches que nous traçons sur une toile grise. Ainsi, dans le domaine de la communication, le message est contrôlé par le maître des mots – par celu... Poursuivre la lecture

« Papy ! Ma prof d'histoire-géo a dit que le glyphosate est cancérigène ». Mon petit-fils a osé contester... Résultat : une menace de punition (dit-il)... Petite plongée dans le formatage des jeunes cerveaux.

Mon petit-fils m'a montré son cahier avec, collé dedans comme c'est maintenant d'un usage répandu, une page intitulée « Fiche de révisions sur l'AGRICULTURE FRANÇAISE ».

J'imagine cette fiche utilisée à Paris, pour et par des élèves qui ne sont jamais sortis au-delà du périphérique...

 

Des « savoirs » à « m... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles