La mariée du Nil, de Glorice Weinstein

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La mariée du Nil, de Glorice Weinstein

Publié le 28 juin 2018
- A +

Par Francis Richard.

Le roman de Glorice Weinstein commence la veille de Pessah, la Pâque juive, de l’an 5702 dans le calendrier hébraïque, c’est-à-dire le 1er avril 1942 : Pessah célèbre la sortie d’Égypte sous la conduite de Moïse, la fin de l’esclavage des Hébreux sous l’ère pharaonique.

La petite Galia vit en Égypte avec ses parents, qui sont juifs, mais n’ont pas l’idée de partir, tandis qu’au Caire les manifestations en faveur de l’Allemagne nazie se multiplient. Pourquoi partiraient-ils ? Ils sont titulaires du seul passeport égyptien : l’Égypte est leur pays ; ils n’en ont pas d’autre.

D’ailleurs Benjamin, le père de Galia, juif ashkénaze, qui a épousé Dafna, une belle juive séfarade, est profondément Égyptien (en 1921, il a fondé une imprimerie-papeterie, The Star, rue Shérif, au Caire). Dix ans plus tard, lors de l’émeute du 26 janvier 1952, il craindra que les incendiaires anéantissent le travail de toute une vie, vouée à sa famille…

Une légende pharaonique

Le titre du livre, La Mariée du Nil, provient d’une légende pharaonique selon laquelle chaque année une jeune fille était choisie pour devenir l’épouse du fleuve emblématique du pays et, jetée dedans en offrande, s’y noyait… Désormais, c’est une poupée de sucre qui est jetée dans le Nil et qui perd dans l’eau ses habits de papier :

Toute nue, elle fond progressivement, scellant ainsi son mariage avec le fleuve impétueux.

Cette légende est symbolique de l’Égypte que Galia aime, pays dans lequel elle se fond, parce que c’est le sien, quoi qu’il arrive. Et toutes les anecdotes que l’auteur raconte au tournant du demi-vingtième siècle sont autant de preuves de cet amour indéfectible.

Cet amour se nourrit de rencontres, d’amitiés, de lieux, d’escapades, de souvenirs d’école, d’histoires familiales jusqu’en… juin 1957. Ce mois-là, fatidique, Galia passe son baccalauréat. Alors qu’elle s’apprête à passer l’épreuve de langue arabe, elle est confrontée à l’antisémitisme de ses examinateurs…

À l’époque ce n’est pas seulement là que l’antisémitisme se manifeste en Égypte, mais c’est un choc, qu’elle garde secrètement et douloureusement pour elle. Alors, en novembre 1958, elle décide de partir en exil, en Suisse, d’où elle ne reviendra qu’après l’accord de paix signé entre l’Égypte et Israël par le président Sadate, en mars 1979.

Pendant tout ce temps d’exil, Galia ne cessera de rêver de son pays et de l’aimer, un pays où s’entrelacent pour elle les trois cultures, française, arabe et juive, et où les deux peuples égyptien et juif, malgré qu’ils en aient parfois, ont tout un passé immémorial en commun…

Glorice Weinstein, La mariée du Nil, 136 pages, Éditions Encre Fraîche

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

J'ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu'est Mahmud Nasimi en le voyant dans l'émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l'itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j'ai eu envie d'acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l'entendant) qu'après avoir été contraint de fuir son pa... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Gérard-Michel Thermeau.

Comme toujours avec les éditions des œuvres de notre service public n'espérez pas une restauration. Mais les couleurs un peu passées ne manquent pas totalement de charme pour retracer cette belle époque qui sert de cadre à l'Affaire Dreyfus.

L'Affaire Dreyfus selon Émile Zola

En effet, cette mini-série en quatre parties est centrée sur les dernières années de la vie de Zola et son combat pour l'innocence de Dreyfus. Alors que se profilait l'éventuel abandon du projet de film de Polanski sur l'Affaire,... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Marian L. Tupy. Un article de Quillette

Le discours universitaire dominant sur la race soutient que les écarts de richesse et de puissance entre les groupes ethniques résultent de l’imposition, par un de ces groupes, de systèmes sociaux, juridiques et économiques créés pour bénéficier à celui-ci au détriment d’un autre.

Le système colonialiste est largement pointé du doigt comme l’exemple d’un système oppresseur-opprimé. Depuis la résurgence des thèses anticoloniales en Occident et la mise en accusation de « l’impérialisme e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles