Akron, de Jérôme Plattner

Quadragénaire, Gerald Prescott se rend bien compte quelle philosophie a toujours guidé ses pas dans l’existence, celle de tracer son chemin. Un roman de Jérôme Plattner.

Par Francis Richard.

Akron est une ville de l’Ohio. Jérôme Plattner y fait naître son héros, Gerald Prescott, Gerry pour les intimes, le… 24 octobre 1929, le fameux jeudi noir qui ébranla Wall Street.

Après une telle entrée en fanfare dans la vie, l’auteur n’épargne pas son héros pendant les soixante années et quelques qui suivent et caractérisent les tremblements du XXe siècle.

La vie au XXe siècle

Les parents de Gerry se sont connus trois ans avant sa naissance, inopinément : Benjamin, ouvrier chez Firestone, a remplacé un jour le pneu crevé de Priscilla, fille du pasteur Redle.

En venant au monde, Gerry a empêché son père de tenter l’aventure et l’en a frustré. Si Priscilla n’avait pas été enceinte de lui, Ben et elle seraient en effet partis ensemble pour l’Europe.

Au lieu de cela, ils ont continué à vivre à Akron, dépourvus désormais de toute ambition. Un jour, ils ont un accident de voiture : Ben meurt sur le coup, Priscilla peu de temps après.

Gerry a seize ans quand il devient orphelin. Ses grands-parents maternels l’élèvent. Avec ses copains, cancres comme lui, Adam, Éric, Doug et Jake, il parfait son éducation sur le terrain.

Se forger un destin

À la fin, Gerry ne s’entendait pas avec son père, surtout quand ce dernier s’est mis à avoir des idées extrêmes. Pourtant, c’est en suivant les rêves paternels qu’il va se forger un destin.

Gerry, en effet, un beau jour de 1949, tente l’aventure à laquelle son père a dû renoncer malgré lui. Il part pour l’Europe sans prévenir ses grands-parents et se rend à Paris, la ville lumière…

L’aventure ne s’arrête pas là puisqu’il va partir quelques temps après pour Berlin où, des années plus tard, il va se retrouver du mauvais côté du mur et connaître bien des désillusions…

Quadragénaire, il se rend bien compte quelle philosophie a toujours guidé ses pas dans l’existence, celle de tracer son chemin : en homme libre, il aura toujours choisi de partir plutôt que de rester.

Il a pris ainsi le risque d’errer toute sa vie, mais cela n’en valait-il pas la peine ? Il voulait devenir écrivain, il ne l’est pas encore, pas encore, mais peut-être cela sommeille-t-il en lui…

Jérôme Plattner, Akron, 224 pages, Éditions Mon Village

Sur le web