Akron, de Jérôme Plattner

Quadragénaire, Gerald Prescott se rend bien compte quelle philosophie a toujours guidé ses pas dans l’existence, celle de tracer son chemin. Un roman de Jérôme Plattner.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Akron, de Jérôme Plattner

Publié le 1 juin 2018
- A +

Par Francis Richard.

Akron est une ville de l’Ohio. Jérôme Plattner y fait naître son héros, Gerald Prescott, Gerry pour les intimes, le… 24 octobre 1929, le fameux jeudi noir qui ébranla Wall Street.

Après une telle entrée en fanfare dans la vie, l’auteur n’épargne pas son héros pendant les soixante années et quelques qui suivent et caractérisent les tremblements du XXe siècle.

La vie au XXe siècle

Les parents de Gerry se sont connus trois ans avant sa naissance, inopinément : Benjamin, ouvrier chez Firestone, a remplacé un jour le pneu crevé de Priscilla, fille du pasteur Redle.

En venant au monde, Gerry a empêché son père de tenter l’aventure et l’en a frustré. Si Priscilla n’avait pas été enceinte de lui, Ben et elle seraient en effet partis ensemble pour l’Europe.

Au lieu de cela, ils ont continué à vivre à Akron, dépourvus désormais de toute ambition. Un jour, ils ont un accident de voiture : Ben meurt sur le coup, Priscilla peu de temps après.

Gerry a seize ans quand il devient orphelin. Ses grands-parents maternels l’élèvent. Avec ses copains, cancres comme lui, Adam, Éric, Doug et Jake, il parfait son éducation sur le terrain.

Se forger un destin

À la fin, Gerry ne s’entendait pas avec son père, surtout quand ce dernier s’est mis à avoir des idées extrêmes. Pourtant, c’est en suivant les rêves paternels qu’il va se forger un destin.

Gerry, en effet, un beau jour de 1949, tente l’aventure à laquelle son père a dû renoncer malgré lui. Il part pour l’Europe sans prévenir ses grands-parents et se rend à Paris, la ville lumière…

L’aventure ne s’arrête pas là puisqu’il va partir quelques temps après pour Berlin où, des années plus tard, il va se retrouver du mauvais côté du mur et connaître bien des désillusions…

Quadragénaire, il se rend bien compte quelle philosophie a toujours guidé ses pas dans l’existence, celle de tracer son chemin : en homme libre, il aura toujours choisi de partir plutôt que de rester.

Il a pris ainsi le risque d’errer toute sa vie, mais cela n’en valait-il pas la peine ? Il voulait devenir écrivain, il ne l’est pas encore, pas encore, mais peut-être cela sommeille-t-il en lui…

Jérôme Plattner, Akron, 224 pages, Éditions Mon Village

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

J'ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu'est Mahmud Nasimi en le voyant dans l'émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l'itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j'ai eu envie d'acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l'entendant) qu'après avoir été contraint de fuir son pays du jour au lendemain en 2... Poursuivre la lecture

guerre civile
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Le décor planté, c’est celui de la France d’aujourd’hui, dans toute sa décrépitude. Dans certains quartiers qui jouxtent la capitale, les tensions entre la police et les caïds sont plus que palpables. Les signes d’avant-guerre civile brouillent les cartes, le climat se dégrade et le cœur de Paris n’est pas épargné.

Pour Fred Baumont, journaliste à La Ligne, les problèmes commencent quand disparaît sa collègue dans un de ces quartiers pourris où il ne fait pas bon se promener en jupe quand on est une femme. Scar... Poursuivre la lecture

Last part of us
0
Sauvegarder cet article

Par Corentin Luce.

« L’art est la plus sublime mission de l’homme, puisque c’est l’exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre ».

Auguste Rodin vient peut-être de définir ce que l’on entend par être humain. Ou plutôt ce qui le distingue et le distinguera sans doute à jamais de l’animal et des machines, aussi sophistiquées soient-elles.

Dans le flot incessant de productions cinématographiques et vidéoludiques fades, rompues au risque zéro, certaines œuvres réussissent tant bien que mal... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles