Économie : des groupes français régulièrement récompensés

Les grandes entreprises françaises trustent actuellement les premières places dans les classements célébrant des performances exceptionnelles en matière de responsabilité sociale et environnementale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Économie : des groupes français régulièrement récompensés

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 mai 2018
- A +

Par Xavier Fontanet.

Plusieurs fleurons de l’économie française sont régulièrement récompensés pour leur responsabilité sociale et environnementale. Pourquoi nos grands médias n’en parlent-ils jamais ?

On en a peu parlé dans les médias, mais c’est un fait : les grandes entreprises françaises trustent actuellement les premières places dans les classements célébrant des performances exceptionnelles en matière de responsabilité sociale et environnementale. Jugez-en !

L’Oréal est numéro un mondial dans le Green Ranking Global 500  de Newsweek, suivi de près par Schneider Electric. Essilor vient de recevoir le premier prix du Sustainable Business Award des Nations unies. Une preuve supplémentaire de l’excellence de nos grandes entreprises : le classement synthétisant la performance sur l’ensemble des dimensions, à savoir le Global 100 Corporate Knights 2018, où l’on compte 15 groupes français parmi les 100 premiers, et trois parmi les dix premiers : Dassault Systèmes, Valeo et Amundi.

Une bonne nouvelle

Pas mal pour un pays qui représente 4 % du PIB mondial. Bonne nouvelle, et surtout nouvelle porteuse de sens. Mais, comme c’est une affaire qui tourne, « ce n’est pas la peine d’en parler ! ». Autre raison moins avouable de ce silence, on laisserait ainsi entendre que les grandes entreprises, qui ne seraient que des « ogres assoiffés de profit », peuvent avoir des comportements exemplaires.

Non, ces grandes entreprises sont des communautés humaines, leurs collaborateurs et leurs dirigeants ont la fierté d’être des citoyens exemplaires faisant avancer les choses. Les performances saluées par ces prix sont le résultat de politiques mûries depuis longtemps. Si elles ont installé ces pratiques, ce n’est pas parce qu’elles avaient l’épée de la loi dans le dos, mais parce qu’elles ont souhaité être en avance sur leur temps.

Le moyen le plus efficace pour développer partout ces modes de fonctionnement est de communiquer sur ces champions et de leur donner la parole afin que ces idées diffusent naturellement dans tout le tissu des entreprises. On ne répétera jamais assez que la meilleure façon de faire grandir les personnes et les organisations, c’est de leur faire confiance !

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Toujours cette hypocrisie des prétendants au pouvoir qui font tout pour y parvenir ou y rester, même si c’est malhonnête.

  • nos dirigeants politiques eux, obtiennent la 1er place de l’incompétence financière. .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 15 juin dernier, alors que les Français se préparaient à vivre une canicule, Marc Hay, présentateur météo de BFMTV, décidait de se montrer alarmiste.

Se disant fatigué du manque de réaction des spectateurs face aux dérèglements climatiques, il déclarait : « Je pense qu’il faut qu’on change notre manière de parler de ça car ça n’imprime pas. » Si nombre d’observateurs ont salué cette position face à un des grands enjeux de la planète, on ne peut s’empêcher d’y voir aussi une dérive possible aux conséquences dangereuses, celle de l’ex... Poursuivre la lecture

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Saras Sarasvathy, à l’origine de la théorie entrepreneuriale de l’effectuation, vient de recevoir le prestigieux prix suédois « Global Award for Entrepreneurship Research ».

Organisé depuis 1996 par la Swedish Foundation for Small Business Research (FSF) et la Swedish Agency for Economic and Regional Growth, le prix récompense les chercheurs ayant apporté une contribution majeure à la recherche en entrepreneuriat. Elle rejoint ainsi de grands chercheurs comme Sidney Winter, Shaker Zahra, Kathleen Eisenhardt, Scott Shane, Israel Kirzner... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles