Mamoudou Gassama : le fabuleux destin politique d’un fait divers héroïque

Mamoudou Gassama : que va-t-il donc se passer après le concert de louanges autour du héros du jour ? La politisation de son geste héroïque est une arme à double tranchant…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mamoudou Gassama : le fabuleux destin politique d’un fait divers héroïque

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 28 mai 2018
- A +

Par Frédéric Mas.

L’acte de Mamoudou Gassama fut à la fois héroïque et spectaculaire. Alors qu’un enfant manque de tomber dans le vide du haut d’un immeuble, le jeune homme se précipite en escaladant la façade et le sauve d’une mort certaine. À l’époque de l’information immédiate, des téléphones mobiles et des réseaux sociaux, son identité devient très vite connue, et son héroïsme immédiatement populaire.

Les vidéos de son sauvetage sont repartagées des milliers de fois sur les réseaux sociaux, offrant une image optimiste à un pays rongé par le pessimisme et découragé par ses propres édiles quand il s’agit d’accomplir son devoir civique.

Ce moment de franc courage ne laisse personne indifférent, et suscite l’enthousiasme collectif, ce qui va susciter l’intérêt des premiers naufrageurs de l’émotion dans le pays, à savoir la classe politique. On ne tarde pas à découvrir que Mamoudou est Malien et sans papiers, suscitant à la fois louanges, plaidoyers, contreplaidoyers et crispations à gauche comme à droite.

La politisation du héros du jour

Le geste de Mamoudou se charge alors de revendications, de messages, et se trouve bientôt extirpé de son contexte presque ordinaire pour devenir une narration morale et politique, c’est-à-dire un moment de communication publique au service du sommet de l’exécutif. En effet, c’est le président de la République qui l’invite directement pour le féliciter et le remercier. Mais Emmanuel Macron ne s’arrête pas là : la bravoure doit être récompensée par un emploi, celui de pompier, et il est invité à demander la nationalité française.

En l’espace de quelques heures, Mamoudou devient la narration politique commode qui va permettre au président de récupérer un peu de prestige grâce au spectacle de la magnanimité présidentielle. Par le fait du Prince, la tête de l’exécutif inclut le brave jeune homme dans la communauté nationale et l’intègre au marché du travail, comme avant lui les rois faisaient et défaisaient les lois et les carrières.

Le spectacle n’est pas sans rappeler l’affaire Leonarda, où François Hollande, le prédécesseur d’Emmanuel Macron, s’était donné en spectacle politique pour tenter d’incarner tant bien que mal le souverain magnanime, qui dans sa grande bonté, autorisait la jeune fille à revenir en France pour étudier. La différence essentielle entre l’épisode Mamoudou et celui Leonarda, c’est que le casting présidentiel d’aujourd’hui nous fournit un bien meilleur acteur pour incarner la compassion au sommet.

Dans « état de droit », il y a droit

Seulement, comme le relève Maître Eolas, dans un état de droit, il y a toujours ce petit détail qui est que l’État est régi par des lois. Mamoudou, pour accéder à la nationalité française, et donc pour occuper un emploi en bonne et due forme, se doit d’être en situation régulière, ce qui implique un certain nombre de contraintes formelles.

Ce sont les règles formelles du droit qui tempèrent la volonté populaire et l’opinion publique en démocratie, et évitent le débordement populiste. Dans le cas présent, pour accéder à la nationalité française, il faut à la fois être en situation régulière et résider depuis 5 ans sur le sol français.

Que va-t-il donc se passer après le concert de louanges autour du héros du jour ? Soit Emmanuel Macron tient sa parole, et par un geste monarchique, viole plus ou moins les règles du droit pour permettre à Mamoudou de rester en France et satisfaire les passions populaires, soit il ne la tient pas, et ce grand moment de communication politique se retournera contre ce brave jeune homme qui n’en demandait pas tant : il n’obtiendra rien. Espérons que ce destin digne d’un personnage du Bûcher des vanités de Tom Wolfe lui soit épargné.

Voir les commentaires (45)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (45)
  • Pour le moindre acte héroïque, il faut donner de suite la nationalité.
    Mais dès qu’il y a des saloperies, des crimes, des actes de terreur, nan, il ne faut surtout pas la retirer ?
    Visiblement, les gauchos ne savent pas ce que veut dire le mot « cohérence ».
    Il n’y a pas 50 solutions :
    – soit la vision existentialiste, la nationalité dépend des actes réalisés, c’est du pur droit;
    – soit la vision essentialiste, la nationalité ne dépend que de l’ascendance de la personne et rien d’autre.
    Dans le premier cas, on la retire et on l’attribue en fonction de critères précis.
    Dans le deuxième cas, on ne peut pas la retirer, ni l’attribuer, puisque c’est automatique.
    Avec les gauchos, c’est assez simple, pour l’acquérir, c’est l’existentialisme, pour la retirer, c’est l’essentialisme.
    Face, je perds, pile, tu gagnes. Encore un effet cliquet dont ils ont le secret.
    PS : Dans le cadre « essentialisme », on peut attribuer la nationalité, mais qu’avec des critères d’intégration très précis, et démontrant que l’impétrant a laissé sa nationalité d’origine de côté. Bref, ça ne se fait pas en 30s.
    Si on considére que toutes les nationalités données depuis 40 ans ne sont rien d’autre que des citoyennetés, ce qu’elles sont en fait, on a peut être une voie de sortie pour commencer à gérer le problème de l’immigration.
    Et au moindre délit, on peut y associer la perte de la citoyenneté et le départ du territoire. Tout en durcissant les conditions d’accès à la nationalité.

    • @ Jacquessvd
      Je ne serais pas aussi formaliste que vous.
      Si on regarde les faits: l’acte du « héros » n’était évidemment ni calculé ni prémédité et comme la plupart des héros, dans ces cas-là, lui-même aura sans doute trouvé son attitude aussi spontanée, normale que logique … ce qui n’a pas effleuré le capteur d’images vidéo!
      Ce fait exceptionnel demandait un traitement exceptionnel: un vieil adage disait: « nécessité fait loi »!
      Alors foin des règles de la république! Lui-même n’a sans doute pas pensé aux conséquences légales et règlementaires possibles de son acte!

      Pour une fois qu’on a l’occasion de ne pas être aussi mesquin que la lettre de la loi, il vaudrait mieux se réjouir avec le chef de votre état et remercier ce grand bonhomme en lui donnant la récompense qu’il désire plutôt qu’une Xième Légion d’Honneur!
      Lui, au moins, s’est rebellé contre la fatalité!

  • Ce n’est pas parce qu’un migrant a commis un viol ou un attentat qu’il faut amalgamer » C’est juste, le comportement individuel des clandestins n’est pas le noeud. Pourquoi donc, en conséquence, appliquer le même raisonnement quand un d’entre eux a eu un bon comportement ?

  • Notre civilisation a précisément perdu le sens du temps long. Le focus est mis sur l’instantané – geste héroïque ou fait divers horrible, peu importe – sur l’émotion et sur l’éphémère et non pas sur l’intérêt national à long terme.

  • les migrants sont des individus…

    les uns sont criminels et les autres de braves types…

    ce qui agace c’est ça…
    tout l’un ou tout l’autre…en gros on doit raconter de histoires stupides aux gens…comme les migrants sont une chance, ou les migrants sont une plaie…

    • Quand on regarde les statistiques des incarcérations en Suisse, au Danemark, en Belgique, en France (en dépit que les statistiques sont ici interdites si elles donnent des infos qu’on ne veut pas savoir), je crois que votre mise dos-à-dos ce ce qui est une plaie ou une chance n’a pas lieu d’être.
      Ponce Pilate à encore de beaux jours devant lui.

      • @ Jean-Michel
        Oui, et alors? M.Gassama est un homme avant d’être un « migrant »! Et il a été invité à solliciter la nationalité française par le fait du prince, j’en conviens; mais qui ou quoi vous condamne à conserver cette constitution gaullienne donnant plus de pouvoir au chef d’état qu’au monarque des monarchies européennes, politiquement castrés? Depuis ’58, le monde démocratique a évolué, mais la France reste ultra-conservatrice et nostalgique de son passé!

        • Le problème est d’amener au pouvoir des hommes capables et bénéfiques pour le pays, pas de restreindre ce pouvoir en affirmant qu’ils seront toujours incapables et maléfiques et qu’il faut s’en protéger.

          • @ MichelO
            Vous n’avez pas tort!
            Mais il semble encore de croire, actuellement, que la France puisse encore se dire démocratique avec autant d’années d’exécutif prépondérant, aidé ou saboté par une administration pléthorique qui se moque bien des scrutins, puisqu’elle, elle reste en place à vie!

            Sinon qui voyez vous comme homme (femme) capable bénéfique, actuellement?

      • et alors je nie les statistiques moi? est ce que je nie le gouffre culturel qui sépare certains migrants des européens moyens??
        l’histoire des grooming gangs en gb est édifiante non pas des migrants mais du politiquement correct et de l’autoprotection des politiciens devant les conséquences de leurs errances…
        je suis désolé mais la réponse à tous les migrants sont des anges comme l’ont dit certains politiques n’est pas tous les migrants sont des diables…

        et il y a l’amalgame qu’on fait entre réfugié et migrant…il y au ne différence entre sauver des gens de la noyade et devoir les accepter comme citoyen à terme… et un terroriste qui accompagne un flux de réfugiés qui souhaite migrer n’est ni un réfugié ni un migrant…

    • Oui les migrants sont des individus. Cela n’empêche que l’on peut voir si l’immigration est une chose positive ou négative.
      Or, si l’immigration européenne et de certains régions dans le monde (genre Asie du Sud Est) est clairement très profitable pour notre économie.
      L’immigration africaine ou arabe est en rien positive pour l’Europe.
      Il est idiot de dire qu’il ne faut pas regarder l’immigration de manière générale.
      Les immigrés commettent bien plus de crimes (il est vrai que cela dépend aussi beaucoup des régions d’où ils proviennent. Par exemple, un immigré provenant du Maghreb commet bien plus de crimes qu’un immigré provenant d’Irak ou de Syrie (qui lui même commet bien plus de crimes qu’un Francais)).
      Un thread sur la criminalité des immigrés: https://threadreaderapp.com/thread/948575678915629057.html

    • Désolé de le dire mais il faut arrêter de faire l’erreur que font beaucoup de libéraux càd croire que tous les hommes sont interchangeables. Désolé mais c’est pas la même chose un Africain d’un Francais. La culture joue un rôle très important. Et certaines cultures sont inassimilables à la culture occidentale. L’islam est une religion qui est incompatible avec notre culture. Partout où ils majoritaires, les minorités religieuses sont persécutés.

      Le phénomène de l’immigration ne doit pas être traité au niveau individuel mais bien au niveau général. On ne doit pas accepter les gens de cultures incompatibles avec la nôtre.
      De plus, certaines cultures favorisent le sous développement. Il est faux de dire que toutes les cultures se valent.
      Un excellent livre à lire sur le sujet:  » Le Déni des cultures » d’Hugues Lagrange.
      La culture a un énorme impact sur les gens et la réussite d’un pays.
      La France si la situation continue risque de devenir une Afrique du Sud.

      Sur les effets à long terme qu’ont les immigrés: http://evonomics.com/do-immigrants-import-their-economic-destiny-garrett-jones/
      Il est faux de penser qu’ils deviendront francais et que leur culture d’origine disparaitra.

      • Et d’ailleurs, concernant l’étude sur les effets à long terme de l’immigration, il ne faut pas oublier que la situation d’aujourd’hui est encore pire qu’avant.
        Grâce aux progrès des communications, il est beaucoup plus facile pour les immigrants de rester en contact avec leur pays d’origine aujourd’hui qu’il y a un siècle, ce qui pourrait également nuire à l’intégration. En effet, il existe des preuves que, quelle qu’en soit la raison, les immigrants ne s’intègrent pas aussi vite qu’ils le faisaient auparavant. http://www.journals.uchicago.edu/doi/abs/10.1086/676461

    • On peut voir qu’en moyenne, les immigrés commettent bien plus de crimes, ont des diplômes plus faibles un niveau socio économique plus faible,…
      Bien sûr quand je parle d’immigration il faut distinguer les différentes immigrations: l’immigration européenne ou même chinoise n’a rien à voir avec l’immigration arabe ou africaine.
      Sur la différence dans la contribution à l’économie entre origines: http://www.bbc.com/news/magazine-25880373

    • Chose dont on parle jamais la différence de niveau de compétences entre Francais et immigré (il y a la même chose dans les autres pays): https://web.archive.org/web/20180120160601/https://threadreaderapp.com/thread/952896789564272642.html
      On parle parfois de la différence de diplôme mais jamais de la différence de compétence. Or, les immigrés ayant une licence ont en moyenne le même niveau de compétence que les Français qui ont seulement le bac. Les études voulant prouver les discriminations à l’égard des immigrés se basent toujours sur les diplômes en oubliant qu’à diplôme égal, il y a une différence de compétence ce qui fausse totalement ces études.

    • C’est très simple si le phénomène actuel d’immigration continue cela va détruire la France. Enfin, la France ne sera plus la France.
      Cela pourrait à terme mener vers une guerre civile.
      Il n’est pas acceptable qu’une partie (bien que minoritaire assez importante) de la population ne se sente pas francaise et pratique une autre culture. Et pire que cela, elle déteste la France.
      On ne peut pas acceter ces gens. Il faut pratiquer une politique de réémigration vers leur pays d’origine.
      N’oublions pas qu’il y a aussi la question du QI. Le QI d’un individu est le meilleur indicateur de sa réussite sociale, sa réussite scolaire,…Cela a une grande importance.
      Or, les immigrés ont un QI bien inférieur au nôtre. A tel point qu’aujourd’hui, le QI es en train de baisser en France. Si plusieurs explications ont été avancées, la plus convaincante c’est le rôle de l’immigration.
      Il faudra m’expliquer le sens d’accepter des immigrés qui ont QI moyen de 80

  • On ne peu que saluer le geste et la détermination du jeune Mamoudou.
    Faut-il pour autant naturaliser ce courageux et athlétique migrant en guise de reconnaissance ?
    A vrai dire, offrir la nationalité par la grâce présidentiel en guise de récompense me choque ! Il ne me semble pas qu’être courageux et athlétique, qui sont certes de bonnes et belles qualités, soient les conditions d’accès à une identité. Je trouve cela regrettable et d’une insupportable légèreté.
    Je ne dis pas non plus que ce jeune homme n’a pas toutes les qualités pour être accueilli en France et pour éventuellement devenir Français. Mais le minimum pour offrir une nationalité et une identité aurait été d’enquêter au moins sur qui est ce courageux jeune homme et de savoir s’il avait déjà exprimé le désir de devenir « Français » et pour quelles raisons. Que sait-on de lui ?
    Depuis six mois en France en clandestin, ce migrant n’a pas demandé même l’asile. De quoi vit-il ? Comment s’est-il comporté depuis son arrivée dans notre pays ?
    Il me gêne que nous bradions ainsi notre identité comme s’il ne s’agissait que de dispositions légales et administratives ! Il me gêne tout autant de le faire comme si ce garçon n’avait pas déjà une nationalité et ne tiendrait-il pas à son identité malienne et musulmane ? On ne doit pas devenir Français uniquement pour avoir les avantages matériels qui vont avec.
    Or c’est exactement la logique macronienne ici ! Et je trouve cela déplorable !
    Tout cela est en fait du battage politique et de la com et me laisse un sentiment de malaise. C’est une logique de boutiquier.
    Pour terminer, je salue Mamoudou qui dans son sauvetage n’a écouté que le cœur qui bat dans sa poitrine et qui fait de nous des humains.

    • @ Jean-Michel
      Nous ne savons pas qui est M.Gassama mais vous pensez bien que DGSI et DGSE ont renseigné l’Élysée avant de l’introduire dans ses murs!
      Il a « été invité à solliciter la nationalité » (sous-entendu qu’il l’obtiendrait pour héroïsme patent).
      E.Macron n’avait rien à perdre à la com, évidemment! Y-a-t-il du mal à se faire du bien?

      • Il fait son acte héroïque la veille au soir 08h00… et le lendemain il est un héros… reçu à l’Elysée.
        Vous croyez vraiment que la DGSI a pu faire une enquête sérieuse sur un inconnu clandestin, sans papier, et sur ce qu’il a fait depuis son arrivée en France ? Elle a pu juste vérifier s’il était fiché ou pas et contrôler si il avait des antécédents judiciaires ou pas notés au fichier central.
        Pour ma part je ne sais pas si « on » se fait du bien ou pas avec la régularisation de Mamoudou. L’avenir nous le dira.

        • @ Jean-Michel
          Il a escaladé samedi-soir vers H 20:00 et a été reçu par le Président, lundi! Pour le reste, je ne suis pas dans le secret des dieux! Mais ce gars-là ne semble pas totalement mauvais!

  • Dans un pays libéral : un homme devient un héros en sauvant un gosse, la population acclame le héros et le récompense de manière purement volontaire, puis tout le monde finit par passer à autre chose 5 jours après l’acte héroïque.
    _
    Dans un pays socialiste : un homme devient un héros en sauvant un gosse, la population acclame le héros, les politiciens s’invitent à la fête, une partie de la population cesse d’acclamer le héros, elle se fait alors insultée de raciste et de xénophobe part l’autre partie de la population, qui se fait quant à elle insultée de gauchiste et d’ethnomasochiste, le héros est dépassé par les évènements et finit par commettre une erreur, les politiciens profitent de l’erreur pour attiser les tensions au sien de la population, puis tout le monde finit par passer à autre chose 50 ans après l’acte héroïque.

    • @ commando
      Bravo: c’est si joliment expliqué et résumé!
      Et j’avoue qu’il est piquant de voir que c’était un Malien, africain et noir, illégal, au pays des droits de l’homme où se promènent quelques racistes un peu plus de xénophobes et beaucoup de chauvins souverainistes, à mon avis, répartis dans les 2 camps traditionnels, droite, gauche, dont le caractère binaire et handicapant, officiellement honni par E.Macron, refuse de disparaitre! (J’ai tenté d’être aussi concis que vous sans prétention d’avoir épuisé le sujet!)

  • Malheureusement, je ne suis pas sûr que le même acte aurait le même retentissement dans les médias s’il avait été réalisé par un jeune blondinet BCBG vivant dans le XVIè Arrdt de Paris et travaillant dans une école privée catholique (par exemple) de l’ouest parisien…
    Mauvais esprit de ma part sans doute…

    • @ cyde
      OK. Mais il ne s’agit que d’une hypothèse face à une réalité: c’est donc inconnaissable!

    • D’ailleurs, le voisin qui depuis son balcon pendant ce temps-là agrippe le gamin et était sur le point de le sauver de manière moins spectaculaire, lui, a le tort de ne pas être noir ni clandestin et il est déjà oublié…

    • pour ma part c’est une certitude, il y a un biais pro « migrants »..et c’est assez curieux de voir des gens passer leur temps à chercher la preuve que les migrants sont des braves gens..
      Mais il faut commencer par féliciter le type, il prend deux risques de se casser la gueule et aussi le risque d’être contrôlé.

      on peut par contre taper sur la tête des médias et du gouvernement pour leur propagande incessante de leur propre sagesse…

  • Une pensée pour tous nos jeunes pompiers volontaires qui passent une grande partie de leur temps de loisir à secourir bénévolement dans l’indifférence des médias, en caressant l’espoir, souvent déçu, de devenir sapeur pompier faute au manque de place et au copinage . ALLEZ A LA PÊCHE !!! et laisser les migrants s’occuper du bénévolat et rencontrer Macron, pour avoir réaliser un « exploit » que est votre quotidien, c’est ça la discrimination positive.

  • Même si c’est un détail, le jeune monte-en-l’air n’a pas « sauvé l’enfant d’une mort certaine » mais pris de vitesse pour quelques secondes le voisin qui intervenait depuis son balcon.

    • @ MichelO
      Non, le voisin n’aurait pu franchir la paroi de séparation des balcons sans lâcher la gosse! Ils ont bien collaboré et je serais déçu qu’il ne reçoive pas la même reconnaissance que M. Gassama! Donc il l’a sauvée, mais pas tout seul!

      • Il pouvait sans difficulté la remonter sur son propre balcon, au besoin avec l’aide d’une tierce personne qu’on voit derrière lui. La période dangereuse est celle où la gosse n’a pas encore réussi à s’approcher de la séparation des deux balcons, et se tient seule. Une fois tenue par le voisin, l’essentiel du danger était passé.

        • J’ajoute que ça ne diminue en rien le mérite de M. Gassama, mais ça montre que d’autres, à commencer par ce voisin et l’enfant lui-même, en ont bien autant.

          • @ MichelO
            Là, je vous rejoins complètement! Et j’apprends, sur un article du Figaro, que c’était un garçon et qu’il tombait de l’étage sus-jacent, selon l’article.
            Bon, ce ne sont pas mes affaires, mais pourquoi bouder notre plaisir devant cette réaction? Une bonne nouvelle comme celle-là, j’en veux bien tous les jours!

  • Il faut saluer le geste de Mamoudou Gassama mais pas celui de M. Macron qui s’est précipité sur ce fait divers pour tenter de redorer son blason ou de vouloir être , lui, le héros d’une histoire. Ce n’est pas bon de surjouer, et ce n’est pas la première fois que cela lui arrive.

  • En vérité, le fait que cet événement soit si exploité (au point qu’il rencontre le président) cela illustre bien à quel point l’immigration est peu positif. Car si l’immigration était tellement positive que cela, les médias, les politiques,… ne feraient pas tout un plat de tout cela. Ils ne mettraient pas tant cet épisode en avant si il y avait tellement de choses positives dans l’immigration.
    En fait, ce fait divers loin de montrer à quel point l’immigration est positive montre l’inverse (quand on voit la réaction des imigrationnistes à quel point ils médiatisent et utilisent l’affaire).
    Et qu’il soit clair, je salue le geste de cet homme. Je critique juste l’attitude des immigrationnistes.
    C’st mal de faire de la récupération politique quand il y a un attentat mais par contre, quand c’est un fait divers positif alors là on peut. Vive la cohérence

    • @Jacquessvd
      Bonjour,
      « C’st mal de faire de la récupération politique quand il y a un attentat mais par contre, quand c’est un fait divers positif alors là on peut. Vive la cohérence »
      Pour une fois qu’ils tiennent une « vraie chance pour la France »…
      Ce héros-ci a l’air un ‘cran au-dessus’ de celui de l’HyperCasher, qui lui, avait un travail et avait déjà demandé la nationalité française.

      • @ STF
        C’est vrai! E.Macron aurait pu lui décerner une médaille! Lui préférera (ou pas!) devenir Français et ne plus se faire emm…r par la police, sans doute!

  • perso j’ai entendu parler du truc mais je n’y prête guère attention..par contre j’ai entendu dans une administration aujourd’hui : « oh bah il est doué le gars pour grimper comme ça  » et l’autre  » ouais et c’est comme ça qu’on m’a cambriolé y’a pas longtemps » ….ambiance..

  • ah l’absence de distinction entre réfugié, migrant et même ennemi profitant de frontière plus perméable…

    • et l’absence de distinction entre migrant économique , un type qui vient bosser et migrant social venant profiter d’un système d’aide sociale..

      quand on a une théorie de la richesse comme un gâteau à partager…ça ne pose pas un problème?

  • Essayons de prendre au sérieux pendant cinq minutes cette histoire de miraculeux migrant malien qui, tel un Spiderman sans costume, aurait sauvé d’une chute mortelle un enfant suspendu à un balcon.

    Je sais que c’est très difficile, étant donné que la déferlante médiatique a transformé ce qui est sans doute un acte de courage réellement admirable et désintéressé en une gigantesque opération de propagande vivre-ensemblesque qui n’appelle que le sarcasme et le mépris.

    Mais essayons juste cinq minutes, pour expliquer ce qui ne passe pas dans cette histoire, avant de recommencer à rire.

    Mamoudou Gassama a sauvé un enfant en grimpant à mains nues plusieurs étages sur la façade d’un immeuble. Il mérite notre admiration, pour son courage, sa force et son agilité, et notre reconnaissance, pour avoir sauvé la vie d’un petit garçon. C’est-à-dire qu’il mérite que son courage et son abnégation soient publiquement reconnus, qu’on lui remette par exemple la Médaille d’honneur pour acte de courage et de dévouement, puisque cette décoration existe et est faite pour ce genre de gestes. Que l’on appose éventuellement quelque part une petite plaque à son nom ; qu’un sculpteur ou un peintre inspiré immortalise l’évènement, pourquoi pas. On pourra même permettre à Anne Hidalgo d’illuminer spécialement la tour Eiffel, puisque ce genre de chose lui fait manifestement tant plaisir. Il faut bien que tout le monde s’amuse.

    Mais s’ensuit-il que Mamoudou Gassama aurait mérité de se voir décerner la nationalité française ? Point du tout.

    L’octroi de la nationalité est censé venir ratifier une volonté et une aptitude prouvées à s’intégrer dans une nation donnée, à lier de manière indissoluble son destin à celle de cette communauté politique particulière. Pour qu’un acte de courage mérite d’obtenir la nationalité française, il faudrait à tout le moins que ce courage ait été déployé au service de la France elle-même. Par exemple sur le champ de bataille. Sauver un individu peut être admirable, ce n’est cependant pas la même chose que de se dévouer à sa patrie. Mamoudou Gassama a prouvé qu’il pouvait être courageux pour sauver une vie. A-t-il par là même prouvé qu’il avait la volonté et la capacité de lier de manière indissoluble son destin à celui de la France ? Qu’il identifiait désormais son destin individuel avec celui de ce corps politique particulier ?

    Pas le moins du monde. Son sauvetage ne préjuge en rien de son attachement passé, présent ou futur à la France. Lui accorder la nationalité française pour cela n’est donc pas approprié.

    Mamoudou Gassama va également devenir sapeur-pompier pour récompense de son périlleux sauvetage.

    Il a en effet fait preuve de belles qualités athlétiques à cette occasion, personne ne le contestera. Néanmoins, lorsque j’ai moi-même passé le concours de sapeur-pompier, celui-ci ne consistait pas en une épreuve unique durant laquelle il aurait été demandé au candidat de grimper le long d’une paroi à mains nues. A ce que je sache, ce n’est toujours pas le cas aujourd’hui.

    Mamoudou Gassama n’a donc pas prouvé qu’il avait les qualités requises pour devenir sapeur-pompier. Si du moins le concours par lequel on recrute les soldats du feu sert réellement à quelque chose.

    Faire de lui un sapeur-pompier n’est, par conséquent, pas non plus une manière appropriée de lui témoigner notre reconnaissance.

    Que dirait-on si, pour remercier Mamoudou Gassama, on lui avait décerné le prix Nobel de littérature et un diplôme de médecin ?

    On dirait, avec raison, que c’est se foutre de la gueule du monde, et accessoirement de la gueule de Mamoudou, même si celui-ci ne s’en rend pas forcément compte.

    Et pourtant, c’est exactement, mutatis mutandis, ce que vient de faire le président de la République.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles