La complète (et rigolote) incohérence de la gauche de combat

L'actualité récente nous illustre une fois de plus à quel point la gauche de combat sait complètement oublier toute forme de cohérence tant qu'il s'agit de vendre ses idées démagogiques moisies.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mélenchon By: Blandine Le Cain - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La complète (et rigolote) incohérence de la gauche de combat

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 mai 2018
- A +

S’il y a bien une chose qu’on ne pourra jamais reprocher à nos amis de cette gauche de combat qu’on voit dans tous les médias, c’est une trop grande rigueur logique : tous ont largement su s’affranchir de cette cohérence qui permet les débats de bonne foi et les argumentaires soignés pour nous proposer à la place leur interprétation aussi fluctuante que leur desiderata du monde qui les entoure.

Mélangeant avec un brio certain le « Faites ce que je dis mais ne faites surtout pas ce que je fais », l’art du Deux-Poids Deux Mesures savamment pas dosé du tout et celui du « je dis un truc puis son contraire, même pas mal à la fin », la gauche médiatique, élue ou non, s’est toujours largement montré apte à plier le réel à ses lubies.

Et il y a de quoi plier, du reste, tant le réel est raciste, sexiste, froidement logique et terriblement phobe d’un peu tout et n’importe quoi.

Dernièrement, nous en avons eu une brillante démonstration par, Maryam Pougetoux, une déléguée de l’UNEF, cette officine semi-officielle de recrutement des cacadres de ce qui fut jadis le Parti Socialiste. Cette brave pseudo-étudiante mais authentique militante socialoïde s’est fendue d’un entretien dans lequel elle apparaît, précisément au titre de déléguée de l’UNEF, et coiffée d’un voile qu’on ne pourra guère interpréter autrement qu’islamique.

Dans le flot de commentaires plus ou moins subtils et plus ou moins pertinents, oublions bien vite ceux qui hurlent au crime de lèse-République, puisque, doit-on le rappeler, même si la France perd tous les jours l’une ou l’autre de ses libertés, celle de s’habiller comme on le veut demeure encore valable pour le moment.

En revanche, on pourra s’attarder sur ces chroniqueurs qui ont eu la présence d’esprit de remarquer toute l’incohérence de la militante envoilée : on ne peut pas, indépendamment du sujet qu’on veut aborder, se présenter pour un entretien politique avec cette tenue spécifique sans faire immédiatement de cette tenue un message lui-même politique. Et quand bien même cette militante aurait choisi son voile pour des raisons religieuses, sa présence dans ce contexte ne prend plus la même signification.

Et même en admettant très gentiment qu’elle n’y avait pas pensé (oh, oui, Maryam, c’est sûr, tu n’y avais pas pensé), force est de constater que l’incohérence reste cependant impossible à évacuer tant l’UNEF s’était explicitement placé, il n’y a pas si longtemps (en 2013), contre le port du voile.

L’UNEF a-t-elle changé d’avis ? Utilise-t-elle le « en-même-temps » macronique, le 50/50 ou, plus démagogiquement, l’avis du public pour trancher ?

En attendant que le syndicat de gauche des intermittents de l’étude prenne une position claire, précise et cohérente, nous pourrons toujours nous occuper en regardant l’intéressant spectacle qui s’organise autour de cette question au demeurant particulièrement essentielle tant à la vie estudiantine qu’à la bonne marche du pays qui, on vous le rappelle, va de mieux en mieux.

C’est d’ailleurs avec un plaisir sans borne qu’on peut maintenant admirer Bruno Julliard, le premier adjoint évidemment PS évidemment à la Mairie de Paris, s’ébrouer tout joyeux dans cette belle polémique gluante comme un ver de terre heureux de se tortiller dans une glaise bien molle.

Pour ceux qui l’auraient oublié, notre ami Bruno est un des rares à avoir su tirer son épingle du jeu suite aux troubles du CPE : ayant réussi – avec brio – à éviter toute forme de réflexion trop épuisante dans le monde réel grâce à son encartage au sein de (je vous le donne en mille) l’UNEF, il est ainsi passé directement du non-travail estudiantin après un parcours brillant comme non-lycéen gréviste, à un poste de politicien dans lequel il suit méticuleusement la tendance globale à toucher une indemnité en appliquant une stricte économie d’énergie (la sienne).

Et pour Bruno ex-président de l’UNEF, ce « voile est le signe d’une bigoterie patriarcale et sexiste en contradiction avec les combats féministes que l’UNEF a toujours portés »… Ce qui, en termes rhétoriques, revient à mettre une belle gueulatine à Maryam (la gueulatine étant au pain dans la gueule ce que la chocolatine, terme en cours de légalisation officielle, est au pain au chocolat).

On attend maintenant avec gourmandise le moment où il faudra trier un peu toutes les réactions, et savoir comment les uns et les autres auraient dû réagir. Notons au passage, comme le fait le twitteur Bastiat2022 avec un humour mordant, que si la militante avait porté un t-shirt Civitas en lieu et place du foulard, la tournure des événements aurait été tout aussi croustillante.

On pourrait croire tout à fait fortuite et ponctuelle cette cohérence à géométrie variable chez les gauchistes d’affichage.

Cependant, de nombreux cas, répétés à l’envi, nous laissent largement penser qu’il n’en est rien et qu’il s’agit bel et bien d’un trait caractéristique de cette tournure d’esprit. Et ici, il me suffira de prendre l’exemple du plus célèbre de nos « gauchistas », divas gauchistes au poing tendu et au verbe fort, pour illustrer mon propos : Jean-Luc Mélenchon a en effet été tout particulièrement gâté par l’actualité.

C’est ainsi qu’on apprend par exemple qu’après avoir tonné contre ceux qui tiquaient trop ouvertement du score soviétique de Maduro au Venezuela (au point de les qualifier de « larbins des USA »), notre fier grignoteur de quinoa a volé au secours des dirigeants de Podemos, Pablo Iglesias et de sa compagne Irene Montero, dont l’acquisition récente laisse un goût amer aux électeurs espagnols.

Il faut dire que Podemos est, au départ, un parti de gauche radicale, troisième force politique en Espagne, allié des Insoumis français et se fait fort de préconiser une éthique de vie de ses élus sinon ascète, au moins humble avec laquelle cadre mal l’achat par son secrétaire général et sa porte-parole parlementaire d’une villa à plus de 600.000 euros. Pourtant, Podemos – auquel sont inscrits nos deux frétillants députés gauchistes – impose une charte à ses signataires qui leur demande de « vivre comme les gens ordinaires » afin de mieux « les représenter au sein des institutions ».

On comprend le malaise outre-Pyrénées. Malaise qui, heureusement, ne touche absolument pas Mélenchon qui n’y voit qu’une basse manœuvre médiatique de la part des opposants.

Mélenchon, sympathique et jovialIl faut dire qu’il a déjà expérimenté ce genre de procès, lui qui a bien été obligé de déclarer, de façon gênée, ses possessions dans la récente course présidentielle de laquelle il n’était pas sorti trop gagnant. Et comme pour les dirigeants de Podemos actuellement en difficulté, Mélenchon s’était alors empêtré dans ses contradictions internes où, d’un côté, gagner de l’argent, c’est évidemment mal (puisqu’au détriment des classes laborieuses spoliée tralalilalère) et de l’autre, on est tout de même obligé de constater que la politique, finalement, ça paie plutôt bien son homme…

Ce qui ne lasse pas d’énerver passablement l’Insoumis, l’entraînant peut-être dans des écarts de langage ou de formulation… qui lui valent l’un ou l’autre procès. De façon intéressante et bien qu’ayant toujours professé une sainte horreur de l’immunité parlementaire, il semblerait que notre homme, décidément plus à une contradiction près, ne se gêne guère pour l’utiliser lorsqu’elle peut lui éviter les enquiquinements de justice.

Eh oui : finalement, les petits privilèges, ça peut servir. Les petits avantages et les jolis salaires, on n’y renonce pas, tout populiste soit-on. Et pour le gauchiste médiatique, peu importe finalement la cohérence tant que passent les messages démagogiques.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • Mélenchon est insoumis à la cohérence.

    C’est finalement assez cohérent. Comprendra qui pourra.

    • @pascompliqué
      Bonjour,
      Mélenchon est donc soumis à l’incohérence (la sienne ?), il est donc idiot, voire fou.

      « La folie c’est de repéter les mêmes erreurs en espérant des résultats différents. » A. Einstein.

      • Son cas est même bien clinique : n’importe qui se représentant en Napoléon se verrait immédiatement mis une camisole, mais lui s’est représenté en Staline et autre Mao (la chemise), et a mis en application sa pathologie de schyzophrénie de personnalité double (meeting « cloné »).

      • Pour être d’extrême gauche, il faut avoir un sérieux problème mental. Parfois, je me demande si le gauchisme n’est pas une maladie mentale. Parce que pour prôner des choses qui partout où elles ont été essayés ont toujours été un échec et toujours y croire, il faut vraiment être déconnecté de la réalité.
        La capacité de nier le réel chez les gauchistes m’a toujours stupéfait.

        • jacques lemiere
          26 mai 2018 at 7 h 41 min

          pas du tout fou..il faut juste estimer être meilleur que les autres et mériter le pouvoir et les passe- droit.. ce qui me semble curieux est que ces gens peuvent s’unir et se voir comme camarades..au final il n’y pas de poste de dictateur pour tout le monde.

          • jacques lemiere
            26 mai 2018 at 8 h 13 min

            le point final d’un conversation avec un communiste est en général l’insulte » tu est un salaud égoïste » ..et c’est là la teneur de cette idéologie : les autres sont des salauds ou des cons, les salauds je les tue les cons je les commande.

      • Mélenchiasse a surtout un gros problème avec l’alcool mais aucun avec l’argent des autres.

  • Les escrocs se portent bien dans ce pays, et une frange importante de la population les soutient.

  • L’affaire de la militante de l’UNEF est simple: elle fait ce qu’elle veut, elle a la liberté de se voiler. Par contre, le problème de cette affaire c’est que cela montre un grave de problème de cohérence entre l’UNEF qui se dit syndicat progressiste et qui de l’autre côté, accepte une femme voilée dans ses rangs. Car désolé, le voile islamique est clairement un signe contraire aux valeurs progressistes. Cela illustre que cette femme porte des valeurs pas du tout progressistes. Comment peut accepter dans une organisation progressiste des gens prônant des valeurs qui sont tous sauf progressistes simplement sous prétexte que ces personnes sont d’origine immigrée.
    Ceux qui sont racistes ce n’est pas ceux qui s’offusquent de ce voile mais l’UNEF.
    Bien sûr, qu’un arabe ou un musulman peut faire parti de l’UNEF mais à condition qu’il soit progressiste.
    C’est la même chose avec les blancs, les noirs, les jaunes.
    Pourquoi ne pas exiger la même chose des arabes que des blancs ? C’est cela le vrai racisme.
    Est ce que l’UNEF accepterait Anne Sophie, membre de l’Opus Dei ou je ne sais quel organisation catholique conservatrice ?? Bien sûr que non alors pourquoi accepter cela de la part d’une musulmane conservatrice ?
    Je suis sûr que jamais l’UNEF n’accepterait comme déléguée une femme portant visiblement une croix autour de son cou. Pas plus que l’UNEf n’accepterait une juive orthodoxe comme déléguée mais pourtant quand c’est une musulmane conservatrice là cela ne pose pas de problèmes.
    Cela illustre de l’hypocrisie des progressistes: ils sont prêts à toutes les compromissions avec l’islamisme, une idéologie pourtant anti progressiste. Mais ce qui motive surtout les progressistes c’est la haine de l’Occident et de la France. Cette même haine que l’on retrouve chez les islamistes. rien d’étonnant dans ces conditions qu’ils s’allient. Et puis les progressistes ont toujours apprécié les idéologies totalitaires (islamisme est clairement une idéologie totaltaire). Les progressistes ont toujours été les alliés (ou en tout cas les idiots utiles) de nos ennemis (d’ailleurs, les idiots utiles des nazis avec le pacifisme et le refus de voir la menace. Puis les alliés des communistes et aujourd’hui des islamistes)

    • La géométrie variable est la seule géométrie qu’on apprenne encore à l’Ed.Nat.

    • Jacquessvd : Je suis d’accord avec tout votre message, excepté quand vous affirmez que « ce qui motive surtout les progressistes c’est la haine de l’Occident et de la France. » Disons que si cette haine existe, elle n’est qu’une de leurs motivations secondaires. Selon moi leur motivation première c’est la conquête du pouvoir par tous les moyens nécessaire. S’ils trahissent la France et l’Occident c’est avant tout par amour du pouvoir plutôt que par véritable de haine de soi (haine de la France et de l’Occident.)

      (PS : Au lieu de les appeler « progressistes » mieux vaudrait les appeler « régressistes. »)

    • Elle n’a rien d’une « Arabe », elle s’appelle Pougetoux

    • En tant que syndicat, l’unef défend tous les étudiants qui ne sont pas voilés, qui ne sont pas des barbares rétrogrades, et qui pensent comme eux.

      • L’UNEF n’a jamais eu la prétention de défendre tous les étudiants. Ce syndicat a clairement une portée politique. Défendre les valeurs de gauche, les valeurs progressistes.
        C’est un peu comme un parti: c’est normal d’accepter que ceux qui défendent les valeurs du parti.
        Je n’aurais jamais dit cela si le seul but de ce syndicat était la défense des étudiants. (Sans être un syndicat politique).
        Personne ne peut nier que l’UNEF est ultra politisé. L’UNEF pendant longtemps cela servait à lancer la carrière des apparatchiks du PS

        • Quelle sont les valeurs progressistes de gauche derrière le pillage en règle de la MNEF et la chasse aux subventions auprès des Crous ?

        • jacques lemiere
          26 mai 2018 at 7 h 45 min

          oh que si ils défendent les étudiants surtout les mauvais …mais pas les jeunes…
          comme les syndicats les salariés surtout les licenciables mais PAS les chômeurs..

    • le problème, c’est le financement de l’UNEF… (subventions publiques)

  • jacques lemiere
    26 mai 2018 at 8 h 00 min

    http://www.rtl.fr/actu/politique/victime-de-menaces-jean-luc-melenchon-craint-pour-sa-personne-7793527782

    il veut une personne armée auprès de lui pour le protéger mais crache sur le port d’arme et l’autodéfense..si tout personne qui craint pour sa sécurité réclamait un officier armé camarade?

    • jacques lemiere
      26 mai 2018 at 8 h 01 min

      il veut augmenter les salaires MAIS fait le constat écologique que nous surconsommons… les sousous pour quoi faire alors?

      • jacques lemiere
        26 mai 2018 at 8 h 03 min

        il crache sur les dividendes qui tombent du ciel sans effort mais refuse une retraite pas capitalisation…

        • jacques lemiere
          26 mai 2018 at 8 h 04 min

          ceci dit melenchon devient un petit joueur ce que j’ai entendu ce matin au réveil dans le petit poste…c’était de l’absolue nécessité de faire une loi sur l’alimentation pour que je mange comme je le désire…..

    • @jacques lemière
      Bonsoir,
      Il est dit dans l’article dont vous avez mis le lien que :
      « Alors que la France insoumise n’a pas les moyens d’assurer la sécurité de son chef de file, Jean-Luc Mélenchon réclame dès lors la présence d’un officier de sécurité à ses côtés. »
      Son parti politique est subventionné comme tout parti politique, mais il a des caisses vides et c’est au Ministre de l’intérieur de lui fournir, à lui J-L Mélanchon, un garde.
      Comme Bertrand Xavier, lui aussi victime de menaces à une époque, qui avait fait une demande de port d’arme afin que son chef de cabinet se transforme en garde armé, lequel aura eu l’autorisation de port d’arme, (ancien policier qu’il était) et que son arme a été payée par les impôts.
      Ces deux personnages se refusent à assumer et à assurer leur propre protection, aussi importants se pensent-ils, mais ils demandent à ce que d’autres le fassent à leur place, et doivent en demander la permission à l’Etat.

      • Il ne faudrait pas qu’ils se salissent les mains, en portant une maudite arme qui tue, et en s’en servant en cas de nécessité. Cet usage doit être du ressort d’autrui, ou de l’Etat.

        • jacques lemiere
          27 mai 2018 at 6 h 56 min

          pas d’armes pour les citoyen§ , mais pour la police par ailleurs bande de salauds fascistes;;;

  • Les 2 dirigeants de Podemos achètent une maison à crédit de 600 000€ dans la banlieue de Madrid et cela pose problème auprès de leur parti.
    Le très courageux insoumis Mélanchon avec son appartement à 1 M€ dans Paris, payé depuis longtemps par les deniers du CONtribuable, cela ne pose aucun problèmes aux gogos de LFI.
    « vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà »…

    • Enfin, une villa à 600 000 euros en Espagne c’est à équivalant en France d’une villa de plus d’un million d’euros. Le salaire minimum en Espagne c’est 858 euros. Les espagnols ont des salaires plus bas si on prend en compte cela cela signifie qu’une villa de 600 000 euros en Espagne n’a pas la même valeur qu’une villa du même prix en France

  • Si vous voulez vous débarrasser d »un « encombrant gêneur » confiez lui la caisse. Et 15 jours après contrôle, vous êtes sur du résultat.!!!

  • Esprit critique
    26 mai 2018 at 13 h 35 min

    La Gochiasserie n’exprime et ne développe aucune idées ou solutions politiques pour « faire marcher » notre société. Elle assène sont idéologie comme le salafiste brandit le Coran. Elle jette l’anathème sur tout les opposants, elle accuse de blasphème ses adversaires. Elle conchie la laïcité et la liberté de penser.
    Ainsi : Le Black-Bloc musulman est la synthèse de ce que sont ces assassins de ce qu’est sensée être l’espèce humaine.

  • On ne peut pas être honnête, intelligent et gauchiste tout à la fois………Mélanchon n’ est pas honnête.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Indépendamment des idées qu’ils défendent et des conditions évidentes d’âge et de droits civiques, les candidats à l’élection présidentielle française sont soumis à trois strates de réglementations pour mener à bien leur candidature : obtenir 500 parrainages auprès d’environ 42 000 élus (maires essentiellement) pour pouvoir se présenter, puis respecter les règles de financement de leur campagne et enfin obtenir un score final qui leur permettra d’accéder à un remboursement public plus ou moins important des frais engagés.

Interrogé jeu... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Pierre Robert.

https://www.youtube.com/watch?v=3_it7iPcYgc

 

Le 9 novembre dernier Jean-Luc Mélenchon intervenait en direct devant les auditeurs de RTL. À la question de savoir ce qu’il ferait pour les entreprises s’il arrivait au pouvoir, sa réponse fuse sur le ton de l’évidence :

Je remplis vos carnets de commandes […] Pour ça de quoi vous avez besoin ? Visibilité, rentabilité. Pour avoir ça, vous avez quelqu’un qui vous propose la planification du développement de l’activité économique du pays. 

<... Poursuivre la lecture

Par Jean-François Moreau[1. Jean-François Moreau est ingénieur de formation, journaliste spécialisé dans les domaines des énergies, de la transition énergétique et de l’efficacité énergétique des bâtiments.].

Dans son intervention du 19 octobre 2021 sur RMC, Jean-Luc Mélenchon a brandi le spectre de la péremption supposée des réacteurs, en affirmant que « les centrales ont été construites avec une durée de vie de 40 ans », tout en insinuant qu’il était possible de les bricoler « pour les faire durer 20 ans » de plus. Une affirmation qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles