Naval Group, victime de l’idéologie du « big is beautiful »

Au lieu de pérenniser les groupes industriels français, les stratégies de fusion les dissolvent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Naval Group, victime de l’idéologie du « big is beautiful »

Publié le 17 mai 2018
- A +

Par Eric Verhaeghe.

Le gouvernement tient tout particulièrement à rapprocher le constructeur naval Naval Group, anciennement DCNS, de l’Italien Fincantieri, déjà identifié sur le dossier STX (anciennement Chantiers de l’Atlantique). L’opération, négociée en grande pompe par Bruno Le Maire et Florence Parly, devrait conduire à une disparition progressive de l’opérateur français, pourtant stratégique pour la Marine française. Tout cela, au nom de l’idéologie de la « taille critique » et du big is beautiful.

C’est toujours la même rengaine, imposée d’en haut par une certaine élite de la fonction publique : au nom de la taille critique, il faut « apporter » des groupes industriels français à des concurrents étrangers, sans quoi ils n’auraient, dit-on, aucun espoir de survivre. Tout montre, à chaque occasion, que ces stratégies de fusion conduisent au résultat inverse : au lieu de pérenniser les groupes industriels français, elles les dissolvent, les démembrent, et précipitent leur chute.

Mais le haut fonctionnaire français est comme un docile chien de Pavlov, il répète sans jamais se lasser, sur le ton le plus dogmatique et le plus péremptoire possible (toute divergence d’opinion étant cataloguée comme erreur et signe d’incompétence), les imbécillités qu’il a prononcées la veille, et dont l’expérience la plus évidente lui montre qu’elle est une duperie. C’est par ces raisonnements nullissimes qu’Alstom a, par exemple, disparu corps et âme.

Naval Group, prestigieuse maison née au XVIIè siècle, et passée par différents états et tourments jusqu’à devenir DCNS (puis Naval Group en 2017) ne devrait pas échapper à cette ubuesque règle. Au nom du big is beautiful, le gouvernement français négocie son adossement à l’italien Fincantieri qui devrait rapidement mettre son partenaire français en coupe réglée.

Naval Group et l’illusion du leader mondial

Dès l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir, le dossier Naval Group est remonté sur le haut de la pile, dans l’embrouillamini des affaires où l’on sait depuis longtemps que le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, négocie pied à pied avec Fincantieri. Pour régler le problème de Naval Group, on a ressorti l’antienne facile à prononcer dans les salons parisiens : la France est trop petite toute seule, elle ne peut pas s’en sortir, le salut passe par la constitution de géants mondiaux où les acteurs français sont forcément minoritaires.

Dès le mois de septembre 2017, c’est-à-dire quatre mois après la nomination du gouvernement, Florence Parly affirmait d’ailleurs qu’il fallait « une alliance entre les industries navales militaires française et italienne, dans le domaine des bâtiments de surface, avec l’ambition de constituer à terme un leader mondial ». D’où la théorie de l’Airbus des mers qui a suffi, dans l’esprit de certains, à justifier cette opération qui touche aux intérêts stratégiques français.

On notera que le brillant binôme Le Maire – Parly s’est d’ailleurs déplacé à Rome début février pour claironner sur tous les toits l’intérêt de cette opération. Là encore, on reste confondu par la méthode : comment peut-on espérer tirer le meilleur profit d’une négociation quand on professe par avance son intention d’aboutir à tout prix, et en fixant par avance un calendrier contraignant pour aboutir (en l’espèce, juin 2018…) ?

L’alerte lancée par les syndicats dès avril 2018

On peut dire beaucoup de mal des syndicats français, et en particulier de la CGT, il n’en reste pas moins que l’intérêt des salariés est de garder leur emploi. Or, depuis plusieurs semaines, les délégués syndicaux de Naval Group tirent la sonnette d’alarme sur le destin qui attend leur entreprise dans le cadre du rapprochement avec Fincantieri.

En particulier, les délégués syndicaux attirent l’attention sur le plausible déplacement en Italie de la construction de sous-marins, et sur les difficultés prévisibles pour la maintenance des navires français, qui sera à partager avec la flotte italienne.

« Ce rapprochement avec les Italiens est surtout inquiétant pour le maintien en condition opérationnelle (entretien des navires militaires) qui sera à partager, avec peu de chance de récupérer l’entretien de navires italiens en France », regrettent Roland Guilcher et Erwan Coatanéa de la CGT Naval Group.

Sur ce point, on aimerait que l’exécutif français nous rassure sur le fait que, dans le cadre du rapprochement avec Fincantieri, Naval Group ne disparaîtra pas corps et âme, et que la marine française disposera toujours d’un chantier en France pour réparer ses bateaux… Mais peut-être ces préoccupations relèvent-elles trop d’un nationalisme chauvin et populiste de bas étage…

Naval Group évincé de certaines zones du monde

Plus préoccupant encore, Fincantieri ne cache pas son intention de faire disparaître son concurrent Naval Group de certains marchés sensibles, comme le Brésil. Naval Group dispose pourtant de solides coopérations dans ce grand pays d’Amérique du Sud. Raison de plus pour Fincantieri d’écarter un gêneur et de rafler quelques marchés juteux.

Autrement dit, les Italiens multiplient déjà les signaux éloquents sur le vrai sens de cet Airbus des mers : il s’agira purement et simplement d’apporter l’activité des Français à un groupe italien qui neutralise un concurrent. Pourtant, la France est membre du Conseil permanent de l’ONU, et a donc un besoin crucial d’une industrie de défense qui garantisse son indépendance.

Au nom du big is beautiful, cette dimension-là semble désormais oubliée. La France fait partie des 5 premières puissances mondiales, mais son gouvernement s’emploie à démanteler patiemment tous les attributs de sa puissance, pour justifier la doctrine selon laquelle nous ne serions plus qu’une petite puissance régionale.

Ce manque d’ambition n’empêche pourtant pas Emmanuel Macron d’expliquer que l’histoire de ce pays a été faite par ses élites…

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • il n’y avait pas eu une polémique avec un rachat empêché d’une entreprise française (privée, pour le coup, si mes vagues souvenirs sont bons) par une entreprise italienne il y a 1 an ou 2 ?
    Est-ce que cette histoire ne serait pas une sorte de compensation ?

  • Certes, c’est inverser l’ordre où il faudrait faire les choses, mais si la France abandonne son rôle de puissance militaire et se tait un peu plus dans le concert international, nous en porterons-nous plus mal ?

    • @MichelO
      « … si la France abandonne son rôle de puissance militaire et se tait un peu plus dans le concert international, … », on laissera les autres, États-Unis en tête décider à notre place : comme disait le Général, la France se portugaliserait, devenant un petit pays n’ayant plus aucune prise sur son destin. Toujours la tentation de la facilité, du renoncement, de la médiocrité, de la soumission aux grandes puissances, …
      Entre les très grandes puissances et les petits pays ne pesant rien, il y a de la place pour des puissances « moyennes plus » pouvant disposer d’une défense globalement indépendante et jouer un vrai rôle international. Mais c’est une question de volonté : on peut faire du Marie de Médicis inféodée aux Habsbourg ou du Richelieu, on peut faire du Micron ânonnant les idées moisies de M. Monnet et s’accrochant pitoyablement aux basques des États-Unis ou du De Gaulle …

  • et ces mêmes personnes qui nous surinent à longueur de temps qu’il faut redorer l’image de la France, qu’il faut montrer que les entreprises « made in france » sont à la pointe de l’innovation et de la technologie et qui,en douce, détricotent à gogo ….

  • ben oui, big is butifull

    dans un domaine complique comme l’est la construction n

    • navale il n’y a pas de place pour les petits chantiers, sauf a se limiter a des chaloupes

      prenez le cas des sous marins c’est beaucoup d’etudes et de matiere grise et un peu d’acier

      celui qui a deja construit plusieurs sous marin

      a)peut montrer que ses sous marins fonctionneent
      b)a deja amorti ses couts d »étude, donc peut vendre moins cher TOUT EN GAGNANT DE L’ARGENT

      • @poilagrater
        Précisément, nous n’avons pas eu besoin de Fincantieri pour décrocher récemment un contrat colossal de vente de sous-marins en Australie en battant Allemands et Japonais qui étaient a priori mieux placés.

        Après Alsthom livré à Siemens, notre construction navale tombe entre les mains du concurrent italien lequel, bien évidemment, va désosser et vider de sa substance l’entreprise française, comme l’article l’explique : il faudra notamment voir à qui vont appartenir les brevets existants et à quel nom seront les nouveaux brevets majeurs mais on peut craindre le pire.

        M. Micron porte une lourde responsabilité dans ces 2 affaires car il exerçait des responsabilités économiques importantes sous la présidence Hollande avant de lui succéder : sa vision européiste obtuse et son inféodation à des intérêts privés vont coûter cher à la France et les dégâts seront irréparables. Imagine-t-on les Allemands laisser filer ainsi des fleurons de leur industrie ? Évidemment pas ! Ils se disent libéraux, « européens », etc. … tant que ceci ne nuit pas aux intérêts fondamentaux de leur pays et ils ont raison ! Il n’y a qu’en France que des idéologues, ici européistes, et les nombreux représentants du parti de l’étranger se permettent de brader des intérêts majeurs de notre pays.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
travail chomage
4
Sauvegarder cet article

Par Jacques Garello

Même si le mois de septembre a enregistré une baisse importante du taux de chômage, ce qui a enthousiasmé les médias et le gouvernement, le chômage reste un problème endémique pour la France et un échec de la politique menée par François Hollande : depuis son élection en mai 2012, le ministère du Travail a recensé 617 000 chômeurs supplémentaires en catégorie A.

Alors qu'approche l'année électorale 2017, la question du chômage, qu'il monte ou qu'il baisse selon les catégories dont on parle ou qu'on ignore, se... Poursuivre la lecture

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l‘assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture

Par Kimberlee Josephson.

Le dernier article du professeur de pyschologie sociale Nathan Haidt, intitulé Why the Past 10 Years of American Life have Been Uniquely Stupid, attire l'attention sur les préoccupations liées à la façon dont la génération Z a été élevée.

Selon Haidt (et précédemment exposé dans son remarquable ouvrage The Coddling of the American Mind), la génération Z a reçu le plus d'attention tout au long de son éducation, par rapport aux générations précédentes, et les séances de jeux pré-organisés, les activités ex... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles