La parenthèse libérale, de Jean-Baptiste Noé

La Monarchie de Juillet fut un moment du respect des libertés, une parenthèse libérale, où la France s’est reconstruite après l’émiettement de la Révolution.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La parenthèse libérale, de Jean-Baptiste Noé

Publié le 14 mai 2018
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

La France n’est pas que le pays du socialisme et de l’étatisme. C’est aussi le pays des libertés et du respect de la personne. La Monarchie de Juillet fut un moment du respect de ces libertés, une parenthèse libérale, où la France s’est reconstruite après l’émiettement de la Révolution. Emmenées par Louis-Philippe, défendues par des hommes comme Guizot, Tocqueville et Bastiat, les libertés intellectuelles, politiques et économiques y ont été respectées, permettant au pays de connaître une reconstruction magistrale.

La Monarchie de Juillet est l’un des angles morts de la recherche historique, victime des caricatures de Daumier et du mépris républicain. C’est pourtant une période de modernisation accrue de la France, du retour de celle-ci dans le concert des nations, de floraisons culturelles, avec Balzac, Auber et Chopin.

À l’heure où la droite s’interroge sur son avenir, elle aurait intérêt à abandonner la route de la servitude qu’est l’étatisme pour emprunter la voie des libertés, qui seule conduit au bonheur des peuples. Les grands penseurs de la Monarchie de Juillet peuvent être des inspirateurs d’aujourd’hui pour cette famille politique.

« La parenthèse libérale. Dix-huit années qui ont changé la France » reprend des chroniques publiées dans l’Opinion à l’été 2017, dans une version augmentée et enrichie.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Hélas, beaucoup semblent penser que Macron correspond justement à cet orléanisme de la monarchie de Juillet (dont Zemmour pour ne pas le citer). Hélas, trois fois hélas…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Gérard-Michel Thermeau.

Il y a 150 ans, le 28 février 1869, disparaissait Alphonse de Lamartine. Il faisait partie de cette génération, née avec la révolution, fascinée par Chateaubriand qui devait donner ses lettres de noblesse au romantisme. Comme Chateaubriand d’origine aristocratique, comme lui ministre, il connaîtra une grande popularité puis une fin de vie difficile.

« Son genre de talent allait au goût du peuple » a écrit, non sans fiel, Tocqueville. La lecture des discours politiques de Lamartine ne manque pourtant p... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

Au moment des Trois Glorieuses, le souvenir de l’été 1789 flotte et permet de comprendre le comportement des uns et des autres. Charles X, persuadé que seule la faiblesse a perdu Louis XVI, refuse de céder. Les parlementaires, soucieux de ne pas être débordés par la populace et d’éviter d’être dévorés par la révolution, ont cherché jusqu’au bout le compromis avant d’adopter une solution de rechange. Mais Charles X, en violant des articles de la Charte, devait se jeter lui-même au bas du trône. L’insu... Poursuivre la lecture

Sur le plan des idées l'école de Paris est le chaînon essentiel entre les économistes du XVIIIe siècle et le "néo-libéralisme" du XXe. Engagés en politique, ses membres ont combattu à la fois le conservatisme de la monarchie de Juillet et le socialisme d’État qu’inaugure la Deuxième République. Par Michel Leter Publié en partenariat avec l'Institut Coppet

[caption id="attachment_188384" align="aligncenter" width="657"] Barricade dans la rue de Soufflot, à Paris, le 25 juin 1848 par Horace Vernet.[/caption]

 

Cet art... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles